Archives de Catégorie: Chronique Voyager sans souci

9 conseils pour randonneurs

Les spécialistes de la randonnée étant de véritables connaisseurs, cette chronique offre plutôt des conseils à ceux qui débutent et veulent éviter les inconforts et les mauvaises surprises.

PHOTO FOTOLIA

1. Sac à dos

Pour éviter les erreurs, le mieux est toujours de se rendre dans un magasin spécialisé et de demander l’avis d’un vendeur. Les sacs de bonne qualité offrent des ajustements possibles pour épouser la forme du corps et bien distribuer la charge. Il faut aussi s’assurer de prendre le volume (taille) dont on a réellement besoin. Acheter plus grand « au cas où » est une erreur.

2. Imper-respirant

Un imper-respirant (muni d’une membrane qui laisse sortir l’humidité et la chaleur, mais ne laisse rien pénétrer) est sans doute le vêtement le plus utile. Il protège de la pluie, du vent, du soleil, mais ajoute aussi une couche pour se réchauffer.

3. Bottes

C’est certainement l’équipement le plus important du randonneur. Il faut choisir la bonne botte en fonction du type de rando qu’on veut faire. Éviter de se laisser tenter par le « gros » modèle rigide, lequel pour de courtes randonnées sans terrain extrêmement accidenté sera très inconfortable. Pour des randos simples, un soulier de randonnée fait très bien l’affaire. Pour des randos un peu plus avancées, on choisit une botte qui va un peu plus haut sur la cheville. Note : il est très important de « casser » ses bottes neuves avant un voyage. On les porte dans la rue, dans nos activités, jusqu’à ce qu’elles soient plus souples. Pour se protéger des intempéries et de la boue, on peut ajouter une paire de guêtres.

4. Bâtons

Ils font la différence entre être capable de faire un ou plusieurs jours. La charge du sac à dos est partiellement répartie sur les bras, et ça aide les genoux à la descente.

5. Eau des cours d’eau

Partir avec le maximum d’eau sur soi (environ deux bouteilles d’un litre minimum). On peut ajouter un sac de type « Camelback » qui se range dans un compartiment du sac à dos. Le poids de l’eau diminue au fil de la journée, ce qui est agréable ! Idéalement, ne jamais boire dans les cours d’eau, car même avec les filtres et produits, c’est dangereux.

6. Trousse premiers soins

Quelques sachets de Betadine liquide (désinfectant puissant pour accidents seulement), de petits ciseaux, une pince à sourcils pour enlever les échardes, de la « moleskin » (sorte de pansement pour mettre sur les ampoules), des tampons d’alcool ensachés, un grand bandage élastique rose (pouvant soutenir un membre blessé).

7. Carte ou GPS

Trouver le début des sentiers est souvent un défi. Avant le voyage, faire les recherches et bien l’identifier sur une carte papier ou un GPS (application GPS, ou encore GPS portable). Apporter son guide qui décrit les randonnées, donne des trucs sur les endroits où l’on risque de se perdre, détours, etc. Note : si on utilise son téléphone pour le GPS, s’assurer qu’il est chargé au maximum. Sinon, avoir une batterie de secours, ou encore un chargeur à énergie solaire.

8. Sifflet FOX40

Un essentiel en randonnée ! C’est un sifflet qui se fait entendre super loin en cas d’accident.

9. Couteau

Couteau suisse ou lame simple. Multiples usages. Peut couper des sangles. On ne sait jamais, ça peut même sauver des vies !

Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du 24 mars 2018 dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

Publicités

5 suggestions de voyages différents et originaux

1. Cyclothon en Islande

PHOTO AFP

Depuis 2012, au mois de juin, c’est le retour du Cyclothon WOW, la plus importante et la plus longue course cycliste en Islande. Les cyclistes parcourent 1358 kilomètres sur les routes les plus pittoresques du pays, découvrant les spectaculaires panoramas naturels de ce pays. On s’inscrit en solo ou en équipe de 2 à 10 membres qui se relaient pour pédaler et conduire le véhicule qui accompagne leurs coéquipiers. Une catégorie spéciale (Hjólakraftur) a même été créée pour ceux qui souhaiteraient tenter l’expérience en famille. Cette sixième édition partira de Reykjavik pour faire le tour de l’île. ►www.wowcyclothon.is

