Archives de Tag: désert

Ogunquit, la plage que l’on n’oublie jamais !

Sur les rives de l’Atlantique, l’immense plage d’Ogunquit a vu défiler des générations de Québécois. Pour eux, cet endroit est devenu un véritable pèlerinage lorsque reviennent les beaux jours.

PHOTO COURTOISIE, MAINE OFFICE OF TOURISM
La plage d’Ogunquit

Il suffit de glisser ses orteils dans le sable chaud de cette immense plage, qui s’étend sur 5 km et qui se donne des airs de désert à marée basse, pour que les images surgissent. On se revoit découvrant la mer avec nos parents, s’y amusant ferme en compagnie d’amis(es), s’y prélassant en amoureux avant d’y revenir avec nos propres enfants et, plus tard nos petits-enfants. Peu importe l’âge, le charme opère.

PHOTO LISE GIGUÈRE
À marée basse, l’immense plage se donne des airs de désert.

L’eau y est froide, c’est vrai, glaciale même quand on y entre les orteils après avoir laissé son corps subir les assauts du soleil pendant quelques heures, mais le coup de fouet ressenti procure un bien fou et, une fois que la température corporel s’est adaptée, on patauge avec délice dans ces vagues folles.

La côte sauvage

PHOTO LISE GIGUÈRE
La Marina de Perkins Cove

Quand le soleil se fait moins violent (l’idéal est au coucher du soleil), on emprunte le sentier Marginal Way, qui relie la plage à Perkins Cove. Cette balade de 2 km entre dans les falaises ¬bordant les rives de l’Atlantique exige qu’on marche lentement, qu’on prenne le temps de respirer, humer, admirer, photographier. Pour ça, des bancs de bois sont prévus.

Puis, c’est Perkins Cove, ce charmant village de pêcheurs dont les petites maisonnettes de bois sont désormais des cafés, des boutiques, des galeries d’art et des restaurants où le homard règne en roi sur les menus.

PHOTO LISE GIGUÈRE
Perkins Cove, les petites maisonnettes de bois sont désormais des cafés, des bo

Le paradis des artistes

Pour de nombreux artistes, Ogunquit est un véritable paradis qui titille leur imagination. En cela, ils rejoignent des personnages colorés comme Gertrude Fiske, Charles Woodbury et autres qui ont immortalisé ces lieux et y ont laissé leur marque, tout au long du XXe siècle.

Le musée d’art américain d’Ogunquit (Ogunquit Museum of American Art), fondé il y a 65 par Henry Strater, un copain d’Hemingway, leur rend hommage.

PHOTO: Lise Giguère
Une salle du musée d’art américain d’Ogunquit (Ogunquit Museum of American Art)

On y retrouve, entre autres, la collection privée de 35 tableaux achetés par ce mécène, pour supporter ces artistes qu’il admirait. Pour revivre cette époque, découvrir les artistes, se faire indiquer les lieux peints sur les tableaux, on demande une visite guidée. (www.ogunquitmuseum.org)

En terminant, un tour du magnifique jardin du musée s’impose. On s’y déplace doucement, dans le calme que troublent uniquement le bruit des vagues et le son des oiseaux, en admirant les plantes, les fleurs, mais surtout les sculptures (parfois étranges) exposées ici et là.

Lise Giguère L’une des étranges sculptures dans les jardins extérieurs du Musée d’art américain d’Ogunquit (Ogunquit Museum of American Art)

Il faut marcher jusqu’à l’arrière pour voir Narrow Cove que les peintres ont immortalisé sur de nombreuses toiles. Une envie folle s’empare alors de nous. Et si on se procurait un chevalet, une toile, des tubes de couleurs, des pinceaux et que l’on tentait à son tour d’immortaliser ce paysage sauvage, mais si beau. C’est un peu tout ça la magie d’Ogunquit !

PHOTO LISE GIGUÈRE
Narrow Cove que les peintres ont immortalisé sur de nombreuses toiles.

Cet article a d’abord été publié, le 14 juillet dans la schronique Est des USA de la section tourisme du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI.

