Archives de Catégorie: gadgets

3 indispensables

1. Fullpoche

Élément essentiel de tout voyage, les t-shirts ne sont cependant pas toujours pratiques. Confortables, oui, mais il faut obligatoirement porter un sac si l’on veut ranger son cellulaire ou quelques billets. Eh bien, plus maintenant. La compagnie québécoise, Fullpoche a conçu un t-shirt super-pratique et vraiment très confortable. De plus, il possède une petite poche (avec fermeture éclair) permettant de ranger son passeport, son cellulaire, sa clé de chambre ou tout autre objet de petite dimension. De plus, l’achat de cet indispensable du voyage permet une bonne action. En effet, cette année, Fullpoche a créé une édition spéciale Ruban Rose avec un amusant slogan : Vaincre, ce n’est pas dans la poche, mais l’espoir si ! 20 % des ventes de ce t-shirt iront à la Fondation du Cancer du sein.

 

2. Un sac de voyage pour aventuriers

Certains voyageurs font la vie dure à leur sac de voyage. Ces derniers apprécieront le Radian Travel Pack conçu pour s’adapter à n’importe quel environnement. Possédant un cadre en aluminium dans les dimensions réglementaires des bagages cabines (pour la majorité des compagnies aériennes), sa configuration permet de l’ouvrir à plat, comme une valise, mais il possède également différentes ouvertures (ou poches) donnant un accès rapide à son équipement (passeport, caméra, ordinateur, bouteille d’eau, etc.). Fabriqué en tissu résistant à l’abrasion et à la déchirure, il dispose d’un revêtement spécial résistant à l’eau et d’un panneau arrière en peluche qui respire et reste confortable même de longues heures. Il convient bien aux aventuriers qui transportent tout ce dont ils ont besoin dans un seul sac à dos. Une ceinture optionnelle est aussi disponible pour des charges exceptionnellement lourdes.

 

3. Protecteurs d’oreilles

En voyage, les oreilles sont soumises à rude épreuve. Que ce soit la pression, le bruit qui empêche de dormir, la musique trop forte, etc. Les nouveaux protecteurs d’oreilles Pluggerz de Comfoor offrent maintenant des bouchons d’oreilles dont le but n’est pas d’annuler le bruit, mais plutôt de le réguler selon différentes situations. Fait de silicone, ils sont souples et très doux pour les oreilles, en plus d’offrir une protection maximale. Ils sont disponibles pour filtrer le son d’une musique trop forte, pour mieux dormir tout en permettant d’entendre les alarmes ou les cris d’un enfant, pour éviter à l’eau d’entrer dans les oreilles ou pour régler la pression lors d’un voyage en avion.


www.pluggerz.com    

Ce texte est d’abord paru le samedi 4 aout, dans la chronique Conseils pour voyageurs du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI 

Publicités

Faire rimer vacances et écotourisme

C’est le temps des vacances, des longues balades en automobile et des randonnées en nature. Ce n’est pas une raison pour ne pas penser à préserver l’environnement. Voici quelques suggestions susceptibles de créer un véritable impact !

PHOTO FOTOLIA

1. Avant de partir, on débarrasse son véhicule de tout ce qui l’alourdit et on vérifie la pression des pneus. Une voiture allégée consomme moins d’essence, tandis que des pneus trop gonflés ou pas assez font augmenter la consommation. Sur l’autoroute, on se souvient que rouler à 100 km/h au lieu de 120 km/h permet d’économiser 20 % d’essence. On opte donc pour les petites routes plutôt que les autoroutes. On limite également la climatisation qui participe au réchauffement climatique.

2. Dans nos bagages, on élimine tous les produits jetables (rasoirs, appareils photo, essuie-tout, vaisselle, etc.). On remplace les serviettes humides vendues en magasin par une débarbouillette humide que l’on glisse dans un contenant réutilisable. Même chose pour les crudités, sandwichs ou biscuits qu’on apporte. On opte pour la bouteille d’eau réutilisable. Si l’on a l’habitude d’acheter des cafés sur la route, on se procure une tasse avec couvercle et si l’on prévoit des pique-niques, on apporte sa vaisselle et ses ustensiles.

3. Si l’on réside plusieurs jours dans le même hôtel ou motel, on demande à garder les mêmes serviettes de bain et draps. Après tout, à la maison, on ne lave pas sa literie et ses serviettes tous les jours. Au moment du départ, on rapporte les produits d’accueil déjà ouverts (savon, shampoing, etc.).

