Archives de Tag: château

Croisière: au fil des méandres de la Seine

PARIS, France | Bien que seulement 60 km séparent Paris de Rouen, la croisière Paris et le cœur de la Normandie permet de parcourir cette distance sans stress en suivant les méandres de la Seine sur 180 km et en profitant au maximum des beautés de cette région.

La copine venue nous accueillir à l’aéroport n’en revient vraiment pas. « Mais voyons, ça ne prend au maximum qu’une heure trente pour se rendre à Rouen et vous allez mettre sept jours et huit nuits ? »

Elle a raison, bien sûr, mais ce qu’elle oublie, c’est que la Seine se faufile à travers de magnifiques paysages normands entraînant les croisiéristes dans de grands lieux d’histoire et au cœur de paysages qui ont inspiré, et inspirent toujours, de nombreux artistes.

Prendre place à bord

PHOTO COURTOISIE, VIKING CRUISE
La compagnie de croisières norvégienne Viking Cruises possède de longs navires sur tous les fleuves du monde. La croisière sur la Seine se fait à bord du Viking Rinda.

Abandonnant l’enfer de la circulation, les GPS, la recherche d’hôtels et de restaurants, c’est tout à fait détendus que l’on monte à bord du Viking Rinda et que l’on s’installe confortablement pour les sept prochains jours.

Au programme ? Se laisser bercer par le rythme paresseux de ce long et confortable navire tout en admirant défiler les petits villages typiques qui bordent le deuxième plus grand fleuve de France.

Le navire

PHOTO COURTOISIE, VIKING CRUISE
Au lever ou au coucher du soleil, on peut prendre son repas sur la terrasse Aquavit en admirant les splendeurs des rives de la Seine.

Nommé d’après le nom d’une déesse nordique de la Terre, belle et entêtée, le Viking Rinda est élégant, aux couleurs douces et relaxantes. Il offre 95 cabines de belle dimension, avec ou sans balcon, un restaurant, une terrasse où des buffets sont servis, un grand salon avec bar et un pont-terrasse sur le toit d’où l’on a une vue à 360 degrés. En cas de mauvais temps, les larges fenêtres du navire permettent d’admirer les rives tout en restant à l’abri.

 

JOUR 1 : LE PECQ

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Cet hôtel-restaurant de Saint-Germain-en-Laye, en France, n’est autre que la maison dans laquelle est né Louis XIV.

À l’arrivée à Paris, un autobus nous attend pour nous conduire à Le Pecq (45 minutes) où est amarré le navire. L’après-midi­­­, on en profite pour visiter Saint-Germain­­­-en-Laye, lieu de naissance de Louis XIV.

JOUR 2 : PARIS

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE

Alors que le navire demeure amarré à Le Pecq, direction la Ville Lumière et ses incontournables attractions telles que le Louvre, Montmartre, Notre-Dame de Paris et, bien entendu, la tour Eiffel.

JOUR 3 : VERNON

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Château fort construit par Philippe Auguste, au 12e siècle, pour défendre le domaine royal de Vernon, en France.

Au petit matin, réveil à Vernon, porte de la Normandie, et départ pour Giverny dont les magnifiques jardins ont inspiré Claude Monet pendant 40 ans. En après-midi, découverte de Vernon avec ses jolies maisons à colombages.

JOUR 4 : ROUEN

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Rouen. Bombardée par les troupes alliées, en 1944, il a fallu 12 ans pour lui redonner sa splendeur.

Dans la matinée, les passagers profitent de la navigation en admirant les rives de la Seine du pont-terrasse. Ici, les possibilités sont nombreuses. D’abord, le centre historique de Rouen ou la découverte de sa campagne et de ses fermes.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Le Vieux bassin de Honfleur, en France, et ses maisons des 17e et 18e siècles.

Vient ensuite Honfleur, la ville d’où est parti Champlain pour fonder Québec, mais aussi un lieu très souvent immortalisé par les peintres. Les plus sportifs enfourchent un vélo à la découverte de Jumièges.

