Archives de Catégorie: cinéma

42 heures à Perpignan

S’il fait encore un tout petit peu froid à Perpignan, la chaleur ne tardera pas. C’est le moment de prévoir des vacances dans cette magnifique région. Pourquoi pas un long séjour ?

C’est qu’il y a tellement d’endroits magnifiques à y voir. Ne pensons qu’à Banyuls-sur-Mer, Perpignan ou Collioure où l’on voudrait se poser quelques jours.

Voici un texte paru il y a déjà quelques mois, dans le Journal de Montréal et Journal de Québec. Je vous le propose à nouveau aujourd’hui, histoire de, peut-être, influencer votre prochain séjour.

Bien que nous soyons toujours en France, nous voilà en Catalogne… la Catalogne française. Passerelle privilégiée entre l’Espagne et la France, Perpignan possède un charme tout particulier. Difficile de rester insensible à la beauté des monts pyrénéens tout autour, à la Méditerranée tout près, à sa riche histoire qui se décline dans ses monuments et édifices d’un autre âge, à son intense vie culturelle et tout particulièrement à l’accueil chaleureux et amical de ses habitants.

Le Castillet

JOUR 1

On pose ses valises à l’hôtel Windsor Best Western Plus, un 4 étoiles au cœur de Perpignan. Non seulement l’endroit est magnifiquement situé, mais il dispose d’un stationnement intérieur (très apprécié) et il propose des chambres confortables et modernes avec l’internet, mais aussi, comme on le découvrira le lendemain matin, des petits déjeuners absolument fantastiques.

18 h

Pour un premier contact avec la capitale de la Catalogne française, on s’offre une promenade dans les ruelles sinueuses au charme médiéval. Après de nombreux arrêts pour apprécier la beauté des lieux, on arrive finalement devant une magnifique place, plantée d’oliviers. Il s’agit de la place Jaubert-de-Passa où se cache un petit restaurant qui semble des plus attirants.

19 h 30

Comme il pleut, c’est à regret qu’on tourne le dos à la terrasse pour pénétrer à l’intérieur de ce Bouchon catalan. Quelques minutes suffiront pour rendre grâce à la pluie. L’endroit est charmant et, surtout, on peut suivre le ballet du chef, Jean Roure, qui officie avec dextérité dans sa cuisine ouverte. Son organisation est si parfaite qu’il ne semble jamais surmené, bien qu’il soit seul aux fourneaux et malgré les convives qui ne cessent d’arriver. C’est avec le sourire qu’il prépare les tapas absolument savoureuses que nous dégustons. Une adresse à retenir !

JOUR 2

Après l’incroyable petit déjeuner servi au Windsor, on rejoint Stéphanie, une guide passionnée par cette ville qui a connu son âge d’or sous le royaume de Majorque. Ses principaux monuments à l’architecture gothique, dont le palais des rois de Majorque et sa sublime cathédrale, témoignent de cette période. Après un arrêt à l’étonnant et unique cloître funéraire Campo Santo, direction le Castillet (construit en 1368 par les rois d’Aragon), heureusement préservé lors de la destruction des fortifications au 20e siècle.

Le magnifique Campo Santo, un cloître-cimetière édifié au 14e siècle.

La visite se poursuit à place de la Loge, qui réunit l’hôtel de ville et son historique salle des mariages (1318) avec son plafond à caissons étoilés (fin du 16e siècle), la superbe Casa Xanxo, ancienne demeure d’un riche marchand, et la place de la Mairie, où l’on fait connaissance avec La Méditerranée, une œuvre d’Aristide Maillol, un sculpteur natif du pays dont les œuvres sont disséminées un peu partout dans la ville, ses musées, ses places et ses édifices.

Place de la Loge.

À noter que ceux qui ne peuvent pas s’offrir les services d’un guide peuvent utiliser l’application PERPIGNAN 3D. Une fois téléchargée, cette dernière guide les visiteurs (par GPS et géolocalisation) et fournit des contenus diversifiés (commentaires audio, textes, images, jeux, fiches thématiques, vidéo, modélisation 3D et reconstitution en réalité augmentée, etc.).

