Archives de Catégorie: hôtel

10 trucs pour sauver des sous en road trip

Il existe certains trucs permettant d’économiser lors de voyages en auto. En voici quelques-uns :

PHOTO FOTOLIA

1. On consulte régulièrement le site de la destination choisie. De façon quasi automatique, vous commencerez à recevoir des informations pour cette destination. Dans le lot, il pourrait bien y avoir de bons forfaits.

2. Plusieurs hôtels, restaurants et postes d’essence donnent un rabais sur présentation de la carte CAA/AAA. De plus, plusieurs hôtels offrent des tarifs affaires, d’associations, de séniors (fonctionnaires du gouvernement, FADOQ, etc.). On vérifie.

3. La grande majorité des attractions et de nombreux magasins et boutiques offrent des tarifs spéciaux aux séniors (peut varier de 50 à 65 ans).

4. On utilise les points accumulés sur sa carte de crédit pour rembourser les dépenses reliées à ses voyages.

5. Dès que l’on arrive à destination, on se rend au bureau de tourisme de chaque ville. On fait le plein de brochures et de cartes, et l’on demande les promotions offertes aux touristes : City Pass, musées gratuits, etc.

6. Dans les hôtels, les restos, les pharmacies, partout où l’on trouve des dépliants publicitaires, des magazines ou des journaux gratuits, on les prend pour les consulter. Généralement, ils regorgent de bons de réduction pour les attractions, d’offres 2 pour 1 dans les restos, de suggestions de spectacles gratuits, etc.

7. Aux USA, plusieurs restaurants servent des portions plus que copieuses. Un seul repas peut souvent nourrir deux personnes. De plus, de nombreux restos réduisent leurs prix pour les clients qui mangent tôt (early birds).

8. Si l’on voyage en VR, en camping ou si l’on a une chambre avec réfrigérateur et micro-ondes, on n’hésite jamais à rapporter ce qui reste dans les assiettes.

9. On oublie les cadeaux à rapporter aux amis et à la famille, et on profite pleinement de ses vacances.

10. Enfin, si l’on préfère prendre l’avion, on consulte régulièrement les sites de Transat (www.transat.com), Vacances Sunwing (www.sunwing.ca) Vacances Air Canada (vacations.aircanada.com/fr), WestJet Vacations (www.westjet.com), sans oublier Air France (www.airfrance.ca/), qui mettent régulièrement en ligne des super soldes, des promotions, des forfaits de dernière minute, etc.

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Conseils aux voyageurs du samedi 2 juin, dans le Journal de Montréal ICI et le Journal de Québec ICI 

Publicités

5 sorties à deux pas de chez soi

Le Grand Quai de Montréal

C’est le début de la saison des croisières au Grand Quai de Montréal. Cette année, 27 navires de 19 compagnies de croisière s’y arrêteront à 90 reprises au Port de Montréal.

Au fait, saviez-vous qu’il est possible de commencer ou de terminer sa croisière directement de Montréal ? Un véritable bonheur ! Cette année, pas moins de quatre compagnies offriront des itinéraires Montréal-Montréal, via Saint-Pierre-et-Miquelon ou les Grands Lacs. La métropole sera également le point de départ de 20 croisières vers Boston, 16 croisières vers New York, 16 croisières vers les Îles-de-la-Madeleine, 6 croisières vers la Floride, et des croisières vers les Grands Lacs, l’Europe (Royaume-Uni et Allemagne) et Cuba.


► cruises.alamontreal.com

 

Bonne fête Via Rail !

PHOTO AGENCE QMI, JOËL LEMAY

À l’occasion de son 40e anniversaire, VIA Rail Canada (VIA Rail) a fait produire 40 billets en acier forgé dans l’acier d’un wagon ayant parcouru six millions de kilomètres (l’équivalent de mille traversées du Canada), destiné à la ferraille. Ces billets seront donnés à l’issue d’un concours se terminant auj. (10 juin). Les gagnants se verront remettre un voyage aller-retour pour deux personnes d’un océan à l’autre ou vers toute autre destination desservie par VIA Rail.

► www.viarail.ca

 

Rabais au Fairmont de Boston

PHOTO COURTOISIE, FAIRMONT.COM

Jusqu’à la fin de l’année, afin de compenser la faible valeur du dollar canadien, le Fairmont Copley Plaza de Boston, situé au cœur du quartier historique Back Bay, du jardin Boston Common, etc., propose un rabais allant jusqu’à 30 %. De plus, invitation à devenir Membre du Club du Président Fairmont. C’est gratuit, ça offre de nombreux avantages (internet gratuit, inscription plus rapide, etc.) et, dans ce cas précis, les membres du Club recevront un cadeau au choix du chef lorsqu’ils effectueront une réservation.

