Archives de Catégorie: soins

9 choses à savoir si l’on voyage avec des médicaments ou des appareils médicaux

PHOTO FOTOLIA

1. Si l’on ne voyage qu’une fois l’an et que l’on ne prévoit pas aller dans un pays à risque, il vaut quand même mieux se rendre à la Clinique du voyageur pour s’assurer que tous nos vaccins sont à jour et pour savoir les précautions à prendre. On demande une prescription pour la diarrhée du voyageur ainsi que du Gastrolyte pour la réhydratation.

2. Si l’on part pour quelques mois ou si l’on a connu des problèmes de santé pendant l’année, il vaut mieux rencontrer son médecin et demander son feu vert pour le voyage. On lui demande également le renouvellement de ses prescriptions ainsi qu’une ordonnance supplémentaire, indiquant la dénomination commune et le nom commercial de tous nos médicaments. Ce dernier point peut s’avérer très important si l’on est malade dans un autre pays.

3. On appelle ses assurances pour mettre son dossier santé à jour. Surtout répondre honnêtement à toutes leurs questions. Lorsqu’un ennui de santé survient dans un autre pays, une fausse déclaration pourrait invalider notre contrat d’assurance et ça pourrait alors coûter très cher.

4. À la pharmacie, on se procure les médicaments une durée plus longue que celle du séjour. Si jamais un imprévu arrive et que l’on soit obligé de rester quelques jours supplémentaires, il serait ennuyeux de devoir trouver une pharmacie en urgence, d’espérer recevoir le même produit et surtout d’avoir à tout payer pour, au retour, se farcir les réclamations au gouvernement et aux assurances. Mieux vaut être plus prévoyant.

5. On apporte TOUS ses médicaments avec soi dans le bagage à cabine, idéalement dans leur emballage d’origine. Le mieux est de les placer dans un grand sac transparent (type Zyploc) et d’y joindre le document, remis par la pharmacie, contenant tous les détails.

6. Si des seringues et des aiguilles sont nécessaires pour prendre ses médicaments, il ne faut pas oublier le certificat médical mentionnant ce fait.

7. Si l’on porte un stimulateur cardiaque, une pompe à insuline ou tout autre dispositif médical, on prend soin d’en informer l’agent dès son entrée dans la zone de contrôle de sécurité, idéalement en lui tendant sa carte d’embarquement. Il se peut que ce dernier demande les documents médicaux en preuve.

8. La limite de deux bagages de cabine ne s’applique pas aux fournitures et équipements médicaux.

9. Toutes les compagnies aériennes et tous les aéroports offrent un service d’accompagnement gratuit aux personnes à mobilité réduite qui en font la demande. Il suffit de le mentionner lors de sa réservation ou de se rendre au comptoir Besoins spéciaux de sa compagnie d’aviation, au moment de l’enregistrement. On vérifie qu’à l’arrivée quelqu’un nous attendra avec un fauteuil roulant ou un véhicule électrique.


♦ D’autres informations sont disponibles sur le site du gouvernement du Canada, section Voyager avec une déficience.

Ce texte a d’abord été publié, le samedi 22 septembre 2019, dans le Journal de Montréal ICI et le Journal de Québec ICI

Publicités

7 Indispensables à glisser dans son sac de plage

Que l’on parte sur les plages du Québec, des États-Unis ou que l’on s’apprête à partir dans le sud, il faut bien préparer son sac de plage. Il ne suffit pas de se munir d’un chapeau sympa, de lunettes de soleil mode, de sandales aux couleurs vives et d’une serviette de plage rigolote. Certains indispensables doivent obligatoirement s’y retrouver. Voici une petite liste.

PHOTO FOTOLIA

1. Avant tout, il faut bien choisir son sac de plage. Il doit être étanche, mais également doté d’une fermeture éclair pour éviter que l’eau et le sable y pénètrent, et contenir différentes poches permettant de ranger ses clés, sa carte d’hôtel, etc.

2. Plusieurs sacs étanches (de type Ziploc) pour bien protéger de la pluie ou du sable son cellulaire, sa caméra, sa liseuse électronique, son livre et ses papiers importants. Dans l’un d’eux, on glisse, déjà, une serviette humide qui permettra d’effacer les traces de transpiration, de se rafraîchir et d’essuyer les petits dégâts.