MIDI

Comme le soleil est au rendez-vous, on s’installe au patio-terrasse du Saint-Jean pour goûter l’exquise cuisine de Yann Auger, ex-trois fourchettes Michelin.

@lisegiguere – Salade froide de gambas et tomates confites au Saint-Jean.

Situé sur le parvis de la cathédrale et de l’ancienne église, actuellement en rénovation, cet endroit nous plonge dans l’histoire sacrée des lieux. Les travaux se déroulant à l’intérieur attisent notre curiosité. Il faudra revenir pour admirer le résultat lorsque l’église et la cathédrale communiqueront.

14 h

Départ pour la Côte Rocheuse (ou Côte Vermeille) en direction de Banyuls-sur-Mer, histoire de pousser la porte de la métairie où Aristide Maillol passait les six mois les plus froids de l’année.

@lisegiguere – Banyuls-sur-Mer, la dernière station balnéaire avant l’Espagne et le lieu de naissance d’Aristide Maillol.

Aujourd’hui transformé en musée, cet endroit retiré en pleine nature, sert également de dernier repos à l’artiste. Dans la cour, son tombeau est surmonté d’un exemplaire de La Méditerranée, une de ses œuvres préférées, mais également l’une des plus célèbres.

@lisegiguere – Le tombeau d’Aristide Maillol surmonté de Méditerranée, son œuvre préférée.

Avec Jean-Marie Berta, un passionné de l’artiste, les visiteurs qui le désirent ont droit à un véritable voyage au cœur de la pensée du sculpteur à travers ses dessins, ses pièces miniatures qui sont en fait des études permettant de conduire à l’œuvre monumentale finale et même à des anecdotes plus personnelles sur sa vie et son œuvre. Un véritable moment de grâce dans un lieu calme, éloigné de l’agitation de la ville. Le Musée Maillol est à  voir absolument.

16 h

Sur le chemin du retour, on roule doucement, le temps de laisser son regard plonger dans les petites criques rocheuses et sauvages de cette Méditerranée si belle. On se dit qu’ici, seule la beauté a sa place. Eh bien non ! Un arrêt au Site de Paulilles prouve qu’à une époque ce lieu abritait (jusqu’en 1870) la fabrique de dynamite Nobel. Quand même incroyable que ce Prix Nobel de la Paix soit celui-là même qui dirigeait une fabrique de dynamite !!!

Fermé en 1984, puis réaménagé en 2005, ce site rend hommage aux travailleurs tout en offrant une palette d’activités allant de la simple randonnée, à la restauration des barques catalanes, en passant par des visites guidées sur différents thèmes. Tournant le dos à ce passé, sans pourtant le renier, cet endroit est devenu l’un des plus beaux joyaux de la côte catalane.

18 h

On prolonge son plaisir par un repas et une nuit au cœur même de cette Côte Vermeille au Grand Hôtel du Golfe, à Argelès-sur-Mer, sur la route de Collioure, que l’on surnomme la Perle du Roussillon. Mais ça, c’est une autre histoire ou… un autre 42 h !

 

 

 

 

Publicités

Voyager dans les paysages du Trône de fer

Faites-vous partie des millions de téléspectateurs totalement accros à la série Trône de fer ? Si oui, vous savez sans doute que la majorité des paysages qu’on y voit sont réels. La saison 7,  diffusée  présentement, en français à Super Écran, et en anglais à HBO, vous donnera peut-être envie d’organiser vos prochaines vacances dans ces paysages spectaculaires. Voici une petite recherche susceptible de vous éviter quelques maux de tête à planifier votre voyage sur les traces du Trône de Fer.

IRLANDE

C’est dans le studio Paint Hall de Belfast (aussi appelés Titanic Studios), en Irlande du Nord, qu’a été tournée la grande majorité des scènes intérieures de la série. Ce pays aux étendues vertes, falaises et châteaux a également servi de décor à de nombreuses scènes extérieures.

À mettre à votre itinéraire : Castle Ward, Dunluce Castle, les Dark Hedges, le parc forestier de Tollymore, le port de Ballintoy, la plage de Downhill et le temple de Mussenden. Aussi, dans le comté d’Antrim, il faut voir les grottes de Cushendun, décor où Mélisandre (la sorcière aux cheveux rouges) a donné naissance à l’enfant de l’ombre.

