Archives de Catégorie: Chronique Est des USA

Virginia Beach – La station balnéaire…où l’on aime revenir

VIRGINIA BEACH, Virginie | Certaines destinations possèdent un tel pouvoir d’attraction que même le passage du temps n’arrive pas à faire pâlir leur étoile. C’est le cas de Virginia Beach. Mais quel est donc ce pouvoir de séduction ? Pour comprendre, il suffit de s’y rendre.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach. L’immense statue de Neptune veille sur la longue promenade en bord de mer

 

S’il est vrai que son long ruban de sable blond (56 km), léché par des eaux chaudes, ramène les visiteurs année après année, cette destination fait aussi montre d’un dynamisme incroyable pour offrir des activités originales et séduisantes.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
Marcher sur la plage au coucher du soleil

À chacun sa plage

Au sud, dans le Back Bay National Wildlife Refuge, la plage n’est pas accessible. Elle est réservée aux oiseaux et autres animaux que l’on croise, à pied ou à vélo, dans les sentiers de randonnée.

Adjacent à ce territoire protégé, le False Cape State Park est le lieu de tous les plaisirs (canot, kayak, vélo, randonnée) et s’il est possible de s’y baigner ou même d’y camper, il faut mériter cette chance, car on ne peut y accéder qu’en marchant ou en pédalant 10

The Cavalier

km, les autos y étant interdites.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
En vélo dans le False Cape State Park

On arrive ensuite aux trois plages publiques, celle de la Promenade tout particulièrement appréciée des surfeurs et des badauds qui s’immortalisent près de la statue de Neptune qui veille sur son boardwalk de 5 km. Vient ensuite Sandbridge, calme et sereine, et enfin, plus au nord, celle plus familiale de la baie de Chesapeake.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
La passerelle qui mène à la plage familiale de la baie de Chesapeake

Tant de choses à voir et à faire

Ville sportive, dynamique et prônant un mode de vie sain, la principale station balnéaire de la Virginie compte de nombreux restaurants dont les menus regorgent de produits locaux. Au New Earth Farm, on peut même apprendre à faire ses propres marinades ou suivre des cours de cuisine.

À cela s’ajoutent plusieurs arrêts dégustation. Des bières à la Commonwealth Brewery Company, une vodka artisanale à la Chesapeake Bay Distillery et des vins à la Mermaid Winery, qui offre également une très bonne table.

Mais la configuration de cette ville toute en longueur invite également aux longues randonnées, en forêt, mais surtout en bord de mer. Par beau temps, les sorties en bateau ou en kayak à la rencontre des dauphins ou l’initiation au surf, au « paddleboard » ou au parapente comblent nos besoins d’évasion et d’adrénaline.


L’hôtel The Cavalier

The Cavalier

Virginia Beach possède de nombreux hôtels de toutes catégories, mais aucun ne fait d’ombre à cette belle d’autrefois qu’est The Cavalier. Inspiré par l’architecture de Monticello (résidence de Thomas Jefferson, 3e président américain), l’hôtel a été construit en 1927. Depuis son ouverture, il a vu défiler de nombreuses célébrités dont 10 présidents américains.

Pour un séjour luxueux, on opte pour l’une de ses 85 chambres (23 suites) dans lesquelles les chiens sont les bienvenus. Sur place, on profite des cours de mixologie qu’on y offre et l’on visite la Tarnished Truth Distillery. Enfin, on joue les riches et célèbres en profitant des installations du Cavalier Beach Club en front de mer. Seul problème, on ne veut plus repartir !

cavalierhotel.com

QUELQUES COUPS DE CŒUR À VIRGINIA BEACH

Military Aviation Museum

Photo : Lise Giguère
C’est à bord de cet avion de la Seconde Guerre mondiale que, par temps clair, on peut s’offrir le frisson d’une envolée.

On trouve dans ce musée la plus importante collection privée d’avions des deux grandes guerres. Les plus audacieux peuvent même s’offrir un vol dans un authentique appareil de la Deuxième Guerre mondiale. Inoubliable !

militaryaviationmuseum.org 

Oceana Naval Air Station

PHOTO: Lise Giguère
Dans le parc historique de l’Oceana Naval Air Station, un F14 comme celui que pilotait Tom Cruise dans Top Gun.