En effet, à moins que ces derniers n’arborent le logo Clean the World, ou un autre du même type, ils seront jetés et contribueront à polluer la planète. Présent dans quelque 4000 hôtels à travers le monde (Canada, É.-U., Europe, Asie, etc.), l’organisme Clean The World, créé en Floride, collecte, trie et traite les produits d’hôtels utilisés pour les redistribuer à des organismes venant en aide aux personnes dans le besoin. Au Québec, avec l’appui de Recyc-Quebec (www.recyc-quebec.gouv.qc.ca), même les petites bouteilles sont stérilisées et réutilisées.

4. À la plage, on privilégie le lait solaire plutôt qu’une huile qui ne se dissout pas dans l’eau. Près des côtes, l’huile solaire forme un écran à la surface et ralentit la photosynthèse des végétaux sous-marins. De plus, on se souvient que la mer n’est pas une poubelle. Un simple petit sac de plastique peut être fatal aux tortues ou aux dauphins qui s’étouffent en croyant avaler une méduse. En bateau, on vidange les toilettes aux emplacements prévus (même chose en autocaravane) et, si l’on fait de la plongée, on prend garde de ne pas accrocher le corail avec ses palmes ou de marcher dessus. Bien entendu, on ne jette pas l’ancre sur un banc de corail.

5. Dans les parcs naturels, on respecte le balisage des sentiers et l’on évite de crier pour ne pas effrayer les animaux et pour ne pas déranger les autres visiteurs. On observe les animaux à distance raisonnable et on évite de les toucher ou de les nourrir. Modifier leur régime alimentaire peut leur être fatal. On ne cueille pas de plantes ou de fleurs et surtout, SURTOUT, on ne jette rien et on ramasse ses déchets.

Cet article a d’abord été publié le 14 juillet dans la chronique Conseils aux lecteurs du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Cinq gadgets pour voyageurs

1. Un méchant sac !

Pour l’école ou pour les voyages, le sac à dos Grillz attirera les sourires. Fait de polyester, il est léger, ses courroies sont ajustables et il est lavable à la machine. Suffisamment grand pour un ordinateur, des vêtements, des livres, un lunch ou plus, il surprend par son design de méchant. En effet, en plus de ses gros yeux, sa pochette extérieure montre les dents lorsqu’on l’ouvre. Les enfants l’adorent. 24,99 $. Cette compagnie fait également des étuis à crayons et à cosmétiques.

2. Une pince universelle

Imaginée par une équipe d’ingénieurs montréalais, Uclip est un support universel pour appareil mobile. D’une grande simplicité et très légère, cette pince est robuste, permet différents positionnements, offre une grande stabilité et convient à la plupart des téléphones portables et tablettes sur le marché. 17,88 $.

3. Une valise connectée

La Travelpro Crew MD 11, avec son port USB intégré, s’adresse tout particulièrement aux voyageurs d’affaires, aux étudiants et à tous ceux qui désirent être connectés en tout temps. En insérant un chargeur portatif (batterie) dans la pochette sur le côté, on peut se connecter au port USB externe et recharger ses appareils, même en se déplaçant. Elle comprend également un vaste espace de rangement pour la tablette et l’ordinateur portable, de multiples pochettes, une barre anti-plis pour que les vêtements ne froissent pas. Note : Les batteries de la valise sont amovibles, ce qui la rend conforme aux réglementations de la plupart des compagnies aériennes. En effet, depuis janvier dernier, de nombreuses compagnies aériennes américaines ne permettent plus aux passagers de voler avec des sacs intelligents contenant des piles au lithium non amovibles. 269,99 $

4. Travalo

Glisser sa bouteille de parfum dans ses bagages représente un certain risque. Si elle se brisait pendant le transport ? Les petits flacons rechargeables Travalo règlent ce problème. De la grosseur d’un rouge à lèvres, il permet en quelques secondes, de transférer 5 ml de son parfum, grâce à un système de pompe facile à utiliser. Étanche, il se glisse dans le sac ou la valise et il est homologué pour le transport aérien. 14,99 $.

