Archives de Catégorie: road trip

Virginia Beach – La station balnéaire…où l’on aime revenir

VIRGINIA BEACH, Virginie | Certaines destinations possèdent un tel pouvoir d’attraction que même le passage du temps n’arrive pas à faire pâlir leur étoile. C’est le cas de Virginia Beach. Mais quel est donc ce pouvoir de séduction ? Pour comprendre, il suffit de s’y rendre.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach. L’immense statue de Neptune veille sur la longue promenade en bord de mer

 

S’il est vrai que son long ruban de sable blond (56 km), léché par des eaux chaudes, ramène les visiteurs année après année, cette destination fait aussi montre d’un dynamisme incroyable pour offrir des activités originales et séduisantes.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
Marcher sur la plage au coucher du soleil

À chacun sa plage

Au sud, dans le Back Bay National Wildlife Refuge, la plage n’est pas accessible. Elle est réservée aux oiseaux et autres animaux que l’on croise, à pied ou à vélo, dans les sentiers de randonnée.

Adjacent à ce territoire protégé, le False Cape State Park est le lieu de tous les plaisirs (canot, kayak, vélo, randonnée) et s’il est possible de s’y baigner ou même d’y camper, il faut mériter cette chance, car on ne peut y accéder qu’en marchant ou en pédalant 10

The Cavalier

km, les autos y étant interdites.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
En vélo dans le False Cape State Park

On arrive ensuite aux trois plages publiques, celle de la Promenade tout particulièrement appréciée des surfeurs et des badauds qui s’immortalisent près de la statue de Neptune qui veille sur son boardwalk de 5 km. Vient ensuite Sandbridge, calme et sereine, et enfin, plus au nord, celle plus familiale de la baie de Chesapeake.

Photos : Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.
La passerelle qui mène à la plage familiale de la baie de Chesapeake

Tant de choses à voir et à faire

Ville sportive, dynamique et prônant un mode de vie sain, la principale station balnéaire de la Virginie compte de nombreux restaurants dont les menus regorgent de produits locaux. Au New Earth Farm, on peut même apprendre à faire ses propres marinades ou suivre des cours de cuisine.

À cela s’ajoutent plusieurs arrêts dégustation. Des bières à la Commonwealth Brewery Company, une vodka artisanale à la Chesapeake Bay Distillery et des vins à la Mermaid Winery, qui offre également une très bonne table.

Mais la configuration de cette ville toute en longueur invite également aux longues randonnées, en forêt, mais surtout en bord de mer. Par beau temps, les sorties en bateau ou en kayak à la rencontre des dauphins ou l’initiation au surf, au « paddleboard » ou au parapente comblent nos besoins d’évasion et d’adrénaline.


L’hôtel The Cavalier

The Cavalier

Virginia Beach possède de nombreux hôtels de toutes catégories, mais aucun ne fait d’ombre à cette belle d’autrefois qu’est The Cavalier. Inspiré par l’architecture de Monticello (résidence de Thomas Jefferson, 3e président américain), l’hôtel a été construit en 1927. Depuis son ouverture, il a vu défiler de nombreuses célébrités dont 10 présidents américains.

Pour un séjour luxueux, on opte pour l’une de ses 85 chambres (23 suites) dans lesquelles les chiens sont les bienvenus. Sur place, on profite des cours de mixologie qu’on y offre et l’on visite la Tarnished Truth Distillery. Enfin, on joue les riches et célèbres en profitant des installations du Cavalier Beach Club en front de mer. Seul problème, on ne veut plus repartir !

cavalierhotel.com

QUELQUES COUPS DE CŒUR À VIRGINIA BEACH

Military Aviation Museum

Photo : Lise Giguère
C’est à bord de cet avion de la Seconde Guerre mondiale que, par temps clair, on peut s’offrir le frisson d’une envolée.

On trouve dans ce musée la plus importante collection privée d’avions des deux grandes guerres. Les plus audacieux peuvent même s’offrir un vol dans un authentique appareil de la Deuxième Guerre mondiale. Inoubliable !

militaryaviationmuseum.org 

Oceana Naval Air Station

PHOTO: Lise Giguère
Dans le parc historique de l’Oceana Naval Air Station, un F14 comme celui que pilotait Tom Cruise dans Top Gun.