Liens utiles :

ISLANDE

C’est sur cette terre rude à l’aspect lunaire que l’on se retrouve de l’autre côté du mur. Plus précisément, il faut se rendre du côté de la plus grande calotte glaciaire d’Europe et admirer les glaciers Myrdalsjökull, Vatnajökull et Svinafellsjokull.

À voir aussi : le lac Mývatn (zone protégée, mais accessible aux visiteurs) et le parc national de Skaftafell.

  • Gray Line Iceland offre une visite des lieux de tournage : grayline.is.
  • Iceland Travel propose le circuit « Mývatn, Mystery and Magic ». Le temps d’une journée, les voyageurs voyagent au « Nord du mur » et vivent comme un membre de la garde de nuit. La visite comprend une visite des ruines de Dimmuborgir (Castle Black). www.icelandtravel.is/tour
  • Enfin, Viator propose un tour de 6 h sur ce thème. www.viator.com

MALTE

Port-Réal (King’s Landing) a changé de location à quelques reprises. Dans la première saison, c’est Mdina, l’ancienne capitale de Malte, qui représentait la ville principale de Westeros.

Liens utiles :

  • Pour une visite guidée, en groupe ou privée, des lieux de tournage dans cette magnifique république : www.viator.com.

CROATIE

Après Malte, ce fut au tour de la Croatie, plus précisément de la sublime Dubrovnik à devenir Port-Réal.

On a également utilisé l’île de Lokrum et ses jardins botaniques pour représenter Qarth, la riche cité marchande. Pour ne rien manquer, il vous faudra également faire un arrêt à Šibenik, Klis et dans la cité antique de Split, notamment au palais de Dioclétien.

Liens utiles :

MAROC

La ville historique d’Aït-Benhaddou, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, a servi de décor pour Yunkai, la ville jaune, et pour certaines scènes de Port-Réal.


La belle Essaouira, cité antique inoubliable, n’est autre qu’Astapor, ville des Immaculés.

Liens utiles :

  • Au Maroc, des fans de la série proposent un tour de 5 jours « Orakarys, the tour » qui vous conduit de Marrakech à Essaouira, en passant par Aït-Benhaddou : www.winteriscoming.it.

ESPAGNE

C’est le magnifique Alcazar de Séville, dans le sud de l’Espagne, qui a servi de toile de fond pour Dorne et l’arène d’Osuna, en périphérie, pour les scènes de combats et l’envol du premier dragon de Daenerys.

Liens utiles :

  • Cette compagnie offre un tour guidé en Espagne : www.opitrip.com.
  • Aussi, Viator propose une virée de 8 h entre Girona et Barcelone. www.viator.com

Ce texte a d’abord été publié sur Canoe.ca ICI puis dans le cahier weekend du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI et enfin sur le site de TVA nouvelles ICI

Sur les traces de James Bond

LONDRES | À l’approche de la sortie de Spectre, le nouveau film de James Bond qui prendra l’affiche cet automne, j’ai profité d’un séjour à Londres pour participer à une visite guidée, offerte par Brit Movie Tours,  sur les traces de l’agent secret de Sa Majesté.

Statues de cire de Judi Dench et Daniel Craig chez Madame Tussauds

Statues de cire de Judi Dench et Daniel Craig chez Madame Tussauds

Au cours de la visite d’environ trois heures, notre guide Mickael Bendib nous a conduits sur différents lieux de tournage de quelques-uns des 24 films officiels de 007, tout en nous révélant des aspects de la personnalité de son créateur Ian Fleming, qui a su marier la réalité de son passé à sa fiction.

@lisegiguere - Le véritable MI6 que l’on dit indestructible

@lisegiguere – Le véritable MI6 que l’on dit indestructible

Pour lire la suite de cet article et découvrir les lieux qui ont inspiré l’auteur ou l’on a tourné des scènes de nombreux James Bond:

Pour Canoe.ca, Cliquer ICI

Pour le Journal de Montréal, cliquer ICI

Pour le Journal de Québec, cliquer ICI

Le Centre des sciences de Montréal, une découverte fascinante

VIEUX PORT DE MONTRÉAL – Chaque dimanche, je cherche une activité pouvant séduire mon  petit-fils de 2 ans et demi. Que voulez-vous, j’aspire à créer chez lui de magnifiques souvenirs tout en éveillant son esprit en plus de passer du temps de qualité avec lui et sa mère.