2. Randonnée pédestre dans le désert marocain

PHOTO FOTOLIA

Désertours, voyagiste bien connu pour l’organisation des rallyes Trophée Rose des Sables ou Rose des Andes au cours desquels des femmes se lancent en 4 x 4 à l’assaut du désert, tiendra son tout premier événement pédestre, le trek Rose Trip, en 2018. Cette randonnée nomade, 100 % féminine, aura lieu du 31 octobre au 5 novembre prochain. Elle est réservée aux femmes en quête d’aventures, de dépassement et… qui sont en forme. Les filles sont rassemblées par équipe de trois et devront compléter quatre étapes dont une est consacrée à un défi solidaire au profit de l’Association du Cancer du sein.

www.trekrosetrip.com

3. À vélo dans les Rocheuses

PHOTO FOTOLIA

La Promenade des Glaciers, entre Jasper et Banff, donne accès à un territoire sauvage et majestueux, composé de lacs cristallins, de montagnes enneigées, de glaciers et de larges vallées. Il s’agit de l’une des plus belles routes panoramiques au monde et l’une des plus gratifiantes pour un cycliste. Du 29 juillet au 14 août.

►1 800 561-8747/450-373-8747

velo.voyagesgendron.com

4. L’Inde à moto

PHOTO FOTOLIA

Un voyage qui s’adresse aux motards expérimentés, car la circulation, en Inde, est chaotique et de nombreux chemins sont en terre ou en boue. Heureusement, les motos sont adaptées et un guide national accompagne le groupe pour ce voyage, d’une durée de 20 jours, du 20 juillet au 20 août.

►1 888 907-7712

www.traditours.com

5. La Fierté gaie à Tel-Aviv

PHOTO AFP

Vacances Air Canada (VAC) propose un départ exclusif et direct de Montréal, du 3 au 11 juin prochain afin de célébrer la Semaine de la Fierté gaie à Tel-Aviv. À compter de 3329 $ par personne. Ce prix comprend les vols, l’hôtel pour 7 nuits, les transferts, des circuits privés, les visites guidées de Tel-Aviv et Jérusalem, les taxes et trajets vers Massada et la mer Morte, les droits d’entrée aux soirées Pride (6-8-9 juin) et pour l’ensemble des sites d’intérêt de la semaine Pride.

►1 877 752-7710

www.aircanada.com

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du 17 mars 2018 dans le Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

La Gestion des incidents médicaux lors d’un vol

Récemment, une lectrice m’écrit: au cours d’un vol vers l’Europe, elle a subi un malaise alors qu’elle était dans l’avion. Heureusement, tout s’est bien terminé. Ce n’était pas grave et le personnel de bord a pu lui venir en aide, mais cet incident l’a amenée à se questionner. Que ce serait-il passé si ça avait été grave ? Est-ce que le personnel est formé pour répondre aux urgences ?

Illustration Fotofolia

Pour répondre à cette interrogation, j’ai fait quelques recherches auprès de Transport Canada, de l’OACI­­­­ (Organisation de l’aviation civile internationale), de l’IATA (International Air Transport Association) et de la Croix-Rouge canadienne. Il appert dans un premier temps qu’un règlement international de l’OACI exige que tous les agents de bord soient formés en premiers soins. Par contre, ce sont les États membres (Canada, É.-U., etc.) qui décident des détails de la formation imposée.

Formation

Les compagnies aériennes, le plus souvent assistées par une agence spécialisée (Croix rouge, Ambulance Saint-Jean ou autre), développent un syllabus qui doit être approuvé par le ministère du Transport (au Canada). Les agents de bord ont donc une formation initiale et au moins une partie de cette formation est revue chaque année, souvent en utilisant une simulation.

Une autre norme de l’OACI que les États signataires doivent accepter stipule qu’il doit y avoir du matériel médical adéquat à bord. Le choix de ce matériel (trousses de premiers soins et trousses médicales d’urgence) est laissé aux États membres. L’OACI n’exigeant pas les défibrillateurs à bord, présentement seuls quelques pays (É.-U., Corée du Sud) les exigent. Dans tous les autres pays, y compris le Canada, c’est laissé au choix de la compagnie, en fonction de leur type d’opérations.

Les cas graves

S’il arrive qu’un médecin soit à bord lors d’un cas de maladie grave, il peut accepter de fournir de l’aide, mais l’OACI précise que « même si un professionnel de la santé se trouve à bord et accepte d’offrir bénévolement son assistance, la responsabilité globale de la gestion de l’incident médical revient à l’équipage ».