Les 22-23 août, le Oceana Naval Air Station sera ouvert au public. On s’y rend pour voir décoller les F-18 et pour admirer les Jets utilisés par la Navy pendant les guerres. On en profite pour se photographier près du F 14 (ci-haut) identique à celui que pilotait Tom Cruise dans le film Top Gun.

Les murales du ViBe District

Photo; Lise Giguère. L’une des murales du quartier ViBe

Ce quartier est en pleine expansion et, en plus des murales, on y trouve d’étonnantes boutiques et des restaurants branchés.

Pleasure House Oysters

Ostréiculteur passionné, Chris Ludford propose d’originales sorties en mer à la découverte des huîtres. On apporte sa bouteille de vin et Chris fournit les huîtres qu’il sort directement de ses cages dans la mer. Il ouvre ensuite les mollusques que l’on déguste dans son bateau ou… les pieds dans l’Atlantique ! L’ostréiculteur a commencé cette activité à la demande d’un chef désireux de tout connaître sur les huîtres.

PHOTO: Lise Giguère
L’un des moments forts du voyage, lorsque Chris Ludford puise des huitres fraîches dans la cage qu’il vient de sortir de la mer.

pleasurehouseoysters.com


First Landing State Park

Photo: Bureau du tourisme de Virginie – First Landing State Park

Ce parc est le lieu de débarquement des premiers colons anglais (1607). Avec son terrain de camping parfaitement aménagé et ses sentiers de randonnée dans une forêt de cyprès couverts de mousse espagnole, le site est tout simplement magique.

Bon à savoir

  • On s’y rend par la route : 12 h de Montréal ou 14 h de Québec.
  • Le Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach propose, toute l’année, des rabais de 15 à 35 %, selon la saison.
  • En septembre et octobre, les prix sont moins élevés, les visiteurs sont moins nombreux et l’eau y est plus chaude. À considérer !
  • Info : VisitezVirginiaBeach.com

Ce voyage a été rendu possible grâce au Bureau du tourisme et des congrès de Virginia Beach.

Ce texte a été publié, le samedi 30 juin 2018, à la Une du cahier Voyages du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI. On a également pu le lire sur le site web de TVA Nouvelles, ICI.

NOTE:

Ci-bas,  je vous place quelques ajouts qui ont été retiré du texte publié dans le Journal, par manque d’espaces

Virginia Beach pour tous

Avec un slogan comme Live for Life, Virgina Beach souhaite que tout le monde (personnes à mobilité réduite, en chaises roulantes et mamans poussant des carrosses)puisse profiter de ses beautés. Quatre accès sont aménagés pour accéder à la mer et au Grommet Island Park, un parc d’amusement construit à l’initiative de Bruce Thompson, dont le fils, Josh, autrefois surfeur, est atteint de la maladie de Lou Gehrig !

PHOTO: Lise Giguère
Le Grommet Island Beach Park un parc d’amusement pour les enfants et les a

À noter qu’au centre d’interprétation du First Landing State Park, on offre également des chaises roulantes avec roues ballons permettant de rouler jusqu’à la mer.

Aussi:

  • Pour le plaisir de rencontrer des contemporains et de parler français, on se rend à la French Twist Boutique(Annie Reichhoff) ; au Travel-L-Park Campground(Phil Upton) ou au Restaurant Bubba’s(Josee Hionis).
  • Ceux qui connaissent l’histoire d’Edgar Cayce’s, ce medium qui prônait les principes d’une saine alimentation, de l’exercice et du grand air au début du XXe siècle, apprécieront la visite de son Centre de santé situé dans son ancien hôpital, près duquel on trouve aussi un labyrinthe de méditation et un jardin. EdgarCayce.org

 

Publicités

10 trucs pour sauver des sous en road trip

Il existe certains trucs permettant d’économiser lors de voyages en auto. En voici quelques-uns :

PHOTO FOTOLIA

1. On consulte régulièrement le site de la destination choisie. De façon quasi automatique, vous commencerez à recevoir des informations pour cette destination. Dans le lot, il pourrait bien y avoir de bons forfaits.

2. Plusieurs hôtels, restaurants et postes d’essence donnent un rabais sur présentation de la carte CAA/AAA. De plus, plusieurs hôtels offrent des tarifs affaires, d’associations, de séniors (fonctionnaires du gouvernement, FADOQ, etc.). On vérifie.

3. La grande majorité des attractions et de nombreux magasins et boutiques offrent des tarifs spéciaux aux séniors (peut varier de 50 à 65 ans).

