Archives de Catégorie: hôtel

Un road trip rétro au New Hampshire

TILTON, New Hampshire – État du nord-est des États-Unis, bordé à l’ouest par le Vermont, à l’est par le Maine, au sud par le Massachusetts et au nord par le Québec, le New Hampshire est depuis longtemps un lieu de vacances fréquenté par les Québécois.

@lisegiguere – Perdre son regard sur l’immensité des Montagnes blanches offre de vrais moments de détente

Dans les années 1950 et 1960, il était le principal itinéraire de nos parents et de nos grands-parents qui entraînaient la marmaille sur la US3. Et si on s’offrait un «roadtrip» sur le thème de la nostalgie?

Pour faire l’expérience du «Retro Tour» du New Hampshire, il suffit de parcourir les 215 km qui relient Tilton et Pittsburg.

Le long de la route, de vieux souvenirs ressurgissent. On se revoit, enfant, émerveillé de se retrouver avec nos parents à dormir dans des motels, à manger des hamburgers dans des restos de bords de route («diner»), à se plonger dans la magie de Noël à Santa’s Village et à s’élancer à la découverte d’une montagne ayant la forme d’un visage ou de caves et de canyons sculptés par les glaciers.

On se rappelle même le frisson d’angoisse qui nous étreignait quand on se retrouvait dans la Flume Gorge à marcher au cœur d’une fissure dans la montagne.

@lisegiguere – Les Flume Gorge dans Franconia Notch State Park , un fjord de 250 mètres creusé par le retrait des glaciers

C’est avec beaucoup de tendresse que l’on observe les réactions de nos enfants, pourtant amateurs de technologie et d’attractions modernes, qui trouvent encore leur bonheur à nous accompagner dans ce parcours figé dans le temps.

Trop kitch, croyez-vous? Ne boudez pas votre plaisir, c’est justement de là que vient tout son charme.


 LES ATTRACTIONS À NE PAS MANQUER

La nature. En plus de ses montagnes Blanches (White Mountains), considérées comme les plus escarpées de la Nouvelle-Angleterre, le New Hampshire possède 1200 lacs et étangs, des chutes d’eau, des canyons, 45 000 hectares de forêts nationales, 72 parcs d’État et 1900 km sentiers.

@lisegiguere. Au Indian Head Resort, de nombreuses activités sont proposées aux petites familles.

Cog Railway. Ce train qui grimpe vers les sommets du mont Washington est considéré comme la plus vieille attraction touristique d’Amérique.

Franconia Notch State Park. Vaste terrain de jeu pour le camping, la pêche, la baignade et les randonnées, ce parc possède d’importants attraits, tel le Cannon Mountain Aerial Tram, une gondole qui conduit au sommet du mont Cannon (1274 mètres), où une tour d’observation offre une vue spectaculaire sur les montagnes Blanches, le Maine, le Vermont et même le Canada. Sentiers pédestres au sommet, pont d’observation, baignade à Echo Lake, etc. Ce parc s’étend sur 2400 hectares.

Cannon Mountain Aerial Tram, une gondole qui conduit au sommet du Mont Cannon offrant, par temps clair, une vue spectaculaire sur les Montagnes Blanches, le Maine, le Vermont et même le Canada

Flume Gorge. Ce fjord de 250 mètres creusé par le retrait des glaciers se trouve lui aussi dans le Franconia Notch State Park.

Clark’s Trading Post. Même si ce parc d’attractions date de 1928, il est sympathique et bien tenu. Divertissement familial avec petit train, spectacle d’acrobates et d’ours savants.

@lisegiguere -Clark’s Trading Post, une attraction qui date de 1928.

@lisegiguere – Les ours savants de Cark’s Trading Post semblent doux comme des chiens.

Whale’s Tale Waterpark. Piscines, glissades et jeux d’eau en tout genre.

@lisegiguere – Whale’s Tale Waterpark. Piscines, glissades et jeux d’eau en tout genre

@lisegiguere – Une glissade qui donne des frissons.

Polar Caves Park. Maintenant reliées entre elles par des passerelles, ces caves sculptées par les glaciers sont plus accessibles qu’à l’époque.

Hobo Hills Adventure Golf Course (Pirate’s Cove). Les mini-golfs ont connu leurs heures de gloire, mais il en reste peu. Ce parcours de 18 trous sur le thème des pirates plaira à toute la famille.

Santa’s Village. Ce parc recrée la magie de Noël toute l’année depuis son ouverture en 1952. Présence du père Noël et de manèges.

M/S Mount Washington Cruise. Croisières scéniques sur le lac Winnipesaukee, le plus grand du New Hampshire, avec arrêt dans cinq ports.