Pour les problèmes graves, plusieurs compagnies aériennes ont une entente avec une compagnie médicale spécialisée qui offre du soutien à partir du sol. À ce moment-là, l’agent de bord relaie l’information au commandant qui la relaie au médecin urgentologue de la compagnie en question. Ce dernier analyse la situation et fait ses recommandations au commandant. Si une des recommandations est le déroutement de l’avion, comme l’explique le Dr Claude Thibeault de l’IATA, « La seule personne qui a la décision finale pour dévier un avion de son parcours et se poser à un aéroport non prévu, c’est le commandant puisqu’il est le seul à pouvoir analyser tous les détails techniques pour assurer la sécurité de tous les passagers. »

cet article a été publié dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

7 infos inspirantes pour futurs voyages

Différents outils peuvent être les déclencheurs dans le choix d’une destination. Il y a bien sûr les différents guides, des capsules web, des films-conférences, des rabais, etc. En voici quelques-uns.

1. De « délicieuses » capsules

Réunissant amour du voyage et web, la jeune Claudia Ferreira, fille de Carlos Ferreira du restaurant du même nom, a créé une toute nouvelle plateforme consacrée aux trésors culinaires portugais. Avec l’aide de sa sœur Sandra, directrice des opérations du Groupe Ferreira, de Raphaëlle Rousseau, cameraman, stratège et productrice ainsi que d’Édith Jorich, réalisatrice, le projet PortugalGourmand a vu le jour. En tout, 10 épisodes d’environ 5 minutes présentent la richesse gastronomique de ce pays avec des incursions auprès de pêcheurs, viticulteurs, fromagers, etc. De petites capsules très sympathiques à visualiser pour préparer son séjour, fouiller dans ses souvenirs ou même pour se donner une furieuse envie de réserver une table dans un restaurant portugais. www.portugalgourmand.com

Voici la première vidéo:

2. L’avantage d’être Québécois

Credit: Office de tourisme de Québec

Peu de gens le savent, mais il est possible d’obtenir un rabais de 30 % lors de sa prochaine réservation au Château Frontenac. Il suffit de mentionner que l’on est résident du Québec. Bien entendu, ce rabais est applicable sous réserve de disponibilité et pour certaines périodes seulement.

3. Préparer son voyage au pays de Mickey

Saviez-vous qu’il existe un site en français pour aider à la préparation de son voyage à Disney World ?  www.disneyworld.ca

4. Des rabais pour Myrtle Beach

La région de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, offre des rabais aux visiteurs canadiens afin de les aider à « compenser » la différence du taux de change. Jusqu’en mai 2018, les voyageurs munis d’un passeport canadien valide peuvent bénéficier de 25 % à 55 % dans certains hôtels, attractions, terrains de golf, restaurants et lieux de divertissement pendant leur séjour dans cette région.

5. Harry Potter bientôt à Broadway

Harry Potter and the Cursed Child, la comédie musicale qui fait suite à la série de livres arrivera à Broadway, New York, le 22 avril. Harry est maintenant époux, père de trois enfants et employé surmené du ministère de la Magie.

6. Rêver l’aventure

Les films Passeport pour le Monde sont présentés dans 111 cinémas à travers le Canada, dont une trentaine au Québec. Chaque film trace le portrait complet d’une destination : sites touristiques, trésors cachés,ges activités pour tous les goûts, histoire, culture et traditions, mais aussi mode de vie et quotidien des habitants.www.passeportpourlemonde.com

7. Road trip en moto sur la Côte Est Américaine

Enfourcher sa Harley et rouler cheveux au vent sur le bitume ? On trouve l’inspiration en assistant à la ciné-conférence De Montréal à la Pointe de la Floride, de Marc Poirel aux Grands Explorateurs, présenté partout au Québec, durant tout le mois de mars.

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

5 trucs pour se préparer à une tempête

Lorsque la météo donne un Avertissement de tempête, comme c’est le cas cette semaine, il vaut mieux prendre ses précautions et bien se préparer avant même de se rendre à l’aéroport. Voici 5 trucs.

1. On télécharge l’application de la compagnie d’aviation avec laquelle on a nos billets et celle de l’aéroport (YULi pour l’aéroport de Montréal et YQB pour l’aéroport de Québec) sur sa tablette ou son cellulaire. Il suffit d’inscrire le vol que l’on doit prendre pour être informé en temps réel des retards ou des annulations. Indispensable !