4. On utilise les points accumulés sur sa carte de crédit pour rembourser les dépenses reliées à ses voyages.

5. Dès que l’on arrive à destination, on se rend au bureau de tourisme de chaque ville. On fait le plein de brochures et de cartes, et l’on demande les promotions offertes aux touristes : City Pass, musées gratuits, etc.

6. Dans les hôtels, les restos, les pharmacies, partout où l’on trouve des dépliants publicitaires, des magazines ou des journaux gratuits, on les prend pour les consulter. Généralement, ils regorgent de bons de réduction pour les attractions, d’offres 2 pour 1 dans les restos, de suggestions de spectacles gratuits, etc.

7. Aux USA, plusieurs restaurants servent des portions plus que copieuses. Un seul repas peut souvent nourrir deux personnes. De plus, de nombreux restos réduisent leurs prix pour les clients qui mangent tôt (early birds).

8. Si l’on voyage en VR, en camping ou si l’on a une chambre avec réfrigérateur et micro-ondes, on n’hésite jamais à rapporter ce qui reste dans les assiettes.

9. On oublie les cadeaux à rapporter aux amis et à la famille, et on profite pleinement de ses vacances.

10. Enfin, si l’on préfère prendre l’avion, on consulte régulièrement les sites de Transat (www.transat.com), Vacances Sunwing (www.sunwing.ca) Vacances Air Canada (vacations.aircanada.com/fr), WestJet Vacations (www.westjet.com), sans oublier Air France (www.airfrance.ca/), qui mettent régulièrement en ligne des super soldes, des promotions, des forfaits de dernière minute, etc.

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Conseils aux voyageurs du samedi 2 juin, dans le Journal de Montréal ICI et le Journal de Québec ICI 

5 campings au Cap Jersey

Depuis près d’un demi-siècle, les Québécois vivent une véritable histoire d’amour avec Cap Jersey (Jersey Cape). Dès la fin des années 1960, ils ont été séduits par ses plages de sable fin et ses eaux chaudes, ses promenades en bois (boardwalks), les divertissements de Wildwood, d’Atlantic City et d’Ocean City, le calme d’Avalon et de Stone Harbor ou le charme victorien de Cape May. Cet endroit compte toujours une cinquantaine de terrains de camping répartis sur une distance de 48 km. En voici cinq !

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
La plage de Wildwood.

Beachcomber Camping Resort

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Beachcomber compte deux lacs alimentés par des eaux souterraines et une grande plage.

Situé dans un boisé, sur Seashore Road, entre les plages de Cape May, le Boardwalk et Wildwood, ce terrain de camping compte deux lacs alimentés par des eaux souterraines et une très grande plage. On y trouve également six piscines (trois pour les adultes et trois pour les tout-petits). Pour qui souhaite un peu plus de confort, des cabines de style loft (pour six personnes) ou avec deux chambres sont disponibles. Voiturettes de golf, pédalo et kayak sont également offerts en location. www.beachcombercamp.com

Ocean View Resort Campground

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Oceanview Resort Camping possède un joli lac.

C’est le plus grand camping privé de l’État. Situé entre Atlantic City et Wildwood, sur la route 9, ce site magnifiquement boisé se trouve à 4,5 km de l’océan et des plages, mais il offre un lac, des piscines, des terrains de jeux, sans oublier ses 1100 espaces ombragés pour installer sa tente ou son VR. On y offre toutes les commodités et les animaux sont les bienvenus. www.ovresort.com 

Avalon Campground

Situé près du Boardwalk de Wildwood, d’Atlantic City et de l’historique Cape May, ce très beau site tout en sable offre un accès direct (à pied) à la plage d’Avalon. On y trouve plusieurs sentiers de randonnée dans les bois, un terrain de baseball, deux piscines de grandes dimensions et de nombreuses autres activités pour la famille. À noter que les chiens sont acceptés et que de nombreux commentaires font état du souci des propriétaires à parler en français. www.avaloncampground.com

Holly Shore

PHOTO COURTOISIE, CRAIG TERRY, CAPE MAY COUNTY TOURISM
Le camping Holly Shore dispose de 300 grands emplacements de camping ombragés.