Les 22-23 août, le Oceana Naval Air Station sera ouvert au public. On s’y rend pour voir décoller les F-18 et pour admirer les Jets utilisés par la Navy pendant les guerres. On en profite pour se photographier près du F 14 (ci-haut) identique à celui que pilotait Tom Cruise dans le film Top Gun.

Les murales du ViBe District

Photo; Lise Giguère. L’une des murales du quartier ViBe

Ce quartier est en pleine expansion et, en plus des murales, on y trouve d’étonnantes boutiques et des restaurants branchés.

Pleasure House Oysters

Ostréiculteur passionné, Chris Ludford propose d’originales sorties en mer à la découverte des huîtres. On apporte sa bouteille de vin et Chris fournit les huîtres qu’il sort directement de ses cages dans la mer. Il ouvre ensuite les mollusques que l’on déguste dans son bateau ou… les pieds dans l’Atlantique ! L’ostréiculteur a commencé cette activité à la demande d’un chef désireux de tout connaître sur les huîtres.

PHOTO: Lise Giguère
L’un des moments forts du voyage, lorsque Chris Ludford puise des huitres fraîches dans la cage qu’il vient de sortir de la mer.

pleasurehouseoysters.com


First Landing State Park

Photo: Bureau du tourisme de Virginie – First Landing State Park

Ce parc est le lieu de débarquement des premiers colons anglais (1607). Avec son terrain de camping parfaitement aménagé et ses sentiers de randonnée dans une forêt de cyprès couverts de mousse espagnole, le site est tout simplement magique.

Bon à savoir

  • On s’y rend par la route : 12 h de Montréal ou 14 h de Québec.
  • Le Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach propose, toute l’année, des rabais de 15 à 35 %, selon la saison.
  • En septembre et octobre, les prix sont moins élevés, les visiteurs sont moins nombreux et l’eau y est plus chaude. À considérer !
  • Info : VisitezVirginiaBeach.com

Ce voyage a été rendu possible grâce au Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.

Ce texte a été publié, le samedi 30 juin 2018, à la Une du cahier Voyages du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI. On a également pu le lire sur le site web de TVA Nouvelles, ICI.

NOTE:

Ci-bas,  je vous place quelques ajouts qui ont été retiré du texte publié dans le Journal, par manque d’espaces

Virginia Beach pour tous

Avec un slogan comme Live for Life, Virgina Beach souhaite que tout le monde (personnes à mobilité réduite, en chaises roulantes et mamans poussant des carrosses)puisse profiter de ses beautés. Quatre accès sont aménagés pour accéder à la mer et au Grommet Island Park, un parc d’amusement construit à l’initiative de Bruce Thompson, dont le fils, Josh, autrefois surfeur, est atteint de la maladie de Lou Gehrig !

PHOTO: Lise Giguère
Le Grommet Island Beach Park un parc d’amusement pour les enfants et les a

À noter qu’au centre d’interprétation du First Landing State Park, on offre également des chaises roulantes avec roues ballons permettant de rouler jusqu’à la mer.

Aussi:

  • Pour le plaisir de rencontrer des contemporains et de parler français, on se rend à la French Twist Boutique(Annie Reichhoff) ; au Travel-L-Park Campground(Phil Upton) ou au Restaurant Bubba’s(Josee Hionis).
  • Ceux qui connaissent l’histoire d’Edgar Cayce’s, ce medium qui prônait les principes d’une saine alimentation, de l’exercice et du grand air au début du XXe siècle, apprécieront la visite de son Centre de santé situé dans son ancien hôpital, près duquel on trouve aussi un labyrinthe de méditation et un jardin. EdgarCayce.org

 

Publicités

8 plages familiales où s’évader sur la côte atlantique

Destination prisée des Québécois lorsque l’été se pointe, la côte est américaine dispose de nombreuses plages pouvant accueillir les familles et même… nos compagnons à quatre pattes. Voici huit suggestions.

Rhode Island

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE CORPORATION
La jolie plage de Crescent Beach à Block Island.

Crescent Beach se situe sur la petite île de Block Island, à seulement une heure de traversier de Newport. Très populaire auprès des insulaires, ce petit paradis est encore peu connu du grand public. En plus de la plage, on peut grimper dans le phare pour contempler l’infini, y faire du vélo, du kayak et des randonnées. Les chiens sont acceptés.

