Archives de Catégorie: avion

9 choses à savoir si l’on voyage avec des médicaments ou des appareils médicaux

PHOTO FOTOLIA

1. Si l’on ne voyage qu’une fois l’an et que l’on ne prévoit pas aller dans un pays à risque, il vaut quand même mieux se rendre à la Clinique du voyageur pour s’assurer que tous nos vaccins sont à jour et pour savoir les précautions à prendre. On demande une prescription pour la diarrhée du voyageur ainsi que du Gastrolyte pour la réhydratation.

2. Si l’on part pour quelques mois ou si l’on a connu des problèmes de santé pendant l’année, il vaut mieux rencontrer son médecin et demander son feu vert pour le voyage. On lui demande également le renouvellement de ses prescriptions ainsi qu’une ordonnance supplémentaire, indiquant la dénomination commune et le nom commercial de tous nos médicaments. Ce dernier point peut s’avérer très important si l’on est malade dans un autre pays.

3. On appelle ses assurances pour mettre son dossier santé à jour. Surtout répondre honnêtement à toutes leurs questions. Lorsqu’un ennui de santé survient dans un autre pays, une fausse déclaration pourrait invalider notre contrat d’assurance et ça pourrait alors coûter très cher.

4. À la pharmacie, on se procure les médicaments une durée plus longue que celle du séjour. Si jamais un imprévu arrive et que l’on soit obligé de rester quelques jours supplémentaires, il serait ennuyeux de devoir trouver une pharmacie en urgence, d’espérer recevoir le même produit et surtout d’avoir à tout payer pour, au retour, se farcir les réclamations au gouvernement et aux assurances. Mieux vaut être plus prévoyant.

5. On apporte TOUS ses médicaments avec soi dans le bagage à cabine, idéalement dans leur emballage d’origine. Le mieux est de les placer dans un grand sac transparent (type Zyploc) et d’y joindre le document, remis par la pharmacie, contenant tous les détails.

6. Si des seringues et des aiguilles sont nécessaires pour prendre ses médicaments, il ne faut pas oublier le certificat médical mentionnant ce fait.

7. Si l’on porte un stimulateur cardiaque, une pompe à insuline ou tout autre dispositif médical, on prend soin d’en informer l’agent dès son entrée dans la zone de contrôle de sécurité, idéalement en lui tendant sa carte d’embarquement. Il se peut que ce dernier demande les documents médicaux en preuve.

8. La limite de deux bagages de cabine ne s’applique pas aux fournitures et équipements médicaux.

9. Toutes les compagnies aériennes et tous les aéroports offrent un service d’accompagnement gratuit aux personnes à mobilité réduite qui en font la demande. Il suffit de le mentionner lors de sa réservation ou de se rendre au comptoir Besoins spéciaux de sa compagnie d’aviation, au moment de l’enregistrement. On vérifie qu’à l’arrivée quelqu’un nous attendra avec un fauteuil roulant ou un véhicule électrique.


♦ D’autres informations sont disponibles sur le site du gouvernement du Canada, section Voyager avec une déficience.

Ce texte a d’abord été publié, le samedi 22 septembre 2019, dans le Journal de Montréal ICI et le Journal de Québec ICI

Publicités

Quelques trucs pour bien voyager avec son animal

La semaine dernière, je vous ai donné quelques trucs pour préparer un voyage avec Pitou. Voici quelques trucs, susceptibles de faire de votre chien un bon voyageur.

PHOTO FOTOLIA

En avion

1. Si possible, on l’habitue lorsqu’il est bébé. Plus âgé, il a ses habitudes et il faut beaucoup de patience pour calmer ses angoisses face à un nouvel environnement.

2. On vérifie les règles de la compagnie aérienne concernant le transport d’animaux. S’il pèse moins de 10 kg (22 livres) (incluant le poids de la cage), il devrait pouvoir voyager dans un sac de transport léger que l’on peut placer sous le siège devant nous. On peut ainsi le caresser s’il pleure. Certaines compagnies acceptent même que le sac soit sur nos genoux. On peut ainsi le rassurer s’il pleure.

3. On le familiarise avec sa cage (des gâteries placées dans cette dernière peuvent aider) plusieurs jours avant le départ. On y dépose sa doudou ou son toutou préféré.