Ces dernières années, cet endroit, en activité depuis 1968, a reçu le titre de National Large Park of the year. Situé entre Wildwood et Cape May, il propose des pistes de randonnée menant au N.J. Wildlife Refuge Area pour y faire l’observation des oiseaux. On y trouve 300 grands emplacements de camping complets et ombragés et plus de 40 locations de luxe, des tentes de safari et de minuscules maisons. Il dispose de toutes les commodités nécessaires et propose de nombreuses activités dont certaines sont d’ailleurs réservées aux tout-petits permettant ainsi aux parents de prendre une petite pause. Les chiens de plus d’un an sont permis. www.hollyshores.com

Ponderosa Campground

Situé sur Beaver Dam Road à Cape May Court House, à 4,8 km d’Avalon, ce site propose différentes options et séduit par son raffinement. On y trouve une piscine à l’eau salée dont la configuration facilite l’entrée aux enfants et même aux personnes à mobilité réduite.) De nombreuses activités sont proposées, dont une croisière aux pirates pour les enfants. Les animaux bien élevés sont les bienvenus. www.ponderosacampground.com

► NOTE : Pour plus d’information sur les 50 terrains de camping du Jersey Cape : http://www.thejerseycape.com

• Cet article est d’abord paru dans la chronique Est des USA du journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI du 9 juin 2018

Glamping dans les Montagnes blanches

Si la perspective de passer quelques jours en pleine nature en séduit plusieurs, ce n’est, par contre, pas tout le monde qui a envie de jouer les escargots et de transporter tout son matériel.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Dans une forêt que traversent deux ruisseaux.

Partir en camping sans avoir à trimballer tente, sacs de couchage, réchaud, chaises pliantes, matelas, pompe, sacs de couchage, serviettes et autres objets nécessaires à son bien-être a mené à la naissance du « glamping ». Un mot issu de la contraction de « glamour » et « camping ». Avec des tentes « prêt-à-camper » et des chalets permanents, plus besoin de surcharger son auto et ses sacs à dos puisque tout est fourni sur place.

Maintenant aux États-Unis

Pionnière dans ce domaine, l’entreprise Huttopia s’est d’abord fait connaître au Québec, grâce à un partenariat avec la Sépaq (Société des établissements de plein air du Québec) avant d’installer son tout premier site de villégiature à Sutton, puis aux États-Unis.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Dans une forêt que traversent deux ruisseaux.

Situé dans le New Hampshire, à proximité de North Conway, le Huttopia White Mountain se trouve au bord d’un lac (Iona) avec plage, dans une forêt traversée par deux ruisseaux et, comme son nom l’indique, au cœur des Montagnes blanches.

Sur ce site, en plus des différents types d’hébergement (chalets tout équipés, espaces de camping ou tentes de prêt-à-camper pouvant loger de deux à cinq personnes et fournissant l’électricité, l’eau courante et, dans certains cas, une salle de bain complète), la literie et le matériel de cuisine sont fournis. On trouve aussi sur place une piscine chauffée, des aires de jeux pour les enfants, un marché et un restaurant de type food truck.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
Restaurant de type Food truck.

À peu de distance, une quinzaine de minutes en auto, l’immense terrain de jeux de la forêt nationale des Montagnes blanches s’ouvre aux amateurs de randonnée, d’escalade, de plage ou de photo avec ses nombreux sentiers de randonnées et ses innombrables sommets, dont l’imposant Mont Washington, la plus haute montagne du nord-est des États-Unis (1916 mètres). L’accès à ce dernier se fait d’ailleurs de Pinkham Notch, à seulement 25 minutes du site Huttopia !

Cyclistes et kayakistes trouveront également leur bonheur à peu de distance. Pour les premiers, la Kancamagus Highway, une route panoramique de 54 km menant à 3000 pieds d’altitude, devrait les combler. Les seconds apprécieront la descente de la Saco River, que l’on peut également faire à l’aide de tubes gonflables.

PHOTO COURTOISIE, HUTTOPIA, ROMAIN ETIENNE
On peut s’amuser sur le lac.

Et pendant que les sportifs s’amusent et dépensent leur énergie, d’autres membres de la famille peuvent profiter du fait que le New Hampshire est un État sans taxe et se rendre dans le village de North Conway au Settlers Green Outlet Village faire la chasse aux aubaines. D’autres, enfin, peuvent choisir de profiter des nombreuses attractions (Santa’s Village, mini-golf, glissades d’eau, etc.) que l’on trouve dans ce secteur.

Faut-il s’étonner qu’en 2015, le Lonely Planet ait classé North Conway au 5e rang des meilleures destinations à visiter aux États-Unis ?