Maine

PHOTO MAINE OFFICE OF TOURISM
La plage d’Ogunquit

Le Maine compte de nombreuses plages, mais Ogunquit avec son ruban de 5 km de sable blond, sa pêche en haute mer et ses nombreuses activités demeure l’une des favorites. On s’y rend en famille, de préférence le matin, lorsque la marée est au plus bas. Pour éviter les tracas du stationnement, on emprunte le trolley de la ville. Malheureusement, les chiens n’y sont pas admis pendant l’été.

Jersey Cape

PHOTO CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
À Wildwood, la section réservée aux chiens est facilement reconnaissable grâce à une immense borne d’incendie.

Wildwood. Depuis des décennies, cette plage aux eaux chaudes, à la longue promenade et aux nombreux divertissements est la favorite des familles. Les chiens en laisse sont les bienvenus dans la zone, facilement identifiable, qui leur est réservée.

PHOTO CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
La plage de Wildwood et ses nombreux divertissements.

New Hampshire

Jenness State Beach. Située à une trentaine de kilomètres au nord de Hampton Beach, cette très belle plage de sable comporte quelques zones rocheuses. C’est l’endroit parfait pour les familles actives et les randonneurs. Les chiens ne sont pas acceptés en saison.

Vermont

Alburg Dunes State Park. C’est l’une des plus longues plages de sable du Vermont. Elle est idéale pour les jeunes enfants, car peu profonde même si, quand le vent se lève, de petites vagues se forment. On y trouve des tables à pique-nique, des BBQ et des sentiers pour le vélo ou l’observation des oiseaux.

 

PHOTO CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Plusieurs plages offrent des activités pour les enfants.

Connecticut

Ocean Beach Park. Ce parc public cache une jolie plage immaculée – l’une des plus grandes – et classée parmi l’une des meilleures de cet État par Pure Wow. On y trouve une longue promenade en bois (1/2 km env.), une piscine de dimension olympique, des aires de pique-nique et différentes activités en journée et en soirée. Les chiens ne sont pas admis.

Massachusetts

Coast Guard Beach. Située à Cape Cod, cette plage a récemment été classée parmi les 5 plus belles des États-Unis par le Dr Beaches et est régulièrement décrite comme l’une des plus pittoresques et des plus familiales du pays. Elle fait partie du Cape Cod National Seashore. On y offre plusieurs activités et les chiens en laisse sont autorisés.

New York

Jones Beach. Eh oui, New York a aussi de jolies plages ! Située à Long Island, Jones Beach est une plage familiale où l’on peut oublier l’agitation de cette ville qui ne dort jamais. On peut apporter son pique-nique et des concerts y sont souvent présentés en soirée. C’est gratuit, mais les chiens ne sont pas acceptés.

Cet article a d’abord été publié, le samedi 23 juin, dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

5 campings au Cap Jersey

Depuis près d’un demi-siècle, les Québécois vivent une véritable histoire d’amour avec Cap Jersey (Jersey Cape). Dès la fin des années 1960, ils ont été séduits par ses plages de sable fin et ses eaux chaudes, ses promenades en bois (boardwalks), les divertissements de Wildwood, d’Atlantic City et d’Ocean City, le calme d’Avalon et de Stone Harbor ou le charme victorien de Cape May. Cet endroit compte toujours une cinquantaine de terrains de camping répartis sur une distance de 48 km. En voici cinq !

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
La plage de Wildwood.

Beachcomber Camping Resort

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Beachcomber compte deux lacs alimentés par des eaux souterraines et une grande plage.

Situé dans un boisé, sur Seashore Road, entre les plages de Cape May, le Boardwalk et Wildwood, ce terrain de camping compte deux lacs alimentés par des eaux souterraines et une très grande plage. On y trouve également six piscines (trois pour les adultes et trois pour les tout-petits). Pour qui souhaite un peu plus de confort, des cabines de style loft (pour six personnes) ou avec deux chambres sont disponibles. Voiturettes de golf, pédalo et kayak sont également offerts en location. www.beachcombercamp.com

Ocean View Resort Campground

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Oceanview Resort Camping possède un joli lac.