5. Une poussette transformable

Les parents qui voyagent savent combien le transport de la poussette peut s’avérer compliqué. La nouvelle poussette de voyage Diono Traverze devrait donc en réjouir plus d’un, grâce à ses caractéristiques étonnantes. Tout d’abord, elle ne pèse que 5,5 kg, son siège est rembourré, spacieux et confortable pour l’enfant. Elle se plie facilement, se transformant de la grandeur d’une petite valise de cabine et est dotée d’une poignée télescopique pour un transport facile. Elle est livrée avec un sac de transport résistant à l’eau et une housse imperméable. Coût: $299 à $349

Cet article est d’abord paru dans la Chronique Conseils aux lecteurs du samedi 30 juin, dans le Journal de Montréal ICI et le Journal de Québec ICI

9 conseils pour randonneurs

Les spécialistes de la randonnée étant de véritables connaisseurs, cette chronique offre plutôt des conseils à ceux qui débutent et veulent éviter les inconforts et les mauvaises surprises.

PHOTO FOTOLIA

1. Sac à dos

Pour éviter les erreurs, le mieux est toujours de se rendre dans un magasin spécialisé et de demander l’avis d’un vendeur. Les sacs de bonne qualité offrent des ajustements possibles pour épouser la forme du corps et bien distribuer la charge. Il faut aussi s’assurer de prendre le volume (taille) dont on a réellement besoin. Acheter plus grand « au cas où » est une erreur.

2. Imper-respirant

Un imper-respirant (muni d’une membrane qui laisse sortir l’humidité et la chaleur, mais ne laisse rien pénétrer) est sans doute le vêtement le plus utile. Il protège de la pluie, du vent, du soleil, mais ajoute aussi une couche pour se réchauffer.

3. Bottes

C’est certainement l’équipement le plus important du randonneur. Il faut choisir la bonne botte en fonction du type de rando qu’on veut faire. Éviter de se laisser tenter par le « gros » modèle rigide, lequel pour de courtes randonnées sans terrain extrêmement accidenté sera très inconfortable. Pour des randos simples, un soulier de randonnée fait très bien l’affaire. Pour des randos un peu plus avancées, on choisit une botte qui va un peu plus haut sur la cheville. Note : il est très important de « casser » ses bottes neuves avant un voyage. On les porte dans la rue, dans nos activités, jusqu’à ce qu’elles soient plus souples. Pour se protéger des intempéries et de la boue, on peut ajouter une paire de guêtres.

4. Bâtons

Ils font la différence entre être capable de faire un ou plusieurs jours. La charge du sac à dos est partiellement répartie sur les bras, et ça aide les genoux à la descente.

5. Eau des cours d’eau

Partir avec le maximum d’eau sur soi (environ deux bouteilles d’un litre minimum). On peut ajouter un sac de type « Camelback » qui se range dans un compartiment du sac à dos. Le poids de l’eau diminue au fil de la journée, ce qui est agréable ! Idéalement, ne jamais boire dans les cours d’eau, car même avec les filtres et produits, c’est dangereux.

6. Trousse premiers soins

Quelques sachets de Betadine liquide (désinfectant puissant pour accidents seulement), de petits ciseaux, une pince à sourcils pour enlever les échardes, de la « moleskin » (sorte de pansement pour mettre sur les ampoules), des tampons d’alcool ensachés, un grand bandage élastique rose (pouvant soutenir un membre blessé).

7. Carte ou GPS

Trouver le début des sentiers est souvent un défi. Avant le voyage, faire les recherches et bien l’identifier sur une carte papier ou un GPS (application GPS, ou encore GPS portable). Apporter son guide qui décrit les randonnées, donne des trucs sur les endroits où l’on risque de se perdre, détours, etc. Note : si on utilise son téléphone pour le GPS, s’assurer qu’il est chargé au maximum. Sinon, avoir une batterie de secours, ou encore un chargeur à énergie solaire.

8. Sifflet FOX40

Un essentiel en randonnée ! C’est un sifflet qui se fait entendre super loin en cas d’accident.

9. Couteau

Couteau suisse ou lame simple. Multiples usages. Peut couper des sangles. On ne sait jamais, ça peut même sauver des vies !

Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du 24 mars 2018 dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

Un Musée dont on ne se lasse jamais!

Initier ses enfants à la découverte des musées n’est pas toujours facile. Comment soutenir leur intérêt plus de quelques minutes ? Pour contrer ce problème, on se rend à Rochester au Strong National Museum of Play. Mais attention, prévoyez une journée entière, car il y a fort à parier qu’ils ne voudront plus repartir.