À savoir

  • Sur la route vers Boston ou New York, cette destination n’est qu’à 3 h 45 de Montréal et à 1 h 45 des plages du Maine.
  • Des villages Huttopia sont disponibles à Sutton, dans les Cantons de l’Est et à White Mountains (North Conway). Les sites ouvriront le 18 mai.
  • Trois nouveaux espaces de villégiature au Québec et aux États-Unis devraient voir le jour d’ici 2019.
  • Les animaux de compagnie sont les bienvenus.

 www.huttopia.com

  • Ce texte a d’abord été publié le samedi 28 avril 2018, dans le cadre de la chronique Est des USA dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

120 ans à célébrer le lilas!

ROCHESTER, NY | Fleur annonciatrice du printemps, le lilas a, de tout temps, inspiré des peintres, des chanteurs, des poètes et des amoureux. Certains endroits célèbrent même sa floraison en grande pompe. C’est le cas à Rochester, où du 11 au 20 mai prochain, se tiendra le 120e Festival du Lilas de Rochester.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Surnommée The Flower City ou la Ville des fleurs depuis plus de 200 ans, Rochester a toujours fait une grande place aux différentes variétés de cet arbuste aux fleurs odorantes.

PHOTO COURTOISIE, VINCENT SHERIDAN
On profite de son passage pour visiter cette jolie ville.

Une longue histoire

C’est en 1898 que George Ellwanger et Patrick Barry, deux horticulteurs et pépiniéristes, ont fait don de Highland Park à la ville. Depuis ce temps, ce magnifique parc dessiné par le célèbre architecte paysager Frederick Law Olmsted, celui-là même qui a conçu Central Park à New York et plusieurs autres, accueille les amateurs de nature et d’art floral.

PHOTO COURTOISIE, VINCENT SHERIDAN
Highland Park avec ses lilas et sa platebande de 10 000 pensées dont le dessin est différent chaque année.

De nos jours, le Festival annuel de lilas de Rochester est l’un des événements les plus attendus de la région et attire chaque année plus d’un demi-million de visiteurs du monde entier. Il s’agit du plus grand festival gratuit de son genre en Amérique du Nord. C’est également celui qui marque le début de la saison des festivals d’été de Rochester.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Pendant 10 jours, les spectateurs assistent à la spectaculaire floraison de quelque 1200 lilas (500 variétés) à fleurs simples ou doubles, plus ou moins odorantes, qui déploient leurs grappes blanches, mauves ou pourpres dans le Highland Park. Dans ce dernier, poussent également des érables du Japon, 35 espèces de magnolias et 700 variétés de rhododendrons, azalées, lauriers et autres plantes, ainsi qu’une spectaculaire platebande de 10 000 pensées qui forment un dessin, renouvelé chaque année.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Le public a également droit à une grande Parade des lilas, des concerts et spectacles divers, des expositions d’artisanat et de l’animation quotidienne pour les enfants. Ceux qui le désirent peuvent également participer, ou simplement encourager les participants, à la Course lilas du Highland Hospital (5 km et 10 km) qui attire, chaque année, plus de 3000 coureurs.

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI
De nombreux spectacles sont présentés.

Enfin, nouveauté cette année, le Lilac Craft Beverage Expo, trois jours de dégustation et de célébration autour de la bière du vin, du cidre et des spiritueux produits dans l’État de New York.

S’offrir un petit road trip sur les bords du lac Ontario, 90 minutes à l’est des chutes du Niagara, alors que les lilas embaument, ça promet une jolie balade, non ?

PHOTO COURTOISIE, ANDY BUSCEMI

Pour plus d’infos: www.rochesterevents.com

Cet article a d’abord été publié dans la Chronique Est des USA du Journal de Montréal, ICI et du Journal de Québec, ICI

Célébration festive du printemps au Rhode Island

NEWPORT, Rhode Island  |  L’arrivée du printemps s’accompagne presque toujours d’une envie de balade en automobile vers le Sud et son bord de mer. Si on profitait de cette envie d’évasion pour prendre la direction de Newport, au Rhode Island, pour participer à son Newport Daffodil Days Festival, le grand festival de la jonquille ?

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Coucher de soleil sur le pont de Newport.

