Archives de Catégorie: randonnées

Pour tout savoir sur les oiseaux!

Huntington, VT | L’an dernier, le Birds of Vermont Museum célébrait son 30e anniversaire. Si on n’a pas encore visité ce charmant petit musée, il serait peut-être temps de le mettre à son agenda.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
L’entrée du Birds of Vermont Museum.

En pleine nature se cache une modeste petite maison de bois entourée d’un jardin, que l’on atteint par un long pont en bois.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Observer les oiseaux d’une maison dans les arbres.

Ce dernier permet d’observer les magnifiques spécimens d’oiseaux qui vivent dans ces bois, de les voir voleter autour des mangeoires accrochées ici et là

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Des mangeoires sont installées un peu partout sur le site.

et de découvrir les sentiers de randonnée dans lesquels des bancs permettent de profiter de ce magnifique environnement

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Un oiseau-mouche à gorge rouge sculpté par Bob Spear.

 

Un peu d’histoire

Un jour de 1987, dans cette toute petite ville du Vermont, Bob Spear, naturaliste retraité, amoureux des oiseaux et maître sculpteur, décidait de réunir 231 de ses sculptures sur bois (il en avait près de 1000), dans un hall d’exposition non chauffé et recouvert de contreplaqué. Bien que l’endroit soit modeste, ses œuvres, grandeur nature et biologiquement exactes, ne tardèrent pas à attirer de nombreux amoureux de la faune ailée.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Tétras du Canada sculptée par Bob Spear.

Non seulement Bob Spear désirait présenter son travail, mais il voulait faire œuvre d’éducation, ses sculptures lui permettant d’expliquer le mode de vie des oiseaux. Pour leur plus grand plaisir, les visiteurs pouvaient le regarder travailler dans son atelier, alors qu’il sculptait délicatement les petites plumes, les becs, les œufs, etc.

Jusqu’à son décès en octobre 2014, à l’âge de 94 ans, Bob Spear aura consacré plus de 24 000 heures à sculpter ces oiseaux qu’il aimait tant.

L’avenir

Malgré son départ et grâce aux sculpteurs qui, au fil des années, se sont joints au fondateur, la mission d’éducation se poursuit, les expositions se sont développées, et bien entendu de nombreuses activités ont été ajoutées.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Entrée de la Cabane dans les arbres où les visiteurs peuvent admirer les oiseaux et le ruisseau Sherman Hollow. À noter que la Cabane dans les arbres est une structure accessible aux personnes handicapées, construite sur une berge par des étudiants du Centre for Technology, Essex.

À ce jour, le Birds of Vermont Museum présente 511 sculptures d’oiseaux grandeur nature, plus de 540 sculptures d’œufs et 22 sculptures d’autres animaux comme les poissons, les tamias, les grenouilles (que les oiseaux mangent !). 490 d’entre elles ont été réalisées par Bob Spear et les autres sont les œuvres d’Ingrid Rhind, Dick Allen, David Tuttle et Jim Mitchell !

En 2009, le magazine Yankee (magazine consacré à la vie culturelle et quotidienne en Nouvelle-Angleterre) déclarait le Birds of Vermont Museum « meilleur Musée spécialisé de la Nouvelle-Angleterre (Best Specialty Museum) ».

► Ouvert du 1er mai au 31 octobre

► Info : birdsofvermont.org.

 

Ce texte a d’abort été publié le samedi 21 juillet, dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Publicités

Virginia Beach – La station balnéaire…où l’on aime revenir

VIRGINIA BEACH, Virginie | Certaines destinations possèdent un tel pouvoir d’attraction que même le passage du temps n’arrive pas à faire pâlir leur étoile. C’est le cas de Virginia Beach. Mais quel est donc ce pouvoir de séduction ? Pour comprendre, il suffit de s’y rendre.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach. L’immense statue de Neptune veille sur la longue promenade en bord de mer

 

S’il est vrai que son long ruban de sable blond (56 km), léché par des eaux chaudes, ramène les visiteurs année après année, cette destination fait aussi montre d’un dynamisme incroyable pour offrir des activités originales et séduisantes.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
Marcher sur la plage au coucher du soleil

À chacun sa plage

Au sud, dans le Back Bay National Wildlife Refuge, la plage n’est pas accessible. Elle est réservée aux oiseaux et autres animaux que l’on croise, à pied ou à vélo, dans les sentiers de randonnée.

