Les coucous auraient dû faire entendre le chant du coq

ALLEMAGNE – Vous est-il déjà arrivé de vous demander pourquoi il y avait un coucou dans les horloges coucou ? Moi, oui.

Étant dans le pays où l’on a inventé les horloges coucou, je me suis intéressé à leur fabrication. À Regensburg, la ville médiévale la mieux préservée d’Allemagne, la boutique Drubba offrait justement une présentation racontant l’histoire de la création de ces horloges.

@Lisegiguere. Ivy de la boutique Drubba présente quelques modèles d’horloges coucou

Ivy nous a d’abord présenté l’ancêtre de l’horloge coucou qui date de 1640. Le balancier était une grosse pierre.

@lisegiguere. L’ancêtre de l’horloge coucou

La seconde, plus moderne date de 1690.

@lisegiguere. Modèle datant de 1690

Ce serait aux alentours de 1730 que serait apparu le premier coucou. Ce serait un horloger,  Franz Anton Ketterer, qui aurait utilisé deux soufflets (comme dans les orgues) pour recréer le chant du coq.  Normal, après tout, c’est ce superbe animal qui, à cette époque, servait de réveille-matin. Il aurait été tout à fait normal qu’il passe ainsi à la postérité.

Mais imiter le chant du coq n’est pas chose facile. N’ayant pu y arriver, il a cependant facilement pu reproduire celui du coucou, créant ainsi la première horloge coucou.

Le succès est immédiat et les pendules à coucou deviennent rapidement un commerce que les agriculteurs montagnards fabriquent durant l’hiver pour les vendre à l’été les faisant ainsi découvrir au monde entier.

Après la guerre, la mode des horloges coucous s’est modifiée. On s’est mis à ajouter plus de détails et à faire bouger de petits personnages.

@lisegiguere. Les coucous d’après-guerre

Aujourd’hui encore 15 à 20 familles allemandes fabriquent des horloges coucous en utilisant toujours le bois de la forêt noire.  Celles que l’on retrouve chez Drubba, et que l’on peut commander en ligne sont entièrement faites en Allemagne sauf le mécanisme de musique qui provient de Suisse.

NOTE: Vous pouvez également lire :

La découverte des châteaux du Rhin

Une erreur, le pretzel

Le Manhattan du Moyen-Age 

Des chaussures qui hurlent au bord du Danube

Mystérieux lien entre l’impératrice Sissi et Columbo

Vous pouvez également lire les aventures de Maurice, mon ourson voyageur sur son blogue Maurice sur le Danube et sur le Rhin.

* Regensburg est l’un des arrêts de la croisière sur le Danube, entre Budapest et Amsterdam. * Ce voyage a été rendu possible grâce à l’aimable invitation de Viking River Cruise 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s