3. Les essentiels de protection : une crème solaire de bonne qualité, offrant une haute protection, pour le visage. Elle doit aussi lutter contre le vieillissement et les rides. Il faut également une crème solaire pour le corps, un baume à lèvres, un brumisateur ou eau thermale pour réhydrater la peau.

4. Une mini-trousse de premiers soins comprenant de petites compresses, des pansements, une crème antiseptique, etc. En vente en pharmacie.

5. Un gel nettoyant sans eau, à base d’alcool. Sur de nombreuses plages, les toilettes se trouvent parfois dans des lieux qui laissent à désirer. On appré­ciera ce produit, surtout si l’on a prévu un pique-nique et qu’on souhaite avoir les mains propres avant de mordre dans son sandwich.

6. Une gourde. Siroter des cocktails colorés toute la journée au soleil peut avoir des effets plutôt néfastes. On oublie les bouteilles de plastique qui n’ont plus la cote et on opte pour une gourde, idéalement thermos, qui conservera notre eau froide, ce qui permettra non seulement de se rafraîchir, mais aussi de diminuer sa consommation d’alcool.

7. Un paréo. Il existe de multiples façons de nouer cet accessoire mode, lequel, en plus de camoufler les petits défauts, peut nous donner un look d’enfer en se transformant en robe, en jupe sexy ou en foulard, tout en protégeant notre peau lorsqu’on a pris suffisamment de soleil. En cas d’oubli de sa serviette, il peut même la remplacer.

Ce texte a d’abord été publié, le samedi 23 juin,  dans la chronique Conseils aux voyageurs du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

5 choses à savoir sur les assurances voyage

Selon l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (ACCAP), plus de 40 % des voyageurs ignorent de quel type de protection ils bénéficient lorsqu’ils voyagent.

ILLUSTRATION FOTOLIA

Tomber malade à l’étranger peut coûter très cher, surtout si l’on doit être évacué en urgence parce que les infrastructures médicales sont jugées insuffisantes. Il vaut mieux bien s’informer. Voici 5 choses à savoir :

1. Plusieurs disent se fier à la protection offerte par leur carte de crédit qui offre une excellente protection. C’est un fait, mais malheureusement, plus on avance en âge, plus cette dernière décroît. Bien vérifier les conditions et restrictions applicables, en appelant au numéro de téléphone inscrit au dos de sa carte.

2. Avant de souscrire une assurance voyage, le Guide sur l’assurance maladie de voyage produit par l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes (ACCAP) est une lecture fort instructive.

►On le trouve sur leur site www.clhia.ca

3. Il existe un vaste choix de produits d’assurance. Il vaut mieux consulter un courtier faisant affaire avec plusieurs compagnies et pouvant trouver celle qui répond le mieux à ses besoins.

►On peut également se rendre en ligne et comparer les offres de 14 d’entre elles sur: securiglobe.com.

4. Au moment de l’inscription à une assurance, il est important de se montrer transparent sur son état de santé et sur sa liste de médicaments, prescrits ou pris à l’occasion. D’ailleurs, l’assureur doit avoir une liste complète, et mise à jour, de tous ces médicaments. Toujours l’aviser si modification, et ce, pendant toute la durée du contrat. Mentir permettra peut-être de sauver des sous, mais en cas de besoin, ces mensonges pourraient occasionner un refus de payer.

5. Si des soins et une hospitalisation sont nécessaires en voyage, il faut obligatoirement téléphoner à son assureur, afin d’obtenir son autorisation, avant que les soins soient donnés. Il faut donc toujours avoir sur soi le nom de la compagnie, le numéro de téléphone pour les joindre en tout temps et le numéro de son dossier. Certains endroits ne prodigueront des soins que sur présentation d’une preuve d’assurance. Certains pays feront parvenir la facture directement à l’assureur, mais dans la majorité des cas, il faudra payer sur place et réclamer au retour

 

Cette chronique est d’abord parue dans la chronique Conseils pour voyageurs du samedi 19 mai du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI.

5 informations pratiques à conserver

1. Utilisation des nouvelles bornes numériques à l’aéroport

PHOTO COURTOISIE

Pour utiliser les nouvelles bornes numériques à l’arrivée au Canada, il faut: télécharger gratuitement l’application Déclaration Canada (Frontière Canada) sur son téléphone intelligent ou sa tablette. On doit ensuite créer son profil de voyageur et répondre aux questions afin de créer un code QR). À l’arrivée, il suffit de balayer ce code à une borne d’inspection ainsi que son document de voyage et suivre les instructions.

