Archives de Catégorie: beauté

15 coups de coeur au Canada

Et si on profitait du 150e anniversaire du Canada pour découvrir (ou redécouvrir) notre pays, qui est tout de même le deuxième plus vaste au monde? Voici mes coups de cœur! Combien d’entre eux avez-vous vu ou visité ? Quels sont les vôtres ? Je serais heureuse de les retrouver au bas de ce texte. 

Parc national de Banff, de Forillon ­(photo), de Jasper, de Fundy, de l’Archipel-de-Mingan… Créés pour protéger les écosystèmes particuliers du pays et pour sauver des espèces en voie de disparition, les parcs nationaux du Canada permettent une incursion dans nos grands ­espaces naturels. Parcs Canada regroupe 46 parcs nationaux, un parc national ­urbain, quatre aires marines nationales de conservation et 171 lieux historiques nationaux qui, eux, célèbrent leur 100e anniversaire. En 2017, on peut se procurer la carte Découverte qui permet l’entrée gratuite dans tous ces parcs.Info: www.pc.gc.ca


L’Anse Aux Meadows National Historic Site
Credit Parks Canada- Dale Wilson

2. Le Vieux Lunenburg – Nouvelle-Écosse

Site du patrimoine mondial de l’UNESCO pour avoir su préserver l’héritage et l’architecture de son passé colonial ­britannique (18e et 19e siècles), le Vieux Lunenburg (Nouvelle-Écosse) est un véritable bijou. Pour en mesurer toute la beauté, on s’offre une petite croisière de deux heures à bord du Bluenose II, réplique du Bluenose, la ­goélette de course devenue symbole ­national (elle orne les pièces de 10 cents). On peut également visiter le Musée des pêcheries de l’Atlantique (Fisheries ­Museum of the Atlantic), un hommage à la construction navale de cette ville.www.novascotia.com

Le Vieux Lunenburg

Le Bluenose que l’on retrouve sur les pièces de 10 cent canadiens


3. Le pont suspendu de Capilano – Colombie-Britannique

Le vertige n’a pas sa place si l’on veut s’élancer sur ce pont de 140 mètres de longueur qui surplombe, à 70 mètres, les eaux tourbillonnantes de la rivière Capilano. Il a été construit en 1888 par un ingénieur écossais qui désirait relier les terres qu’il venait d’acheter, situées de part et d’autre du fleuve Capilano. Devant la popularité de cette attraction, on offre désormais de nombreuses aventures aux maniaques d’adrénaline, comme le Cliffwalk, une série­­ de passerelles accrochées aux falaises de granit façonnées par les glaciers. www.hellobc.com

Le pont suspendu de Capilano


4. Safari aux ours blancs à Churchill – Manitoba

Churchill, c’est la capitale de l’ours ­polaire. À bord d’un «toundra-buggy», un bus surélevé tout-terrain, on peut les ­observer alors qu’ils attendent que les banquises se forment pour rejoindre leur territoire de chasse. C’est cependant sur ces derniers, à Churchill Wild, que les émotions sont les plus vives alors qu’on les traque, en Jeep et à pied, dans leur habitat naturel. À Churchill, les voyages ont lieu surtout fin juillet et mi-août alors qu’à Churchill Wild, c’est plutôt en ­octobre et en novembre, lorsqu’ils ­regagnent les banquises de la baie d’Hudson. Une expérience inoubliable.

@Lisegiguere
Maman ours et bébé ourson

@lisegiguere
Pendant que maman fait dodo, bébé se montre curieux


5. Les chutes Niagara – Ontario

Incontournables depuis toujours, les plus puissantes chutes d’Amérique du Nord continuent d’attirer les visiteurs. Formées par les eaux de fonte du glacier Wisconsin il y a plus de 12 000 ans, elles se partagent la frontière des États-Unis et de l’Ontario. Dans un grondement sourd, cet immense mur d’eau (323 mètres ou 0,8 kilomètre) se déverse d’une hauteur de 53 mètres (l’équivalent de 17 étages), dans la rivière Niagara. Pour un point de vue unique, on les ­survole en hélicoptère. On peut ­également le faire de la plateforme ­d’observation intérieure ou extérieure du Skylon Tower ou, mieux encore, s’attabler dans l’une des deux salles à manger pour les admirer au coucher du soleil.www.ontariotravel.net