► www.fairmont.fr

 

Le Village du père Noël a 65 ans !

PHOTO COURTOISIE, VILLAGE DU PÈRE NOËL

Pour souligner cet important anniversaire, le Village du Père Noël de Val-David ajoute deux nouvelles activités à sa quarantaine (mur d’escalade, sapin de cordes, tyroliennes, maison dans un arbre, jeux d’eau, spectacle de magie, etc.), permettant aux jeunes de parfaire leurs aptitudes d’apprentis lutins. L’ouverture de la saison estivale aura lieu le 16 juin.

► www.noel.qc.ca

Parcours épicuriens

Découvrir les quartiers de Montréal en se régalant, c’est possible, grâce aux Parcours épicuriens guidés de CELEB’Événements dans 4 quartiers de Montréal : Hochelaga, Wellington, Mile-Ex/Petite Italie et St-Henri. Chaque parcours est unique et propose entre 6 et 9 arrêts avec dégustations et rencontres avec des passionnés. À noter que 10 Parcours sont également proposés à Québec.

► www.celebevenements.com   

Ce texte a d »abord été publié dans le chronique Conseils pour voyageurs du samedi 26 mai du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

 

7 bonnes raisons d’aller à Séville

SÉVILLE, Espagne | La légende dit qu’elle aurait été fondée il y a trois millénaires par le dieu Hercule. Eh bien, si c’est le cas, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il avait du goût. Ville-musée, Séville compte plus de 100 monuments, dont trois sont classés au patrimoine de l’UNESCO (la cathédrale, le Real Alcazar et les Archives des Indes). Pour ses habitants, c’est la plus belle ville du monde. Ils en sont fiers et ils ont bien raison. Difficile de se limiter à sept bonnes raisons pour s’y rendre, mais voici tout de même…

1. La cathédrale et la Giralda

PHOTO :TOURISME ESPAGNE
La cathédrale de Séville

Crédit: Tourisme Espagne
Le clocher de la Giralda

Le majestueux clocher de la cathédrale de Séville n’est autre que le minaret de l’ancienne mosquée, détruite par un tremblement de terre et sur les ruines de laquelle la troisième plus grande cathédrale du monde a été construite. Cette élégante tour maure de 104 m, jumelle de la Koutoubia au Maroc, a été édifiée au 12e siècle et a longtemps été la plus haute au monde. Son nom de Giralda lui vient de la girouette (immense figure de bronze représentant la foi victorieuse) qui trône à son sommet depuis le 16e siècle. C’est aujourd’hui le symbole de Séville. Il faut grimper 34 étages pour y accéder, mais l’effort en vaut la peine pour le panorama.

PHOTO LISE GIGUÈRE,
Le tombeau de Christophe Colomb

À l’intérieur de la cathédrale : le tombeau de Christophe Colomb (rapporté de Cuba en 1898), qui renfermerait les ossements du grand explorateur, et un somptueux retable du 15e siècle, le plus grand de toute la chrétienté (23 m de haut sur 18 m de large).

2. Le Real Alcazar

PHOTO LISE GIGUÈRE,
Le Patio principal de l’Alcazar

Ce palais royal, un des plus anciens d’Europe, construit au 14e siècle appartient à la ville, mais il est toujours habité par la famille royale lorsqu’elle vient en visite à Séville. Le reste du temps, on y accueille les visiteurs, on y présente différentes activités, on y donne des concerts et on le loue pour le tournage de films. Malgré son architecture résolument mauresque, c’est un palais chrétien. On y trouve des jardins magnifiques dans lesquels se trouve une petite curiosité : un orgue hydraulique fonctionnant comme un orgue de barbarie, mais avec de l’eau.

3. Le vélo

Avec 160 km de pistes cyclables, le vélo s’avère une très agréable façon de découvrir Séville et ses merveilles. On emprunte un Sevici (équivalent de nos Bixi) pour suivre le fleuve Guadalquivir (mot arabe signifiant « grand fleuve »), sur lequel on peut également s’offrir une petite croisière.