C’est le plus grand camping privé de l’État. Situé entre Atlantic City et Wildwood, sur la route 9, ce site magnifiquement boisé se trouve à 4,5 km de l’océan et des plages, mais il offre un lac, des piscines, des terrains de jeux, sans oublier ses 1100 espaces ombragés pour installer sa tente ou son VR. On y offre toutes les commodités et les animaux sont les bienvenus. www.ovresort.com 

Avalon Campground

Situé près du Boardwalk de Wildwood, d’Atlantic City et de l’historique Cape May, ce très beau site tout en sable offre un accès direct (à pied) à la plage d’Avalon. On y trouve plusieurs sentiers de randonnée dans les bois, un terrain de baseball, deux piscines de grandes dimensions et de nombreuses autres activités pour la famille. À noter que les chiens sont acceptés et que de nombreux commentaires font état du souci des propriétaires à parler en français. www.avaloncampground.com

Holly Shore

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Le camping Holly Shore dispose de 300 grands emplacements de camping ombragés.

Ces dernières années, cet endroit, en activité depuis 1968, a reçu le titre de National Large Park of the year. Situé entre Wildwood et Cape May, il propose des pistes de randonnée menant au N.J. Wildlife Refuge Area pour y faire l’observation des oiseaux. On y trouve 300 grands emplacements de camping complets et ombragés et plus de 40 locations de luxe, des tentes de safari et de minuscules maisons. Il dispose de toutes les commodités nécessaires et propose de nombreuses activités dont certaines sont d’ailleurs réservées aux tout-petits permettant ainsi aux parents de prendre une petite pause. Les chiens de plus d’un an sont permis. www.hollyshores.com

Ponderosa Campground

Situé sur Beaver Dam Road à Cape May Court House, à 4,8 km d’Avalon, ce site propose différentes options et séduit par son raffinement. On y trouve une piscine à l’eau salée dont la configuration facilite l’entrée aux enfants et même aux personnes à mobilité réduite.) De nombreuses activités sont proposées, dont une croisière aux pirates pour les enfants. Les animaux bien élevés sont les bienvenus. www.ponderosacampground.com

► NOTE : Pour plus d’information sur les 50 terrains de camping du Jersey Cape : http://www.thejerseycape.com

• Cet article est d’abord paru dans la chronique Est des USA du journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI du 9 juin 2018

Oak Bluffs, le village en pain d’épices

MARTHA’S VINEYARD, MASS | On a beau en avoir entendu parler ou avoir lu à leur sujet, impossible de bouder la joie enfantine qui s’empare de nous lorsqu’on déambule près des petites maisons aux couleurs vives et aux toits dentelés de Oak Bluffs. Ne viendrait-on pas, comme Alice au pays des merveilles, de traverser le miroir ?

PHOTO LISE GIGUÈRE

Situées sur l’île de Martha’s Vineyard, en retrait d’un pâté de maisons imposantes qui bordent la route principale, en face de la marina de Oak Bluffs, elles apparaissent comme un véritable enchantement avec leurs couleurs vives et leurs toits dentelés.

PHOTO LISE GIGUÈRE,

Pas étonnant qu’on leur ait donné le surnom de Maisons de pains d’épices (Gingerbread Houses). C’est vrai qu’elles ressemblent à celles que l’on décore de glaçage coloré, au temps des fêtes, pour le plus grand bonheur des enfants.

PHOTO LISE GIGUÈRE,
Peintes de couleurs vibrantes, leurs décorations en dentelles les font ressembler aux petites maisons de pain d’épices que l’on décore pour Noë

Un camp méthodiste

Aujourd’hui attraction majeure de Martha’s Vineyard, ces charmantes petites maisons de poupées n’ont cependant pas été créées pour le plaisir des touristes, mais plutôt pour des réunions spirituelles, au 19e siècle.

En 1835, alors que l’Église méthodiste choisissait cet endroit comme lieu de retraite, de grandes tentes étaient installées sous un immense chêne afin d’accueillir les membres. Comme les tentes devaient être montées et démontées chaque année, certains fidèles ont commencé, vers 1860, à s’y construire de petits chalets.

Collées les unes aux autres et placées en cercle autour d’un grand Tabernacle (lieu du culte à parois ouvertes), elles se multiplièrent rapidement. C’est le besoin de renforcer les liens de la communauté, par fierté, mais aussi pour se démarquer, qu’au fil des années, leurs propriétaires ont multiplié les fioritures décoratives et ont baptisé l’endroit Oak Bluffs, en hommage au chêne des premières rencontres.

Un attrait touristique

Des 500 petites maisons qui ont existé aux temps forts de ce camp, il en reste un peu plus de 300. Minuscules (entre 200 et 300 mètres carrés), elles sont réunies autour de Trinity Park, près du Tabernacle et de la Grace Methodist Church.

