Archives de Tag: bonheur

Deux livres à se procurer !

Cette semaine, quelques-uns de mes collègues ont lancé leur livre. Important pour moi de vous en glisser quelques mots. Premièrement parce que ce sont des gens que j’aime et que je respecte et, ensuite, parce que je sais que ces deux livres ont été faits avec professionnalisme, sérieux et respect.

Il y a d’abord Testé et Approuvé

Ce collectif, dirigé par Marie-Julie Gagnon, propose plus d’une centaine d’expériences originalesici au Québec. Le livre idéal à offrir à celui ou celle qui s’imagine qu’il faut obligatoirement quitter le pays pour vivre des activités qui sortent de l’ordinaire. Surprises garanties.

Par exemple, saviez-vous qu’il est possible, à quelques heures de route de Dormir dans un monastère, dans une prison, dans un phare, dans un sous-marin, dans une bulle dans un arbre ou  avec les loups ? Que l’on peut faire du vélo dans les arbres ? Camper sur une île déserte ? Chasser les champignons ?

Ceux qui lisent Marie-Julie ou l’écoutent à la télévision (Salut Bonjour Week end)  ou à la radio (Les Éclaireurs) connaissent  sa fougue, son énergie, sa curiosité, son amour de la vie, mais surtout sa passion pour le Canada et le Québec en particulier. Pour les autres qui la connaissent un petit peu moins, je vous invite à vous rendre sur son blogue Taxibrousse, les pérégrinations d’une techno made. Ça vaut le détour.

Autour d’elle, des journalistes et blogueuses, différentes dans leur approche, dans leur écriture et dans leur expérience, mais toutes profondément amoureuses de leur métier et débordant d’une envie folle de partager leurs découvertes.

Certaines d’entres elles sont mes amies, d’autres sont des collègues rencontrées lors d’un voyage et que je revois chaque fois avec plaisir, d’autres encore me sont encore inconnues (note à moi-même: une lacune à combler).

Ce sont:

• Anne-Marie Parent que l’on peut lire dans le Blogue du tourisme responsable d’Ulysse et dans de nombreux magazines comme Camping-caravaning, Rando-Québec, Canoe Voyages, Tourisme Plus, etc.

• Anne Pelouas du blogue Grouille pour pas qu’ ça rouille chez Ulysse, les tribulations d’une babyboomeuse. On a pu la lire le Monde, Terre Sauvage, La Presse, Découvertes, Canoe et le Huffington Post. Elle est aussi rédactrice en chef pour le site de Découvertes

Jennifer Doré Dallas, du blogue Moi, mes Souliers,

Véronique Leduc, journaliste, blogueuse et gestionnaire de médias sociaux. e;;e est ;a co-fondatrice du magazine Caribou et collabore à Avenues.ca

Pascale Langlois, blogueuse sur sur Scouich.com

Isabelle-Marjorie Tremblay, chroniqueuse, journaliste, animatrice collabore à différents médias notamment ç à l’émission Marina Orsini.

Sarah-Émilie Nault, journaliste et blogueuse ICI. Elle fait également partie du groupe de filles Les Copines en cavale chez Ulysse et on peut la lire sur Canoe,ca, Huffington Post, Vélo Mag, Atmosphère et voyagevoyage.ca

Marie-Eve Blanchard, auteure, chroniqueure  et recherchiste, elle a collaboré à diverses publication.

et l’Acadienne, Marie-Michèle Doucet, historienne et blogueuse sur Entre 2Escales

• Publié chez Parfum d’encre !

Ajoutons à cela, les magnifiques photographies de Mathieu Dupuis.

Le GOÛT DU BONHEUR
Un autre journaliste, Daniel Daigneault, avec qui j’ai eu le bonheur de travailler voilà quelques années, vient également de lancer son livre, À la recherche du bonheur, témoignages de 50 personnalités dévoilent leur notion du bonheur et donnent des conseils pour être heureux, en plus de raconter des moments inoubliables qu’ils ont vécus

 

Un rendez-vous pour de belles confidences qui font du bien et, qui sait, pourraient donner la clé pour ramener un sourire à ceux qui en ont besoin.

Aux éditions La Semaine.

 

 

Parfois, découvrir un auteur, devient un réel bonheur !

Récemment, j’étais invitée à faire une croisière dans les Caraïbes à bord du Costa Deliziosa de la compagnie italienne Costa Cruise. Il s’agit d’une croisière, à prix modique au départ, mais dont les extras peuvent facilement faire exploser l’état de compte si l’on n’y prend garde.

C’est cependant un bateau fort agréable, avec beaucoup d’activités, mais également des endroits plus tranquilles où il m’a été possible de lire. Surtout que, pendant les premiers jours, l’Océan a été tellement agité qu’il a même fallu annuler une escale À Amber Cove en République Dominicaine puisque le port était fermé tant les vagues étaient fortes.

Qu’importe, si j’aime bien le soleil, la mer turquoise et les plages de sable blanc des Caraïbes, je n’ai que rarement l’occasion de me livrer, sans remords, à ma passion de la lecture. Je m’y suis donc donnée à coeur joie.