Adjacent à ce territoire protégé, le False Cape State Park est le lieu de tous les plaisirs (canot, kayak, vélo, randonnée) et s’il est possible de s’y baigner ou même d’y camper, il faut mériter cette chance, car on ne peut y accéder qu’en marchant ou en pédalant 10

The Cavalier

km, les autos y étant interdites.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
En vélo dans le False Cape State Park

On arrive ensuite aux trois plages publiques, celle de la Promenade tout particulièrement appréciée des surfeurs et des badauds qui s’immortalisent près de la statue de Neptune qui veille sur son boardwalk de 5 km. Vient ensuite Sandbridge, calme et sereine, et enfin, plus au nord, celle plus familiale de la baie de Chesapeake.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
La passerelle qui mène à la plage familiale de la baie de Chesapeake

Tant de choses à voir et à faire

Ville sportive, dynamique et prônant un mode de vie sain, la principale station balnéaire de la Virginie compte de nombreux restaurants dont les menus regorgent de produits locaux. Au New Earth Farm, on peut même apprendre à faire ses propres marinades ou suivre des cours de cuisine.

À cela s’ajoutent plusieurs arrêts dégustation. Des bières à la Commonwealth Brewery Company, une vodka artisanale à la Chesapeake Bay Distillery et des vins à la Mermaid Winery, qui offre également une très bonne table.

Mais la configuration de cette ville toute en longueur invite également aux longues randonnées, en forêt, mais surtout en bord de mer. Par beau temps, les sorties en bateau ou en kayak à la rencontre des dauphins ou l’initiation au surf, au « paddleboard » ou au parapente comblent nos besoins d’évasion et d’adrénaline.


L’hôtel The Cavalier

The Cavalier

Virginia Beach possède de nombreux hôtels de toutes catégories, mais aucun ne fait d’ombre à cette belle d’autrefois qu’est The Cavalier. Inspiré par l’architecture de Monticello (résidence de Thomas Jefferson, 3e président américain), l’hôtel a été construit en 1927. Depuis son ouverture, il a vu défiler de nombreuses célébrités dont 10 présidents américains.

Pour un séjour luxueux, on opte pour l’une de ses 85 chambres (23 suites) dans lesquelles les chiens sont les bienvenus. Sur place, on profite des cours de mixologie qu’on y offre et l’on visite la Tarnished Truth Distillery. Enfin, on joue les riches et célèbres en profitant des installations du Cavalier Beach Club en front de mer. Seul problème, on ne veut plus repartir !

cavalierhotel.com

QUELQUES COUPS DE CŒUR À VIRGINIA BEACH

Military Aviation Museum

Photo : Lise Giguère
C’est à bord de cet avion de la Seconde Guerre mondiale que, par temps clair, on peut s’offrir le frisson d’une envolée.

On trouve dans ce musée la plus importante collection privée d’avions des deux grandes guerres. Les plus audacieux peuvent même s’offrir un vol dans un authentique appareil de la Deuxième Guerre mondiale. Inoubliable !

militaryaviationmuseum.org 

Oceana Naval Air Station

PHOTO: Lise Giguère
Dans le parc historique de l’Oceana Naval Air Station, un F14 comme celui que pilotait Tom Cruise dans Top Gun.

Les 22-23 août, le Oceana Naval Air Station sera ouvert au public. On s’y rend pour voir décoller les F-18 et pour admirer les Jets utilisés par la Navy pendant les guerres. On en profite pour se photographier près du F 14 (ci-haut) identique à celui que pilotait Tom Cruise dans le film Top Gun.

Les murales du ViBe District

Photo; Lise Giguère. L’une des murales du quartier ViBe

Ce quartier est en pleine expansion et, en plus des murales, on y trouve d’étonnantes boutiques et des restaurants branchés.

Pleasure House Oysters

Ostréiculteur passionné, Chris Ludford propose d’originales sorties en mer à la découverte des huîtres. On apporte sa bouteille de vin et Chris fournit les huîtres qu’il sort directement de ses cages dans la mer. Il ouvre ensuite les mollusques que l’on déguste dans son bateau ou… les pieds dans l’Atlantique ! L’ostréiculteur a commencé cette activité à la demande d’un chef désireux de tout connaître sur les huîtres.