Photo: Lise Giguère
Certaines sont vraiment petites. En fait, leur dimension varie entre 200 et 300 mètres carrés

Entretenues avec amour et fierté par leurs propriétaires, elles sont ornées de fleurs abondantes autant sur leurs balcons que dans leurs magnifiques jardins. On peut même pousser la porte de l’une d’entre elles, devenue le Musée Cottage City (Oak Bluffs s’est d’abord appelé Cottage City) qui raconte leur histoire.

PHOTO : TOURISM MARTHA’S VINEYARD
L’une d’entre elles a été transformée en Musée et raconte l’histoire du lieu

En août, l’endroit se fait encore plus magique, lors de la fameuse Illumination Night. En effet, chaque année, dès 21 h, les lumières de la rue s’éteignent et des lanternes chinoises illuminent le Tabernacle et l’extérieur de chaque petite maison.

Crédit : Tourism Martha’s Vineyard
En aout, pour la Illumination Night, l’endroit se fait particulièrement magique

La communauté perpétue ainsi une tradition qui remonte à 1868 alors qu’on soulignait la fin de la saison. Pour cette occasion, plusieurs d’entre elles ouvrent même leur porte.

Crédit : Tourism Martha’s Vineyard
En aout, l’extérieur est décoré de lanternes

Cependant, l’activité est si populaire qu’il est impossible de savoir, avant la semaine qui précède, à quelle date aura lieu cet événement. Il faut donc surveiller de près ! Cependant, quelqu’un m’a murmuré que ce serait le 15 août. Chut, soyez discrets !

On dit que ces petites maisons sont les plus photographiées de tous les É.-U.. En raison de leur couleur vibrante, la prise de photo peut s’avérer difficile. Il vaut mieux éviter le plein soleil qui délave les couleurs et qui produit des jeux d’ombre. Par contre, n’importe quel temps est idéal pour les admirer, même la grisaille et la pluie. Info: Info www.mycma.org

Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Est des USA du samedi 26 mai du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

 

Pique-nique musical dans les Berkshires

MASSACHUSSETS – L’un des plus beaux souvenirs d’une virée à travers les paysages bucoliques des Birkshires demeure encore, à ce jour, un pique-nique en plein air sur le site du Tanglewood, la résidence d’été du Boston Symphony Orchestra. Un véritable moment de grâce donnant l’impression d’être l’un des personnages du Déjeuner sur l’herbe, le célèbre tableau de Claude Monet.

PHOTO COURTOISIE, HILARY SCOTT
Écouter les musiciens qui pratiquent tout en profitant du soleil.

C’est en 1937 que l’idée de concert sous la tente, offert par l’Orchestre symphonique de Boston prend naissance. Le succès est immédiat. Quelques années plus tard, grâce à l’idée de Serge Koussevitzky, alors directeur musical de ce même orchestre (1924 à 1949), le Tanglewood devient une Académie de musique où de jeunes musiciens se voient offrir l’opportunité de perfectionner leurs compétences, en compagnie de grands maîtres.

PHOTO COURTOISIE, STU ROSNER
Des lions marquent l’entrée du Tanglewood.

Depuis, de nombreux musiciens ont profité de cette expérience unique. Certaines estimations font état de 20 % des membres des orchestres symphoniques américains (compositeurs, chefs d’orchestre, instrumentistes et chanteurs). Pendant leur séjour, ils offrent des prestations, et des invités complètent la programmation du Tanglewood Music Festival devenu l’un des plus importants au monde. On y accueille, chaque année, quelque 350 000 spectateurs.

Un bonheur pour les mélomanes

Si les artistes viennent y perfectionner leur art, les amoureux de la musique peuvent, eux, profiter pleinement de ce lieu d’une exceptionnelle beauté, posé au cœur des vallées verdoyantes, des collines boisées et des petits villages typiques et paisibles des Berkshires.

PHOTO LISE GIGUERE
Sur le site du Tanglewood, certains endroits ont été aménagés pour ceux qui veulent profiter pleinement des paysages bucoliques des Berkshires.

Et si l’acoustique frôlant la perfection du magnifique Symphony Hall donne envie de revêtir ses plus beaux atours pour y entendre les concerts du Boston Symphonic Ochestra, c’est tout de même les pique-niques dans les jardins qui font rêver.