M/S Mount Washington Cruise. Croisières scéniques l sur le lac Winnipesaukee, le plus grand du NH, avec arrêt dans 5 ports

Half Moon Penny Arcades. Des arcades en service depuis 1950.

Loon Mountain Resort. à visiter pour ses nombreuses attractions familiales, ses randonnées estivales et hivernales et sa tyrolienne traversant la rivière Pemigewasset.

@lisegiguere – Au Loon Montain, une tyrolienne à 213 mètres traversant la rivière Pemigewasset.

Kellerhaus Chocolates. Depuis 1906, on y vend des chocolats et bonbons faits main et, depuis 1920, des glaces. À goûter.

Funspot Family Fun Center. Opéré depuis 1952, ce centre offre plus de 600 jeux, un golf intérieur, une salle de quilles, etc.

Chutter’s. Sans aucun doute le plus grand comptoir de bonbons au monde.

 OÙ DORMIR

BON À SAVOIR

  • On n’oublie pas de faire un arrêt dans les magasins d’entrepôt (outlets) de North Conway, surtout qu’en plus de bénéficier de bons prix, on ne paie aucune taxe dans cet État.
  • Le New Hampshire compte le plus grand nombre de ponts couverts de la Nouvelle-Angleterre.

EN SAVOIR PLUS

  • On peut trouver quelques renseignements sur le «Retro Tour» sur le site suivant: www.retrotournh.com (en anglais).
  • Pour des informations touristiques sur l’ensemble du New Hampshire: www.visitnh.gov (en anglais).

Ce texte est paru sur Canoe.ca ICI, dans le Journal de Montréal, ICI et dans le Journal de Québec, ICI

Publicités

11 accessoires pour tous types de voyageurs

En voyage, ce n’est pas tout le monde qui loge dans un 5 étoiles. Nombreux sont ceux qui préfèrent les petites auberges, les motels, les hébergements jeunesse et le camping. Pour ces derniers, le détaillant canadien Lee Valley (www.leevalley.com), propose une gamme d’accessoires disponibles en ligne. 

1 – Conçues à l’origine pour les coureurs et les cyclistes, ces ceintures fourre-tout permettent de transporter quelques objets sans s’encombrer d’un sac à dos ou d’un sac à main. Le tissu ­plissé est extensible et offre assez ­d’espace pour ranger une panoplie de petits objets. 32,50 $
2 – Résistante à l’eau jusqu’à une profondeur de 1 mètre, la lampe frontale s’incline dans six positions, jusqu’à 45°, ne pèse que 95 g et comporte un bandeau souple et confortable qui s’ajuste aisément et s’enlève pour le lavage. Elle est munie d’un capteur qui réagit à un léger ­toucher du doigt, pour produire un faisceau lumineux rouge ou blanc éclatant, présentant trois réglages d’intensité. 42,50 $
3 – Idéales pour séparer les vêtements propres de ceux déjà portés, regrouper des objets comme les articles de toilette ou placer ses effets à part quand on partage une valise, ces pochettes extensibles permettent de trouver rapidement l’article recherché. 39,50 $ pour 2 pochettes.
4 – Précise et simple d’utilisation, cette balance électronique possède des fonctions comme l’arrêt automatique, le maintien de l’affichage, un repère sonore et le poids du contenant ou de l’emballage, ce qui permet d’obtenir le poids total. 17,50 $
5 -Si l’endroit ­choisi n’inspire pas une sécurité à toute épreuve, une cale de porte capable de coincer cette dernière peut aider au sommeil. Composé d’un coin robuste en aluminium et d’une vis de réglage antidérapante en acier trempé. 32,50 $
6 – Offerts en 5 couleurs, sous forme de rouleau plat et compact de 4,5 m, ces rubans pour réparations pourront s’avérer très utiles si notre valise se déchire. 4,90 $
7 – Faits de silicone léger, ces gobelets compressibles se referment en un petit disque. Leur couvercle comporte deux compartiments, ce qui permet de ranger des médicaments ou de petits objets. 14,95 $
8 – Très pratique pour retirer un maillot de bain mouillé à l’abri des regards, la cabine de bain portative se déploie rapidement et se range ensuite à plat dans un étui. Elle se glisse aisément dans un sac de plage ou le coffre d’une voiture. 29,50 $
9 – Fabriqué d’aluminium anodisé, ce porte-adresse est retenu au bagage par un fil d’acier inoxydable qui passe dans les trous de l’étiquette d’adresse, masquant ainsi les renseignements personnels. Pour accéder à ces derniers, il faut enlever l’attache à écrou de laiton qui relie les deux extrémités du fil. 9,50 $ pour un paquet de 4.
10 -Assez grand pour laver ses vêtements de la journée, en quelques minutes, le sac ­lave-linge Scrubba est facile d’utilisation. On ajoute de l’eau et du savon, on replie l’ouverture pour le fermer de façon étanche et l’on frotte le contenu contre la planche à laver en silicone qui se trouve à l’intérieur. 64,50 $
11- Au départ, ces sacs étanches ont été conçus pour les amateurs de plongée sous-marine. Faits de polyéthylène d’une épaisseur de 6 mm, ils sont étanches jusqu’à 200 pi (60 m) de profondeur et résistent tout aussi bien à la poussière et au sable. Avec leur glissière à pression, ils sont très pratiques en voyage, en camping et lors de toute activité nécessitant de garder au sec des objets comme un portefeuille ou un appareil photo. On peut même utiliser les appareils à écran tactile que l’on a mis à l’intérieur. Légers, ils se plient, se roulent et se rangent facilement. 16,95 $ pour le paquet de 4.
Ce texte a été publié dans la chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Trucs et astuces pour faciliter son arrivée en France