4. Le parc Maria Luisa et sa Place d’Espagne

PHOTO LISE GIGUÈRE,
La place d’Espagne

Cet immense parc, entièrement réaménagé pour l’exposition ibéro-américaine de 1929, offre à la fois des aires de détente et de fraîcheur et de nombreux bâtiments et monuments emblématiques de la ville, dont l’extraordinaire place d’Espagne, également conçue pour cet événement. Le  palais de sa Place d’Espagne mêle les styles renaissance, gothique et mudéjar et se compose de briques, de marbre et de céramique.

Photo: Lise Giguere
Place d’Espagne

L’endroit a été utilisé comme décor de nombreux films dont Lawrence d’Arabie, Le dictateur et Star Wars, l’attaque des clones.

5. Le champignon

Photo Tourisme Espagne
Le champignon

En fait, son véritable nom est Metropol Parasol, mais sa structure en bois d’une hauteur de 28 m ressemble tellement à un champignon qu’elle lui a valu cette appellation. Cette extravagante construction, composée de 6 piliers parasols reliés entre eux, a été imaginée pour réhabiliter la Plaza de la Encarnacion. On y trouve un musée archéologique, un marché couvert, des locaux commerciaux et une promenade au sommet (28,5 m) permettant de contempler la ville. À peu de distance, on se rend chez Payas et l’on commande un helado de turron (crème glacée à base de turron, dessert typique de Séville fait de miel, de sucre, de blanc d’œuf et d’amandes).

6. Hotel NH Plaza de Armas

À quelques minutes du centre historique et de la gare, cet hôtel quatre étoiles permet de visiter Séville à pied, à vélo, de se rendre au bord de l’eau ou de prendre l’autobus touristique pour en admirer les points de vue principaux. De plus, son bar et sa piscine sur le toit offrent une très jolie vue, particulièrement en soirée.

 

7. Le restaurant Almansa

Séville compte des centaines de bars à tapas, des restaurants où déguster le gaspacho ou la paëlla, mais pour un repas inoubliable, on se rend Plazza Nueva, au restaurant Almansa de la rue Albareda pour découvrir toute la créativité de la cuisine espagnole. Attention, il vaut mieux réserver et arriver le ventre vide!

Restaurant Alamsa

 

Ce voyage a été rendu possible grâce au Consulat général d’Espagne et à CroisiEurope.

Cet article a d’abord été publié le mardi 10 avril 2018, dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

Conseils pour voyageurs: cinq infos pertinentes pour vos vacances

Avec l’arrivée du printemps et des belles journées qui ne vont pas tarder à se faire sentir, on commence à penser à ses vacances d’été. Voici cinq idées qui vous guideront dans votre planification.

1. Penser au camping

PHOTO COURTOISIE

La nouvelle application mobile Go Camping Québec permet de bénéficier de nombreux avantages dans quelque 200 campings du Québec (rabais sur le premier séjour, pourcentage sur les autres, gratuités, escomptes, locations, etc.). Il suffit de la télécharger.

2. Faire un arrêt au château Frontenac

PHOTO COURTOISIE

Fairmont Le Château Frontenac poursuit la programmation de son 125e. Pendant tout le mois d’avril, des activités autour du thème de la santé et du bien-être seront organisées et plusieurs seront gratuites. C’est le cas, entre autres, des parcours historiques permettant de renouer avec l’histoire de cette icône de la ville de Québec. Pour la programmation complète : http://www.fairmont.fr

3. Faire Compostelle au Québec

PHOTO COURTOISIE

Tous ceux qui rêvent de faire Compostelle, mais qui n’ont ni le temps ou les moyens pourront désormais s’offrir une randonnée pédestre de 1200 km, ici au Québec. Le Chemin du Québec traverse neuf régions touristiques, relie de multiples sentiers, pistes cyclables, routes rurales, etc. Les marcheurs sont autonomes, libres de choisir leur lieu de départ et d’arrivée ainsi que leurs lieux d’hébergement ou de restauration et peuvent voyager selon leur budget. Une application mobile sera bientôt disponible. http://www.quebeccompostelle.com

4. Visiter MontréaL en tour guidé

PHOTO FOTOLIA

Depuis 33 ans, l’entreprise Guidatour organise des visites de Montréal, en compagnie de guides professionnels. Cette année, elle propose encore plus de départs, et ce, de mars jusqu’à décembre.

5. Planifier ses vacances familiales

PHOTO FOTOLIA

Que l’on soit parents ou grands-parents, c’est avec beaucoup de plaisir que l’on feuillette le livre Maman a un plan – En famille sur la route. Les trucs, conseils, coups de cœur, bonnes adresses, trouvailles, informations diverses qu’on y trouve sont d’Odile Archambault qui a fondé le blogue Maman a un plan (mamanaunplan.com) en 2013 et de Marianne Prairie qui l’y a rejointe deux ans plus tard. Les photos sont de Caroline Dostie. Toutes trois mamans, ces femmes unissent leurs forces pour suggérer de bons plans pour que toute la marmaille profite au maximum de ses vacances. Chez Parfum d’encre

Cet article a d’abord été publié, le samedi 7 avril 2018, dans la chronique Trucs pour voyageurs, du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Cuba: les incontournables de Cayo Santa Maria

CAYO SANTA MARIA, Cuba – Petite île au large de la côte nord de Cuba, Cayo Santa Maria n’est en fait qu’une immense station balnéaire. C’est le royaume des complexes hôteliers tout inclus qui déversent leur lot de touristes sur les jolies plages, dans les eaux turquoise ou au cœur de la végétation luxuriante, qui cache une grande diversité de flore et de faune.

Cayo Santa Maria est l’endroit idéal pour se détendre. Par contre, si l’on souhaite découvrir la culture cubaine, il faut s’en éloigner un peu. Voici huit endroits qu’il vaut la peine d’explorer.

1. Le Pedraplen

@Courtoisie Sunwing – Le Pedraplen

Lorsqu’on réserve pour un séjour à Cayo Santa Maria, l’arrivée se fait à l’aéroport Santa Clara Abel Santamaria. Ensuite, il faut rouler 90 minutes pour s’y rendre. Ce n’est pas le moment de dormir. Au contraire, il faut bien ouvrir les yeux pour admirer le Pedraplen, une impressionnante digue de 48 kilomètres qui serpente dans la mer. Ce chef-d’œuvre du génie civil contourne les mangroves (habitat des flamants roses et autres échassiers), compte 49 ponts et donne accès aux trois îles sœurs de Villa Clara (Cayo Santa Maria, Cayo Ensenachos et Cayo Las Brujas).

2. Les plages

Courtoisie Sunwing – Les plages de sable blanc

Les plages de Cayo Santa Maria s’étirent sur 13 km et 10 d’entre elles sont d’un blanc quasi immaculé. On peut marcher de longues heures, les orteils dans ce sable farineux ou les pieds dans l’eau avant de réaliser que l’on s’est beaucoup éloigné de son hôtel. Pas de panique, si l’on est trop fatigué pour rebrousser chemin, il suffit d’entrer sur le site du premier hôtel que l’on croise et de négocier son retour en catamaran, en voilier ou autre.

3. Le refuge faunique

Courtoisie Sunwing –

Situé dans la partie orientale de Cayo Santa Maria, le refuge faunique fait partie d’une zone qui a obtenu le statut de réserve de biosphère nommée Buenavista. On s’y rend pour observer les oiseaux, les animaux, les plantes, faire de la randonnée dans les sentiers balisés et se baigner à la petite plage Las Gaviotas. Située à la pointe de l’île, cette dernière n’appartient à aucun complexe hôtelier. Pour y accéder, il suffit de payer l’accès au refuge faunique.

4. La Plaza La Estrella

Bien que tous les complexes hôteliers possèdent leurs boutiques, la Plaza Estralla, facilement repérable grâce à sa réplique de la tour cubaine Manaca Iznaga, que l’on voit de loin, rappelle ces places animées au cœur des villes cubaines. C’est un ensemble de quelques magasins, boutiques et marchés d’artisanat, avec allées de quilles, spa, gym et quelques restaurants.

 

5. Le Delfinario

Courtoisie Sunwing

Ce grand delphinarium est situé à Cayo Ensenachos, l’une des trois îles sœurs des Cayos de Villa Clara. Il serait le plus grand de son genre dans toute l’Amérique latine. La taille de ses bassins est beaucoup plus grande que la moyenne. On y présente des spectacles de lions de mer et de dauphins et l’on peut même nager avec ces derniers.

6. Les récifs et fonds marins

Courtoisie Sunwing

Les eaux autour Cayo Santa Maria regorgent de trésors – aussi bien des récifs coralliens que des grottes, et des épaves – et permettent la rencontre unique d’animaux marins. L’archipel Jardines del Rey, dont Cayo Santa Maria fait partie, est d’ailleurs reconnu pour la diversité de ses sites de plongée. On y plonge de jour comme de nuit. Le centre de plongée de la Marina Gaviota propose aussi des cours de différents niveaux avec certification ACUC (mondialement reconnue).

7. Sur la piste du Che et de Fidel

 

@lisegiguere – Tren Blindado, l’endroit où le Che a fait dérailler un train blindé quelques jours avant l’arrivée de Castro à la Havane le 1er janvier 1959.

Il serait vraiment dommage de ne pas s’offrir l’excursion vers la ville de Santa Clara, reconnue pour ses monuments rappelant la Révolution. Arrêt d’abord à Tren Blindado, où l’on peut admirer le train de munitions de l’armée de Batista que les combattants du Che ont fait dérailler à l’aide d’un bulldozer, ce qui a permis à Fidel d’atteindre La Havane. Un moment historique de la révolution cubaine.

@lisegiguere – le Mémorial au Che, Place de la Révolution. C’est à cet endroit que se trouve la dépouille du révolutionnaire, rapatrié 30 ans après sa mort de Bolivie, ainsi que celle de ses compagnons.

On se rend ensuite au mausolée du Che Guevara avec son immense statue du Che. C’est à la fois un musée avec photos, anecdotes et biens ayant appartenu au Che et racontant sa vie qu’un mausolée où se trouve sa dépouille, rapatriée 30 ans après sa mort en Bolivie, ainsi que celles de 17 de ses compagnons révolutionnaires.

8. Le train jusqu’à Remedios

@lisegiguere – Le train à vapeur datant du 20e siècle

L’une des excursions les plus agréables qui soient proposées est sans aucun doute la visite du Musée de la canne à sucre, près duquel on monte à bord d’un train à vapeur datant du 20e siècle pour entrer dans les terres et se rendre dans la petite ville coloniale de Remedios. Une belle façon d’avoir un aperçu de l’arrière-pays et de la vie quotidienne cubaine. À Remedios, on visite la deuxième plus ancienne église du pays avec son retable en or 22 carats. Impressionnant.

LES TOUT INCLUS DE CAYO SANTA MARIA

Courtoisie Sunwing – Le Royalton de Cayo Santa Maria

Ce sont les rois de cette petite île. Au nombre de 17, ils proposent leurs propres divertissements, restaurants, bars, discothèques, etc. On en trouve dédié aux familles, aux couples désireux de faire la fête ou d’autres plus tranquilles favorisant la relaxation.

L’un des favoris de ceux qui cherchent la détente, le Royalton Cayo Santa Maria, plus petit (120 chambres), est réservé aux adultes, qui apprécient tout particulièrement ses baldaquins en bord de piscine et ses lits balinais sur la plage.

Courtoisie Sunwing – Les baldaquins en bord de piscine

* Ce voyage a été rendu possible grâce à Sunwing (www.sunwing.ca).

Consultez aussi notre En 5 minutes:

Cuba: plus de vacanciers que jamais

http://www.journaldequebec.com/2018/03/03/plus-de-vacanciers-que-jamais

Ce texte a d’abord été publié à la Une du cahier voyage du samedi 3 mars dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

RIU Dunamar – Mexique : Entre mer et dunes

Avec en fond de scène la jungle et les dunes, puis une longue plage de sable blanc léchée par des eaux turquoise cristallines, le tout nouveau RIU Dunamar a tout pour séduire.

Courtoisie Sunwing – Le RIU Dunamar de Playa Mujeres

Situé aux limites d’une zone protégée, le RIU Dunamar, dont le nom vient de la contraction des mots dunes et mer, est posé sur une plage de sable blanc farineux. C’est le tout premier hôtel de la chaîne RIU Hotels & Resorts à s’installer sur la Costa Mujeres, un lieu reconnu pour ses hôtels luxueux offrant un cadre paisible.

Attention à ne pas faire comme l’auteure de ces lignes et confondre Playa Mujeres et Isla Mujeres et à s’imaginer passer la semaine à partager son temps entre la bronzette et la découverte de l’île des Femmes (Isla Mujeres). On devra plutôt admirer cette dernière de loin puisqu’elle se trouve juste en face.

Playa Mujeres est situé sur la côte, à 30 km au nord de la zone hôtelière de Cancún, dans l’État du Quintana Roo. De l’aéroport, il faut compter près d’une heure pour atteindre cet hôtel ayant la forme d’un W.

@lisegiguere – Le RIU est situé aux limites d’une zone protégée (jungle et dunes).

Ça sent les vacances et le soleil !

Dès l’arrivée, une vaste réception s’ouvre sur les piscines et la mer plus loin (quelques mètres). On remarque tout de suite cet immense ensemble d’un blanc étincelant parsemé ici et là de touches turquoise sur les coussins, les tableaux, etc.

Aux balcons transparents, on devine les chambres rassemblées des deux côtés. Sous ces dernières, la boutique, les bars, la disco, le Spa Renova, le gym et les restaurants. Ces derniers, au nombre de 5, se déclinent ainsi : le Kulinarium (cuisine contemporaine), le Steakhouse, le Bamboo (buffet asiatique), le Pompeya (cuisine italienne), sans oublier l’Isla Mujeres, dont le buffet principal propose une section de cuisine mexicaine locale. À cela, il faut ajouter la grilladerie Los Brasas, au bord de la piscine.

Des chambres lumineuses

Courtoisie Sunwing -Dans les chambres, comme un peu partout dans l’hôtel, on retrouve les couleurs fétiches des RIU, le blanc et le turquoise.

Reprenant les couleurs fétiches des RIU, soit le blanc immaculé et le turquoise, les chambres, au nombre de 740, se divisent en différentes catégories : familiales (11), adaptées aux personnes à mobilité réduite (5) ou suites et standards. Ces dernières se différencient par la vue qu’elles offrent (mer, jungle ou cœur de l’hôtel). Épurées, chaleureuses et confortables, elles sont toutes dotées d’immenses douches, d’un minibar approvisionné en boissons gazeuses et bières, d’un distributeur de spiritueux et du Wi-Fi, d’ailleurs accessible partout sur le site.

Piscines pour tous

Courtoisie Sunwing – La piscine avec bar

Alignées les unes près des autres, les piscines, au nombre de cinq, ont de quoi réjouir tous les types d’utilisateurs. De la piscine d’animation à celle pour les enfants ou avec bar, on arrive à celle réservée aux amateurs de silence ou de lecture. Fait intéressant (et remarquable), cette dernière possède une grande pente facilitant l’entrée d’un fauteuil roulant. Belle idée !

@lisegiguere – Le Splash Water World

Jouxtant l’actuelle construction du RIU PALACE qui devrait ouvrir ses portes en novembre prochain, le Splash Water World, un vaste complexe aquatique de piscines, glissades et autres jeux d’eau, fait le bonheur des familles et servira plus tard de point central entre les deux établissements.

LE PLUS

@lisegiguere – Sur la longue plage de sable farineux de Playa Muyeres, des rangées de palmiers ajoutent un peu d’ombre.

Bien que les plages du Mexique soient publiques, celle du RIU est tellement éloignée des autres que l’on a vraiment droit à une plage privée. Du moins pour quelques années encore !

LE MOINS

Pour le moment, seuls les employés de la réception parlent l’anglais, tous les autres sont unilingues espagnols. Malgré leur bonne volonté, il peut être difficile de se faire comprendre. Mais ce détail devrait se résoudre de lui-même dans quelques mois.

ON Y TROUVE :

Courtoisie Sunwing = Dans cet espace, près des piscines, différents cours sont proposés.

  • 740 chambres et suites avec balcon ou terrasse
  • 5 piscines, dont une pour enfants
  • 5 restaurants + 1 grilladerie à la plage
  • 6 bars, dont 1 bar piscine
  • Discothèque Pacha
  • Le Spa Renova et le gym

    Courtoisie Sunwing – Une salle de soins pour couple du Spa Renova

  • Riuland Kids Club pour les enfants de 4 à 12 ans
  • Wi-Fi gratuit partout sur le site et dans les chambres.
  • Nombreux sports nautiques offerts à l’hôtel : Cours d’initiation à la plongée sous-marine dans la piscine ; Kayak, hobbie cat, moto marine ($)

À FAIRE TOUT PRÈS

@lisegiguere = Une idée qu’il faut souligner : une pente permettant à tous d’entrer progressivement dans la piscine, mais facilitant surtout les fauteuils roulants.

  • Ce RIU étant situé dans une zone en développement, on ne trouve rien autour. Il est donc nécessaire de prendre des excursions. Expériences Sunwing garantit que celles qu’ils offrent répondent aux exigences de sécurité. Celle qu’il ne faut pas manquer est la croisière en catamaran offrant snorkeling, repas à bord et visite de Isla Mujeres.

www.nexustours.com

À NOTER

  • Le RIU Dunamar est idéal pour les personnes à mobilité réduite. Les couloirs et trottoirs sont larges, sans marche inutile, cinq chambres sont adaptées et on a même prévu une pente pour entrer dans la piscine. La plage cependant demeure peu accessible.
  • ATTENTION
    • Au moment de la réservation, si vous cherchez le repos, il vaut sans doute mieux exiger une chambre dont le balcon ne donne pas sur le Splash Water World et sur la construction du RIU Palace.

     

À SAVOIR

  • Situé à 37 km (55 min) de l’aéroport international de Cancún.
  • L’endroit est vendu au Québec en exclusivité par Vacances Signature (www.signaturevacations.com/fr/) qui offre des départs tous les jours Montréal-Cancun pendant la saison d’hiver (4 vols par semaine, d’avril à octobre).
  • Coût : Une recherche effectuée le 8 février pour une chambre du 21 au 28 mars : à compter de 1565 $/pers. Ce prix est basé sur une occupation double et inclut les taxes, les vols directs de Montréal et les transferts. À noter que les prix varient selon la période de l’année et les promotions.

Info : www.sunwing.ca et www.riu.com

Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Tout-inclus du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI 

Le Royalton de Cayo Santa Maria: Havre de paix sous le soleil de Cuba

CUBA – Peut-on sans craindre se rendre à Cayo Santa Maria ? Se retrouvera-t-on devant un paysage dévasté par les passages des ouragans Maria et Irma  ? Et les hôtels, qu’en est-il ? En décembre dernier, invitée par Sunwing, j’ai pu vérifier l’état des lieux du magnique Royalton Cayo Santa Maria. Voici le texte, déjà publié le 13 janvier 2018,  dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec, que je vous reproduis ici. 

@lisegiguere – Le passage d’Irma a modifié la plage de Cayo Santa Maria, lui offrant davantage de sable blanc.

Totalement réservé aux adultes désireux de passer du temps de qualité et de trouver un repos bien mérité, le Royalton Cayo Santa Maria apparaît comme l’endroit tout indiqué.

Mettons tout de suite les choses au point. Oui, Irma a frappé Cayo Santa Maria et a fait pas mal de dégâts, mais au moment de la visite du Journal, tout était revenu à la normale, et même mieux.

Pour ceux qui ne connaissent pas Cayo Santa Maria, il s’agit d’une petite île au nord de Cuba. Pour s’y rendre, l’arrivée se fait à l’Aéroport Santa Clara Abel Santamaria. Ensuite, il faut rouler 90 minutes pour atteindre cette île, autrefois le site de plongée préféré de Fidel Castro. Pour s’y rendre, une digue de 48 km et comptant 49 ponts serpente dans la mer pour mieux contourner les mangroves (habitat des flamants roses et autres échassiers). Sur ce chef-d’œuvre du génie civil, appelé Pedraplen, de nombreuses cicatrices étaient apparentes, mais il y a fort à parier, à en juger par le zèle des ouvriers, qu’elles ont déjà été effacées au moment d’écrire ces lignes.

Le Pedralen – Cuba

Dès l’arrivée au chic Royalton Cayo Santa Maria, force est de constater que si Irma a causé des dégâts, la direction de cette chaîne hôtelière a rapidement pris la décision de profiter de ce triste événement pour offrir une cure de rajeunissement et de beauté à un lieu qui avait déjà tout pour plaire.

Beauté, calme et paix

Ce qui frappe d’abord, c’est le tout nouveau hall d’entrée, lumineux et entièrement ouvert sur l’ensemble du complexe avec la mer en toile de fond. C’est le cœur du site et l’endroit d’où l’on a la belle vue.

En fait, on découvrira rapidement que le complexe a été construit en s’inspirant d’un papillon aux ailes ouvertes.

Photo: Courtoisie Sunwing – L’une des piscines

Ainsi, le hall d’entrée, les piscines, les restaurants

Courtoisie Sunwing – Le restaurant le Terrace

et la mer seraient son corps tandis que toutes les suites sont dispersées le long de ses ailes.

@lisegiguere – Les suites sont par groupe de 8 dans ces villas

Photo Courtoisie Sunwing – Une suite

Il ne faut donc que quelques minutes pour retrouver ses repères et prendre la direction des jardins et de la plage.

Si les palmiers ont perdu quelques plumes (si l’on peut utiliser cette image), la végétation se remet lentement, mais sûrement du passage d’Irma. Quant à la plage, elle déploie toujours ses 13 km de sable blanc, mais a gagné en largeur, ce qui a permis l’ajout de lits balinais et d’un nouveau bar.

@lisegiguere – Comme si on était seuls au monde

Il ne reste plus qu’à décider qui de la plage, des offres du site ou des excursions l’emportera pendant notre séjour.

LE PLUS

  • Propriété paisible qui convient parfaitement à ceux qui désirent profiter du soleil et de la mer sans constamment entendre un animateur ou de la musique.
  • LE MOINS

    • Bien qu’un majordome soit assigné à chaque suite, ces derniers ne semblent pas trop savoir ce que ce titre représente. Ils n’ont visiblement pas reçu la formation dispensée par la Guilde des majordomes professionnels d’Angleterre, où l’on enseigne que le majordome doit anticiper les désirs du client. Au Royalton, il s’agit plutôt d’un serveur au service des demandes que l’on formule. Ce n’est pas un mal, il faudrait simplement modifier l’appellation.

      À FAIRE TOUT PRÈS

      • Sortie en catamaran avec arrêt sur la plage vierge de Cayo Francès pour un peu de plongée avant de retourner à bord pour déguster un repas de langouste.
      • Visite du Musée de la canne à sucre d’où l’on prend une locomotive à vapeur datant du début du XXe siècle pour se rendre à Remedios.
      • @lisegiguere – Parmi les excursions offertes, une balade à bord d’une locomotive à vapeur datant du début du XXe siècle

      • Visite de Santa Clara pour un peu d’histoire. Arrêt au Tren Blindado, l’endroit où, le 1er janvier 1959, le Che a fait dérailler un train blindé, permettant à Castro d’atteindre La Havane, ce qui a changé le cours de l’histoire.
      • @lisegiguere – Une visite essentielle à Santa Clara, Tren Blindado, l’endroit où le Che a fait dérailler un train blindé quelques jours avant l’arrivée de Castro à la Havane le 1er janvier 1959.

      • Aussi, l’Ernesto Che Guevara Memorial Museum, où repose sa dépouille et celle de 16 de ses compagnons révolutionnaires, morts en Bolivie.
      • @lisegiguere – Autre visite qui réjouira les amateurs d’histoire, le Mémorial au Che, Place de la Révolution. C’est à cet endroit que se trouve la dépouille du révolutionnaire, rapatrié 30 ans après sa mort de Bolivie, ainsi que celle de ses compagnons

      • ► Toutes ces excursions sont proposées par Nexus

        À SAVOIR

        • Le Royalton Cayo Santa Maria est un hôtel de luxe 5 étoiles, réservé aux 18 ans et plus, dont Sunwing détient l’exclusivité au Canada.
        • Les 122 suites ont été rafraîchies, les meubles ont été changés et toutes disposent d’une vue donnant sur la mer ou les jardins, d’un balcon et d’un dispensateur de boissons alcoolisées.
        • On y trouve 2 piscines, dont une avec animation et une autre plus tranquille ; 5 bars ; 3 restaurants. Services médicaux ($) à proximité. Centre de conditionnement (inclus), mais également boutiques diverses, spa, salons de coiffure et discothèques dans la zone Puebla La Estralla à deux pas de l’hôtel
        • Accès direct à la plage
        • Le WiFi est à disposition ($) à l’aide de cartes que l’on se procure à la réception de l’hôtel.
        • Le Royalton étant membre de Blue Diamond, qui compte près de 3000 chambres à Cayo Santa Maria, loger au Royalton donne un accès complet aux restaurants et attractions des autres hôtels de la chaîne (Memories Paraiso, Grand Memories Santa Maria et à sa section luxe Sanctuary).
        • Centre de sports nautiques ($) situé à l’hôtel voisin, le Memories Paraiso. On y trouve des équipements de sports nautiques non motorisés (kayak, équipement de plongée avec tuba, planche à voile, pédalo, hobbie cat et catamaran).
        • Sunwing propose des vols quotidiens vers Cayo Santa Maria, jusqu’au 28 avril prochain.
        • Coût : Difficile de donner un prix exact, car ce dernier varie selon la saison et l’occupation. Mais une recherche effectuée en décembre (pour un séjour en avril) donne ceci : 1805 $ par personne en occupation double. Ce tarif inclut les vols, les transferts, l’hébergement pour 7 jours, les repas et les activités. Cet hôtel, exclusif à Sunwing, est offert dans la Collection Vacances Signature