PHOTO COURTOISIE, HILARY SCOTT

Car, s’il est possible d’assister aux concerts intérieurs, le public peut également se rassembler et même pique-niquer sur cet immense terrain gazonné. Quand le soleil scintille, que l’air est doux et que des mélodies s’envolent des instruments des artistes qui pratiquent dans les différents bâtiments (Salle de Concert-Théâtre, Salle de musique de chambre, Shed, Seiji Ozawa Hall, sans oublier les différents studios), on comprend pourquoi ce lieu a contribué à faire de cette région, un pôle artistique et un lieu privilégié.

PHOTO COURTOISIE, STEVE ROSENTHAL
L’intérieur du Ozawa Hall.

Le Centenaire de Bernstein

Situé à égale distance de Boston et de New York, plus précisément dans les monts Berkshires, entre les villes de Lenox et de Stockbridge, le Tanglewood est une étape inoubliable lors d’un périple dans cette région. Ce sera encore le cas cet été alors que le calendrier estival du Tanglewood Music Festival (15 juin au 2 septembre), intitulé Bernstein Centennial Summer sera consacré à l’esprit de Leonard Bernstein.

PHOTO COURTOISIE
Le Boston Symphony Orchestra, sous la direction du chef invité Charles Dutoit, lors d’un Tanglewood Music Festival.

Les spectacles mettront en vedette un vaste éventail d’artistes et d’ensembles issus de la musique classique, du cinéma et de Broadway. Elle rendra hommage à l’héritage de Leonard Bernstein en tant que figure artistique accomplie du XXe siècle. La célébration culminera dans une soirée de gala (samedi 25 août) animée par Audra McDonald. Cette dernière participera également en tant que chanteuse et elle sera dirigée par James Darrah.

Parmi les grands noms de la programmation, soulignons Roger Daltrey, Andy Grammer et le Steve, sans oublier le gagnant de cinq prix Grammy, l’auteur-compositeur James Taylor (3 et 4 juillet).


► Pour les détails complets de la saison 2018 et les billets (15 $ à 200 $) : www.tanglewood.org

► Cet article a d’abord été publié dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

 

Glamping dans les Montagnes blanches

Si la perspective de passer quelques jours en pleine nature en séduit plusieurs, ce n’est, par contre, pas tout le monde qui a envie de jouer les escargots et de transporter tout son matériel.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Dans une forêt que traversent deux ruisseaux.

Partir en camping sans avoir à trimballer tente, sacs de couchage, réchaud, chaises pliantes, matelas, pompe, sacs de couchage, serviettes et autres objets nécessaires à son bien-être a mené à la naissance du « glamping ». Un mot issu de la contraction de « glamour » et « camping ». Avec des tentes « prêt-à-camper » et des chalets permanents, plus besoin de surcharger son auto et ses sacs à dos puisque tout est fourni sur place.

Maintenant aux États-Unis

Pionnière dans ce domaine, l’entreprise Huttopia s’est d’abord fait connaître au Québec, grâce à un partenariat avec la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec) avant d’installer son tout premier site de villégiature à Sutton, puis aux États-Unis.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Dans une forêt que traversent deux ruisseaux.

Situé dans le New Hampshire, à proximité de North Conway, le Huttopia White Mountain se trouve au bord d’un lac (Iona) avec plage, dans une forêt traversée par deux ruisseaux et, comme son nom l’indique, au cœur des Montagnes blanches.

Sur ce site, en plus des différents types d’hébergement (chalets tout équipés, espaces de camping ou tentes de prêt-à-camper pouvant loger de deux à cinq personnes et fournissant l’électricité, l’eau courante et, dans certains cas, une salle de bain complète), la literie et le matériel de cuisine sont fournis. On trouve aussi sur place une piscine chauffée, des aires de jeux pour les enfants, un marché et un restaurant de type food truck.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Restaurant de type Food truck.

À peu de distance, une quinzaine de minutes en auto, l’immense terrain de jeux de la forêt nationale des Montagnes blanches s’ouvre aux amateurs de randonnée, d’escalade, de plage ou de photo avec ses nombreux sentiers de randonnées et ses innombrables sommets, dont l’imposant Mont Washington, la plus haute montagne du nord-est des États-Unis (1916 mètres). L’accès à ce dernier se fait d’ailleurs de Pinkham Notch, à seulement 25 minutes du site Huttopia !

Cyclistes et kayakistes trouveront également leur bonheur à peu de distance. Pour les premiers, la Kancamagus Highway, une route panoramique de 54 km menant à 3000 pieds d’altitude, devrait les combler. Les seconds apprécieront la descente de la Saco River, que l’on peut également faire à l’aide de tubes gonflables.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
On peut s’amuser sur le lac.