JOUR 5 : LES PLAGES

PHOTO ADOBE STOCK
Les plages de la Normandie.

our de mémoire ! Les deux visites au programme se rendent sur les plages du Débarquement en Normandie. Les Canadiens se dirigent vers Bayeux et sa magnifique broderie du 11e siècle, inscrite depuis 2007 au registre Mémoire du monde par l’UNESCO, Courseulles-sur-Mer, où les troupes canadiennes ont déchargé des tonnes de ravitaillement après le jour J, et les plages Juno et Gold, où elles ont débarqué. De leur côté, les Américains se rendent au village balnéaire d’Arromanches, puis suivent la côte jusqu’au cimetière et mémorial de Colleville-sur-Mer, dernier lieu de repos de près de 9400 hommes et femmes de service américains.

JOUR 6 : LES ANDELYS

PHOTO ADOBE STOCK
Le Château-Gaillard, construit par nul autre que Richard Cœur de Lion

Exploration du Château-Gaillard, une forteresse construite au 12e siècle par Richard Cœur de Lion, duc de Normandie et roi d’Angleterre. Dominant la petite ville, le château offre une vue imprenable sur la Seine. D’autres choisissent plutôt La Roche-Guyon, un magnifique château sculpté dans les falaises de craie blanche, et son village riverain également du 12e siècle. Enfin, les plus sportifs peuvent descendre la rivière Eure en canoë.

JOUR 7 : LE PECQ

De retour au point de départ, les passagers peuvent explorer Paris à leur guise en profitant des navettes ou choisir de visiter le château de Malmaison, où Napoléon Bonaparte a passé ses derniers jours en France. Le château de Versailles et ses jardins sont également au programme. Cette croisière se termine par une visite de Paris la nuit. Tout pour donner le goût de revenir, quoi !

 

À SAVOIR

  • Type de croisière : croisière fluviale exclusivement en anglais.
  • Coût : à compter de 2499 $. Ce prix comprend sept tours guidés, mais les boissons (en dehors des repas), l’avion et les transferts ne sont pas inclus.
  • Meilleur temps pour y aller : entre mai et octobre.

Le plus

Souvent, en croisière, entendre les explications du guide dans les endroits très fréquentés peut être ardu. Pas avec la compagnie Viking. Chaque passager est muni d’un petit appareil appelé Quiet Vox d’une très grande qualité, même s’il n’est pas de la dernière génération (les nouveaux ont un GPS). On ne perd pas un mot des explications et on se repère facilement si jamais l’on s’éloigne du groupe.

Le moins

Choisir de visiter la Seine sur un navire dans lequel seulement quelques membres du personnel parlent français peut sembler étrange et, dans les faits, ça l’est. Mais pour ceux que la barrière de la langue n’indispose pas, Viking offre d’excellentes prestations et un bon rapport qualité-prix. De plus, certains employés (dont le directeur des programmes Charles Pensa) sont parfaitement bilingues.


www.vikingrivercruisescanada.com

 

Ce texte a d’abord été publié, le samedi 15 septembre 2018, dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

Il a également été publié sous le titre Paris et la Normandie au fil de la Seine sur le site de TVA Nouvelles ICI  

Ainsi que sur le site de Canoe.ca ICI

Publicités

5 sorties à planifier

Tous les voyages commencent par une image, un rêve, une curiosité ou une opportunité. Voici cinq informations pouvant servir d’inspiration.

1. Quand on visite une ville, les petits livres CityPASS®, permettent de visiter de nombreuses attractions à prix réduit. Après des débuts à Seattle et San Francisco, le 11 juin 1997 CityPASS, célèbre aujourd’hui son 20e anniversaire et propose 12 destinations nord-américaines : Toronto, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Houston, New York, Philadelphie, San Francisco, Seattle, Tampa Bay et la Californie du Sud (dont Disneyland, Disney California Adventure Park, SeaWorld San Diego et LEGOLAND Californie).