Depuis l e 14 et jusqu’au 22 avril, la ville aux somptueuses résidences et élégants manoirs, inspirés des palais italiens, des châteaux français et des manoirs élisabéthains, se pare de millions de jonquilles et transporte le visiteur dans le passé glorieux du plus petit État des États-Unis.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Le magnifique manoir Rough Point a été légué à Doris Duke en 1993 alors qu’elle n’avait que 13 ans. L’intérieur est un véritable musée.

Le but déclaré de cette activité est de célébrer le printemps, en incitant les touristes fatigués de l’hiver (on se reconnaît là, non ?) et les résidents locaux à sortir de l’hibernation !

Pendant neuf jours, cet événement annuel, qui célèbre cette année son 5e anniversaire, propose plus d’une vingtaine d’événements festifs et familiaux.

Du plaisir pour toute la famille

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Les jonquilles sont partout pour cette grande fête!

Le tout débute le samedi 14 avril sur les quais de Bowen et Bannister avec la cérémonie du ruban, de la musique et des jeux, sans oublier le couronnement de la Reine de la Jonquille.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Ce port de mer était l’un des plus prospères au XVIIIe siècle.

Célébrer sur ces quais de granit, aux promenades (boardwalk) en briques avec les bâtiments commerciaux du XVIIIe siècle, entraîne le visiteur dans le glorieux passé de ce port de mer qui était alors l’un des plus prospères en Nouvelle-Angleterre.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Même les chienssont de la fête!

Pendant toute la durée du festival, les visiteurs ont accès à certains des plus magnifiques jardins privés, à des promenades shopping, des activités pour enfants, un Daffy Doggies (défilé de chiens), des peintres à l’œuvre parmi les jonquilles, sans oublier le Driving Miss Daffodil, une grande parade de voitures classiques !

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
La couleur jaune est à l’honneur pour célébrer la jonquille.

Les collectionneurs de voitures anciennes sont invités à d’abord s’inscrire (info@audrainautomuseum.org), puis à porter un vêtement jaune (couleur de la jonquille), à décorer sa voiture de jonquilles et à apporter son panier de pique-niques sur la plage d’Easton où les gens de l’Audrain Automotive Museum les escorteront pour un grand défilé le long de la route pittoresque menant à Ocean Drive avec retour le long de l’avenue Bellevue, se terminant à Audrain.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Des spectacles en tout genre sont offerts aux visiteurs pendant ce Festival.

Autre événement d’importance, le Daffodillion à l’hôtel Chanler at Cliff Walk (www.thechanler.com). Au programme : hors-d’œuvre, musique et un toast offert à dame Nature en admirant les centaines de jonquilles posées contre la baie d’Easton. Les profits réalisés lors de cette activité servent pour le don de bulbes remis en octobre et qui servent à l’embellissement de la ville.

Infos: newportdaffydays.com

Cet article a d’abord été publié, le samedi 31 mars 2018, dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Les incontournables de Pâques à New York

Pâques est l’une des belles périodes pour visiter New York. Au fil des décennies, de nombreuses traditions ont été créées pour faire de cette fête un événement des plus festifs. Voici quelques suggestions.

PHOTO FOTOLIA

1. Parade de chapeaux

PHOTO COURTOISIE PHIL KLINE
Pour la Parade des chapeaux, certains New-Yorkais se montrent très créatifs

Si vous possédez des chapeaux extra­vagants, apportez-les dans vos bagages et joignez-vous à la grande Parade des chapeaux qui se tient tous les dimanches de Pâques, entre 10 h et 16 h, sur la 5e Avenue, entre la 49e et la 57e Rue. Depuis 100 ans, cette Easter Parade réunit les New-Yorkais (adultes, enfants et animaux de compagnie) qui arborent des tenues extravagantes avec des chapeaux qui surprennent, étonnent et rappellent les traditions d’autrefois alors que l’achat d’un tout nouveau bibi marquait l’arrivée du printemps. Si vous n’avez pas de chapeau et ne pouvez vous joindre au défilé, le meilleur endroit pour n’en rien manquer est autour de la Cathédrale St. Patrick.

2. Le Macy’s Flower Show

MACYS
L’éblouissement est toujours au rendez-vous chez Macy’s. Ici, l’installation de l’année dernière

Incontournable de toute visite à New York, la virée chez Macy’s permet, au temps de Pâques, un accès privilégié au Macy’s Flower Show au rez-de-chaussée du magasin. Chaque année, l’endroit se transforme en un véritable jardin de rêves où les fleurs aux couleurs magnifiques créent des tableaux spectaculaires qui embaument. Du 25 mars au 8 avril.