Cette fois-ci, bien que l’endroit ne soit suggéré que pour les 4 ans et plus, j’ai suivi la suggestion de sa mère et  l’ai conduit au Centre des sciences de Montréal et au visionnement du film Pandas 3 D: retour à la nature. Le résultat a dépassé mes attentes les plus folles.

Même si la section Clic! La zone des petits curieux du Centre des sciences, suggérée pour 4 ans et plus , a retenu son attention (surtout les fausses briques nécessaires à la construction d’une maison),

@Centre des sciences de Montréal - Une petite maison qui nécessite la pose de briques

@Centre des sciences de Montréal – Une petite maison qui nécessite la pose de briques

c’est tout particulièrement dans la zone Science 26 qu’il a eu le plus de plaisir.

Bien sûr, il ne comprenait pas nécessairement le volet scientifique et le mode de fonctionnement des 26 différentes zones (selon les lettres de l’alphabet), mais il était fasciné par les sons, les lumières, les couleurs vives et tout ce que faisaient les autres enfants autour de lui. Il a passé des heures à jouer dans l’eau sur le module qui présente la manière dont fonctionne les barrages et comment l’eau libéré fait tourner la roue des moulins.

@centre des sciences de Montréal - Des heures de plaisir pour les esprits curieux

@centre des sciences de Montréal – Des heures de plaisir pour les esprits curieux

Panda 3 D

Sa mère et moi avions réservé la totale, c’est-à-dire le billet pour le Centre des sciences et celui du film Pandas 3 D: retour à la nature, lequel, j’ignore pourquoi, j’imaginais être une sorte de dessin animé.

Eh bien, pas du tout, c’est plutôt un documentaire tourné par une équipe britannique qui s’est rendue trois fois en Chine, sur une période de neuf mois, pour suivre l’évolution de Tau Tau un panda, né en captivité, dans un centre de reproduction spécialisé,

le Wolong Pandas Center. Sur place, une équipe de scientifiques chargés de la protection de cet animal menacé d’extinction l’éduque en vue de le rendre à la vie sauvage et ainsi assurer la survie de l’espèce.

@Centre des sciences de Montréal. Tau Tau et sa maman

@Centre des sciences de Montréal. Tau Tau et sa maman

Produit pour le National Geographic Entertainement, ce film montrant ce gros toutou tant aimé n’est pas tourné pour les enfants, mais tous ceux qui étaient présents se sont montrés sages comme des images à suivre l’histoire de Tau Tau.

C’est décidé. Le Centre des Sciences de Montréal figure désormais en place de choix sur ma liste. Alors qu’on croyait n’y passer qu’une heure ou deux à cet endroit, on y a passé toute la journée et il a quasiment fallu traîner de force notre petit homme qui, je vous le rappelle n’a que 2 ans et demie, pour l’en sortir.

C’est vraiment un endroit à mettre à votre agenda pour votre prochaine sortie en famille.

Sur les traces de James Bond

NASSAU BAHAMAS – Je ne vous apprends sans doute rien en vous disant que les Bahamas ont servi de décor pour le tournage de nombreux James Bond 007.

Il y a d’abord eu Thunderball, en 1965, avec Sean Connery dans le rôle titre

Les fonds marins qu’on y voit sont ceux d’une  zone appelée «Grotte d’or », mais rebaptisée depuis  « Thunderball Reef ».

En 1983, Never say never again (Jamais plus jamais), une reprise de Thunderball (1965)  a utilisé, comme ce fut le cas pour Thunderball, le site de Clifton Pier.

Enfin, une partie de la seconde version du  film Casino Royale qui met en vedette Daniel Craig a également été tournée au Bahamas. 