PHOTO: Lise Giguère
L’un des moments forts du voyage, lorsque Chris Ludford puise des huitres fraîches dans la cage qu’il vient de sortir de la mer.

pleasurehouseoysters.com


First Landing State Park

Photo: Bureau du tourisme de Virginie – First Landing State Park

Ce parc est le lieu de débarquement des premiers colons anglais (1607). Avec son terrain de camping parfaitement aménagé et ses sentiers de randonnée dans une forêt de cyprès couverts de mousse espagnole, le site est tout simplement magique.

Bon à savoir

  • On s’y rend par la route : 12 h de Montréal ou 14 h de Québec.
  • Le Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach propose, toute l’année, des rabais de 15 à 35 %, selon la saison.
  • En septembre et octobre, les prix sont moins élevés, les visiteurs sont moins nombreux et l’eau y est plus chaude. À considérer !
  • Info : VisitezVirginiaBeach.com

Ce voyage a été rendu possible grâce au Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.

Ce texte a été publié, le samedi 30 juin 2018, à la Une du cahier Voyages du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI. On a également pu le lire sur le site web de TVA Nouvelles, ICI.

NOTE:

Ci-bas,  je vous place quelques ajouts qui ont été retiré du texte publié dans le Journal, par manque d’espaces

Virginia Beach pour tous

Avec un slogan comme Live for Life, Virgina Beach souhaite que tout le monde (personnes à mobilité réduite, en chaises roulantes et mamans poussant des carrosses)puisse profiter de ses beautés. Quatre accès sont aménagés pour accéder à la mer et au Grommet Island Park, un parc d’amusement construit à l’initiative de Bruce Thompson, dont le fils, Josh, autrefois surfeur, est atteint de la maladie de Lou Gehrig !

PHOTO: Lise Giguère
Le Grommet Island Beach Park un parc d’amusement pour les enfants et les a

À noter qu’au centre d’interprétation du First Landing State Park, on offre également des chaises roulantes avec roues ballons permettant de rouler jusqu’à la mer.

Aussi:

  • Pour le plaisir de rencontrer des contemporains et de parler français, on se rend à la French Twist Boutique(Annie Reichhoff) ; au Travel-L-Park Campground(Phil Upton) ou au Restaurant Bubba’s(Josee Hionis).
  • Ceux qui connaissent l’histoire d’Edgar Cayce’s, ce medium qui prônait les principes d’une saine alimentation, de l’exercice et du grand air au début du XXe siècle, apprécieront la visite de son Centre de santé situé dans son ancien hôpital, près duquel on trouve aussi un labyrinthe de méditation et un jardin. EdgarCayce.org

 

7 bonnes raisons d’aller à Sainte-Lucie

Désignée comme étant LA destination la plus romantique des Caraïbes par les World Travel Awards, l’île de Sainte-Lucie ne laisse personne indifférent. Il est vrai qu’il faudrait être totalement blasé pour ne pas succomber aux charmes des collines luxuriantes, de la forêt tropicale, des récifs de corail, des parcs marins, des réserves naturelles, des magnifiques plages de sable blanc et des petites criques aux eaux cristallines de ce paradis naturel. S’il vous en manquait, voici sept autres bonnes raisons de vous y rendre.

Photo : Lise Giguere

Les pitons

HOTO FOTOLIA- Les Pitons

Ces majestueux symboles de l’île, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, pointent vers le ciel respectivement à 786 mètres (Gros Piton) et 743 mètres (Petit Piton) au-dessus du niveau de la mer. Si un sentier, accessible à tous, a été spécialement tracé autour de Gros Piton, un second parcours, à mi-chemin entre randonnée et escalade, représente un défi et nécessite environ 5 h d’escalade. Il est réservé aux plus téméraires.

 

Le Ladera Resort

PHOTO COURTOISIE, G_INSPIRE
Ladera Resort.

Pour apprécier un repos bien mérité après avoir dompté ces géants ou pour se la couler douce en attendant les aventuriers, on s’attable face aux Pitons, au restaurant du Ladera Resort. Le choix d’une bouillabaisse créole, réalisée à base de légumes locaux et de poissons frais, s’impose. Pour digérer ce repas copieux, on visite cette magnifique propriété, l’une des favorites d’Oprah Winfrey ! Petit conseil : se montrer adorable et supplier pour la visite d’une chambre avec piscine privée. Sur place, il faut enlever vite ses sandales et prier pour qu’on accepte de nous laisser nous asseoir dans la balançoire posée au centre de la piscine, tout juste en face des Pitons. Un moment de grâce ! www.ladera.com

PHOTO Lise Giguère – Un véritable moment de grâce.