2. Voyages à Vélo

PHOTO COURTOISIE

La brochure de Vélo Québec voyage 2018 propose plus de 70 destinations au Québec et à travers le monde. Le tout sous différentes formules : voyages en famille; avec guides accompagnateurs; Sur mesure ; Évènement (lors de grands rassemblements de vélos) ou En liberté pour les cyclistes autonomes. Pour info ou pour consulter la brochure : www.veloquebecvoyages.com

3. Réservation d’autobus partout dans le monde

PHOTO COURTOISIE

Pour faciliter ses déplacements en autobus, l’entreprise montréalaise Busbud, permet de réserver sur plus de 1,4 millions de trajets dans le monde. Disponible sur le web (busbud.com) et en application sur son téléphone intelligent, elle permet de comparer le prix des billets, les services à bord, les horaires et de réserver facilement et ce, partout dans le monde. Un indispensable pour tout voyageur !

4. Attention aux parasites

PHOTO COURTOISIE

Depuis la publication de photos des pieds d’un couple qui aurait contracté une larva migrans cutanée, ou dermatite vermineuse rampante (vers à crochets qui se trouvent dans les selles des chiens ou chats errants), plusieurs s’inquiètent. Pour éviter ce problème, il faut éviter de marcher pieds nus sur les plages ou de s’y coucher, sans matelas et ce, partout dans le monde. Si, malgré tout, au retour, des boursouflures apparaissent, il faut consulter son médecin de famille ou une Clinique de santé des voyageurs.

5. Le château Frontenac fait appel à vos souvenirs !

PHOTO COURTOISIE

Tous les Québécois ont une histoire avec cet icône de la ville de Québec. Photos incroyables, souvenir d’une nuit de noces, d’un anniversaire important, de moments familiaux mémorables, de fêtes inoubliables, de congrès ou autres activités. Certains possèdent même des souvenirs tangibles (verres, cendriers ou équipements divers) qu’ils ont achetés ou… volés !!! Dans ce dernier cas, la direction du Château accorde « l’amnistie » et demande de les rapporter le temps d’une grande exposition qui se tiendra dans la salle de bal lors des journées portes ouvertes des 7 et 8 avril prochain. Cette grande recherche publique d’artéfacts se rattache à un concours permettant de gagner de nombreux prix. Les « souvenirs » peuvent être inscrits au concours à l’adresse : souvenir125@fairmont.com

Cet article a d’abord été publié, le 31 mars 2018, dans la chronique Trucs pour voyageurs du Journal de Montreal ICI et du Journal de Québec ICI 

42h à Pornic

Au 19e siècle, la jolie petite ville de Pornic, située en Bretagne Sud (région des Pays de la Loire), était une station balnéaire très recherchée sur la côte de Jade. Les riches marchands nantais s’y construisaient de luxueuses villas dans lesquelles leurs épouses passaient la semaine, alors que ces messieurs repartaient travailler à Nantes pour revenir par le train du vendredi. Cette habitude a d’ailleurs valu à ce train le surnom de «train des cocus»! Toujours populaire auprès des touristes, elle voit sa population (15 000 habitants) tripler pendant la saison estivale.

Vue aérienne de Pornic

JOUR 1

Depuis plus de 30 ans, les touristes viennent de partout pour jouir des bienfaits de la thalassothérapie en ce lieu. On fera donc comme eux. Au départ de Nantes, il faut compter environ 45 minutes en automobile avant de se garer à l’Alliance Thalasso Pornic, qui surplombe la plage de la Source. Le site est magnifique. Il faut dire que ce centre s’est implanté dans ce qui fut, à la fin du 19e siècle, le Casino de Pornic. C’est aujourd’hui un hôtel moderne et lumineux de 120 chambres, avec bars et restaurants et, bien entendu, l’Espace Forme Thalassothérapie & Spa.

L’Alliance Thalasso Pornic est établi dans ce qui était autrefois le Casino de Pornic. À se s pieds, la plage de la Source

13 h

En attendant de prendre possession de sa chambre, on se rend au restaurant-bar La Terrasse. Là, face à l’océan et à cette petite crique de sable fin, en dégustant les menus légers et les smoothies bio préparés par le chef, on laisse le stress s’envoler. Va-t-on vraiment pouvoir visiter cette jolie ville ou va-t-on plutôt succomber à l’attrait de cet immense centre de thalassothérapie?