4. Avant de se rendre à l’aéroport, on lui fait faire une très longue marche. Épuisé, il sommeillera plus facilement.

5. Deux heures avant le vol, on le nourrit légèrement, mais on ne diminue pas sa consommation d’eau.

En auto

1. On ne doit pas le laisser libre dans le véhicule. Il peut vous distraire et causer un accident, mais aussi se transformer en projectile en cas de freinage brusque. L’idéal demeure la cage de transport. Un bon harnais ou une ceinture de sécurité peuvent aussi faire l’affaire­­­, mais ils doivent être sécuritaires et ne pas l’étrangler.

2. La partie arrière d’une camionnette et le compartiment à bagages sont à éviter. En cas d’accident, l’animal n’a aucune chance.

3. Les décapotables, les boîtes de camion et les fenêtres ouvertes peuvent causer des otites, des conjonctivites ou des chutes.

4. Nourrir l’animal au moins six heures avant le départ, prévoir une bouteille d’eau fraîche (les trous d’eau contiennent des bactéries) et son écuelle.

5. En route, faites des arrêts (toutes les deux heures) pour qu’il se détende, se soulage et se désaltère.

6. Apporter sa laisse et ses médailles d’identification. Avant de le faire sortir, mettez-lui sa laisse, car ce nouvel environnement pourrait l’effrayer et vous faire perdre le contrôle.

7. Ne jamais le laisser seul dans un véhicule, même à l’ombre. En quelques minutes, la température peut grimper et causer une hyperthermie (coup de chaleur­­­).

8. Ces conseils valent aussi pour les sorties en bateau, mais il faudrait ajouter un gilet de sauvetage. Chats et chiens sont, en général, de bons nageurs, mais ils se fatiguent vite.

Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Conseils aux lecteurs du samedi 1 septembre 2018 du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI.

Virginia Beach – La station balnéaire…où l’on aime revenir

VIRGINIA BEACH, Virginie | Certaines destinations possèdent un tel pouvoir d’attraction que même le passage du temps n’arrive pas à faire pâlir leur étoile. C’est le cas de Virginia Beach. Mais quel est donc ce pouvoir de séduction ? Pour comprendre, il suffit de s’y rendre.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach. L’immense statue de Neptune veille sur la longue promenade en bord de mer

 

S’il est vrai que son long ruban de sable blond (56 km), léché par des eaux chaudes, ramène les visiteurs année après année, cette destination fait aussi montre d’un dynamisme incroyable pour offrir des activités originales et séduisantes.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
Marcher sur la plage au coucher du soleil

À chacun sa plage

Au sud, dans le Back Bay National Wildlife Refuge, la plage n’est pas accessible. Elle est réservée aux oiseaux et autres animaux que l’on croise, à pied ou à vélo, dans les sentiers de randonnée.

Adjacent à ce territoire protégé, le False Cape State Park est le lieu de tous les plaisirs (canot, kayak, vélo, randonnée) et s’il est possible de s’y baigner ou même d’y camper, il faut mériter cette chance, car on ne peut y accéder qu’en marchant ou en pédalant 10

The Cavalier

km, les autos y étant interdites.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
En vélo dans le False Cape State Park

On arrive ensuite aux trois plages publiques, celle de la Promenade tout particulièrement appréciée des surfeurs et des badauds qui s’immortalisent près de la statue de Neptune qui veille sur son boardwalk de 5 km. Vient ensuite Sandbridge, calme et sereine, et enfin, plus au nord, celle plus familiale de la baie de Chesapeake.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
La passerelle qui mène à la plage familiale de la baie de Chesapeake

Tant de choses à voir et à faire

Ville sportive, dynamique et prônant un mode de vie sain, la principale station balnéaire de la Virginie compte de nombreux restaurants dont les menus regorgent de produits locaux. Au New Earth Farm, on peut même apprendre à faire ses propres marinades ou suivre des cours de cuisine.

À cela s’ajoutent plusieurs arrêts dégustation. Des bières à la Commonwealth Brewery Company, une vodka artisanale à la Chesapeake Bay Distillery et des vins à la Mermaid Winery, qui offre également une très bonne table.

Mais la configuration de cette ville toute en longueur invite également aux longues randonnées, en forêt, mais surtout en bord de mer. Par beau temps, les sorties en bateau ou en kayak à la rencontre des dauphins ou l’initiation au surf, au « paddleboard » ou au parapente comblent nos besoins d’évasion et d’adrénaline.