Les bains de boue

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
À Sainte-Lucie, on peut prendre des bains dans les eaux sulfureuses de la Soufrière, et des bains de boue.

Pour une expérience originale, rendez-vous au spa naturel de Sulphur Springs sur les flancs du Qualibou, le volcan principal de l’île. Également appelé Soufrière (nom de la ville où il est situé), c’est le seul auquel on peut accéder en automobile.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Les fumerolles de la Soufrière, à Sainte-Lucie.

Photo Courtoisie – Les fumerolles

Dans ce site volcanique, des fumerolles de soufre indiquent que l’activité volcanique est toujours d’actualité et des sources d’eau chaude et sulfureuse invitent à se plonger dans ce cratère.

« Bean to Bar » ou une balade au cœur des plantations de chocolat

PHOTO COURTOISIE, G_INSPIRE
Hotel Chocolat, plantation de cacao.

 

Depuis le 18e siècle, les terres fertiles de Sainte-Lucie laissent une place d’honneur à la culture du café, des agrumes, de la canne à sucre et, bien évidemment, du cacao. « Bean to Bar », c’est une visite de plantations à la découverte de l’univers du chocolat comprenant cueillette de gousses de cacao, visite de la salle de fermentation, de la zone de séchage pour ensuite assister à la phase de broyage et de brassage.

Photo Lise Giguere – Le cacao que l’on fait sécher et qu’il faudra ensuite trier

Certains endroits invitent même à fabriquer son propre chocolat.

On termine la journée par un cocktail sur la terrasse de l’Hotel Chocolat qui fait face au Petit Piton ou par la dégustation de mets agrémentés de cacao.www.hotelchocolat.com

La plage de l’Anse Chastanet

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Anse Chastenet

Cette plage est décorée de cocotiers et couverte de sable clair. Sa beauté légendaire est tout aussi impressionnante sous l’eau. Les fonds marins de Sainte-Lucie recèlent des merveilles pouvant satisfaire les plongeurs les plus exigeants. Entourées d’un récif corallien s’étendant sur plus de 40 m, ses eaux cristallines regorgent de poissons tropicaux aux multiples couleurs. D’importantes failles sous-marines, dues à la présence volcanique, offrant des crevasses vertigineuses, complètent le tableau.

À noter également que toutes les plages de l’île sont publiques, malgré les nombreux établissements hôteliers.

 

Anse Chastanet et Jade Mountain, les deux hôtels dépourvus de murs

Sur une petite crique au décor de carte postale, un couple de visionnaires a imaginé deux luxueux complexes hôteliers, séparés par une frontière imaginaire : Anse Chastanet Resort (49 chambres offertes à un tarif moyen : www.ansechastanet.com) et Jade Mountain (20 chambres de très grand luxe : www.jademountainstlucia.com). Dépourvus de murs, de portes ou de fenêtres et construits en colline, ces deux endroits de rêve disposent de chambres ouvertes sur les eaux cristallines, la forêt tropicale ou les deux pitons.

Photo Lise Giguere – Jade Mountain vu de la mer

Photo courtoisie : La mer vue de Jade Mountain

La fête à l’année

Envie de célébrer ? Il ne faut pas manquer le nouveau Saint Lucia Summer Festival 2018, qui réunit différents événements : Food and Rum Festival (12-14 janvier); Saint Lucia Jazz Festival (7-13 mai) ; Saint Lucia Carnival (16-17 juillet) ; Roots and Soul Festival (31 août au 2 septembre) ; Arts & Heritage Festival (19-21 octobre).

De plus, tous les vendredis soirs, c’est le Friday Night Jump Up Street Party. On danse, on goûte les grillades, on boit du rhum et de la Piton (la bière locale) et on fait la fête toute la nuit.

INFO: www.stlucia.org

Ce texte est d’abord par, le mardi 19 juin, dans le Journal de Montréal ICI et dans le journal de Québec ICI

5 sorties à deux pas de chez soi

Le Grand Quai de Montréal

C’est le début de la saison des croisières au Grand Quai de Montréal. Cette année, 27 navires de 19 compagnies de croisière s’y arrêteront à 90 reprises au Port de Montréal.