C’est que ce musée consacré à l’histoire et à l’exploration du jeu ne se contente pas de dispenser tout son savoir didactique, mais il invite à plonger dans l’univers des jouets et à… s’amuser. Dans les faits, c’est certainement l’un des musées pour enfants les plus impressionnants, et les plus amusants, au monde.

PHOTO COURTOISIE DE THE STRONG, ROCHESTER, NEW YORK.
Les enfants de tous les âges y trouvent leur compte.

À cela, il faut ajouter d’autres superlatifs. Il s’agit du plus grand musée au monde de ce type avec 300 000 objets sur 9 000 m2 d’exposition, de l’un des plus grands musées d’histoire des États-Unis et de l’un des principaux musées au service des familles ! Rien de moins.

La collection d’une petite fille

Tout a commencé par le rêve d’une petite fille privilégiée, Margaret Woodbury Strong (1897-1969), qui faisait la collection de jouets et de jeux en tout genre. Un an avant sa mort, elle a fondé ce musée et lui a légué un montant considérable pour qu’il lui survive grâce à une fondation portant son nom

PHOTO COURTOISIE DE THE STRONG, ROCHESTER, NEW YORK. Les enfants découvriront qu’un musée, ça peut aussi être très amusant.

Au début, le musée étudiait les jouets et tentait de comprendre comment l’industrialisation avait changé la vie quotidienne. Cet objectif a cependant évolué, d’autres collections se sont ajoutées, le musée s’est agrandi et son nom a été modifié.

Du bonheur pour tous

Le Strong National Museum of Play occupe aujourd’hui un immense édifice abritant la plus complète collection de documents historiques sur le jeu. Différentes salles exploitent des thèmes comme les héros de bandes dessinées, les jeux de société, les jeux vidéo, les machines à boules, etc. On y trouve même le Centre international d’histoire des jeux électroniques, le Temple de la renommée nationale du jouet (qui rend hommage aux jouets, connus dans le monde entier, Barbie, Monsieur Patate, Slinky), le Temple de la renommée du jeu vidéo mondial (où l’on retrouve Mario Bros), tandis que le Temple de l’industrie du jouet permet de connaître les visionnaires à l’origine de ces créations.

PHOTO COURTOISIE DE THE STRONG, ROCHESTER, NEW YORK.
Dans la section des superhéros, parents et enfants s’amuseront à imiter l’araignée et à grimper aux murs d’escalade.

Et que dire de la section antiquités où l’on retrouve une poupée parlante datant de 1890, conçue par Thomas Edison, ou encore un exemplaire du Monopoly d’origine, datant de 1933, dessiné à la main sur un cercle de toile cirée !

Célébrant le jeu de toutes les époques et sous toutes ses formes, il attire autant les familles que les étudiants, les enseignants ou les collectionneurs.

PHOTO COURTOISIE DE THE STRONG, ROCHESTER, NEW YORK. Au Toys Hall of Fame, on retrouve les jouets célèbres dans le monde entier. Qui a oublié Raggedy Ann, le Cube Rubik ou Slinky ?

Ces derniers se retrouvent dans un véritable musée fourmillant d’informations de toutes sortes, mais également dans une immense salle de jeux. Pour les enfants, c’est la parfaite initiation au monde des musées, tandis que les adultes s’émeuvent au réveil de leurs souvenirs.

 

EN BREF

S’y rendre : Rochester est situé dans la partie supérieure de l’État de New York, à 540 kilomètres de la ville de New York et à environ 138 km des chutes Niagara (côté canadien).

www.museumofplay.org

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

À bord du Scenic Eclipse: Une aventure six étoiles

Alors que certaines compagnies de croisières s’évertuent à construire des paquebots de plus en plus gros, d’autres misent plutôt sur une offre luxueuse, personnalisée et totalement inoubliable. C’est le cas du Scenic Eclipse, un navire six étoiles au design innovateur, qui promet une expérience intime de très grand luxe où tout – mais alors tout – est inclus.

Le lancement de ce nouveau joueur dans le monde des croisières aura lieu en août 2018, en mer Méditerranée. La raison pour laquelle on vous en parle maintenant, c’est que les premiers qui feront les réservations bénéficieront de rabais intéressants, mais il faut faire vite, car ce navire n’accueillera à son bord que 228 passagers (200 en Arctique et en Antarctique) dans ses 115 cabines.