Comme très bientôt, on pourra voir une série inspirée des romans de l’auteur québécois  Martin Michaud et que je venais à peine de me procurer ces derniers,

img_1465 j’ai donc ouvert le premier, Il ne faut pas parler dans l’ascenseur en espérant qu’il comblerait mon amour pour les thrillers bien ficelés.

Incapable d’abandonner ma lecture une seule seconde, je suis pratiquement passée au travers d’un trait. Je me suis couchée, les yeux rougis de fatigue, en faisant des voeux pour que la mer s’agite encore le lendemain afin que j’entame le Tome 2, la Chorale du diable.

Il en fut de même pour le Tome 3, Je me souviens et le dernier, Violence à l’origine. Pendant 1toutes ces journées, j’ai vogué dans des univers étranges, tentant de résoudre des intrigues ficelées si serrées qu’elles nous tiennent en haleine jusqu’au tout dernier chapitre. Imaginez une minuscule chaîne en or dans laquelle vous tentez patiemment, et en faisant très attention, de démêler les noeuds qui s’y sont formés lesquelles, parfois en se défaisant contribuent à en former d’autres. C’est un peu le sentiment que procure ces histoires pour lesquelles il me semble impossible de trouver le fil conducteur et les coupables avant la fin.

Je me suis attachée à des personnages bien campés, dont les manies et les traits de caractère demeurent fidèles à ce qu’ils sont, tout en évoluant. J’ai déjà très hâte de les retrouver. Bien entendu, je me suis déjà procure Sous la Surface, Quand j’étais Théodore Seabourn, S.A.S.H.A et L’effet Placebo et autres textes,

l-effet-placebo-et-autres-textes quand-j-etais-theodore-seaborn s-a-s-h-a sous-la-surface-3mais je sais déjà que je n’y retrouverai pas l’enquêteur Victor Lessard, sa copine Nadja, sa collègue Jacinthe, le Nain  et tous les autres. Ils vont me manquer.

Quoi qu’il en soit, j’ai fermé ces livres en vouant une profonde admiration au talent de cet  auteur qui mérite de figurer parmi les plus grands noms du genre. Je me demande encore comment il se fait que ses romans ne coûtent pas plus chers. Sur Kobo (liseuse électronique), on peut les avoir pour 11,99 $ chacun, chez Canadian Tire (coffret de 3 livres pour 29,99$), mais le meilleur prix à ce jour est chez Costco (les 4 livres lus pendant la croisière pour seulement 22,99$).

 

Souriez, c’est la Journée du Bonheur !

Hey, le saviez-vous ? C’est La Journée Internationale du Bonheur aujourd’hui !  Eh bien, première nouvelle. Je ne savais pas. Mais s’il y a une chose dont le monde a grand besoin ces temps-ci, c’est bien de bonheur.

Un sondage  d’expédia.ca, révèle que 90 % des Québécois associent leurs vacances à leur état de bonheur général. Plus encore que de trouver  de l’argent (15 pour cent) ou recevoir un remboursement d’impôt (15 pour cent), En fait, il semble  que la plupart des Québécois (85 pour cent) seraient disposés à faire des sacrifices assez importants juste pour s’offrir quelques jours de détente.

Là. je comprends mieux. On ne parle pas nécessairement de longs voyages, mais de courts séjours, dans les environs. Parce qu’il faut bien l’avouer, la peur commence à se faire sentir auprès des voyageurs et nombreux sont ceux qui m’ont avoué avoir rangé leurs valises pour un temps indéterminé.

Peut-on les blâmer ? Des avions  disparaissent, des attentats se produisent dans des endroits que l’on croyait sûr, sans oublier les tempêtes tropicales et la menace terroriste qui plane sur nous comme un vautour affamé, il y a de quoi avoir envie de se rouler en boule dans sa doudou. Et puis, il est bien joli notre Québec, pourquoi ne pas s’offrir de longs week ends à le découvrir ?

Mais revenons à notre sondage qui révèle que   pour un jour de congé supplémentaire par an, les Québécois seraient prêts à renoncer à ce qui suit pendant une semaine :

o   49 % se passeraient de leurs jeux vidéo

o   45 % se sépareraient de leur tenue préférée

o   44 % renonceraient au chocolat

o   39 % laisseraient tomber l’alcool

o   39 % se priveraient de leur téléphone cellulaire/intelligent

o   36 % renonceraient à la télévision

o   31 % se passeraient de café

Malgré le sérieux du sondage, je doute… Personne ne parle de cesser la cigarette. Pourtant, le seul fait de cesser de fumer pendant un an permettrait de s’offrir un magnifique voyage. Quant à se priver de son cellulaire, là je doute vraiment. Quoi qu’il en soit, c’est une bonne idée de s’offrir quelques jours privilégiés avec les siens. Après tout, c’est maintenant que tout le monde est là qu’il faut en profiter.

Pour de petites escapades  spontanées visiter Expedia.ca et surveiller  les promotions et les soldes de dernière minute vers des destinations partout dans le monde entier.

À l’heure actuelle, Expedia.ca organise une promotion vers Las Vegas (réservation avant le 6 avril et voyage d’ici au 21 mai) et une autre vers l’Europe (réservation avant le 13 avril et voyage avant le 30 septembre), toutes deux assorties d’un rabais allant jusqu’à 50 % sur votre séjour dans d’innombrables hôtels lorsque vous combinez le vol et l’hôtel.