Les chutes Niagara vues d’un hélicoptère


6. La piste Cabot – Nouvelle-Écosse

Cette boucle de 300 kilomètres, creusée au sommet d’anciennes montagnes, ­serpente le long de la côte de l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Elle longe les falaises et les pics rocailleux tout en offrant des panoramas exceptionnels, ce qui en fait l’un des plus beaux sites ­touristiques de l’est du Canada et l’un des circuits routiers les plus célèbres.www.novascotia.com/fr

Suivre la Piste Cabot c’est s’offrir de magnifiques paysages


7. La baie de Fundy – Nouveau-Brunswick

Avec ses marées qui comptent parmi les plus hautes du monde, la baie de Fundy est l’une des merveilles du monde marin. Dans cette réserve de biosphère de l’UNESCO, les marées atteignent 16 mètres de haut. Ce sont leur force, et le temps, qui ont sculpté les incroyables rochers rougeâtres qui s’y trouvent, les fameux Hopewell Rocks.www.tourismenouveaubrunswick.ca

Les Hopewell Rocks de la Baie de Fundy


8. Les îles de la Madeleine – Québec

Peu importe la saison, les îles de la Madeleine se font séductrices. Au printemps, on assiste à la mise à l’eau des cages et à l’arrivée du homard nouveau que l’on ­déguste frais. En été, on profite des plages, on s’enfonce en kayak ou en canot dans les grottes que la mer a sculptées dans les falaises. En automne, on participe au plus grand concours de châteaux de sable au monde. Et en hiver, on s’offre l’expérience ultime d’une rencontre avec les blanchons sur la banquise.www.tourismeilesdelamadeleine.com

@lisegiguere
Observation des blanches aux Iles de la Madeleine

9. La Route des icebergs – Terre-Neuve

On s’offre une courte croisière sur la Route des icebergs le long des côtes nord de Terre-Neuve, à la pointe du Labrador. Certains de ces immenses blocs de glace, vieux de milliers d’années, se détachent des glaciers du Groenland lorsque les températures augmentent. Certains sont aussi hauts qu’un gratte-ciel. Sur ce ­parcours, on croise également de ­nombreuses baleines. On privilégie mai et juin pour les icebergs et juillet et août pour les baleines.www.tourismetnl.ca

@lisegiguere
La rencontre d’un iceberg laisse un souvenir inoubliable


10. La vallée de l’Okanagan – Colombie-Britannique

Imaginez que partout où votre regard se pose, il croise des vignobles chargés de grosses grappes de raisin, des arbres fruitiers ployant sous les pommes, les pêches, les poires, les prunes ou les cerises joufflues. Ajoutez à cela un paysage montagneux désertique et sauvage et une vallée au fond de laquelle scintille un immense lac d’un bleu azur. Pour les amoureux de la nature, la vallée de l’Okanagan est un véritable paradis terrestre.www.okanagan.com

Vignoble de la Vallée de l’Okanagan


11. Les aurores boréales – Nunavut

Située sous de très hautes latitudes, la majeure partie du Nunavut connaît des journées extrêmement courtes d’octobre à février, ne laissant parfois que quelques heures de lumière chaque jour. Dans ce ciel vierge de toute pollution lumineuse­­, les aurores boréales offrent un spectacle unique et inoubliable. À Iqaluit­­, la capitale, de nombreuses options­­ permettent d’assister au déploiement de ces rubans colorés qui dansent dans le ciel.nunavuttourism.com