PHOTO COURTOISE, LEGOLAND

2. En 2015, la comédienne Geneviève Bilodeau et le plongeur professionnel Patrick R. Bourgeois présentaient le documentaire Québec profond – Splendeurs du fleuve-mer qu’ils avaient réalisé. Les revoilà avec un nouveau projet concocté après un été sur la Côte-Nord et ailleurs dans l’est du Québec pour prendre des images de la faune et la flore du fond marin. Leur film sera diffusé en primeur le 20 avril, en ouverture du Festival de Films pour l’Environnement de St-Casimir (du FFPE) dont Geneviève est marraine, et dont le président d’honneur est Jean Lemire ! Il y aura aussi une diffusion à Canal D par la suite, le 25 avril à l’émission Docu-D. http://www.quebecprofond.com

PHOTO COURTOISIE

3. Village Monde, Air Canada, Karavaniers et Lojiq invitent les jeunes du Québec, et de France, passionnés de voyages, intrépides et sensibles à la trace que l’on laisse sur la planète à partir à l’aventure et à s’impliquer grâce aux bourses d’explorations qu’ils offrent. Les inscriptions pour le défi Exploration en Terres Solidaires 2018, ont lieu jusqu’au 16 avril. 10 jeunes explorateurs se verront alors offrir l’occasion de parcourir un pays pendant un mois à la découverte d’initiatives de tourisme durable et solidaire dans des communautés éloignées et à partager leur découverte sur les réseaux sociaux.

4. La visite théâtrale Suivez le chef du Château Ramezay invite les épicuriens curieux à un circuit historico-alimentaire. Pendant 2 h, en compagnie d’un guide/comédien, ils découvriront les racines des traditions alimentaires montréalaises ! Jusqu’au 20 mai.

PHOTO BEN PELOSSE

5. Chaque année Les Grands Explorateurs permettent aux amoureux des voyages de revisiter une destination, de la rêver et d’en discuter avec le conférencier invité. Au programme 2018-2019 : la Corse, l’Alaska, la Cappadoce, la Martinique, la Guadeloupe, Jérusalem et la Chine, sans oublier les deux hors séries : la ville de Mexico et la Slovanie. Les nouveaux abonnés se voient, cette année, offrir la possibilité de gagner une croisière en Alaska. Pour voir la vidéo de présentation : https://vimeo.com/259361248

PHOTO FOTOLIA

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Trucs pour voyageurs, du 14 avril 2018, du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Viking Homeland: Gdansk (jour 8) #VikingStar

Suivi de la Croisière Viking Homeland à bord du Viking Star en mer Baltique

Gdansk – Pologne.

Après une journée en mer à profiter de tous les avantages du magnifique Viking Star, nous voici en Pologne, plus précisément à Gdansk (prononcer Guedansque). C’est dans cette ville, qui s’appelait alors Danzigg, que les troupes Nazis ont mené leur première attaque, le 1er septembre 1939. Personne n’ayant bougé (Français, Anglais, Américains), l’armée Nazi s’est établie ici et a commencé son invasion. C’est une ville qui a énormément souffert de la guerre. Comme les usines produisaient des sous-marins nazis, la ville a été détruite à 90%. Elle a été entièrement reconstruite en 1950-60 en lui donnant des airs d’Amsterdam et tous ceux qui l’ont visitée en sont revenus éblouis.

Picturesque scenery in the Old Town of Gdansk (Danzig) in Poland with Motlava river and the Crane on the far end

Une photo de la vieille ville de Gdansk (Danzig) avec la rivière Motlava  

images-3

Allez donc savoir pourquoi, au lieu de visiter cette ville magnifique,  j’avais choisi une autre excursion. Vous comprenez donc que ces photos ne sont pas de moi. Cependant, sur la route, j’ai quand même pu apercevoir ce magnifique édifice.