S’attabler au bar-restaurant la Terrasse fait disparaître le stress

15 h

C’est finalement la thalasso avec sa piscine d’eau de mer (à 29 ºC), son gym, son sauna, son hammam à l’eucalyptus, sa salle de relaxation et surtout son parcours aquatique de 350 m² d’eau de mer chauffée à 33 °C, ses douches en cascade, ses bains à turbulences et son bassin d’eau froide (idéal pour la récupération) qui gagne. C’est ça, les vacances!

Le Centre de thalassothérapie propose de nombreux jeux d’eau dont cette piscine à jets.

18 h

Petite randonnée sur la grève, près de cette eau d’un vert profond qui lui a valu son nom (côte de Jade), histoire de faire le plein d’air salin après cette journée de détente ultime.

20 h

Repas au restaurant panoramique La Source en laissant son regard se perdre sur la mer tout en dégustant une cuisine traditionnelle bretonne surtout composée de fruits de mer.

JOUR 2

Maintenant qu’on a imité les nombreux curistes et profité des bienfaits du climat marin et des vertus curatives de cette eau de mer, on prend la direction de la ville afin de participer à une visite guidée permettant de connaître son histoire pour ensuite se perdre dans ses petites ruelles.

Dans le Vieux-Port, on apprend que, de l’an 1600 à la moitié du 18e siècle, les pêcheurs de Pornic étaient appelés les Terreneuva parce qu’ils pêchaient la morue à Terre-Neuve. Partis six mois, ils devaient, afin de s’assurer d’être justement payés, couper la langue de chaque morue pêchée et la conserver. Au retour, il suffisait de compter les langues.

Le quai de Pornic avec, en fond de scène, le château de Barbe Bleue

Du port, on marche jusqu’à la Fraisière, une crêperie devenue un incontournable pour les promeneurs qui s’y arrêtent pour acheter une crêpe ou leur fameuse crème glacée — aux fraises, bien sûr! Difficile de résister et, comme eux, on achète une glace, que l’on déguste sur un muret, d’ailleurs surnommé le Mur de la lèche!

À La Fraisière, on peut faire provision de nombreux produits régionaux, tous à base de fraises.

On emprunte ensuite le trottoir de bois qui mène jusqu’au château ayant appartenu à Barbe Bleue, oui, oui, le même Barbe Bleue dont Perreault s’est inspiré pour son conte. Ce dernier avait cependant plusieurs châteaux et il n’a jamais habité celui-ci, qu’il a laissé à ses soldats. Aucun crime n’y a donc été commis.

L’ancien château de Barbe Bleue est aujourd’hui, une résidence privée

À Pornic, on doute de l’histoire sanglante du personnage accusé, reconnu coupable et pendu pour le meurtre de 700 à 800 enfants. Il les aurait tués lors de séances de magie noire pratiquées dans le but de trouver la pierre philosophale, capable de changer le plomb en or. Selon plusieurs, il aurait été victime d’un complot pour s’emparer de ses biens.

Quoi qu’il en soit, l’endroit est aujourd’hui une résidence privée. La visite guidée par l’Office du tourisme de Pornic  permet d’entrer dans les jardins et de voir le château de très près (pas l’intérieur).

De là, on grimpe un peu pour se retrouver dans la partie médiévale avec ses petites rues, ses halles (jeudi et dimanche) qui datent du 17e siècle et qui furent créées par le seigneur de Ré (qui combattit aux côtés de Jeanne d’Arc), désireux d’écouler les marchandises perçues comme taxes.

On peut goûter les spécialités pornicaises dans de petits restaurants, flâner dans les boutiques et visiter la Faïencerie (1950), connue pour son célèbre bol Petit Breton. Animation tous les jours sur réservation avec atelier de décoration. Les mardis et jeudis, on peut voir les dames peindre les faïences.

Le fameux bol Petit breton qui a rendu célèbre la Faïencerie de Pornic

18 h

On s’attable au restaurant Beau Rivage, sur la plage de la Birochère, où, après un apéro, on succombe à la cuisine de Gérard Corchia et ses poissons frais, qu’il a lui-même choisis dans les filets, à la criée du matin. Un délice qu’on prolonge jusqu’à la tombée du jour.

Pour regagner sa chambre, on emprunte la portion du sentier des Douaniers, qui longe la mer en direction de l’hôtel. Créé en 1791 pour empêcher la contrebande, ce sentier est tombé dans l’oubli au début du 20e siècle, mais les randonneurs qui l’ont découvert et emprunté lui ont donné une seconde vie.