Et pendant que les sportifs s’amusent et dépensent leur énergie, d’autres membres de la famille peuvent profiter du fait que le New Hampshire est un État sans taxe et se rendre dans le village de North Conway au Settlers Green Outlet Village faire la chasse aux aubaines. D’autres, enfin, peuvent choisir de profiter des nombreuses attractions (Santa’s Village, mini-golf, glissades d’eau, etc.) que l’on trouve dans ce secteur.

Faut-il s’étonner qu’en 2015, le Lonely Planet ait classé North Conway au 5e rang des meilleures destinations à visiter aux États-Unis ?

À savoir

  • Sur la route vers Boston ou New York, cette destination n’est qu’à 3 h 45 de Montréal et à 1 h 45 des plages du Maine.
  • Des villages Huttopia sont disponibles à Sutton, dans les Cantons de l’Est et à White Mountains (North Conway). Les sites ouvriront le 18 mai.
  • Trois nouveaux espaces de villégiature au Québec et aux États-Unis devraient voir le jour d’ici 2019.
  • Les animaux de compagnie sont les bienvenus.

 www.huttopia.com

  • Ce texte a d’abord été publié le samedi 28 avril 2018, dans le cadre de la chronique Est des USA dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

120 ans à célébrer le lilas!

ROCHESTER, NY | Fleur annonciatrice du printemps, le lilas a, de tout temps, inspiré des peintres, des chanteurs, des poètes et des amoureux. Certains endroits célèbrent même sa floraison en grande pompe. C’est le cas à Rochester, où du 11 au 20 mai prochain, se tiendra le 120e Festival du Lilas de Rochester.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Surnommée The Flower City ou la Ville des fleurs depuis plus de 200 ans, Rochester a toujours fait une grande place aux différentes variétés de cet arbuste aux fleurs odorantes.

PHOTO COURTOISIE, VINCENT SHERIDAN
On profite de son passage pour visiter cette jolie ville.

Une longue histoire

C’est en 1898 que George Ellwanger et Patrick Barry, deux horticulteurs et pépiniéristes, ont fait don de Highland Park à la ville. Depuis ce temps, ce magnifique parc dessiné par le célèbre architecte paysager Frederick Law Olmsted, celui-là même qui a conçu Central Park à New York et plusieurs autres, accueille les amateurs de nature et d’art floral.

PHOTO COURTOISIE, VINCENT SHERIDAN
Highland Park avec ses lilas et sa platebande de 10 000 pensées dont le dessin est différent chaque année.

De nos jours, le Festival annuel de lilas de Rochester est l’un des événements les plus attendus de la région et attire chaque année plus d’un demi-million de visiteurs du monde entier. Il s’agit du plus grand festival gratuit de son genre en Amérique du Nord. C’est également celui qui marque le début de la saison des festivals d’été de Rochester.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Pendant 10 jours, les spectateurs assistent à la spectaculaire floraison de quelque 1200 lilas (500 variétés) à fleurs simples ou doubles, plus ou moins odorantes, qui déploient leurs grappes blanches, mauves ou pourpres dans le Highland Park. Dans ce dernier, poussent également des érables du Japon, 35 espèces de magnolias et 700 variétés de rhododendrons, azalées, lauriers et autres plantes, ainsi qu’une spectaculaire platebande de 10 000 pensées qui forment un dessin, renouvelé chaque année.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Le public a également droit à une grande Parade des lilas, des concerts et spectacles divers, des expositions d’artisanat et de l’animation quotidienne pour les enfants. Ceux qui le désirent peuvent également participer, ou simplement encourager les participants, à la Course lilas du Highland Hospital (5 km et 10 km) qui attire, chaque année, plus de 3000 coureurs.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI
De nombreux spectacles sont présentés.

Enfin, nouveauté cette année, le Lilac Craft Beverage Expo, trois jours de dégustation et de célébration autour de la bière du vin, du cidre et des spiritueux produits dans l’État de New York.

S’offrir un petit road trip sur les bords du lac Ontario, 90 minutes à l’est des chutes du Niagara, alors que les lilas embaument, ça promet une jolie balade, non ?

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Pour plus d’infos: www.rochesterevents.com

Cet article a d’abord été publié dans la Chronique Est des USA du Journal de Montréal, ICI et du Journal de Québec, ICI