2. On part plusieurs heures à l’avance, quitte à réserver une nuit dans un hôtel près de l’aéroport. Non seulement on ne risque pas de se retrouver à rouler dans la tempête aux prises avec un stress intense, mais en cas d’annulation, il sera plus agréable d’attendre dans ces lieux. Des navettes peuvent ensuite nous conduire à l’aéroport et venir nous chercher à l’arrivée, pendant que notre automobile demeure dans leur stationnement.

3. On met un soin tout particulier à préparer son sac de cabine. Dans ce dernier, on prévoit des trucs à manger (noix, barres tendres, etc.) en plus grande quantité que d’habitude. On n’oublie surtout pas tous les médicaments dont on peut avoir besoin et des choses pour passer le temps (tablettes, livres, jeux) en cas d’attente prolongée. On y met également une couverture, un oreiller de voyage et un masque pour les yeux pour toute la famille. Enfin, des bouteilles vides que l’on peut remplir d’eau sur place.

4. Dès que nos applications nous informent de l’heure de départ de notre vol, on réserve notre passage prioritaire à la sécurité (pour tous les départs, sauf à destination des États-Unis). 24 h avant l’heure de son vol, il suffit de réserver en ligne (maximum 5 personnes) et de confirmer son inscription en répondant à un message SMS. Bien entendu, il faut se présenter à l’heure prévue dans la ligne Secur Express (www.admtl.com/fr/vols/secure_express).

5. Avec toutes les modifications de vol et d’horaire, le risque de perdre ses valises augmente. On prend donc la précaution de placer, sur ses valises, une étiquette (et même deux) avec notre adresse, mais également l’endroit où l’on se rend. De plus, à l’intérieur de ces dernières, directement sur le dessus, on glisse une grande feuille avec nos noms, numéros de téléphone et courriels, bien visibles. Protection supplémentaire, à l’aide de son cellulaire, on les photographie de même que les reçus de réclamation. Ainsi, en cas de perte, on les retracera plus facilement.

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Quoi de neuf à Disney ?

Le parc de Walt Disney World en Floride ne cesse d’innover pour ajouter au plaisir des visiteurs. Voici sept nouveautés à découvrir lors de votre prochaine visite.

1. Un tout nouveau spectacle créé par le Cirque du Soleil et inspiré du patrimoine de Disney sera bientôt présenté à Disney Spring. Tout en célébrant le caractère unique de Disney, il rendra hommage aux artisans qui savent produire la magie à Disney.

2. Il est désormais possible de se faire conduire par l’un des personnages de Disney dans une auto rouge à pois blancs, comme la jupe de Minnie Mouse. C’est la Minnie Van Service, disponible entre 6 h 30 et 12 h 30 pour les invités du Disney’s BoardWalk Resort et du Disney’s Yacht & Beach Club Resort. Coût : 20 $. À noter que les véhicules peuvent accueillir six passagers et que deux d’entre eux sont accessibles aux fauteuils roulants.

 

3. Quatre hôtels Disney accueillent maintenant les chiens bien élevés et vaccinés. Il s’agit du Disney’s Yacht Club Resort, du Disney Port Orleans Resort – Riverside, du Disney’s Art of Animation Resort et des cabines du Disney’s Fort Wilderness Resort & Camping. Ce nouveau service permet jusqu’à deux chiens par chambre et leur offre un accès facile aux zones d’exercices et aux espaces verts. Lors de l’enregistrement, les maîtres reçoivent un kit de bienvenue Pluto comprenant un tapis, des bols, une étiquette d’identification, des sacs jetables, des coussins, des cartes de promenade et une affichette « Ne pas déranger », indiquant au personnel qu’un animal de compagnie se trouve dans la chambre. Des services de garderie et autres sont aussi offerts à Best Friends.

4. Cet été, une montagne russe de type familial, mettant en vedette Slinky® Dog Dash, sera la vedette de la nouvelle section Histoire de jouets (Toy Story Land) au Disney’s Hollywood Studios. L’attraction plongera, esquivera et se précipitera autour des virages et des chutes créés par Andy. Pendant l’attente, les invités auront l’impression d’être réduits à la taille d’un jouet pour s’amuser dans le jardin d’Andy.

