10 conseils pour se marier à l’étranger

Se marier ou renouveler ses vœux dans le Sud en fait rêver plusieurs, mais avant de se lancer dans un tel projet, il vaut mieux savoir ce qui nous attend.

Mars étant le mois le plus populaire pour les mariages à l’étranger, c’est le moment idéal d’entamer les démarches pour un mariage en mars 2017 !

Si certains rêvent de sable blanc et d’eau turquoise avec les vagues en fond sonore, d’autres s’imaginent faire le trajet jusqu’à la cérémonie dans le carrosse de Cendrillon ou d’avoir Mickey et Minnie comme témoins. Les amateurs de croisière voudraient bien s’unir à bord, entourés de toute la famille tandis que les fans du King imaginent déjà le King à leur côté sur la photo du grand jour.

Quel que soit votre rêve, tout est possible, mais pour que tout se passe selon vos désirs, il faut s’y prendre à l’avance (au moins un an) si l’on veut profiter des promotions offerts aux groupes, d’avoir le plus grand choix d’hôtel et le meilleur horaire pour la cérémonie et, surtout, de s’assurer de la disponibilité d’un notaire surtout si l’on veut que le mariage soit légal.

Voici 10 trucs pour bien planifier le grand jour.

 

Capture d’écran 2016-03-29 à 10.37.40

1) La première chose à faire est de déterminer le type de cérémonie souhaitée. S’agit-il d’un mariage légal (notarié), symbolique (sans acte notarié) ou de renouvellements de vœux (semblables aux mariages ­symboliques)?

2) Il faut ensuite choisir la ­destination. Pour cela, il est important de savoir que si tous les pays exigent un passeport ­valide et un acte de naissance, les similitudes s’arrêtent là. Par exemple, à Disney World, on obéit aux règles de la Floride. À Las Vegas, il suffit de se rendre au Palais de justice du comté de Clark en présentant son passeport. À Cuba, si l’on est veuf ou divorcé et que l’on souhaite se remarier, un document traduit (en espagnol) et notarié est exigé. En République dominicaine, il faut un certificat notarié de célibat. Si divorcé ou veuf, une attestation de célibat et des papiers traduits en espagnol sont nécessaires. Enfin, ­certaines destinations exigent que les témoins ne soient pas des membres de la famille.

Pour trouver les prochains conseils, dans le Journal de Montréal, cliquer ICI

Dans le Journal de Québec, cliquer ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s