Chaque année, des milliers de Québécois prennent la direction de la France. En fait, le Hub (plateforme de correspondance) d’Air France, connu pour être le plus puissant d’Europe, accueille 40 millions de passagers par année. De ce nombre, 50 % (deux passagers sur trois au départ de Montréal) sont en transit vers l’une des 320 des­tinations dans 114 pays qu’exploite le groupe Air France-KLM.

Travaillant en étroite collaboration avec cette compagnie, l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle offre quelques nouveautés bonifiant ainsi l’expérience des voyageurs:

1. Wi-Fi gratuit dans tout l’aéroport CDG.

2. Un nouvel espace, l’Instant Paris­­­, est proposé à tous les passagers, quelle que soit la classe. Situé au terminal 2E, ce magnifique endroit de détente s’inspire d’un loft parisien. C’est un si bel endroit qu’on a presque envie que notre avion soit retardé de quelques heures…

Un salon bibliothèque est mis à la disposition des passagers

3. Un YotelAir vient d’ouvrir ses portes dans la zone internationale du Terminal 2E du hall L, au cœur même de l’Instant Paris. Entre deux vols, de jolies chambres avec douche peuvent être réservées pour une ou quelques heures, et même pour la nuit.

4 chambres peuvent accueillir des personnes en fauteuil roulant

Une chambre régulière

4. Il est désormais possible de s’enregistrer et de déposer ses bagages la veille du départ (entre 16h30 et 20h30) (Terminal 2F, zone d’enregistrement 3). On peut ensuite profiter des restaurants et boutiques, passer les douanes et dormir quelques heures au YotelAir ou même choisir d’y passer la nuit.

5. À CDG, on mise beaucoup sur les innovations numériques avec 247 bornes en libre-service pour imprimer sa carte d’embarquement ou ses ­étiquettes de bagages; 58 dépose-bagages automatiques; 56 portes d’embarquement où ce sont des bornes qui vérifient les billets­­­, ce qui permet d’embarquer 178 passagers en 12 minutes, et enfin, 2500 tablettes permettant aux employés de répondre de façon plus efficace aux questions des passagers.

6. Le nombre de bornes automatisées Para­fe destinées aux Européens augmentera bientôt à 250, ce qui devrait facil­iter le passa­ge à la douane et rédui­re le temps d’attente.

7. Le Bus-Direct permet de se déplacer entre Paris-Orly et Paris-CDG, en ligne directe ou en effectuant sept arrêts dans Paris, ce qui permet, en même temps, de faire un petit tour de ville. Lebusdirect.com

8. Située au cœur du Hub, la gare Aéroport Paris-Charles-de-Gaulle est desservie par le TGV, le Thalys vers Bruxelles sans oublier le RER (Réseau Express Régio­nal).

9. On trouve six hôtels situés directement sur le site de l’aéroport (Ibis, Ibis Style, Pullman, CitizenM, Novotel et Hyatt) et plusieurs en périphérie qui sont reliés par des navettes.

Infos: www.airfrance.ca (Air France) et cdgfacile.com (aéroport Paris-Charles-de-Gaulle)

 

À SAVOIR

Adhérent à Atout France, l’agence pour le développement touristique de la France, le French Number est une plateforme téléphonique au numéro unique qui met en contact les gens du monde entier avec des Français capables de les renseigner! Ces répondants, véritables ambassadeurs de leurs pays, correspondent aux critères de sélection suivants:

  • Avoir plus de 18 ans
  • S’exprimer correctement en anglais­­­ et en français
  • Bien connaître son coin de pays
  • Avoir des centres d’intérêts ­spécifiques est un plus (œnologie, plein air, etc.)
  • Ils s’inscrivent volontairement et sont bénévoles. Le numéro: +33 1 76-49-84-98.