Au fait, saviez-vous qu’il est possible de commencer ou de terminer sa croisière directement de Montréal ? Un véritable bonheur ! Cette année, pas moins de quatre compagnies offriront des itinéraires Montréal-Montréal, via Saint-Pierre-et-Miquelon ou les Grands Lacs. La métropole sera également le point de départ de 20 croisières vers Boston, 16 croisières vers New York, 16 croisières vers les Îles-de-la-Madeleine, 6 croisières vers la Floride, et des croisières vers les Grands Lacs, l’Europe (Royaume-Uni et Allemagne) et Cuba.


► cruises.alamontreal.com

 

Bonne fête Via Rail !

PHOTO AGENCE QMI, JOËL LEMAY

À l’occasion de son 40e anniversaire, VIA Rail Canada (VIA Rail) a fait produire 40 billets en acier forgé dans l’acier d’un wagon ayant parcouru six millions de kilomètres (l’équivalent de mille traversées du Canada), destiné à la ferraille. Ces billets seront donnés à l’issue d’un concours se terminant auj. (10 juin). Les gagnants se verront remettre un voyage aller-retour pour deux personnes d’un océan à l’autre ou vers toute autre destination desservie par VIA Rail.

► www.viarail.ca

 

Rabais au Fairmont de Boston

PHOTO COURTOISIE, FAIRMONT.COM

Jusqu’à la fin de l’année, afin de compenser la faible valeur du dollar canadien, le Fairmont Copley Plaza de Boston, situé au cœur du quartier historique Back Bay, du jardin Boston Common, etc., propose un rabais allant jusqu’à 30 %. De plus, invitation à devenir Membre du Club du Président Fairmont. C’est gratuit, ça offre de nombreux avantages (internet gratuit, inscription plus rapide, etc.) et, dans ce cas précis, les membres du Club recevront un cadeau au choix du chef lorsqu’ils effectueront une réservation.

► www.fairmont.fr

 

Le Village du père Noël a 65 ans !

PHOTO COURTOISIE, VILLAGE DU PÈRE NOËL

Pour souligner cet important anniversaire, le Village du Père Noël de Val-David ajoute deux nouvelles activités à sa quarantaine (mur d’escalade, sapin de cordes, tyroliennes, maison dans un arbre, jeux d’eau, spectacle de magie, etc.), permettant aux jeunes de parfaire leurs aptitudes d’apprentis lutins. L’ouverture de la saison estivale aura lieu le 16 juin.

► www.noel.qc.ca

Parcours épicuriens

Découvrir les quartiers de Montréal en se régalant, c’est possible, grâce aux Parcours épicuriens guidés de CELEB’Événements dans 4 quartiers de Montréal : Hochelaga, Wellington, Mile-Ex/Petite Italie et St-Henri. Chaque parcours est unique et propose entre 6 et 9 arrêts avec dégustations et rencontres avec des passionnés. À noter que 10 Parcours sont également proposés à Québec.

► www.celebevenements.com   

Ce texte a d »abord été publié dans le chronique Conseils pour voyageurs du samedi 26 mai du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

 

Glamping dans les Montagnes blanches

Si la perspective de passer quelques jours en pleine nature en séduit plusieurs, ce n’est, par contre, pas tout le monde qui a envie de jouer les escargots et de transporter tout son matériel.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Dans une forêt que traversent deux ruisseaux.

Partir en camping sans avoir à trimballer tente, sacs de couchage, réchaud, chaises pliantes, matelas, pompe, sacs de couchage, serviettes et autres objets nécessaires à son bien-être a mené à la naissance du « glamping ». Un mot issu de la contraction de « glamour » et « camping ». Avec des tentes « prêt-à-camper » et des chalets permanents, plus besoin de surcharger son auto et ses sacs à dos puisque tout est fourni sur place.

Maintenant aux États-Unis

Pionnière dans ce domaine, l’entreprise Huttopia s’est d’abord fait connaître au Québec, grâce à un partenariat avec la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec) avant d’installer son tout premier site de villégiature à Sutton, puis aux États-Unis.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Dans une forêt que traversent deux ruisseaux.

Situé dans le New Hampshire, à proximité de North Conway, le Huttopia White Mountain se trouve au bord d’un lac (Iona) avec plage, dans une forêt traversée par deux ruisseaux et, comme son nom l’indique, au cœur des Montagnes blanches.