Des fleuves aux océans

Depuis maintenant plus de 30 ans, la compagnie Scenic se spécialise en croisières fluviales. Ses navires, qui sillonnent les fleuves du monde entier, sont reconnus pour leur confort, leur design moderne et le service incomparable qu’on y offre. Voilà que cette année, Scenic entre dans le monde de la croisière océanique avec son nouveau navire.

Les bassins scandinaves

Possédant l’élégante forme d’un yacht et utilisant les dernières technologies, l’Eclipse a été conçu en respectant les plus hauts standards de sécurité et il sera en mesure d’offrir des voyages dans des lieux inaccessibles aux paquebots. Ce sera particulièrement le cas dans les eaux glacées de l’Arctique et de l’Antarctique, puisqu’on lui a accordé l’évaluation ICE Class IA (classe polaire de niveau 6), la plus haute de toute l’industrie des navires de luxe.

Hélicoptère et sous-marin

Un sous-marin pouvant accueillir 7 personnes permettra d’explorer les fonds marins de l’Antarctique.

Les croisières en zone polaire ne sont pas de celles que l’on répète à l’infini, au cas où l’on aurait manqué quelque chose. Ce sont plutôt des voyages que l’on ne fait qu’une fois dans sa vie. C’est pourquoi le Scenic Eclipse fait en sorte que les passagers aient toutes les chances de ramener des souvenirs uniques.

Ainsi, il est le tout premier navire de croisière à transporter un hélicoptère à son bord (deux en Antarctique), ce qui permet de survoler les océans directement du navire.

Seconde première de l’industrie, le Scenic Eclipse transporte également un sous-marin ou RDV (Remotely Operated Underwater Vehicule), équipé d’une caméra et pouvant accueillir sept passagers, désireux d’explorer les mystères des profondeurs

Comme dans un hôtel de luxe

Toutes les cabines du navire Scenic Eclipse sont des suites et chacune possède une véranda ainsi que des fenêtres occupant tout un mur, du plancher au plafond.

De la suite Veranda (105 à 131 m2) à la suite Penthouse (810 m2 et deux chambres), chacune comprend un espace salon en plus de la chambre. Les suites Spa (163 à 170 m2) comprennent un jacuzzi privé à deux places, au design signé Philippe Starck, et un sauna vapeur, tandis que les suites Panorama (360 à 377 m2), situées à l’avant du navire, possèdent de grandes terrasses à faire rêver. Elles comptent également un espace salon et salle à manger ainsi qu’une salle de cinéma, un sauna vapeur et un immense bain.

La suite Veranda

Pour les mieux nantis, la suite Penthouse propriétaire (640 m2) est plutôt un appartement de très grand luxe et elle rivalise avec les plus belles suites des hôtels de luxe du monde. Située sur le pont 9, la suite compte deux chambres, un salon offrant la plus belle vue à bord, une immense terrasse comprenant un espace salon et un jacuzzi privé, une salle à manger pouvant accueillir huit invités, une douche vapeur et un bain thérapeutique.

La suite Penthouse des Propriétaires (Owner’s Penthouse)

LE NAVIRE EN BREF

Voici quelques-unes des choses que l’on retrouve à bord du Scenic Eclipse :

  • 115 suites pouvant accueillir 228 passagers (200 en Arctique et en Antarctique) et 176 membres d’équipage (192 en Arctique et en Antarctique)
  • 10 restaurants
  • 8 salons et bars où toutes les boissons sont incluses
  • Le Salon bar

  • 4 terrasses extérieures
  • Un spa de 1800 m2 comprenant un salon de coiffure, des salles de soins, une piscine, un bassin d’eau scandinave, des saunas et un espace de relaxation
  • Un studio de gym, yoga et Pilates
  • Une piscine intérieure et extérieure
  • La piscine

  • Un théâtre de 220 places pour les spectacles et les conférences
  • Le théâtre

  • Un programme d’école culinaire, des excursions (notamment en Zodiac, en kayak ou de la plongée en apnée), de la plongée, des sorties assistées en e-bike (véhicules électroniques)
  • Un sous-marin
  • Un hélicoptère (deux en Antarctique)
  • À SAVOIR

  • Type de croisière

    Tout inclus de très grand luxe.