C’est une belle occasion d’admirer cette côte sauvage parsemée de nombreux «carrelets» (cabanes) pour la pêche.

En suivant le Sentier des douaniers, on peut voir de nombreux carrelets ou cabanes de pêcheurs.

Credit: Christophe.Houdart – Tourisme Pornic. Un carrelet au coucher du soleil

À noter: le sentier des Douaniers fait 10 km à Pornic. De nombreuses sections sont ouvertes au public sur toute la côte.


Meilleur temps pour s’y rendre: juillet et août.

Cet article a d’abord été publié dans le Journal de MOntréal, dans la chronique 42h à… On peut la voir ICI
 et dans le Journal de Québec ICI 

Virage écologique pour Hôtellerie champêtre

Plus important réseau d’hôtels et d’auberges indépendants au Québec, Hôtellerie champêtre entame sa 26e année avec un virage novateur et écologique

Tout d’abord, les visiteurs séjournant dans les hôtels et auberges du réseau y trouveront désormais des produits d’accueil (shampoing, gel de douche, revitalisant, lotion, sels de bain et savon) de marque entièrement québécoise. C’est en s’associant avec Laboratoire Cosmepro et Oneka qu’il a été possible de créer la ligne Taïga. Hôtellerie Champêtre devient ainsi le premier regroupement d’hôteliers à offrir des produits québécois à ses clients.

IMG_8917

Une autre première

Grâce à une association avec l’organisme Clean the World qui récupère et transforme les produits d’accueil dans quelque 4 000 hôtels à travers le monde, ces produits, entièrement recyclables, seront triés et traités puis distribués à des organismes venant en aide aux personnes dans le besoin, comme Moisson Montréal ou l’Accueil Bonneau.

Dans un hôtel, quand vous voyez ce logo, c'est que les produits d'accueil seront recyclés. Si vous ne le voyez pas et que vous avez entamé un produit, apportez-le pour éviter qu'il ne se retrouve dans les sites de déchets.

Dans un hôtel, quand vous voyez ce logo, c’est que les produits d’accueil seront recyclés. Si vous ne le voyez pas et que vous avez entamé un produit, apportez-le pour éviter qu’il ne se retrouve dans les sites de déchets.

Avec ce programme axé sur l’environnement et l’entraide, le réseau montre un visage écologiquement responsable, une première dans l’industrie du tourisme de la province.

Avec les défis que connaît présentement notre industrie, il était important d’actualiser notre image et l’offre du réseau afin de demeurer l’un des principaux fleurons de l’industrie au Québec, souligne le directeur général de la bannière, Pierre Lalumière.

Trois nouveaux membres

Pas étonnant que trois nouveaux établissements aient été attirés par ce groupe qui fait preuve de dynamisme. Il s’agit de l’Auberge des Peupliers dans Charlevoix, Cap Au Leste au Saguenay Lac Saint-Jean et l’Auberge des Glacis dans la région de chaudière-Appalaches.

Ces nouveaux venus font grimper le nombre de chambres, disponibles via le Réseau Hôtellerie Champêtre, à 1 800 réparties dans 29 établissements de 12 régions du Québec.

Des outils plus performants

IMG_8918Enfin, afin que la clientèle puisse mieux s’informer sur les différents établissements et faire des choix judicieux, le site web et le magazine ont tous deux subi une cure de rajeunissement. Alors que le premier se veut des plus faciles à consulter, le second porte désormais le nom de HC et se présente comme un magazine Arts de vivre offrant non seulement de l’information sur les hôtels et auberges, mais également des conseils, des suggestions et même des jeux. www.hotelleriechampetre.com

 

Dix trucs pour prendre soin de ses bagages

On a tous entendu des histoires d’horreur concernant des voyageurs qui, ayant laissé leurs bagages sans surveillance, se sont retrouvés piégés par des bandits sans scrupules qui ont profité de leur naïveté.

Ces histoires n’arrivent pas qu’aux autres, il est donc de première importance de toujours bien protéger ses bagages. Dans ma chronique Voyager sans risque du Journal de Montréal et du Journal de Québec, vous trouverez dix trucs pouvant vous éviter bien des ennuis….

Pour lire la suite dans le Journal de Montréal, cliquez ICI

Pour lire la suite dans le Journal de Québec, cliquez ICI