IMG_0907- Aréna en ambre

@lisegiguere – Un aréna en ambre, rien de moins.

C’est vrai qu’on trouve beaucoup d’ambre lavé par la mer baltique, surtout les lendemains d’orage. On l’appelle d’ailleurs l’ «Or du Nord»

IMG_0908

@lisegiguere – Et ce magnifique édifice

En ce qui me concerne, je me suis dirigé vers  un château de l’époque médiéval, le Château Malbrock  construit par les Chevaliers Teutons. Terminé en 1406, cette forteresse n’a jamais été prise au fil des siècles. Bien sûr, les bombardements l’ont endommagé, mais elle a été magnifiquement restaurée. C’est aujourd’hui un site protégé par l’Unesco World Heritage.

@lisegiguere -  Le Château Malbrock

@lisegiguere – Le Château Malbrock

IMG_0916 Malbrock Castle

@lisegiguere– Le Château Malbrock

@lisegiguere- Le Château Malbrock

@lisegiguere– Le Château Malbrock avec une photo montrant l’État dans lequel il était après la guerre, en 1945

IMG_0944 Malbrock Castle

@lisegiguere – La chapelle

IMG_0924 Malbrock Castle

@lisegiguere – Une salle magnifique

La chose qui m’a sans doute le plus marqué, c’est le plancher chauffant. En effet, à l’époque médiévale, il pouvait faire très froid en hiver. On avait donc imaginé des trappes sous lesquelles, des foyers étaient installés. Lorsqu’on désirait utiliser la salle, on ouvrait ces trappes et on laissait monter la chaleur. On pouvait alors obtenir jusqu’à 18C.

@lisegiguere - Plancher chauffant médiéval

@lisegiguere – Plancher chauffant médiéval

Au retour, j’ai quand même pu admirer le monument à la solidarité dans le Solidarity Square. En 1970, plusieurs ouvriers du chantier maritime se sont soulevés contre le parti communiste et ils ont gagné. Le président du Syndicat est devenu, plus tard, Premier ministre.

@lisegiguere - Le monument de la solidarité

@lisegiguere – Le monument de la solidarité

Même si fouler un sol où ont vécu des Chevaliers donne toujours un petit frisson, la visite de Gdansk me manque. Je devrai revenir.

À suivre…

Hébergements insolites en Aquitaine (France)

FRANCE | Nombreux sont les voyageurs qui aiment pimenter leur séjour en dormant dans des endroits insolites. La France compte un grand nombre de ces endroits étonnants, c’est pourquoi pour le bien de cet article, nous nous sommes concentrés sur l’Aquitaine où il y a vraiment de quoi être charmés et surpris.

Dormir dans un nid

Dormir dans un nid

Voici donc 5 suggestions vous proposant de dormir dans un château dans les arbres, dans une cuve, dans un nid, dans un arbre ou dans une barrique. Pour lire la suite de ce reportage paru dans le JDM, cliquer ICI ou dans le JdeQ, cliquer ICI

Les châteaux de la Suisse

SUISSE – Connue comme la vallée des châteaux et des lacs, la vallée de Seetal offre de romantiques et paisibles paysages de campagne sur lesquels sont posés des châteaux et des palaces comme Lenburg, Wildegg, Heidegg,  et Hallwyl. Les deux derniers sont ouverts aux visiteurs.

@lisegiguere – La vallée de Seetal vue du château Heidegg

Le château Heidegg qui domine le lac Baldeff et la vallée Seetal propose des visites guidées.

@lisegiguere – Le château Heidegg

Posé dans l’écrin d’un parc et d’un vignoble, ce château abrite un musée. On y apprend l’histoire de cet endroit, habité  jusqu’au XVesiècle par la famille Heidegg. À la fin du XVe siècle, les châteaux sont repris par de riches familles ou des nobles .