5. Tous les amoureux de Disney qui ont eu la chance de visiter Pandora au Disney’s Animal Kingdom sont encore sous le charme de cette expérience d’écotourisme présentant des montagnes flottantes, une forêt tropicale bioluminescente et d’autres merveilles d’un monde extraterrestre.

6. Les résidents canadiens ont jusqu’au 10 février 2018 pour économiser 20 % sur l’achat anticipé de 4 jours ou plus, en ligne ou par téléphone. De plus, une section, entièrement en français, est disponible. www.disneyworld.ca

En Californie

C’est le 13 avril, pendant l’évènement Pixar Fest, qu’aura lieu l’ouverture du nouvel Incredicoaster Anchors Pixar Pier au Disney Adventure Park de Californie. Il s’agira de quatre quartiers thématiques entraînant les visiteurs dans les histoires et les personnages des Mondes merveilleux de Pixar.

 

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Où aller en 2018?

Chaque année, des spécialistes du voyage se réunissent pour créer des listes suggérant les pays qui seront tendance en 2018. Sans faire le tour des publications du monde entier, concentrons-nous sur les suggestions proposées par des guides que l’on connaît bien.

Les pays tendance

Chez Lonely Planet (www.lonelyplanet.fr) l’analyse se fait différemment, les experts (auteurs, éditeurs et blogueurs) pointent des destinations en fonction de l’actualité, de leurs initiatives touristiques, de leur environnement préservé ou de grands événements qui s’y dérouleront. On retrouve donc, dans l’ordre :

  • Le Chili qui fête, cette année, le bicentenaire de son Indépendance.
  • La Corée du Sud, totalement transformée pour accueillir les Jeux d’hiver de Pyeongchang.

PHOTO FOTOLIA
Pyeongchang, Corée du Sud

  • Le Portugal, pour son Douro, ses nouveaux musées, ses 7 restaurants étoilés, ses 300 plages et ses deux réserves de la Biosphère reconnues par l’UNESCO.
  • PHOTO FOTOLIA
    Porto, Portugal

  • Djibouti pour ses paysages volcaniques.
  • La Nouvelle-Zélande pour le Pike 29 Memorial Trak, un itinéraire de 45 km dédié à la mémoire de 29 mineurs tués en 2010. Il s’agit d’un nouveau sentier de la Great Walk, qui en compte 9.
  • Malte alors que La Valette sera nommée la Capitale européenne de la culture.
  • La Georgie pour goûter les spécia­lités ancestrales de ce pays qui a préservé ses traditions.
  • L’Île Maurice pour sa mer couleur saphir.
  • La Chine que l’on sillonne en train grâce à son réseau ferroviaire le plus grand de la planète.
  • L’Afrique du Sud pour Be the Legacy­­­, les célébrations du centenaire de la naissance de Nelson Mandela.

Où ne pas aller

De leur côté, les guides de voyage américains Fodor (www.fodors.com) ont plutôt opté pour un palmarès des destinations où ne pas aller en 2018. Parmi ces dernières, on retrouve :

  • Les îles Galápagos, menacées par l’afflux de touristes.
  • Phang Nga Park (Thaïlande), qui perd peu à peu de son authenticité parce que trop touristique.
  • Le Taj Mahal (Inde) sur lequel de gros travaux de rénovation débuteront en mars 2018 pour lui rendre sa beauté d’origine.
  • Myanmar (ancienne Birmanie) en raison des conflits entre les minorités locales.
  • Le mont Everest (Népal), de plus en plus dangereux en raison du réchauffement­­­ climatique.
  • Le Missouri (États-Unis), que déconseille la National Association for The Advancement of Colored People, en raison des décisions politiques et des pratiques qui prônent la discrimination.
  • Le Honduras, l’un des endroits les plus dangereux d’Amérique centrale.
  • La Grande Muraille de Chine, victime de l’érosion et des touristes qui s’amusent à y faire des graffitis.
  • Pékin, trop polluée.

Le choix des Québécois

PHOTO FOTOLIA
Les Rocheuses canadiennes

En se basant sur les ventes de leurs guides voyage, Ulysse (www.guidesulysse.com) prédit que les pays que les Québécois se proposent de visiter cet hiver seront, dans l’ordre: Le Québec, les États-Unis, la France, l’Italie, le Portugal, l’Espagne, l’Ouest canadien, la Grèce, l’Inde et la Chine.