    Le plus

    Contrairement à d’autres croisières, il n’est jamais nécessaire de sortir son portefeuille à bord du navire, sauf pour le vol en hélicoptère, l’exploration à bord du sous-marin, la plongée ou les soins au spa.

    Le moins

    Malgré un excellent rapport qualité/prix étant donné le luxe à bord, cette croisière n’est malheureusement pas accessible à toutes les bourses.

    Aussi

    Ceux qui aimeraient suivre, en direct, la progression de la construction de ce navire peuvent le faire à l’adresse suivante : scenic.ca/diary.

    LES ITINÉRAIRES

    Voici quelques-unes des croisières à venir :

    22 septembre 2018

    • La croisière inaugurale (14 jours) de Barcelone à Miami.
    • Prix : à compter de 8665 $ par personne.

    17 décembre 2018

    • Antarctique, Géorgie du Sud et Falkland (21 jours), Buenos Aires-Buenos Aires.
    • Prix : 38 615 $ par personne

    26 juin 2019

    • L’Arctique (11 jours), Oslo-Oslo. Prix : 17 225 $ par personne

    ♦ Ces coûts n’incluent pas les transports en avion.


    ♦ www.sceniceclipse.com

    Cet article a fait la UNE du cahier Voyage du Journal de Montréal ICI, du Journal de Québec ICI . Il est également paru sur Canoe.ca ICI et sur TVA Nouvelles ICI .

9 applications pour rester en contact avec sa famille

Que l’on voyage dans le Sud, en Europe ou ailleurs dans le monde, il est toujours agréable de parler aux membres de sa famille. Ça l’est encore plus si on peut le faire gratuitement. Voici 10 applications pour vous y aider. 

Quelques conseils

Facebook Messenger est certainement l’une des plus populaires. Bien entendu, il faut que ceux que l’on souhaite contacter fassent partie de nos amis(es) Facebook, que l’on soit tous deux connectés à Messenger et que l’on soit dans une zone Wi-Fi. Permet les appels vidéo et vocaux.

 

Skype est largement utilisée dans différents médias pour les entrevues. Utilisée en zone Wi-Fi, elle permet des appels vidéo (même en groupe) et vocaux, partout dans le monde, sur n’importe quel téléphone, tablette ou ordinateur PC/Mac possédant l’application.

 

WhatsApp serait la plus populaire au monde (plus d’un milliard d’utilisateurs). Pas étonnant que Facebook l’ait rachetée. L’usage est lié à son numéro de téléphone et permet d’appeler, d’envoyer des textos, des photos, des vidéos et des enregistrements audio sans SMS. Tout est gratuit, il suffit d’une connexion Wi-Fi et que ses contacts aient aussi l’application sur leur appareil.

 

Facetime est exclusive à Apple, mais si tous nos contacts possèdent des téléphones Apple, il suffit d’être dans une zone Wi-Fi et de cliquer sur Facetime dans sa liste de contacts. Les appareils doivent être du modèle 5C ou ultérieur et être dotés de la dernière version d’iOS.

 

Sunwing. Si l’on voyage dans le sud avec cette compagnie d’aviation, il suffit de télécharger leur application et d’entrer son numéro de réservation pour communiquer gratuitement avec les siens. À noter que cette offre n’est pas disponible pour Cuba, mais qu’elle fonctionne pour toutes les autres destinations desservies par Sunwing.

 

Viber permet d’appeler ses contacts gratuitement et de façon illimitée, d’envoyer des SMS, des photos et des vidéos à tous ses proches possédant l’application. Une de ses meilleures caractéristiques est qu’elle reconnaît ceux de notre liste de contact qui ont l’application (nécessite le Wi-Fi ou 3G).

 

Hangouts (anciennement Google Talk) se trouve facilement dans sa boîte Gmail. Elle permet d’envoyer des messages, des photos, des vidéos, des fichiers (dont des GIF) et des appels vidéo jusqu’à 10 participants.

 

 

Fongo permet son utilisation sans qu’il soit nécessaire qu’un contact l’ait aussi. Il est possible de s’en servir pour appeler ou recevoir un appel d’un numéro mobile ou résidentiel.

 

 

Tango. Comme toutes les autres applications, elle permet des appels gratuits entre tous ceux qui l’ont téléchargée.

 Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci dans le JdeM et le JdeQ