Publicités

5 suggestions de voyages différents et originaux

1. Cyclothon en Islande

PHOTO AFP

Depuis 2012, au mois de juin, c’est le retour du Cyclothon WOW, la plus importante et la plus longue course cycliste en Islande. Les cyclistes parcourent 1358 kilomètres sur les routes les plus pittoresques du pays, découvrant les spectaculaires panoramas naturels de ce pays. On s’inscrit en solo ou en équipe de 2 à 10 membres qui se relaient pour pédaler et conduire le véhicule qui accompagne leurs coéquipiers. Une catégorie spéciale (Hjólakraftur) a même été créée pour ceux qui souhaiteraient tenter l’expérience en famille. Cette sixième édition partira de Reykjavik pour faire le tour de l’île. ►www.wowcyclothon.is

2. Randonnée pédestre dans le désert marocain

PHOTO FOTOLIA

Désertours, voyagiste bien connu pour l’organisation des rallyes Trophée Rose des Sables ou Rose des Andes au cours desquels des femmes se lancent en 4 x 4 à l’assaut du désert, tiendra son tout premier événement pédestre, le trek Rose Trip, en 2018. Cette randonnée nomade, 100 % féminine, aura lieu du 31 octobre au 5 novembre prochain. Elle est réservée aux femmes en quête d’aventures, de dépassement et… qui sont en forme. Les filles sont rassemblées par équipe de trois et devront compléter quatre étapes dont une est consacrée à un défi solidaire au profit de l’Association du Cancer du sein.

www.trekrosetrip.com

3. À vélo dans les Rocheuses

PHOTO FOTOLIA

La Promenade des Glaciers, entre Jasper et Banff, donne accès à un territoire sauvage et majestueux, composé de lacs cristallins, de montagnes enneigées, de glaciers et de larges vallées. Il s’agit de l’une des plus belles routes panoramiques au monde et l’une des plus gratifiantes pour un cycliste. Du 29 juillet au 14 août.

►1 800 561-8747/450-373-8747

velo.voyagesgendron.com

4. L’Inde à moto

PHOTO FOTOLIA

Un voyage qui s’adresse aux motards expérimentés, car la circulation, en Inde, est chaotique et de nombreux chemins sont en terre ou en boue. Heureusement, les motos sont adaptées et un guide national accompagne le groupe pour ce voyage, d’une durée de 20 jours, du 20 juillet au 20 août.

►1 888 907-7712

www.traditours.com

5. La Fierté gaie à Tel-Aviv

PHOTO AFP

Vacances Air Canada (VAC) propose un départ exclusif et direct de Montréal, du 3 au 11 juin prochain afin de célébrer la Semaine de la Fierté gaie à Tel-Aviv. À compter de 3329 $ par personne. Ce prix comprend les vols, l’hôtel pour 7 nuits, les transferts, des circuits privés, les visites guidées de Tel-Aviv et Jérusalem, les taxes et trajets vers Massada et la mer Morte, les droits d’entrée aux soirées Pride (6-8-9 juin) et pour l’ensemble des sites d’intérêt de la semaine Pride.

►1 877 752-7710

www.aircanada.com

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Voyager sans souci du 17 mars 2018 dans le Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

10 trucs à savoir avant de participer à un Rallye dans le désert

Du 16 au 21 avril, de nombreuses femmes de 18 à 65 ans, venues du monde entier, se lanceront dans la grande aventure du Rallye Roses des Andes, en Argentine. Pour celles qui auraient le goût de relever ce genre de défi (un second rallye, le Rose des Sables aura lieu au Maroc en octobre), voici 10 choses qu’il faut absolument savoir, apprendre et maîtriser avant de se lancer dans cette aventure en circuit hors piste en n’utilisant qu’une navigation à l’ancienne (pas de GPS).

@Sarah Bergeron-Ouellet

  1. Seules les femmes de plus de 18 ans et titulaires d’un permis de conduire peuvent s’inscrire.
  2. Il n’est pas nécessaire d’être une athlète, mais il faut avoir le goût du dépassement, du dépaysement ainsi qu’une bonne dose d’énergie et de détermination.
  3. Assister à une soirée ­d’information permet de rencontrer les ­organisateurs et d’anciennes ­participantes, et de leur poser toutes les questions qu’on a en tête.
  4. Une fois décidée, il faut se trouver une coéquipière ou être prête à partir en solo.
  5. Choisir son type de véhicule (4×4, QUAD, SSV, etc.).
  6. Comme ce défi coûte environ 40 000 $ pour l’équipage (la ­location du véhicule n’est pas incluse dans les droits d’inscription), il faut se mettre rapidement à la ­recherche de commanditaires ou organiser des événements permettant d’amasser des fonds, etc.
  7. Il faut suivre une formation de pilote (le désert réserve ­toujours des surprises) et un cours de mécanique de base. Il faut aussi apprendre la navigation, à lire la boussole et à s’orienter.
  8. S’assurer d’avoir des ­vêtements, des chaussures et un équipement adaptés aux ­conditions désertiques (s’il fait très chaud le jour, il peut faire très froid la nuit, surtout en ­Argentine).
  9. Être prête à dormir en ­bivouac, à la belle étoile et parfois dans des conditions ­difficiles en ayant peu d’intimité.
  10. Bien se préparer en se ­lançant toutes sortes de défis avant le départ. Ex.: utiliser sa boussole pour aller au travail. Ça peut faire sourire, mais se ­familiariser avec les instruments pourrait se révéler d’une aide ­précieuse pendant le rallye.