QUOI DE NEUF EN FRANCE CET ÉTÉ

  • 25e anniversaire de Disneyland Paris.
  • Expositions consacrées à Pissarro et à Rodin (au musée Marmottan et au Grand Palais, à Paris).
  • Marseille sera la capitale ­européenne du sport en 2017, alors que Troyes sera une ville-étape du célèbre Tour de France.
  • 500e anniversaire du Havre.
  • Nouveau musée Yves Saint Laurent (à Paris).
  • Musée de la mer et de la marine de Bordeaux.
  • Cité de la gastronomie à Lyon, qui s’ajoute aux ouvertures récentes de la Cité du vin et de Lascaux 4, qui ont marqué le dernier semestre de 2016.
  • Réouverture de l’Hôtel Crillon et du Hyatt Regency Paris Étoile (à Paris), du Four Seasons et du ­Domaine du Mont d’Arbois à ­Megève (à l’automne) et du ­Terminal Neige Refuge – ­Montenvers à Chamonix (en juin).
  • Arrivée de deux nouvelles lignes de TGV (Paris-Bordeaux et ­Paris-Rennes).
 Ce texte a été publié dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

 

42 heures à Downtown Las Vegas

Destination chouchoute des Québécois qui s’y rendent pour les spectacles de Céline Dion et du Cirque du Soleil, Las Vegas est surtout connue pour son Strip avec ses mégahôtels et casinos thématiques. Et si, pour changer, on se dirigeait plus au nord, vers Downtown Las Vegas ?

On dépose ses valises au tout nouveau W, dont la décoration a été confiée au célèbre designer Philippe Starck. Toutes peintes en blanc, les 289 chambres affichent un petit air rétro, grâce à des ­tentures ­imprimées ondulant sur les murs.

La chambre de style retro du W

Afin de ­rappeler que l’endroit était autrefois occupé par le Sahara, jetons et cartes, provenant de cet ancien casino, ornent le hall ­d’entrée. Situé dans l’une des tours du grand hôtel-­casino SLS, le W ­partage avec ce ­dernier tous les ­services aux clients ­(restaurants, bars, spas, casinos).

13h

Une fois nstallé, on prend la direction du Red Rock Canyon, à environ 30 km.

PHOTO COURTOISIE
Il ne faut qu’une trentaine de minutes pour s’offrir une randonnée dans la nature sauvage du Red Rock Canyon.

Cette étrange formation géologique du désert du Mojave propose des aires de pique-nique et plus de 50 km de sentiers pédestres. On peut réserver ces dernières, en compagnie d’un guide naturaliste certifié au Centre d’accueil.

14h

De retour à l’hôtel, on troque les habits de randonnée pour le maillot de bain et l’on se rend au Wet Pool sur le toit de l’hôtel pour ­déguster un cocktail, se baigner, ou simplement relaxer.

PHOTO LISE GIGUÈRE
La Wet Pool du W avec vue sur la Stratosphère.

Si l’on a pris suffisamment de soleil et que la baignade ne nous dit rien, on peut aussi s’offrir un soin ou un parcours détente au Away Spa.

17h30

Chic et reposé,, on redescend au W Living Room pour faire l’essai d’un de leurs cocktails signature.

PHOTO COURTOISIE
Le Living Bar du W.

18 h 30

Ce n’est pas le choix qui manque en restauration. Bien que les sushis du Katsuya semblent ­délectables et que les menus méditerranéens du CLEO soient attirants, on opte ­plutôt pour un steak au ­Bazaar Meat by Jose Andres, que le Daily Mail a qualifié de meilleur steakhouse de Las Vegas. ­Attention, la facture est salée, il faut compter 125 $ US/personne pour le menu dégustation (sans les vins ni le pourboire). Petit truc: comme les pièces de viande sont vendues à la livre, on peut partager son assiette. Si notre bourse ne permet pas ce type de resto ou si ça ne nous dit rien, pas de panique, on trouve également d’excellents restos de pizzas (800 Degrees Neapolitan Pizzeria), de hamburgers (Unami Burger) et de sandwichs dans le casino.

21 h

On prend la direction du Strip pour assister au spectacle de Céline Dion ou l’un des ­spectacles du Cirque du Soleil (KÀ, O, ­Mystere, Criss Angel Mindfreak Live !, Zumanity, The Beatles Love ou Michael Jackson One) que l’on a pris la précaution de réserver.

PHOTO COURTOISIE, ERIC JAMISON
Notre choix ? KÀ. Bien que créé en 2004, le spectacle KÀ demeure toujours aussi impressionnant.

Infos: www.ticketnetwork.compour Céline Dion ou www.ticketcounter.com pour le Cirque du Soleil.