L’hôtel The Cavalier

The Cavalier

Virginia Beach possède de nombreux hôtels de toutes catégories, mais aucun ne fait d’ombre à cette belle d’autrefois qu’est The Cavalier. Inspiré par l’architecture de Monticello (résidence de Thomas Jefferson, 3e président américain), l’hôtel a été construit en 1927. Depuis son ouverture, il a vu défiler de nombreuses célébrités dont 10 présidents américains.

Pour un séjour luxueux, on opte pour l’une de ses 85 chambres (23 suites) dans lesquelles les chiens sont les bienvenus. Sur place, on profite des cours de mixologie qu’on y offre et l’on visite la Tarnished Truth Distillery. Enfin, on joue les riches et célèbres en profitant des installations du Cavalier Beach Club en front de mer. Seul problème, on ne veut plus repartir !

cavalierhotel.com

QUELQUES COUPS DE CŒUR À VIRGINIA BEACH

Military Aviation Museum

Photo : Lise Giguère
C’est à bord de cet avion de la Seconde Guerre mondiale que, par temps clair, on peut s’offrir le frisson d’une envolée.

On trouve dans ce musée la plus importante collection privée d’avions des deux grandes guerres. Les plus audacieux peuvent même s’offrir un vol dans un authentique appareil de la Deuxième Guerre mondiale. Inoubliable !

militaryaviationmuseum.org 

Oceana Naval Air Station

PHOTO: Lise Giguère
Dans le parc historique de l’Oceana Naval Air Station, un F14 comme celui que pilotait Tom Cruise dans Top Gun.

Les 22-23 août, le Oceana Naval Air Station sera ouvert au public. On s’y rend pour voir décoller les F-18 et pour admirer les Jets utilisés par la Navy pendant les guerres. On en profite pour se photographier près du F 14 (ci-haut) identique à celui que pilotait Tom Cruise dans le film Top Gun.

Les murales du ViBe District

Photo; Lise Giguère. L’une des murales du quartier ViBe

Ce quartier est en pleine expansion et, en plus des murales, on y trouve d’étonnantes boutiques et des restaurants branchés.

Pleasure House Oysters

Ostréiculteur passionné, Chris Ludford propose d’originales sorties en mer à la découverte des huîtres. On apporte sa bouteille de vin et Chris fournit les huîtres qu’il sort directement de ses cages dans la mer. Il ouvre ensuite les mollusques que l’on déguste dans son bateau ou… les pieds dans l’Atlantique ! L’ostréiculteur a commencé cette activité à la demande d’un chef désireux de tout connaître sur les huîtres.

PHOTO: Lise Giguère
L’un des moments forts du voyage, lorsque Chris Ludford puise des huitres fraîches dans la cage qu’il vient de sortir de la mer.

pleasurehouseoysters.com


First Landing State Park

Photo: Bureau du tourisme de Virginie – First Landing State Park

Ce parc est le lieu de débarquement des premiers colons anglais (1607). Avec son terrain de camping parfaitement aménagé et ses sentiers de randonnée dans une forêt de cyprès couverts de mousse espagnole, le site est tout simplement magique.

Bon à savoir

  • On s’y rend par la route : 12 h de Montréal ou 14 h de Québec.
  • Le Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach propose, toute l’année, des rabais de 15 à 35 %, selon la saison.
  • En septembre et octobre, les prix sont moins élevés, les visiteurs sont moins nombreux et l’eau y est plus chaude. À considérer !
  • Info : VisitezVirginiaBeach.com

Ce voyage a été rendu possible grâce au Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.

Ce texte a été publié, le samedi 30 juin 2018, à la Une du cahier Voyages du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI. On a également pu le lire sur le site web de TVA Nouvelles, ICI.

NOTE:

Ci-bas,  je vous place quelques ajouts qui ont été retiré du texte publié dans le Journal, par manque d’espaces

Virginia Beach pour tous

Avec un slogan comme Live for Life, Virgina Beach souhaite que tout le monde (personnes à mobilité réduite, en chaises roulantes et mamans poussant des carrosses)puisse profiter de ses beautés. Quatre accès sont aménagés pour accéder à la mer et au Grommet Island Park, un parc d’amusement construit à l’initiative de Bruce Thompson, dont le fils, Josh, autrefois surfeur, est atteint de la maladie de Lou Gehrig !