Vers 1680, la famille Pfyffer s’y installe. Elle le perd ensuite pendant  la révolution helvétique de 1798 et le rachète en 1875. En 1950, les héritières n’ayant pas eu de descendance,  le château a été offert à la ville en 1950 à la condition de l’entretenir et d’en faire un musée. La demande a été respectée. On continue même d’entretenir le magnifique jardin de roses.

@lisegiguere – Le jardin de roses du château Heidegg

On se rend ensuite au château Hallwyl, l’un des plus importants châteaux entourés d’eau de la Suisse. Cet édifice historique a été construit au 11esiècle et possède un pont levis. Il est situé dans la partie nord du lac Hallwyll sur deux îles de la rivière Aabach. Il est ouvert au public depuis 1925.

@lisegiguere – Le château Hallwyll

À Lire aussi

• Bien entendu, Maurice, mon ourson voyageur m’a accompagnée en Suisse. Vous pouvez lire ses aventures dans Maurice sur les sommets de la Suisse. Cliquer Ici

• La Suisse sans se ruiner. Cliquer ICI

• Jolie coutume Suisse. Cliquer  Ici

• Les précieuses fontaines de Suisse. ICI

• Rencontre inespérée au Mont Pilatus ICI

• Des sculptures qui rendent hommage aux communications. ICI

• La grande classe de Swiss Airlines ICI

• Lucerne, Ville des lumières ICI

• La musique des Alpes  ICI

• Des gondoles pour tous les goûts ICI

Le château de Louis II de Bavière ou de la Belle au bois dormant ?

Le château de Neuschwanstein  est un des bâtiments les plus connus dans le monde. Édifié par le roi Louis II de Bavière, au pied des Alpes, mais sur un  éperon rocheux de 200 mètres.  C’est l’une des haltes importantes de la Route Romantique de la Bavière

Si son extérieur a servi de modèle à Walt Disney pour son Château de  la Belle au Bois Dormant,

son intérieur s’avère plutôt sombre et morbide avec ses nombreux tableaux évoquant l’univers de Richard Wagner que Louis II admirait et aimait.  Chargée, la décoration évoque le monde des Chevaliers du Moyen Age et plus particulièrement de Perceval, auquel Louis II de Bavière s’identifiait. 

Et bien qu’il faille réserver longtemps à l’avance et gravir pendant 45 minutes le chemin qui y conduit, c’est tout de même un endroit à visiter quand on va en Allemagne.

Un château du XIVe siècle dans la Péninsule de Gower

Le château de Woedly, situé dans la Péninsule de Gower au Pays de Galles,  daterait du XIVe siècle, mais les ruines d’aujourd’hui sont plutôt celles de celui de 1500.

@ Lise Giguère - Le château aujourd'hui.

@ Lise Giguère - Photo d'une affiche montrant le château tel qu'il devait être en 1500.

Selon l’illustration qui le montre tel qu’il devait être en 1500, il aurait contenu 45 maisons et une tour de défense rassemblés à l’intérieur de fortifications.

Les premiers documents qui parlent de ce château datent cependant de 1397 ce qui suppose qu’il aurait subi de nombreuses transformations au fil des siècles et de ses différents occupants.

Aujourd’hui, les ruines de ce château, situées sur les terres d’un éleveur de moutons, sont tout de même entretenues par l’État. On peut donc s’y promener sans danger.

@ Lise Giguère -

a

@ Lise Giguère -

@ Lise Giguère

@ Lise Giguère

Dans la tour,  un petit musée  raconte son histoire et celle des autres châteaux   de cette Péninsule d’une si grande beauté  qu’on dit qu’elle aurait été  la première région en Grande-Bretagne à se voir attribuer le titre de Area of Outstanding Natural Beauty.

Pour s’en convaincre, il suffit d’un arrêt à Rhossili Bay, la plus belle plage du Pays de Galles et le rendez-vous des amateurs de surf.

@ Lise Giguère - Rhossili Bay