23h

On s’attarde  au Casino, après tout, Vegas, c’est Vegas!

SAMEDI

PHOTO LISE GIGUÈRE
Downtown Las Vegas

Après le petit-déjeuner, on se rend à Downtown Vegas, le centre-ville historique qui a vu naître le Strip qui l’a éclipsé. Depuis quelques années, artistes divers et entreprises de technologie s’évertuent à ­redonner vie à ces lieux et à surprendre les visiteurs, notamment grâce à la Freemont Street Experience, quatre quadrilatères fermés à la ­circulation dans lesquels règnent la musique, les lumières, les néons et à la Slotzylla (deux ­tyroliennes qui survolent la rue sur 533 mètres).

PHOTO LISE GIGUÈRE
Dans le 18b District, de nombreuses murales colorées recouvrent des bâtiments.

12 h

Une fois bien installé, on part à la ­recherche des restaurants et des cafés. On fait un arrêt dans l’un d’eux, le ­Vespa Café. Ce dernier est situé tout près de l’une des sculptures en forme de pinceau ­de l’artiste de Dennis Oppenheim. Si cette dernière n’éblouit pas ­particulièrement de jour, malgré ses 14 mètres de ­hauteur, elle ­devient éblouissante en soirée alors qu’elle s’éclaire et que ses faisceaux ­rejoignent ceux de sa jumelle érigée à l’intersection suivante. Fascinant!

13h

PHOTO LISE GIGUÈRE
Le Heart Attack Grill.

On passe devant le Heart Attack Grill, devant lequel il est impossible de ne pas s’arrêter. Surtout quand on lit sur ­l’affiche que le «repas vous sera offert gratuitement si vous pesez plus de 350 lb» (158,7 kg). Ouch!

Bien qu’affamé, on tourne le dos à cette invitation à célébrer les orgies de calories et l’on se dirige plutôt vers l’immense mante religieuse que l’on aperçoit au loin.

PHOTO LISE GIGUÈRE
La mante religieuse placée devant le Container Park s’aperçoit de loin Surtout en soirée alors qu’elle crache du feu…

Cette dernière marque l’entrée de Container Park. Dans ce parc formé de conteneurs recyclés en bars, restaurants, cafés ou boutiques, on trouve différents types de restauration, même végétarienne.

PHOTO LISE GIGUÈRE
Le Container Park regroupe d’anciens conteneurs transformés en restaurants, boutiques, bars et même en ascenseur.

­Difficile de ne pas craquer pour son dôme ­géodésique dont le toit ­(intérieur) forme un ciel rempli d’étoiles ou d’aurores ­boréales.

PHOTO LISE GIGUÈRE
Les aurores boréales du Dôme.

En soirée, le Container Park ­s’illumine et sa mante religieuse crache du feu!

15 h

On s’offre une visite guidée ­(réservation nécessaire) du Neon ­Museum, ­véritable cimetière des ­affiches lumineuses géantes qui ­ornaient les premiers casinos de ­Vegas.

PHOTO LISE GIGUÈRE
Une affiche fort populaire du Neon Museum.

L’entrée de ce musée en plein air est ­d’ailleurs située dans une ­partie de l’ancien ­hôtel-casino La Concha que l’on a ­déménagé en ces lieux. C’est une belle façon de découvrir ou de ­redécouvrir l’histoire de Vegas.

17 h

On se rend au Gold Spike pour ­goûter leurs inimitables milk shakes aux ­saveurs plus qu’originales, tel le Strawberry Cheesecake qui contient de la vodka vanille, du sirop de fraise, du fromage à la crème, de la crème glacée à la vanille, de la crème ­fouettée et des fraises!

PHOTO LISE GIGUÈRE
Les incroyables milkshake du Gold Spike.

On brûle ­ensuite ce déluge de calories dans cet ancien casino, entièrement ­réaménagé en terrain de jeux pour adultes ­(musique, danse, bars, jeux de balles, patins, etc.)

PHOTO COURTOISIE
L’ancien casino Gold Spike abrite maintenant un véritable terrain de jeux pour adultes.

PHOTO COURTOISIE
Pendant les chaudes soirées d’été, la cour arrière du Gold Spike se fait très attirante.

On peut même y ­passer la nuit dans un petit chalet (le Sugar Shack) situé en plein cœur de ­l’animation.

PHOTO LISE GIGUÈRE
Le «Sugar Shack» situé dans la cour arrière du Gold Spike peut être loué pour la nuit.

NOTE: Si notre séjour coïncide avec le ­premier vendredi du mois, il faut ­absolument réserver sa journée et sa soirée dans ce district, quand se tient, le First Friday, un évènement artistique et culturel qui attire des milliers de visiteurs.