Entre autres, la scène d’amour entre James Bond et la belle Solange, la femme de son ennemi, ont été tournés dans  la villa Bougainvillée qui se trouve cachée sous la végétation luxuriante de ce sentier

Le sentier menant à la villa Bougainvillée @lisegiguère

de l’hôtel One & Only Ocean Club de Paradise Island,  un véritable paradis qui n’est autre que la version luxe des Complexes Atlantis . C’est également dans ces lieux divins que Cindy Crawford a célébré son second mariage.

Note: Ce sont les lieux que l’on m’a pointés lors de mon voyage. En connaissez-vous d’autres ?

Un peu de cinéma à Toronto

Vous avez vu le film The Love Guru qui met en vedette Mike Myers?

Avez-vous remarqué la beauté du Ashram ? Il s’agit du Casa Loma de Toronto. Ce château a été construit par le multi-millionnaire Sir Henry Pellat qui adorait le Château Frontenac et s’en est inspiré. De 1911 à 1914, 300 hommes ont travaillé sur ce projet qui a coûté près de 4 Millions $.

Des meubles qui étaient disposés dans les 98 pièces, il ne reste rien puisqu’ils ont été  vendus aux enchères, après la faillite de leur richissime propriétaire et remplacés par des copies pour les besoins des visites guidées.

Voici une petite vidéo que j’y ai tournée dans les jardins par un beau jour de l’été dernier.

Distillery District

Autre endroit magnifique  à ne pas rater lors de votre passage à Toronto, le Distillery  Historic District dont les rues de pierres et les usines désaffectées ont été utilisées pour les besoins du film .

C’est aujourd’hui un endroit magnifique où il fait bon flâner dans les petites boutiques, les galeries d’art, les cafés et les restos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Profitez-en pour faire un arrêt à la galerie-resto A taste of Quebec dont j’ai déjà parlé  dans cette chronique.

Un détour par l’Université

Toujours à Toronto, devinez un peu qui tient le rôle de la mythique Harvard University dans le film Good Will Huntin ?

Eh oui….. l’Université de Toronto !

L’Écosse célèbre J.K.Rowling

Bien qu’elle soit née en Angleterre et qu’elle ait grandie au Pays de Galles, plus précisément à Chepstow, J.K. Rowling a vécu et vit toujours en Écosse. C’est même ici, dans les nombreux cafés qu’après l’avoir commencé des années auparavant, elle termine enfin l’écriture de Harry Potter à l’école des sorciers.

Aujourd’hui, de nombreux cafés d’Édimbourg assurent que c’est à l’une de leurs tables qu’elle s’installait. Il y en a même un, The Elephant House situé près du château d’Édimbourg qui assure que c’est là qu’est né Harry Potter.

@ Lise Giguère - The Elephant House

Dans la vitrine, une inscription et une photo de J.K Rowling (que paraît-il, elle n’aime pas du tout) précise d’ailleurs cette information.

@ Lise Giguère

Je n’ai pu savoir à quelle table exactement elle s’installait pour écrire, mais voici l’ambiance qui l’a inspirée. @ Lise Giguère - Intérieur du Elephant House

La suite de l’histoire est connue. Le succès est immense et, il est de plus en plus difficile à J.K. Rowling de s’isoler pour écrire. Elle choisira finalement le très bel hôtel Le Balmoral, le 5 étoiles le plus chic d’Édimbourg pour terminer la saga de Harry, en janvier 2007.

@ Lise Giguère - Le Balmoral

Aujourd’hui, il est possible de louer la chambre où elle s’était installée, mais on dit qu’il faut ajouter un léger supplément.

Un Walk of Fame écossais

Première ville Unesco de littérature, Edimbourg créait en 2007 The Edinburg Award.  Un peu comme on le fait sur le fameux Walk of fame du Hollywood boulevard de Los Angeles, les personnalités sont invitées à imprimer leur main dans une plaque sur un trottoir de City Chambers.

Alors qu’en 2007, l’honneur était attribué à Ian Rankin,  un auteur écossais de romans policiers et d’espionnage,  l’année 2008 reconnaissait l’importance de celle qui a donné au monde entier un mignon petit sorcier à lunettes.

@ Lise Giguère - À gauche (où le pied) les mains de Ian Rankin et à droite, celles de J.K. Rowling.

@ Lise Giguère - Les mains de J.K. Rowling