Crédit: Michael Davis – tourisme Nunavut


12. Le lac Émeraude – Yukon

Creusé par les glaciers il y a de cela 14 000 ans, ce lac de couleur verte avec ses montagnes en arrière-plan donne l’illusion de se trouver au centre d’une carte postale. On ne peut y louer de ­bateau en été ni y faire de la pêche sur glace en hiver et aucun musée sur ses rives ne raconte son histoire. Malgré tout, c’est l’un des lieux les plus ­photographiés du Yukon. De là, on peut emprunter la Route du Klondike vers Dawson City pour un voyage dans le temps au cœur de la ruée vers l’or.www.travelyukon.com

Le lac Emeraude


13. Les hôtels Fairmont

Onze des 20 hôtels Fairmont ont joué un rôle prépondérant dans le développement du Canada. Dès 1900, ces établissements emblématiques, appartenant au Canadien Pacifique (CP), se dressent sur le parcours du chemin de fer reliant l’est du Canada à la Colombie-Britannique. Y loger, c’est revisiter ce pan de notre ­histoire.www.fairmont.com

Le Fairmont Jasper Lodge


14. Le train « Pancanadien »

Dans le cadre des festivités pour le 150e du Canada, Via Rail offre aux ­Canadiens une occasion unique, celle de découvrir les régions du Canada, d’un océan à l’autre. De mars à octobre, des forfaits ferroviaires spécialement conçus permettent de découvrir les villes le long des itinéraires suivants: Vancouver-Winnipeg-Churchill, ­Vancouver-Toronto-Montréal-Halifax ou Halifax-Montréal-Toronto-Winnipeg-Churchill. Il s’agit d’un produit sur ­mesure où les voyageurs choisissent leur itinéraire.www.viarail.ca

Credit: C Robidoux
Train dans les Rocheuses


15. Le pont de la Confédération – Maritimes

Ce magnifique pont arqué, d’une ­longueur de 12,9 kilomètres, est le plus long au monde à surplomber des eaux qui glacent pendant les mois d’hiver. Ouvert à la circulation automobile en 2007, ce chef-d’œuvre d’ingénierie relie l’Île-du-Prince-Édouard au Nouveau-Brunswick et demeure l’une des plus grandes réalisations techniques ­canadiennes du 20e siècle.www.confederationbridge.com

Le pont de la confédération

Cet article a été publié, sous ma signature et sous le titre CanadaL Avez-vous déjà visité ces incontournables ?, sur le site web de Canoe.ca ICI

 Il a également été publié dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

Aura, un spectacle absolument spectaculaire signé Moment Factory !

Depuis hier soir, et pour les cinq prochaines années,  la Basilique  Notre-Dame de Montréal met tous les soirs son manteau son et lumière préparé spécialement à son intention, par l’équipe de Moment Factory. Un moment de pure grâce qui permet de redécouvrir ce bâtiment emblématique.

Pas toujours nécessaire de partir au loin pour s’offrir un souvenir inoubliable. Parfois, ça se passe à deux pas de chez nous. C’est exactement le sentiment ressenti, hier soir, à la première de Aura.

Combien d’entre nous, poussons la porte d’églises, de cathédrales, de Basilique en voyage ? Et de ce nombre, combien ont visité ce joyau architectural à la beauté incommensurable ? C’est à l’occasion du 375e de la Ville de Montréal que cet audacieux projet a vu le jour. 

Un spectacle immersif

Le spectacle se déroule en deux parties distinctes. La première est un parcours libre permettant un regard différent sur  8 oeuvres d’art situées de chaque côté de la Basilique. Les jeux de lumière apportent une dimension toute particulière à ces dernières. Auréolées de lumière en mouvement, elles  semblent tout à coup sortir des cadres pour révéler des détails qui, autrement passeraient inaperçus.

Pour la seconde partie, il faut s’asseoir (de préférence au centre de la Basilique pour ne rien perdre). C’est alors que débute la musique originale, composée par Marc Bell et Gabriel Thibaudeau pour Troublemakers, accompagnée d’un orchestre de 32 musiciens, de 20 choristes et de l’organiste de la Basilique.