Cet article est paru dans la Chronique 42h à… du  Journal de Montréal, ICI et du Journal de Québec, ICI 

10 trucs pour survivre à Disney

Une visite à Disney, ça se prépare. Que l’on prévoie s’y rendre pendant les vacances d’été ou même pendant celles de l’hiver prochain, il vaut mieux commencer ses recherches pour être certain de ne rien manquer. Voici quelques suggestions.

1. Surveiller les offres

On se rend sur le site internet de Disney, où ils affichent régulièrement des offres ­alléchantes pour les Canadiens. On se procure également le guide Ulysse Disney World, dans lequel sont rassemblés les nouveautés et des conseils, ou bien on se procure le tout nouveau Disney World sans se tromper (Nathalie ­Lachance) aux Éditions de l’Homme, pour ­profiter au maximum de son séjour. Enfin, on s’informe auprès d’amis qui y sont allés et on lit tout ce qui nous tombe sous la main à ce sujet.

2. Visiter au bon moment

3. Prendre son temps

Il faut prévoir au moins quatre jours sur place, une pour chacun des parcs (Magic Kingdom, Animal Kingdom, Hollywood Studios et Epcot). En réalité, on pourrait prévoir une semaine entière et même un mois si l’on voulait tout voir. Et encore, on manquerait de temps. Mais en faisant une journée par parc, on reviendra satisfait. Sachez également qu’un laissez-passer de sept jours coûte moins cher à la journée qu’un laissez-passer de quatre jours, et que les  billets achetés cette année sont valides jusqu’à fin 2018..

4. Faire ses réservations

S’il est possible de réserver par soi-même sur le site internet Disney, sachez que, depuis 2014, il faut compter avec une technologie évolutive comprenant une série d’outils personnalisés (site web, application mobile My Disney Experience, FastPass+ et MagicBand), qu’il est plutôt difficile de maîtriser. Je vous suggère plutôt de faire affaire avec un agent accrédité par Disney qui vous aidera à faire vos réservations dans les parcs, votre parcours, les sélections de vos FastPass+, etc. De plus, comme l’agent est à l’affût des promotions, vous ­pourriez avoir de belles surprises.

5. Recevoir son MagicBand

Avant votre arrivée, que vous séjourniez ou non dans un hôtel Disney, on entrera les données dans votre   MagicBand (remis à votre arrivée) , un bracelet dont la puce ­électronique contient vos noms, adresse, ­numéro de téléphone et informations de ­paiement (en option) et qui sert également de clé de chambre (si vous réservez dans un hôtel Disney.

Il ne restera plus qu’à circuler, les mains ­libres, dans les parcs, les manèges, les hôtels, les boutiques et les restaurants, où des lecteurs peuvent lire le contenu de ces bracelets. En cas de perte ou de vol, ils peuvent être ­désactivés. Au moment du départ, tous les achats seront regroupés sur la facture, que vous recevrez ensuite par courriel.

6. Des manèges pour les plus grands

Ne pas oublier de tenir compte que certains manèges exigent une taille minimum (indiquée sur l’application) et que les préposés respectent rigoureusement cette règle.

7. Une application utile

Le WiFi, disponible gratuitement dans les parcs et hôtels, permet un accès constant à l’application My Disney ­Experience. On y trouve: des informations sur les différentes attractions et l’heure de rencontre des personnages; la liste des restaurants et la situation des toilettes, des boutiques, des restaurants, des spectacles et des kiosques de ­service; le temps d’attente pour les ­différents manèges; les événements ­spéciaux, etc.

 

8. Hébergement

L’avantage de réserver dans un hôtel Disney, ce sont tous les services offerts aux parents (lit de bébé, service de garde, attractions et activités récréatives, piscines et tout particulièrement les transports des hôtels vers les parcs et l’inverse, ce qui permet de revenir pour les siestes, si besoin est, sans oublier la livraison de vos achats directement à votre chambre). En ­logeant sur place, vous pouvez choisir vos FastPass 60 jours avant votre séjour (au lieu de 30 jours) ou encore profiter des parcs une heure plus tôt que les autres, mais il y a beaucoup d’hôtels et de motels autour de Disney à une fraction du coût des hôtels du site.

9. Bien manger

Il y a d’excellents restaurants, à Walt Disney World. Que l’on choisisse la restauration rapide ou les grands restaurants, ça peut coûter assez cher, mais il est possible d’apporter son lunch et même de se rendre à l’extérieur du site.