Sur ce site, en plus des différents types d’hébergement (chalets tout équipés, espaces de camping ou tentes de prêt-à-camper pouvant loger de deux à cinq personnes et fournissant l’électricité, l’eau courante et, dans certains cas, une salle de bain complète), la literie et le matériel de cuisine sont fournis. On trouve aussi sur place une piscine chauffée, des aires de jeux pour les enfants, un marché et un restaurant de type food truck.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Restaurant de type Food truck.

À peu de distance, une quinzaine de minutes en auto, l’immense terrain de jeux de la forêt nationale des Montagnes blanches s’ouvre aux amateurs de randonnée, d’escalade, de plage ou de photo avec ses nombreux sentiers de randonnées et ses innombrables sommets, dont l’imposant Mont Washington, la plus haute montagne du nord-est des États-Unis (1916 mètres). L’accès à ce dernier se fait d’ailleurs de Pinkham Notch, à seulement 25 minutes du site Huttopia !

Cyclistes et kayakistes trouveront également leur bonheur à peu de distance. Pour les premiers, la Kancamagus Highway, une route panoramique de 54 km menant à 3000 pieds d’altitude, devrait les combler. Les seconds apprécieront la descente de la Saco River, que l’on peut également faire à l’aide de tubes gonflables.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
On peut s’amuser sur le lac.

Et pendant que les sportifs s’amusent et dépensent leur énergie, d’autres membres de la famille peuvent profiter du fait que le New Hampshire est un État sans taxe et se rendre dans le village de North Conway au Settlers Green Outlet Village faire la chasse aux aubaines. D’autres, enfin, peuvent choisir de profiter des nombreuses attractions (Santa’s Village, mini-golf, glissades d’eau, etc.) que l’on trouve dans ce secteur.

Faut-il s’étonner qu’en 2015, le Lonely Planet ait classé North Conway au 5e rang des meilleures destinations à visiter aux États-Unis ?

À savoir

  • Sur la route vers Boston ou New York, cette destination n’est qu’à 3 h 45 de Montréal et à 1 h 45 des plages du Maine.
  • Des villages Huttopia sont disponibles à Sutton, dans les Cantons de l’Est et à White Mountains (North Conway). Les sites ouvriront le 18 mai.
  • Trois nouveaux espaces de villégiature au Québec et aux États-Unis devraient voir le jour d’ici 2019.
  • Les animaux de compagnie sont les bienvenus.

 www.huttopia.com

  • Ce texte a d’abord été publié le samedi 28 avril 2018, dans le cadre de la chronique Est des USA dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

Conseils pour voyageurs: cinq infos pertinentes pour vos vacances

Avec l’arrivée du printemps et des belles journées qui ne vont pas tarder à se faire sentir, on commence à penser à ses vacances d’été. Voici cinq idées qui vous guideront dans votre planification.

1. Penser au camping

PHOTO COURTOISIE

La nouvelle application mobile Go Camping Québec permet de bénéficier de nombreux avantages dans quelque 200 campings du Québec (rabais sur le premier séjour, pourcentage sur les autres, gratuités, escomptes, locations, etc.). Il suffit de la télécharger.

2. Faire un arrêt au château Frontenac

PHOTO COURTOISIE

Fairmont Le Château Frontenac poursuit la programmation de son 125e. Pendant tout le mois d’avril, des activités autour du thème de la santé et du bien-être seront organisées et plusieurs seront gratuites. C’est le cas, entre autres, des parcours historiques permettant de renouer avec l’histoire de cette icône de la ville de Québec. Pour la programmation complète : http://www.fairmont.fr

3. Faire Compostelle au Québec

PHOTO COURTOISIE

Tous ceux qui rêvent de faire Compostelle, mais qui n’ont ni le temps ou les moyens pourront désormais s’offrir une randonnée pédestre de 1200 km, ici au Québec. Le Chemin du Québec traverse neuf régions touristiques, relie de multiples sentiers, pistes cyclables, routes rurales, etc. Les marcheurs sont autonomes, libres de choisir leur lieu de départ et d’arrivée ainsi que leurs lieux d’hébergement ou de restauration et peuvent voyager selon leur budget. Une application mobile sera bientôt disponible. http://www.quebeccompostelle.com

4. Visiter MontréaL en tour guidé

PHOTO FOTOLIA

Depuis 33 ans, l’entreprise Guidatour organise des visites de Montréal, en compagnie de guides professionnels. Cette année, elle propose encore plus de départs, et ce, de mars jusqu’à décembre.