Bousculé par le grondement sourd du début de cette interprétation, on se laisse totalement emporté par les illuminations qui nous transportent dans les 4 saisons avant que la Basilique toute entière se retrouve  engloutie. Un spectacle totalement fascinant qui ne laisse pas une seconde de repos à nos sens.

D’une durée approximative d’une heure, le spectacle Aura nous transporte dans un autre univers tout en préservant et en mettant en valeur la magnifique architecture des lieux. Frissons garantis !

À votre tour, laissez-vous emporter par cette vidéo

En terminant, petit conseil ‘à tous les visiteurs outre mer qui se visiteront Montréal. C’est à voir absolument, même si vos convictions religieuses n’adhèrent pas à celles que représentent cette Basilique.

Avoir de la classe, en avion !

Avoir de la classe, quelle belle expression ! Cependant, lorsqu’on utilise le terme classe en avion, il fait plutôt référence au confort, aux luxe, à l’espace. C’est vrai que depuis quelques années, la classe économique ne cesse de perdre des plumes. On aimerait bien voyager en classe Premium, Affaires, Affaires Plus et même en Première Classe, mais est-on prêt à payer la différence de prix ?

Lorsqu’on achète son billet d’avion, on privilégie souvent l’économie au confort. Après tout, payer le triple pour aller au même endroit, manger un meilleur repas, c’est vrai que c’est agréable et tentant, mais ne vaut-il pas mieux garder ses sous pour profiter pleinement de ses vacances ?

Histoire de vous donner une petite idée, voici une courte présentation de ces différentes classes, suivie en fin de texte d’une comparaison de prix.

La classe économique

classe économique Air Canada

Il faut bien l’avouer, ce n’est certainement pas la façon de voyager la plus confortable. Les sièges sont étroits et n’offrent que peu de distance avec le voisin devant nous et celui derrière. L’inclinaison est donc réduite voire impossible, il faut partager son accoudoir avec le voisin et l’on n’a que très peu de place pour ranger les choses dont on a besoin durant le vol. Le service est, lui aussi, réduit au minimum et sur certains vols, plus courts, on n’offre rien d’autre que du café, du jus ou une boisson gazeuse.
La classe Premium

Classe Premium Air Canada

Elle porte différents noms selon les compagnies, mais c’est celle qui se situe entre la classe affaires et la clase économie. Ses sièges sont plus confortables et offrent plus d’espace, le service est meilleur (repas plus copieux, écran plus large, prises USB). Elle coûte entre 10% et 30% de plus que la classe économique.

La classe Affaires

Classe Affaires Air Canada

Il est certain que si l’on traverse l’Atlantique et qu’une réunion nous attend à l’arrivée, c’est la classe à privilégier. Elle offre un véritable confort et ce, dès l’arrivée à l’aéroport (inscription dans une zone réservée, embarquement en priorité, restauration raffinée et, bien entendu de larges sièges dont certains forment même un véritable lit. Mais elle coûte de 2 à 3 fois le prix le plus bas de la classe économie.

Première classe

Première classe Air France

C’est la plus prestigieuse. Située en avant de l’avion, elle ne compte généralement que quelques sièges qui ressemblent à de petites chambres. C’est un confort extrême. Mais son prix est également très élevé et elle n’est pas disponible sur tous les vols.

Les différences de prix

Lorsqu’il n’est pas obligatoire de voyager à une date précise, il vaut la peine de vérifier les coûts selon les dates de départ car cela peut varier beaucoup. Voici, à titre d’exemple, les prix issus d’une recherche faite sur les sites d’Air France et d’Air Canada pour un billet sur un vol direct (aller-retour Montréal-Paris) :

  • Chez Air France : Pour un départ le 3 mars et retour le 10 mars : 1 204 $ en Classe Économie ; 2 236 $ en classe Premium et 6 557 $ en classe Affaires. Du 6 au 13 mars, ce même vol coûtait 746 $ en économie ; 2 116 $ en Premium et 6 557 $ en classe Affaires.
  • Chez Air Canada: 3 au 10 mars : 874 $ en classe économie ; 2 265$ en Economie Privilège et 6 359 $ en classe Affaires. Du 6 au 13 mars : 745 $ en économie ; 2145 $ en Economie Privilège et 6 354 en classe Affaires. www.aircanada.com