PHOTO: Lise Giguère
Le Grommet Island Beach Park un parc d’amusement pour les enfants et les a

À noter qu’au centre d’interprétation du First Landing State Park, on offre également des chaises roulantes avec roues ballons permettant de rouler jusqu’à la mer.

Aussi:

  • Pour le plaisir de rencontrer des contemporains et de parler français, on se rend à la French Twist Boutique(Annie Reichhoff) ; au Travel-L-Park Campground(Phil Upton) ou au Restaurant Bubba’s(Josee Hionis).
  • Ceux qui connaissent l’histoire d’Edgar Cayce’s, ce medium qui prônait les principes d’une saine alimentation, de l’exercice et du grand air au début du XXe siècle, apprécieront la visite de son Centre de santé situé dans son ancien hôpital, près duquel on trouve aussi un labyrinthe de méditation et un jardin. EdgarCayce.org

 

5 choses à savoir sur les passeports

Document des plus importants pour les voyageurs, le passeport exige non seulement qu’on en prenne grand soin, mais il faut également respecter certaines règles. Voici cinq choses à savoir.

PHOTO FOTOLIA

1. Votre passeport demeure la propriété exclusive du gouvernement du Canada. Il faut donc le ranger en lieu sûr et à l’abri des intempéries, car, s’il est endommagé, il faudra présenter une nouvelle demande afin d’éviter de se voir refuser l’entrée aux postes frontaliers, à bord des avions ou subir d’importants retards.

2. Seule la personne qui détient le passeport a le droit de le signer. Si l’on voyage avec un enfant (15 ans et moins), les parents/tuteurs légaux ne doivent JAMAIS le signer, car cela le rendra invalide. Par contre, l’enfant peut le signer, mais la section réservée à la signature peut également être laissée vierge, surtout lorsqu’il s’agit d’un tout-petit. Au Canada, seuls les documents de voyage canadiens pour adultes doivent être signés. Il peut cependant arriver que, dans certains pays, on exige la signature des parents. Donc, si vous voyagez avec des enfants, il peut s’avérer utile d’imprimer une copie de la loi canadienne pour la montrer au douanier du pays visité et ainsi éviter de signer le passeport de son enfant et, du même coup, le rendre invalide au Canada. www.canada.ca

3. Sachez, enfin, que si, à plusieurs reprises, vous avez déclaré des passeports endommagés, perdus ou volés, vous pourriez faire l’objet de restrictions lorsque vous présenterez une nouvelle demande. Il est donc de première importance de bien protéger ce précieux document.

4. La date butoir pour renouveler son passeport est de 6 (six mois) avant sa date d’expiration, mais pour certains pays, c’est plutôt 3 mois. Soyez vigilant. La majorité des pays appliquent rigoureusement cette règle.

5. Si vous prévoyez voyager dans certains pays comme l’Afrique du Sud, votre passeport doit contenir au moins deux pages vierges qui se font face et qui sont libres de tout tampon. Ces dernières seront utilisées pour le permis de séjour temporaire. Si vous prévoyez voyager dans les pays voisins et revenir en Afrique du Sud, assurez-vous d’avoir suffisamment de pages libres, faute de quoi on pourrait vous interdire de monter à bord de l’avion.

Ce texte a d’abord été publié le samedi 28 avril, dans la chronique Conseils aux voyageurs du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI.

La Gestion des incidents médicaux lors d’un vol

Récemment, une lectrice m’écrit: au cours d’un vol vers l’Europe, elle a subi un malaise alors qu’elle était dans l’avion. Heureusement, tout s’est bien terminé. Ce n’était pas grave et le personnel de bord a pu lui venir en aide, mais cet incident l’a amenée à se questionner. Que ce serait-il passé si ça avait été grave ? Est-ce que le personnel est formé pour répondre aux urgences ?

Illustration Fotofolia

Pour répondre à cette interrogation, j’ai fait quelques recherches auprès de Transport Canada, de l’OACI­­­­ (Organisation de l’aviation civile internationale), de l’IATA (International Air Transport Association) et de la Croix-Rouge canadienne. Il appert dans un premier temps qu’un règlement international de l’OACI exige que tous les agents de bord soient formés en premiers soins. Par contre, ce sont les États membres (Canada, É.-U., etc.) qui décident des détails de la formation imposée.

Formation

Les compagnies aériennes, le plus souvent assistées par une agence spécialisée (Croix rouge, Ambulance Saint-Jean ou autre), développent un syllabus qui doit être approuvé par le ministère du Transport (au Canada). Les agents de bord ont donc une formation initiale et au moins une partie de cette formation est revue chaque année, souvent en utilisant une simulation.