10. La magie Disney sur l’eau

Pour les amateurs de croisière, ­Disney possède quatre navires: Disney Dream, Disney Fantasy, Disney ­Magic et Disney Wonder. Ces ­navires ­explorent les Caraïbes, l’Alaska et la Méditerranée. Deux autres navires sont en construction. Ils seront ­livrés en 2021 et en 2023. Disney a aussi des navires qui ­naviguent sur le Rhin et le Danube, ­offrant en tout plus de 30 itinéraires. ►Pour info: adventuresbydisney.com

Si ce sont les croisières qui vous attirent, sachez qu’il vaut mieux vérifier quels personnages sont à bord du ­navire. Pour les enfants, la présence de leurs personnages favoris peut faire une très grande différence. Par exemple, sur le Disney Wonder, on trouve beaucoup de princesses, alors que c’est sur le Disney Dream que se trouvent les personnages de Star Wars.

Enfin, sachez qu’il vaut mieux réserver sa croisière très longtemps à l’avance pour bénéficier des meilleurs prix. Les réservations de dernière minute font exploser les prix, car il ne reste plus que des suites de luxe.

Cet article a été publié dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montreal, ICI et du Journal de Québec, ICI.

 

 

De nouvelles villas sur pilotis pour Sandals !

Récemment, je me rendais en Jamaïque, plus précisément au RIU Palace de Montego Bay. Un tout-inclus magnifique dont je vous parlerai bientôt. Un matin, alors  que je nageais dans leur magnifique piscine débordement, donnant sur l’océan, j’ai pu voir  de jolies petites villas sur pilotis.

Le lendemain matin, une longue randonnée sur la plage, m’a permis de découvrir qu’il s’agissait des Villas sur pilotis du Sandals Royal Caribbean de Montego Bay. 

Les villas sur pilotis de Sandals Royal Caribbean de Montego Bay

Par la suite, Sandals Resorts qui m’a récemment invitée à découvrir ses nouvelles villas sur pilotis (9) du Sandals Grande  Spa and Beach Resort de Sainte-Lucie, nous annonçait qu’elle offrira 12 nouveaux bungalows Lune de miel et Butler  sur pilotis au Sandals South Coast, également en Jamaïque. On dirait que  ce virage de Sandals semble définitivement plaire !

Les nouveaux bungalows de Sandals South Coast

Ce derniers  sont maintenant ouverts aux réservations pour des arrivées à partir du 1er novembre 2017. Ces unités s’ajoutent à celles du Sandals Royal Caribbean (12) et à celles du Sandals Grande St. Lucian (9) dont l’ouverture est prévue pour la mi-mai.

 

42h à Pornic

Au 19e siècle, la jolie petite ville de Pornic, située en Bretagne Sud (région des Pays de la Loire), était une station balnéaire très recherchée sur la côte de Jade. Les riches marchands nantais s’y construisaient de luxueuses villas dans lesquelles leurs épouses passaient la semaine, alors que ces messieurs repartaient travailler à Nantes pour revenir par le train du vendredi. Cette habitude a d’ailleurs valu à ce train le surnom de «train des cocus»! Toujours populaire auprès des touristes, elle voit sa population (15 000 habitants) tripler pendant la saison estivale.

Vue aérienne de Pornic

JOUR 1

Depuis plus de 30 ans, les touristes viennent de partout pour jouir des bienfaits de la thalassothérapie en ce lieu. On fera donc comme eux. Au départ de Nantes, il faut compter environ 45 minutes en automobile avant de se garer à l’Alliance Thalasso Pornic, qui surplombe la plage de la Source. Le site est magnifique. Il faut dire que ce centre s’est implanté dans ce qui fut, à la fin du 19e siècle, le Casino de Pornic. C’est aujourd’hui un hôtel moderne et lumineux de 120 chambres, avec bars et restaurants et, bien entendu, l’Espace Forme Thalassothérapie & Spa.

L’Alliance Thalasso Pornic est établi dans ce qui était autrefois le Casino de Pornic. À se s pieds, la plage de la Source

13 h

En attendant de prendre possession de sa chambre, on se rend au restaurant-bar La Terrasse. Là, face à l’océan et à cette petite crique de sable fin, en dégustant les menus légers et les smoothies bio préparés par le chef, on laisse le stress s’envoler. Va-t-on vraiment pouvoir visiter cette jolie ville ou va-t-on plutôt succomber à l’attrait de cet immense centre de thalassothérapie?

S’attabler au bar-restaurant la Terrasse fait disparaître le stress

15 h

C’est finalement la thalasso avec sa piscine d’eau de mer (à 29 ºC), son gym, son sauna, son hammam à l’eucalyptus, sa salle de relaxation et surtout son parcours aquatique de 350 m² d’eau de mer chauffée à 33 °C, ses douches en cascade, ses bains à turbulences et son bassin d’eau froide (idéal pour la récupération) qui gagne. C’est ça, les vacances!