Note : Ces prix sont à titre indicatif seulement. Il y a de fortes chances, squ’ils ne correspondent pas aux prix de vos recherches. C’est que la façon de déterminer les prix (pricing) des billets d’avion est très sophistiquée. Les tarifs évoluent en permanence en fonction de l’offre et de la demande. Ils sont ensuite ajustés en fonction de l’environnement (concurrence, période du voyage, nombre de sièges disponibles, etc.). Bref, un beau casse-tête dont on ne sort jamais réellement gagnant.

 

 

Bravo au Manoir Hovey voté Meilleur hôtel au Canada

NORTH HATLEY, Québec, le 18 octobre 2016.  – Le Relais & Châteaux Manoir Hovey situé sur les rives du lac Massawippi dans les Cantons de l’Est a été classé meilleur hôtel au Canada et l’un des 50 meilleurs hôtels dans le monde selon le magazine américain Condé Nast Traveler’s 2016 Reader’s Choice Awards.

manoir-hovey-automne-fall-veranda Le prix souligne l’excellence dans l’industrie du voyage et est communément reconnu comme «the best of the best » dans le domaine.  Plus de 300,000 lecteurs ont voté pour 7,394 hôtels.

N.B. À surveiller, la liste des prix  »Reader’s Choice Awards » Condé Nast Traveler dans le numéro de novembre. La liste complète est publiée exclusivement en ligne ICI.

C’est la deuxième fois, cette année, que le Manoir Hovey se classe au premier rang dans les prestigieux prix annuels du secteur voyage. Il a également été voté # 1 à titre d’hôtel de villégiature au Canada par Travel + Leisure World’s Best Award 2016.

VIDEO Manoir Hovey

«Nous nous pinçons de joie à l’annonce de cette bonne nouvelle de fin d’année » a déclaré Jason Stafford, directeur général du Manoir Hovey. « 2016 a été une année record pour nous, et cette dernière reconnaissance par les lecteurs avisés de Condé Nast Traveler nous confirme que les voyageurs sont à la recherche d’expériences authentiques, intimes et uniques qui donnent l’impression d’appartenance. C’est ce que nous voulons offrir à nos clients, tous les jours, et qui anime notre équipe de professionnels.»

À propos du Manoir Hovey

Situé à  90 minutes de Montréal, le Manoir Hovey est une propriété cinq étoiles, membre de l’Association Relais & Châteaux, située sur les rives du lac Massawippi. L’une des auberges les plus charmantes et romantiques du Canada, le Manoir Hovey a été nommé # 1 au Canada en tant qu’hôtel de villégiature et #19 sur la liste «Les 100 meilleurs hôtels dans le monde » par  »Travel + Leisure’s World’s Best Awards 2016 ». Le Manoir Hovey dispose de 37 chambres et suites au décor rustique ou contemporain et offrant des activités à l’année.  Mariages, conférences, réunions d’affaires et événements spéciaux sont pris en charge de mains de maître. Le restaurant Le Hatley, avec vue sur le lac et les jardins anglais  propose un menu audacieux qui exprime la diversité du terroir québécois. Le cellier bien garni avec une carte des vins impressionnante complète l’offre gastronomique.

Construit en 1900 à l’image de la maison de George Washington à Mount Vernon, le Manoir Hovey est une destination quatre saisons, d’un charme enchanteur et romantique offrant un service impeccable et une cuisine de haut niveau.

4.0.4

Les Cantons de l’Est sous leur parure d’automne

Les clients sont invités à participer aux événements saisonniers et aux activités telles que:

 Récital Gastronomique – Le 28 octobre, aura lieu le deuxième récital gastronomique d’une série qui a lieu au restaurant Le Hatley et qui explore la relation entre la gastronomie et la musique avec un menu de cinq services en harmonie avec des œuvres classiques interprétées par des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal.

En hiver – la pêche sur glace – Une première, offerte gracieusement, pour s’initier à ce sport avec un guide de la région sur la glace du lac Massawippi. Les clients pourront déguster des pizzas artisanales cuites sur un poêle à bois sur skis et accompagnées de boissons chaudes.  Autres activités à la propriété – ski de fond, raquette, patinage sur glace et accès à un tipi authentique.

Chants, Fromages et Vins – Un forfait qui célèbre le nouveau livre récemment publié «The Art of Entertaining Relais & Châteaux » et le chapitre consacré au Manoir Hovey.  Le forfait comprend l’hébergement, le dîner, le petit déjeuner, une visite de l’Abbaye Saint-Benoît-du-Lac avec pique-nique gastronomique, dégustation dans un vignoble local, une visite et dégustation chez un producteur de fromage de la région, et une copie signée du livre.

  propos de Condé Nast Traveler

Pour les plus avisés, le magazine Condé Nast Traveler est la référence pour les plus récentes  tendances dans le domaine du voyage. C’est aussi la bible et la muse des citoyens du monde, offrant à la fois l’inspiration et l’information. Condé Nast Traveler est le plus célèbre et le plus grand nom de confiance dans le monde du voyage avec 6 prix   »National Magazine Award » remportés et 26 nominations dans sa 28e année d’histoire.

 

Sainte-Lucie, un trésor de petite île

Sur l’île de Sainte-Lucie, souvent surnommée le «joyau des Caraïbes», inutile de chercher les édifices chatouillant la voûte céleste. Ce plaisir est laissé aux majestueux pitons, symboles de l’île. Jaillissant de l’eau turquoise, ces aiguilles volcaniques s’érigent en gardiennes des nombreux trésors de ce petit coin de paradis.

@lisegiguere - Les pitons

@lisegiguere – Les pitons

Débarquer à Sainte-Lucie, c’est s’offrir un rendez-vous avec la nature dans ce qu’elle a de plus spectaculaire. Côtes abruptes, forêt tropicale, récifs de corail, parcs marins, réserves naturelles, vallées et collines luxuriantes, plages de sable ­doré ou argenté et petites criques aux eaux cristallines se disputent le regard du visiteur. Impossible de rester indifférent devant tant de beauté.

@lisegiguere - Des paysages à couper le souffle

@lisegiguere – Des paysages à couper le souffle

@lisegiguere - Les fumérolles de la Soufrière

@lisegiguere – Les fumérolles de la Soufrière

Chaleureux, sympathiques et conscients du charme extraordinaire de leur île, les insulaires s’en montrent fiers. Déjà, ­pendant le long trajet entre l’aéroport ­International Hewanorra et Castries, la capitale, notre chauffeur se fait un devoir de nous indiquer les points d’intérêt. Il ne manque pas non plus de nous raconter la riche histoire de son île, la plus petite des Caraïbes, pour laquelle Français et Anglais se sont déchirés pendant deux siècles. Quatorze sanglantes batailles plus tard, elle devenait finalement une possession anglaise avant d’obtenir son indépendance en 1979. Voilà l’explication de tous les noms francophones de nombreux ­villages, d’anses ou de sites divers, alors que l’on y parle anglais et que la conduite automobile se fait à gauche.

Pour lire la suite de cet article paru, sous ma signature, sur le site de Canoe.ca, cliquer ICI
Ainsi que dans le Journal de Montréal, cliquer ICI
et le Journal de Québec, ICI

Croisière au coeur des glaciers

Terre de glace et d’eau, l’Alaska figure sur la «to do list» de nombreux voyageurs. Avec plus de la moitié des glaciers du monde, cette région sauvage à la beauté époustouflante défie les superlatifs.

capture-decran-2016-10-01-a-08-52-05

 

Naviguer près de ces monstres de l’ère glaciaire est une chose, mais pourquoi ne pas s’envoler vers leurs sommets? Y poser les pieds? Aller à leur rencontre en canot?

Pour présenter les attraits de ce territoire, la croisière «Terre et mer: Voyage sur les glaciers» offerte par Princess Cruises se déroule sur 11 jours et comprend une portion terrestre de quatre jours, en plus de la portion maritime de sept jours.

capture-decran-2016-10-01-a-08-52-24

Le voyage auquel nous avons participé a débuté à Fairbanks, au Princess Riverside Lodge (1 nuit), situé au bord de la rivière Chena, puis s’est poursuivi au Denali Princess Wilderness Lodge (2 nuits), à peu de distance du parc national et réserve de Denali. Il s’est enchaîné au McKinley Princess Wilderness Lodge, un hôtel offrant une vue spectaculaire sur le mont McKinley, qui serait la plus haute montagne du monde si l’on tient compte du fait que le mont Everest part à 3700 m d’altitude et que le mont McKinley part du niveau de la mer. De là, nous avons pris le Alaska Train jusqu’à Whittier, où se faisait l’embarquement à bord du Star Princess en direction de ­Vancouver.

Pour lire la suite, sur le site de Canoe.ca ICI

Dans le Journal de Montréal, ICI

Dans le Journal de Québec ICI

Virage écologique pour Hôtellerie champêtre

Plus important réseau d’hôtels et d’auberges indépendants au Québec, Hôtellerie champêtre entame sa 26e année avec un virage novateur et écologique

Tout d’abord, les visiteurs séjournant dans les hôtels et auberges du réseau y trouveront désormais des produits d’accueil (shampoing, gel de douche, revitalisant, lotion, sels de bain et savon) de marque entièrement québécoise. C’est en s’associant avec Laboratoire Cosmepro et Oneka qu’il a été possible de créer la ligne Taïga. Hôtellerie Champêtre devient ainsi le premier regroupement d’hôteliers à offrir des produits québécois à ses clients.

IMG_8917

Une autre première

Grâce à une association avec l’organisme Clean the World qui récupère et transforme les produits d’accueil dans quelque 4 000 hôtels à travers le monde, ces produits, entièrement recyclables, seront triés et traités puis distribués à des organismes venant en aide aux personnes dans le besoin, comme Moisson Montréal ou l’Accueil Bonneau.

Dans un hôtel, quand vous voyez ce logo, c'est que les produits d'accueil seront recyclés. Si vous ne le voyez pas et que vous avez entamé un produit, apportez-le pour éviter qu'il ne se retrouve dans les sites de déchets.

Dans un hôtel, quand vous voyez ce logo, c’est que les produits d’accueil seront recyclés. Si vous ne le voyez pas et que vous avez entamé un produit, apportez-le pour éviter qu’il ne se retrouve dans les sites de déchets.

Avec ce programme axé sur l’environnement et l’entraide, le réseau montre un visage écologiquement responsable, une première dans l’industrie du tourisme de la province.

Avec les défis que connaît présentement notre industrie, il était important d’actualiser notre image et l’offre du réseau afin de demeurer l’un des principaux fleurons de l’industrie au Québec, souligne le directeur général de la bannière, Pierre Lalumière.

Trois nouveaux membres

Pas étonnant que trois nouveaux établissements aient été attirés par ce groupe qui fait preuve de dynamisme. Il s’agit de l’Auberge des Peupliers dans Charlevoix, Cap Au Leste au Saguenay Lac Saint-Jean et l’Auberge des Glacis dans la région de chaudière-Appalaches.

Ces nouveaux venus font grimper le nombre de chambres, disponibles via le Réseau Hôtellerie Champêtre, à 1 800 réparties dans 29 établissements de 12 régions du Québec.

Des outils plus performants

IMG_8918Enfin, afin que la clientèle puisse mieux s’informer sur les différents établissements et faire des choix judicieux, le site web et le magazine ont tous deux subi une cure de rajeunissement. Alors que le premier se veut des plus faciles à consulter, le second porte désormais le nom de HC et se présente comme un magazine Arts de vivre offrant non seulement de l’information sur les hôtels et auberges, mais également des conseils, des suggestions et même des jeux. www.hotelleriechampetre.com