5. Planifier ses vacances familiales

PHOTO FOTOLIA

Que l’on soit parents ou grands-parents, c’est avec beaucoup de plaisir que l’on feuillette le livre Maman a un plan – En famille sur la route. Les trucs, conseils, coups de cœur, bonnes adresses, trouvailles, informations diverses qu’on y trouve sont d’Odile Archambault qui a fondé le blogue Maman a un plan (mamanaunplan.com) en 2013 et de Marianne Prairie qui l’y a rejointe deux ans plus tard. Les photos sont de Caroline Dostie. Toutes trois mamans, ces femmes unissent leurs forces pour suggérer de bons plans pour que toute la marmaille profite au maximum de ses vacances. Chez Parfum d’encre

Cet article a d’abord été publié, le samedi 7 avril 2018, dans la chronique Trucs pour voyageurs, du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

9 conseils pour randonneurs

Les spécialistes de la randonnée étant de véritables connaisseurs, cette chronique offre plutôt des conseils à ceux qui débutent et veulent éviter les inconforts et les mauvaises surprises.

PHOTO FOTOLIA

1. Sac à dos

Pour éviter les erreurs, le mieux est toujours de se rendre dans un magasin spécialisé et de demander l’avis d’un vendeur. Les sacs de bonne qualité offrent des ajustements possibles pour épouser la forme du corps et bien distribuer la charge. Il faut aussi s’assurer de prendre le volume (taille) dont on a réellement besoin. Acheter plus grand « au cas où » est une erreur.

2. Imper-respirant

Un imper-respirant (muni d’une membrane qui laisse sortir l’humidité et la chaleur, mais ne laisse rien pénétrer) est sans doute le vêtement le plus utile. Il protège de la pluie, du vent, du soleil, mais ajoute aussi une couche pour se réchauffer.

3. Bottes

C’est certainement l’équipement le plus important du randonneur. Il faut choisir la bonne botte en fonction du type de rando qu’on veut faire. Éviter de se laisser tenter par le « gros » modèle rigide, lequel pour de courtes randonnées sans terrain extrêmement accidenté sera très inconfortable. Pour des randos simples, un soulier de randonnée fait très bien l’affaire. Pour des randos un peu plus avancées, on choisit une botte qui va un peu plus haut sur la cheville. Note : il est très important de « casser » ses bottes neuves avant un voyage. On les porte dans la rue, dans nos activités, jusqu’à ce qu’elles soient plus souples. Pour se protéger des intempéries et de la boue, on peut ajouter une paire de guêtres.

4. Bâtons

Ils font la différence entre être capable de faire un ou plusieurs jours. La charge du sac à dos est partiellement répartie sur les bras, et ça aide les genoux à la descente.

5. Eau des cours d’eau

Partir avec le maximum d’eau sur soi (environ deux bouteilles d’un litre minimum). On peut ajouter un sac de type « Camelback » qui se range dans un compartiment du sac à dos. Le poids de l’eau diminue au fil de la journée, ce qui est agréable ! Idéalement, ne jamais boire dans les cours d’eau, car même avec les filtres et produits, c’est dangereux.

6. Trousse premiers soins

Quelques sachets de Betadine liquide (désinfectant puissant pour accidents seulement), de petits ciseaux, une pince à sourcils pour enlever les échardes, de la « moleskin » (sorte de pansement pour mettre sur les ampoules), des tampons d’alcool ensachés, un grand bandage élastique rose (pouvant soutenir un membre blessé).

7. Carte ou GPS

Trouver le début des sentiers est souvent un défi. Avant le voyage, faire les recherches et bien l’identifier sur une carte papier ou un GPS (application GPS, ou encore GPS portable). Apporter son guide qui décrit les randonnées, donne des trucs sur les endroits où l’on risque de se perdre, détours, etc. Note : si on utilise son téléphone pour le GPS, s’assurer qu’il est chargé au maximum. Sinon, avoir une batterie de secours, ou encore un chargeur à énergie solaire.

8. Sifflet FOX40

Un essentiel en randonnée ! C’est un sifflet qui se fait entendre super loin en cas d’accident.

9. Couteau

Couteau suisse ou lame simple. Multiples usages. Peut couper des sangles. On ne sait jamais, ça peut même sauver des vies !

Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du 24 mars 2018 dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI