Un Musée qui raconte la Saskatchewan

On m’avait dit que le Western Development Museum était  l’un des trésors de la Saskatchewan. Comme je passe quelques jours à Saskatoon et que c’est dans cette petite ville qu’il est situé, je voulais vérifier. Je n’ai pas été déçue. Je m’y suis rendue pour une petite demi-heure et j’en suis sortie deux heures plus tard, parce que c’était la fermeture.

Au premier coup d’œil sur son extérieur qui ressemble à un entrepôt, on pourrait être tenté de rebrousser chemin, mais il faut pousser la porte. On pénètre alors dans la rue d’une petite ville d’autrefois IMG_5223avec ses maisons (toutes des reconstitutions sauf la petite église) dont les portes ouvertes permettent d’admirer la décoration, les meubles ou les outils avec lesquelles travaillaient ces hommes et ces femmes autrefois), sans oublier tous les véhicules qu’ils utilisaient.IMG_5229

Mais ce qui m’a plus davantage, c’est l’ajout qui a été fait pour le centième anniversaire 1909-2009. Dans ce grand espace pourvu de panneaux d’explications, de photos, de petits films, de jeux interactifs, d’histoires racontées et d’objets de tous les jours, on traverse les époques.

Des campements des Dakota, les premiers habitants,

Campement Dakota

Campement Dakota

jusqu’aux premières maisons en terre battue de ces jeunes familles venant d’Irlande, d’Ukraine, de France, d’Angleterre ou d’ailleurs qui arrivaient ici, pleines d’espoir,

Cabane en terre battue.

Cabane en terre battue.

transportant leur famille et leurs pauvres biens, on traverse les époques : celles de la grippe espagnole, en octobre 1918 qui a fait 5 018 morts dans cette région, les années d’optimisme (1920) alors qu’il était possible de commander une jolie maison dans le catalogue Eaton, les années de la dépression alors qu’on ne pouvait plus mettre d’essence dans le moteur et que les autos étaient tirées par les chevaux, la seconde guerre puis la vie plus moderne.

En sortant du Musée, les jeunes (et les moins jeunes) sont invités à voir à l’oeuvre des hommes qui utilisent les instruments aratoires d’autrefois, tirés par des chevaux. On termine le spectacle en leur demandant: Aimeriez-vous travailler aussi fort qu’eux ? Ce à quoi les jeunes répondent en coeur (en tout cas, ceux du jour où j’y étais ). NOOOOOOOOON !IMG_5194IMG_5193IMG_5215IMG_5216Mais ils ne se font pas prier pour faire la file et venir caresser le cheval !IMG_5212Un endroit que je n’hésite pas à conseiller à tous, si vous passez  à Saskatoon !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s