Une autre norme de l’OACI que les États signataires doivent accepter stipule qu’il doit y avoir du matériel médical adéquat à bord. Le choix de ce matériel (trousses de premiers soins et trousses médicales d’urgence) est laissé aux États membres. L’OACI n’exigeant pas les défibrillateurs à bord, présentement seuls quelques pays (É.-U., Corée du Sud) les exigent. Dans tous les autres pays, y compris le Canada, c’est laissé au choix de la compagnie, en fonction de leur type d’opérations.

Les cas graves

S’il arrive qu’un médecin soit à bord lors d’un cas de maladie grave, il peut accepter de fournir de l’aide, mais l’OACI précise que « même si un professionnel de la santé se trouve à bord et accepte d’offrir bénévolement son assistance, la responsabilité globale de la gestion de l’incident médical revient à l’équipage ».

Pour les problèmes graves, plusieurs compagnies aériennes ont une entente avec une compagnie médicale spécialisée qui offre du soutien à partir du sol. À ce moment-là, l’agent de bord relaie l’information au commandant qui la relaie au médecin urgentologue de la compagnie en question. Ce dernier analyse la situation et fait ses recommandations au commandant. Si une des recommandations est le déroutement de l’avion, comme l’explique le Dr Claude Thibeault de l’IATA, « La seule personne qui a la décision finale pour dévier un avion de son parcours et se poser à un aéroport non prévu, c’est le commandant puisqu’il est le seul à pouvoir analyser tous les détails techniques pour assurer la sécurité de tous les passagers. »

cet article a été publié dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

5 trucs pour se préparer à une tempête

Lorsque la météo donne un Avertissement de tempête, comme c’est le cas cette semaine, il vaut mieux prendre ses précautions et bien se préparer avant même de se rendre à l’aéroport. Voici 5 trucs.

1. On télécharge l’application de la compagnie d’aviation avec laquelle on a nos billets et celle de l’aéroport (YULi pour l’aéroport de Montréal et YQB pour l’aéroport de Québec) sur sa tablette ou son cellulaire. Il suffit d’inscrire le vol que l’on doit prendre pour être informé en temps réel des retards ou des annulations. Indispensable !

2. On part plusieurs heures à l’avance, quitte à réserver une nuit dans un hôtel près de l’aéroport. Non seulement on ne risque pas de se retrouver à rouler dans la tempête aux prises avec un stress intense, mais en cas d’annulation, il sera plus agréable d’attendre dans ces lieux. Des navettes peuvent ensuite nous conduire à l’aéroport et venir nous chercher à l’arrivée, pendant que notre automobile demeure dans leur stationnement.

3. On met un soin tout particulier à préparer son sac de cabine. Dans ce dernier, on prévoit des trucs à manger (noix, barres tendres, etc.) en plus grande quantité que d’habitude. On n’oublie surtout pas tous les médicaments dont on peut avoir besoin et des choses pour passer le temps (tablettes, livres, jeux) en cas d’attente prolongée. On y met également une couverture, un oreiller de voyage et un masque pour les yeux pour toute la famille. Enfin, des bouteilles vides que l’on peut remplir d’eau sur place.

4. Dès que nos applications nous informent de l’heure de départ de notre vol, on réserve notre passage prioritaire à la sécurité (pour tous les départs, sauf à destination des États-Unis). 24 h avant l’heure de son vol, il suffit de réserver en ligne (maximum 5 personnes) et de confirmer son inscription en répondant à un message SMS. Bien entendu, il faut se présenter à l’heure prévue dans la ligne Secur Express (www.admtl.com/fr/vols/secure_express).

5. Avec toutes les modifications de vol et d’horaire, le risque de perdre ses valises augmente. On prend donc la précaution de placer, sur ses valises, une étiquette (et même deux) avec notre adresse, mais également l’endroit où l’on se rend. De plus, à l’intérieur de ces dernières, directement sur le dessus, on glisse une grande feuille avec nos noms, numéros de téléphone et courriels, bien visibles. Protection supplémentaire, à l’aide de son cellulaire, on les photographie de même que les reçus de réclamation. Ainsi, en cas de perte, on les retracera plus facilement.