À SAVOIR

Du 16 au 21 avril, on pourra suivre la course en direct sur le site internet Trophée Roses des Andes.

http://trophee-roses-des-andes.com


Il est encore temps de s’inscrire pour le Rallye Roses des sables au Maroc, en octobre. Des soirées d’information ­auront lieu en juin: Québec (le 7); Montréal (le 8); Saguenay (le 12); Rivière-du-Loup (le 13); Sherbrooke (le 14) et Saint-Hyacinthe (le 15).

http://trophee-roses-des-sables.com


Dans le JdeM
Dans le JdeQ

Activités gratuites à faire à San Diego

J’adore la ville de San Diego ! Séduisante à souhait, elle charme les visiteurs avec ses nombreuses plages, sa proximité avec le désert, son parc Balboa, son magnifique zoo, son parc Legoland, etc. Mais saviez-vous que vous pouvez également y trouver de nombreuses activités gratuites ? En voici quelques-unes.

1- 30 plages accessibles au public.

2- Au Balboa Park, le plus grand parc culturel urbain aux États-Unis, on célèbre un pays différent chaque dimanche, on y offre des concerts d’orgue dans le Spreckels Organ Pavilion, on y tient le Festival d’été international d’orgue du centenaire (août), etc.

@lisegiguere - Le parc Balboa

@lisegiguere – Le parc Balboa

3- Le quartier historique Gaslamp à l’architecture victorienne du début du XXe siècle, est aujourd’hui un endroit branché avec magasins, restaurants, discothèques et bars.

4- Old Town State Historic Park, lieu de naissance de la Californie perpétue la tradition mexicaine grâce à des sites historiques, des magasins, des restaurants, des musées, etc.

5- Leçons de pêche à la mouche par le San Diego Fly Fishers Club, les dimanches matins au lac Murray, à La Mesa. Possibilité de prêt de matériel gratuit.

6- Sur le rivage de La Jolla Cove, l’un des sites naturels les plus spectaculaires au monde, on admire les lions de mer qui s’amusent.

@lisegiguere - Admirer les lions de mer

@lisegiguere – Admirer les lions de mer

7- À marée basse, on explore la vie aquatique qui grouille dans les cuvettes d’eau claire et peu profonde de La Jolla Cove et de Point Loma.

8- Au sommet du mont Soledad, à La Jolla, on a une vue spectaculaire (360 degrés) de San Diego.

@lisegiguere - Vue spectaculaire sur San Diego

@lisegiguere – Vue spectaculaire sur San Diego

9- Au sommet du mont Helix, à La Mesa, vue sur tout l’Est du comté.

10- Visite du Centre d’information du Mission Trails Regional Park pour des informations sur les autochtones et les merveilles naturelles de cette région. Le parc offre plus de 64 km de sentiers de randonnée et de pistes cyclables.

11- À Mission Bay Park, 32 km de sentiers de vélos, randonnées ou jogging.

12- Oceanside Municipal Pier, la plus longue jetée en bois sur la côte ouest-américaine (566 mètres).

13- Vélo sur l’emblématique Bayshore Bikeway (39 km).

14- Le long du Waterfront Park, on admire les navires, les sculptures, les monuments et une fontaine d’eau de 253 mètres de long.

15- Promenade (5 km) panoramique de Mission Beach et Pacific Beach.

@lisegiguere - Mission Bay

@lisegiguere – Mission Bay

16- Randonnées dans les sentiers de Torrey Pines State Natural Reserve Park pour admirer les pins de Torrey, de nombreuses espèces animales et des plages vierges.

17- Route panoramique vers le mont Laguna pour des randonnées, du vélo ou un pique-nique.

18- Les chiens (sans laisse) sont les bienvenus sur les plages désignées comme Ocean Beach, Coronado et Del Mar. On peut même les inscrire au concours de frisbee ou, mieux encore, au Unleashed by Petco Surf Dog Competition qui a lieu en juillet à Imperial Beach!