3. Jardin de Pâques

PHOTO COURTOISIE TISHMAN SPEYER
Chaque année, des milliers de fleurs sont plantées dans le Channel Garden du Rockfeller Center. On peut, entre autres, y admirer une gigantesque sculpture végétale en forme de lapin de 4 mètres.

Le Jardin de Pâques du Rockefeller Center laisse sans voix. Partout de magnifiques sculptures de végétaux en forme de lapins et d’œufs géants de toutes les couleurs. Une promesse de nombreuses photos.

4. Pique-nique dans Central Park

Si le temps est clément, pourquoi ne pas s’offrir un pique-nique dans Sheep Meadow, là où les New-Yorkais aiment bien flâner ? On profite de son passage dans Central Park pour se rendre du côté est du parc, et admirer les cerisiers en fleurs.

5. Promenade sur High Line

L’ancienne voie ferrée devenue le High Line

Ce parc suspendu de 2,3 km, construit sur une ancienne voie ferrée datant des années 1930, dans le West Side de Manhattan, traverse de nombreux quartiers. En cette période, l’endroit est chargé de fleurs de toutes les couleurs. Accès gratuit de différents endroits du parcours. À l’extrémité sud du sentier, le Whitney Museum propose un spectacle d’art biennal, jusqu’au 11 juin.

6. Pont de Brooklyn

PHOTO COURTOISIE JULIENNE SCHAER
Une marche sur le Brooklyn Bridge offre des points de vue spectaculaires sur la ville.

Une marche sur le Brooklyn Bridge, icône de la culture pop, permet de découvrir Brooklyn, Manhattan et la statue de la Liberté. L’accès est offert 24 heures par jour, mais c’est tout particulièrement au coucher du soleil que la balade est la plus belle. Petit conseil : habillez­­­-vous chaudement.

7. Les cerisiers en fleurs

HOTO COURTOISIE JEN DAVIS
C’est le Hanani, la saison des cerisiers en fleurs

En cette période, c’est le Hanami, la saison des cerisiers en fleurs au Jardin botanique de Brooklyn. On peut y admirer plus de 200 cerisiers, une des plus importantes collections en dehors du Japon.

8. Luna Park

Rendez-vous avec la nostalgie au Luna Park

Pour un petit air de nostalgie, on se rend à Coney Island au Luna Park, un parc d’attractions avec de nombreux manèges historiques, dont le Cyclone, une montagne russe qui date de 1927 !

9. Brunch chic avec vue

Avec sa vue spectaculaire sur la ville, le restaurant The View, situé aux 47e et 48e étages du Marriott Marquis, pivote, et fait le tour de la ville en une heure ! On s’y rend pour son brunch du dimanche qui se surpasse encore pour la fête de Pâques. http://www.theviewnyc.com.

10. Brunch de Pâques en croisière

PHOTO COURTOISIE
La croisière-brunch pascal du Horn- blower’s permet d’admirer les beautés de New York tout en se délectant.

La croisière-brunch pascal du Horn- blower’s permet d’admirer les beautés de New York tout en se délectant.

Croisière-brunch de Pâques au champagne et fontaine de chocolat avec musique de jazz, à bord du Hornblower’s sur le fleuve Hudson, au cours de laquelle on a l’occasion d’admirer plusieurs sites touristiques tels que la statue de la Liberté, l’Empire State Building et le Brooklyn Bridge. hornblowernewyork.com

 

AVEC DES ENFANTS

Chasse aux œufs dans les parcs : si des enfants vous accompagnent, emmenez-les dans les différents parcs new-yorkais pour des chasses aux œufs en chocolat. Le Brooklyn Children’s Museum et le Children’s Museum of Manhattan offrent aussi des chasses aux œufs de Pâques. Dans tous ces endroits, les enfants se font aussi maquiller, peuvent peindre des œufs, participer à des jeux, se faire prendre en photo en compagnie de gros lapins, etc. Il faut cependant apporter ses propres paniers.Pour un petit air de nostalgie, on se rend à Coney Island au Luna Park, un parc d’attractions avec de nombreux manèges historiques, dont le Cyclone, une montagne russe qui date de 1927 !

 Cet article a d’abord été publié dans la chronique Est des USA du Journal de Montreal du 17 mars 2018 ICI et du Journal de Québec ICI