Le Centre de thalassothérapie propose de nombreux jeux d’eau dont cette piscine à jets.

18 h

Petite randonnée sur la grève, près de cette eau d’un vert profond qui lui a valu son nom (côte de Jade), histoire de faire le plein d’air salin après cette journée de détente ultime.

20 h

Repas au restaurant panoramique La Source en laissant son regard se perdre sur la mer tout en dégustant une cuisine traditionnelle bretonne surtout composée de fruits de mer.

JOUR 2

Maintenant qu’on a imité les nombreux curistes et profité des bienfaits du climat marin et des vertus curatives de cette eau de mer, on prend la direction de la ville afin de participer à une visite guidée permettant de connaître son histoire pour ensuite se perdre dans ses petites ruelles.

Dans le Vieux-Port, on apprend que, de l’an 1600 à la moitié du 18e siècle, les pêcheurs de Pornic étaient appelés les Terreneuva parce qu’ils pêchaient la morue à Terre-Neuve. Partis six mois, ils devaient, afin de s’assurer d’être justement payés, couper la langue de chaque morue pêchée et la conserver. Au retour, il suffisait de compter les langues.

Le quai de Pornic avec, en fond de scène, le château de Barbe Bleue

Du port, on marche jusqu’à la Fraisière, une crêperie devenue un incontournable pour les promeneurs qui s’y arrêtent pour acheter une crêpe ou leur fameuse crème glacée — aux fraises, bien sûr! Difficile de résister et, comme eux, on achète une glace, que l’on déguste sur un muret, d’ailleurs surnommé le Mur de la lèche!

À La Fraisière, on peut faire provision de nombreux produits régionaux, tous à base de fraises.

On emprunte ensuite le trottoir de bois qui mène jusqu’au château ayant appartenu à Barbe Bleue, oui, oui, le même Barbe Bleue dont Perreault s’est inspiré pour son conte. Ce dernier avait cependant plusieurs châteaux et il n’a jamais habité celui-ci, qu’il a laissé à ses soldats. Aucun crime n’y a donc été commis.

L’ancien château de Barbe Bleue est aujourd’hui, une résidence privée

À Pornic, on doute de l’histoire sanglante du personnage accusé, reconnu coupable et pendu pour le meurtre de 700 à 800 enfants. Il les aurait tués lors de séances de magie noire pratiquées dans le but de trouver la pierre philosophale, capable de changer le plomb en or. Selon plusieurs, il aurait été victime d’un complot pour s’emparer de ses biens.

Quoi qu’il en soit, l’endroit est aujourd’hui une résidence privée. La visite guidée par l’Office du tourisme de Pornic  permet d’entrer dans les jardins et de voir le château de très près (pas l’intérieur).

De là, on grimpe un peu pour se retrouver dans la partie médiévale avec ses petites rues, ses halles (jeudi et dimanche) qui datent du 17e siècle et qui furent créées par le seigneur de Ré (qui combattit aux côtés de Jeanne d’Arc), désireux d’écouler les marchandises perçues comme taxes.

On peut goûter les spécialités pornicaises dans de petits restaurants, flâner dans les boutiques et visiter la Faïencerie (1950), connue pour son célèbre bol Petit Breton. Animation tous les jours sur réservation avec atelier de décoration. Les mardis et jeudis, on peut voir les dames peindre les faïences.

Le fameux bol Petit breton qui a rendu célèbre la Faïencerie de Pornic

18 h

On s’attable au restaurant Beau Rivage, sur la plage de la Birochère, où, après un apéro, on succombe à la cuisine de Gérard Corchia et ses poissons frais, qu’il a lui-même choisis dans les filets, à la criée du matin. Un délice qu’on prolonge jusqu’à la tombée du jour.

Pour regagner sa chambre, on emprunte la portion du sentier des Douaniers, qui longe la mer en direction de l’hôtel. Créé en 1791 pour empêcher la contrebande, ce sentier est tombé dans l’oubli au début du 20e siècle, mais les randonneurs qui l’ont découvert et emprunté lui ont donné une seconde vie.

C’est une belle occasion d’admirer cette côte sauvage parsemée de nombreux «carrelets» (cabanes) pour la pêche.

En suivant le Sentier des douaniers, on peut voir de nombreux carrelets ou cabanes de pêcheurs.

Credit: Christophe.Houdart – Tourisme Pornic. Un carrelet au coucher du soleil

À noter: le sentier des Douaniers fait 10 km à Pornic. De nombreuses sections sont ouvertes au public sur toute la côte.


Meilleur temps pour s’y rendre: juillet et août.

Cet article a d’abord été publié dans le Journal de MOntréal, dans la chronique 42h à… On peut la voir ICI
 et dans le Journal de Québec ICI