DSC_0312

19- Les peintures murales Parc Chicano racontent l’histoire des luttes et les triomphes de la communauté hispanique locale.

20- Plongée sous-marine ou apnée au large des côtes.

21- Marchés quotidiens pour trouver quelque 200 variétés de produits frais cultivés à San Diego.

22- Le Musée d’art contemporain de San Diego offre l’entrée gratuite aux 25 ans et moins sur présentation d’une carte d’identité valide.

23- Pendant les week-ends d’été, au Flying Leatherneck Aviation Museum, d’anciens pilotes maritimes invitent à prendre place dans le cockpit.

24- Promenade le long de la Lagune Batiquitos à Carlsbad, l’une des rares zones humides restantes de marée sur la côte sud de la Californie. On y admire les oiseaux, les insectes, les plantes, les poissons et autres animaux.

25- Au Seaport Village, le site de l’ancien siège de la police de San Diego, devenu un petit musée, les cellules sont ouvertes au public.

Pour d’autres suggestions: www.sandiego.org

Magnifique Gobi

Transsibérien – Jour   4

Après que le train eut quitté Erlian, il s’enfonce dans la partie mongolienne du Gobi, le plus grand désert du monde qui  s’étend sur 3000 km d’Est en Ouest, mais au Sud de la plaine du nord de la Chine jusqu’en Russie en passant par la Mongolie dont il englobe un tiers de la surface (à peu de chose près la superficie de la France).

Dans notre esprit, le désert est formé de sable fin doré ou orangé et de dunes, mais pas le Gobi. En tout cas, pas dans la partie que nous traversons. Ici, ce sont plutôt des terres arides, de vastes plaines et des chaines de montagnes imposantes.

Le Gobi a aussi ses dunes, mais pour les atteindre il faut s’enfoncer davantage vers le Sud. À partir de la Mongolie, de nombreuses excursions sont proposées dans les dunes, les montagnes et les Canyons.

C’est dans ce désert au visage changeant que Steven Spielberg a tourné son Parc Jurassique. Il faut dire qu’il avait sûrement été influencé par les découvertes des nombreux ossements de dinosaures à Erlian et par les cimetières de dinosaures géants de Burden Bulag et Argalant Ulaan.

La Mongolie étant un pays de nomades, ses habitants vivent dans des GER (prononcer Guerre), des tentes blanches fabriquée en bois et peau de chameau que nous connaissons mieux sous le nom de Yourtes.

@ Lise Giguère

Pour ce premier contact, arrêt dans un campement touristique,

@ Lise Giguère

susceptible d’offrir aux touristes une «expérience» en pays Mongol. Bien sûr, les chameaux étaient présents et la vue de ce jeune Mongol chevauchant (les fesses à l’air) cet énorme chameau a emporté toutes les craintes que pouvaient avoir certains.

@ Lise Giguère

@ Lise giguère - N'est-il pas mignon ?

À l’intérieur de la tente, des spécialités mongols ont été offertes. Des Khuushuur (une sorte de pâte semblable à celle des egg-rolls, mais farci de viande de moutons ou de boeuf); des boortsog (biscuits de beurre frits dans la poêle),  des Boodog (plat préparé à partir de viande de chèvres ou de marmottes), saucisses d’intestins de chèvres ou de moutons, le Buuz (raviolis à la viande de moutons ou de Yaks), etc.

@Lise Giguère

tandis qu’on entendait pour la première fois, le fameux Khoomi, ce chant de gorge si impressionnant qui rend hommage aux esprits et qui s’accompagne généralement du Morin khuur, le violon à tête de cheval dont les cordes sont faites de crin de cheval et qui, dit-on, imite les pas du cheval. Voici à quoi ressemble cet instrument et ce chant.

Après cette performance, le musicien a été rejoint par cette jolie danseuse qui nous a introduit au folklore mongol.

Rapidement, les invités, repus et satisfaits, ont pu admirer le coucher de soleil sur le Gobi (en passant on ne devrait pas dire le désert de Gobi puisque Gobi signifie désert)

@ Lise Giguère

et teinter de rose les chameaux rassemblés

@ Lise Giguère

C’est finalement à la nuit tombante

@ Lise Giguère

Que le Grand Transsibérien Express est venu cueillir sa cargaison humaine directement dans le Gobi.

@ Lise Giguère

NOTE: La visite de cet endroit a eu lieu pendant la «croisière sur rail» du Grand Transsibérien Express, de Pékin à Moscou sur un trajet de 9 500 km.