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

10 comportements qui énervent les agents de bord

On critique souvent les agents de bord, mais on oublie trop souvent que leur travail n’est pas toujours facile. Si les voyageurs ne se gênent pas pour formuler des plaintes à leur sujet, ils en auraient également long à dire sur la façon d’agir discutable de certains passagers. Le comparateur de vols et de d’hôtels Jetcost a fait une sélection de dix comportements qui non seulement les agacent, mais dérangent les autres et/ou peuvent représenter un danger.

1 – Les moqueries à propos des mesures de sécurité.
Lorsqu’on voyage fréquemment, on connait par cœur les gestes expliquant les mesures de sécurité et montrant les issues de secours, l’emplacement des gilets de sauvetage, etc. Ce n’est pas une raison pour tourner en ridicule cette partie de leur travail.
2 – Monopoliser le compartiment à bagages.
Beaucoup de voyageurs embarquent avec de gros bagages à main pour éviter de payer pour une valise en soute. Ainsi, ils envahissent l’espace destiné à leurs voisins, refusent de glisser leurs sacs sous les sièges, rangent ce dernier loin de leur siège ou exigent que ce soit les agents de bord qui hissent leurs valises.
3 – Encombrer la circulation dans les couloirs.
L’espace est de plus en plus exigu dans les avions et certains passagers empiètent sur l’espace du voisin, monopolisent les accoudoirs, laissent dépasser bras et jambes dans le couloir en gênant le service et non seulement ne s’excusent pas lorsque les agents trébuchent, mais les engueulent. Il faudrait garder en tête qu’ils ne sont en rien responsables de cette réduction d’espace et qu’ils sont les premiers à en souffrir.

4 – Utiliser ses appareils électroniques lorsque c’est interdit.
L’utilisation d’appareils électroniques (portables, tablettes et téléphones) est autorisée pendant certaines phases du vol (en mode silencieux). Cependant, non seulement certains ne respectent pas ces règles, mais laissent leurs enfants s’amuser avec des jeux très bruyants sans écouteur. Et ils osent se mettre en colère lorsque le personnel leur rappelle le règlement.
5 – À l’arrivée, se lever avant la consigne

Après plusieurs heures de vol, nombreux sont ceux qui n’attendent pas le signal du pilote pour se lever. Non seulement ce geste dérange les passagers et l’équipage, mais c’est dangereux de le faire avant l’arrêt complet de l’appareil.

6 – Allumer son mobile trop tôt
Certains passagers ont une telle urgence de prendre leurs messages qu’ils rallument leur appareil dès que l’avion est en approche de la ville. Un capitaine d’avion a révélé à Jetcost qu’il a déjà du demander aux passagers d’éteindre leurs mobiles parce qu’une interférence avait bloqué le train d’atterrissage, l’empêchant de faire pivoter l’appareil au sol avant de le garer.
7 – L’usage abusif de la sonnerie.
Il ne faut pas abuser de la sonnerie permettant d’appeler le personnel de cabine. On s’en sert pour des problèmes techniques ou des demandes précises.

8 –Aller aux toilettes ou se mettre debout lorsque c’est interdit.
Pendant les turbulences et lors du décollage ou de l’atterrissage, les passagers n’ont pas le droit de se mettre debout. Nombreux sont cependant ceux qui passent outre cette interdiction notamment pour aller aux toilettes ou pour chercher ou ranger quelque chose dans leur bagage à main. Ce n’est pas interdit pour rien, c’est dangereux !

9 – Prendre l’avion pour une poubelle.
Les auxiliaires de cabine passent à plusieurs reprises dans les couloirs munis de sacs poubelles. Cela n’empêche pas certains voyageurs de mettre leurs emballages de chocolat, sachets de chips ou de coller leur vieux chewing-gum aux magazines dans les pochettes des sièges ou de les jeter par terre. En raison des temps de battements de plus en plus court entre deux vols, ce surcroit de travail pour nettoyer l’appareil peut parfois être la cause de retards.

10 – Essayer des aventures insolites. 
Certains passagers ont le fantasme de faire l’amour à bord d’un avion et de se retrouver au sein du Mile High Club qui regroupe ces derniers. En général, si c’est fait avec discrétion (pas facile), les auxiliaires de cabine n’interviennent pas, sauf si la situation tourne au scandale ou s’ils essaient d’obtenir leur complicité ou … leur participation.

Source : Jetcost : www.ca.jetcost.com/fr

Ce texte (handicapé de trois situations énervantes)  a été publié dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI