Archives de Tag: femmes

30 applications pour les voyages

La multitude d’applications disponibles pour nos téléphones cellulaires a totalement modifié notre façon de voyager, que ce soit pour de courtes escapades au Québec ou pour des voyages au long cours. Leur utilité est telle qu’elles ont fait de notre portable notre meilleur compagnon de voyage. En voici 30 dont on ne saurait se passer…

1. Toutes les compagnies aériennes ont leur application. On peut y faire son enregistrement, être informé en direct de tout changement d’horaire et, dans certains cas, avoir accès aux divertissements une fois à bord.

2. Les aéroports ont également leur application (YULi pour l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau, YQB pour celui de Québec, etc.)

3. Google Maps et/ou Maps.me (iOS et Android). Pourquoi louer un GPS quand on dispose d’une de ces applications ? Comme les deux disposent d’un mode hors ligne, on peut télécharger son trajet à l’avance et y naviguer sans se connecter à internet !

4. Trip Case, Tripit ou Google Trip se transforment en agenda. Ils rassemblent en un seul endroit toutes nos réservations (hôtels, croisière, billets d’avion, etc.). Une copie de ce document peut également être créée pour nos compagnons de voyage, la famille ou les amis restés à la maison.

5. Trivago.ca, hotels.com, Booking.com, Airbnb et/ou Expedia.ca permettent de trouver rapidement une chambre dans un lieu donné et au meilleur prix.

6. Si on loue une auto, Gaz Buddy permet un accès aux meilleurs prix pour l’essence à proximité.

7. Around Me indique les restaurants, les cafés, les hôtels, les stations-service, les hôpitaux, etc. se trouvant à peu de distance

8. L’appli Parcs Canada, créée pour marquer le 150e anniversaire de la Confédération, fournit aux visiteurs les informations et les ressources nécessaires pour planifier leur visite et découvrir les trésors cachés et les expériences offertes dans les parcs nationaux, lieux historiques nationaux et aires marines nationales de conservation.

9. Hidden Place donne accès à des lieux moins connus (paysages, plages cachées, grottes, chutes, lagons). Dès cet automne, une fonction hors-ligne permettra  de charger les données avant le départ et l’application s’utilisera ensuite sans internet. Elle est aussi 100 % québécoise !

10. Currency ou Xe Currency. Indispensable pour transformer ses dollars canadiens en monnaie du pays.

11. Cam Card. Cette application permet de scanner les cartes professionnelles au moment même où elles nous sont présentées. Les informations se placent automatiquement dans notre boîte de contacts.

12. Hopper. Cette application québécoise cherche le meilleur moment pour acheter ses billets d’avion et envoie des alertes lorsque les prix baissent.

13. Simple Tip aide à calculer le pourboire que l’on doit laisser dans un restaurant.

14. Waze. Système GPS qui exige toutefois une connexion internet. Elle donne les informations de trafic en temps réel et ces données incluent des accidents, les ralentissements, des alertes d’essence à bas prix, etc.

15. LoungeBuddy. Entre deux escales, elle permet de trouver un salon aéroportuaire (lounge) dans plus de 500 aéroports à travers le monde, et ce, que l’on voyage en classes affaires ou économie. Un assistant d’accès donne une liste des lieux (gratuits ou avec frais), permet d’entrer les détails du voyage, le niveau de service, etc.

16. Google Traduction peut convertir des mots et des phrases d’une langue à l’autre (même hors ligne). Il suffit de choisir une langue de saisie et une langue de sortie, puis taper, dicter son message ou présenter une photo (menu, signalisation, etc.). L’application présente un texte traduit ou un petit message vocal synthétisé.

17. UBER. Avec une présence dans environ 77 pays et 527 villes, cette application est des plus utiles en voyage. C’est tout particulièrement le cas dans certaines villes (à Las Vegas, où il est interdit de héler un taxi dans la rue) ou si l’on se trouve dans certains lieux isolés. Il devient très rassurant de pouvoir suivre l’automobile qui approche et de payer à l’aide d’une carte de crédit, sans frais supplémentaires.

18. City Mapper est un outil précieux pour trouver et utiliser les transports en commun. Il se connecte à quelques services de partage de trajet, offre le moyen le plus rapide d’arriver à destination et, le meilleur de tous, permet de vérifier les heures de métro et de train hors ligne pour un certain nombre de villes.

19. Yelp. C’est un peu comme si on se promenait avec le bottin des pages jaunes du monde entier. Idéal pour trouver les endroits que l’on désire visiter, les restaurants, etc. On peut même y faire ses réservations.

20. Duo Lingo. Pour apprendre et/ou se familiariser avec la langue du pays que l’on s’apprête à visiter.

21. RunGo. Cette appli recense des itinéraires de jogging sécuritaires, dans une ville inconnue. Une navigation vocale guide ensuite les joggeurs dans ces nouveaux environnements. L’appli propose même des « visites guidées » signalant les points d’intérêts et différentes autres informations.

22. Expensify. Pour réaliser un rapport de dépenses, numériser ses reçus, inscrire son kilométrage et ses dépenses basées sur le temps et la conversion automatique des devises.

23. Tourlina. La première application pour les femmes qui voyagent seules et qui leur permet d’entrer en contact et de partager des infos.

24. Flush. Pour repérer les toilettes les plus proches. Elle peut sembler rigolote, mais peut s’avérer d’une grande utilité même si elle dépend des informations données par les utilisateurs.

25. METRO. Pour repérer le trajet des transports en commun à l’étranger.

26. Transit. En tenant compte de notre position géographique, cette application québécoise repère les moyens de transport disponibles à proximité.

27. Bonappetour. Pour entrer en contact avec des habitants prêts à nous accueillir chez eux pour partager un repas. Bien entendu, il faut les payer, mais ça permet de belles rencontres.

28. World Custums & Cultures. Pour tout apprendre sur les coutumes locales (gestes mal vus, sujets à éviter, marques de politesses) de plus de 160 pays et ainsi éviter les faux pas.

29. Hikster. Avec cette appli québécoise, les randonneurs ont accès au répertoire des sentiers balisés de la Fédération québécoise de la marche (Rando Québec) avec une fiche sur chacun des sentiers comprenant des informations comme la longueur, le dénivelé, le niveau de difficulté, les hébergements à proximité, etc.

30. Cycle Map. Une application québécoise permettant de trouver toutes les pistes cyclables de la planète. En tout quelque 2,5 millions de kilomètres de pistes cyclables !

Ce texte a d’abord été publié dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI 

10 trucs à savoir avant de participer à un Rallye dans le désert

Du 16 au 21 avril, de nombreuses femmes de 18 à 65 ans, venues du monde entier, se lanceront dans la grande aventure du Rallye Roses des Andes, en Argentine. Pour celles qui auraient le goût de relever ce genre de défi (un second rallye, le Rose des Sables aura lieu au Maroc en octobre), voici 10 choses qu’il faut absolument savoir, apprendre et maîtriser avant de se lancer dans cette aventure en circuit hors piste en n’utilisant qu’une navigation à l’ancienne (pas de GPS).

@Sarah Bergeron-Ouellet

  1. Seules les femmes de plus de 18 ans et titulaires d’un permis de conduire peuvent s’inscrire.
  2. Il n’est pas nécessaire d’être une athlète, mais il faut avoir le goût du dépassement, du dépaysement ainsi qu’une bonne dose d’énergie et de détermination.
  3. Assister à une soirée ­d’information permet de rencontrer les ­organisateurs et d’anciennes ­participantes, et de leur poser toutes les questions qu’on a en tête.
  4. Une fois décidée, il faut se trouver une coéquipière ou être prête à partir en solo.
  5. Choisir son type de véhicule (4×4, QUAD, SSV, etc.).
  6. Comme ce défi coûte environ 40 000 $ pour l’équipage (la ­location du véhicule n’est pas incluse dans les droits d’inscription), il faut se mettre rapidement à la ­recherche de commanditaires ou organiser des événements permettant d’amasser des fonds, etc.
  7. Il faut suivre une formation de pilote (le désert réserve ­toujours des surprises) et un cours de mécanique de base. Il faut aussi apprendre la navigation, à lire la boussole et à s’orienter.
  8. S’assurer d’avoir des ­vêtements, des chaussures et un équipement adaptés aux ­conditions désertiques (s’il fait très chaud le jour, il peut faire très froid la nuit, surtout en ­Argentine).
  9. Être prête à dormir en ­bivouac, à la belle étoile et parfois dans des conditions ­difficiles en ayant peu d’intimité.
  10. Bien se préparer en se ­lançant toutes sortes de défis avant le départ. Ex.: utiliser sa boussole pour aller au travail. Ça peut faire sourire, mais se ­familiariser avec les instruments pourrait se révéler d’une aide ­précieuse pendant le rallye.

À SAVOIR

Du 16 au 21 avril, on pourra suivre la course en direct sur le site internet Trophée Roses des Andes.

http://trophee-roses-des-andes.com


Il est encore temps de s’inscrire pour le Rallye Roses des sables au Maroc, en octobre. Des soirées d’information ­auront lieu en juin: Québec (le 7); Montréal (le 8); Saguenay (le 12); Rivière-du-Loup (le 13); Sherbrooke (le 14) et Saint-Hyacinthe (le 15).

http://trophee-roses-des-sables.com


Dans le JdeM
Dans le JdeQ

15 choses à savoir pour les femmes qui voyagent seules

Peut-on vraiment combler son désir de voir le monde quand on est une femme seule? Bien sûr, c’est possible. Quelques petits trucs peuvent aider à rendre cette expérience des plus satisfaisantes. En voici 15…

Avant de partir

  • Bien s’informer sur les us et coutumes de la destination choisie. Ce qui est normal dans notre pays pourrait sembler de la provocation ailleurs. Il faut donc observer, faire preuve d’une grande ouverture d’esprit et s’adapter.
  • S’inscrire à un cours de langue. Connaître quelques mots attire la sympathie, permet de demander de l’aide en cas de besoin, mais c’est avant tout un merveilleux moyen de créer des liens.
  • Prendre un petit cours d’autodéfense spécialement conçu pour les femmes. En plus d’aider à maîtriser ses peurs, cela insuffle une bonne dose de confiance, appren­d à mieux analyser une situation à risque, à désamorcer une confrontation par la parole, mais aussi à improviser des armes avec ce qu’on a sous la main et même à maîtriser son assaillant.
  • Porter une alliance. Ce choix exige cependant d’être cohérente et de dire non à toute forme de séduction. Flirter avec la bague au doigt enverrait le message d’une femme à la recherche d’aventures.
  • Dans son téléphone cellulaire, inscrire les coordonnées de l’ambassade du Canada du pays visité. Une fois sur place, ajouter les différents numéros d’urgence.

Dans sa valise

  • Apporter des vêtements sobres qui n’attirent pas trop l’attention. On évite la transparence, les décolletés plongeants, les bijoux précieux, etc. On ajoute un grand foulard ou un châle. Cet accessoire pratique, glissé dans le sac, aura de multiples usages, autant pour se cacher les cheveux dans les lieux religieux, que pour se couvrir les épaules après un coup de soleil.

Sur place

  • On essaie, autant que faire se peut, d’arriver au pays avant la tombée de la nuit. Même chose pour les différentes excur­sions.
  • Même si ce n’est pas nécessairement le cas, il faut essayer de dégager une grande confiance en soi et de savoir exactement ce qu’on fait.
  • Éviter les endroits isolés. S’informer s’il y a des rues ou des quartiers à éviter.
  • Prendre contact avec des femmes du pays. Elles sont généralement flattées qu’on leur adresse la parole et ravies de voir qu’on cherche à s’intégrer. Qui sait? Ce pourrait être le début de belles amitiés. Les marchés et les transports sont de bons endroits pour ces rencontres.
  • S’informer sur les sites qu’on veut visiter, le meilleur moyen de s’y rendre, le prix normal d’un taxi, etc. En général, les gens sont toujours heureux de faire découvrir les beautés de leur pays.
  • Rester vigilante et faire confiance à son intuition. Dès qu’on ressent un malaise, il vaut mieux s’éloigner.
  • Attention aux démonstrations d’affection. Par exemple, un petit bisou, considéré comme tout à fait innocent dans les pays latins, pourrait être fort mal interprété dans une autre culture.
  • Attention également aux flirts. La différence de culture peut entraîner de grands malentendus. Le regard que les hommes posent sur les femmes est une des premières causes potentiel­les de problèmes pour une voyageuse à l’étranger. Il vaut toujours mieux conserver une certaine distance et appren­dre à dire non rapidement et ferme­ment.
  • Enfin, faut-il vraiment ajouter de ne pas ouvrir la porte de sa chambre d’hôtel à un inconnu? De ne pas faire de stop? Et de faire attention avant d’accepter une boisson d’un étranger? Bref, dans un pays étranger comme partout ailleurs, place au GROS BON SENS.

Pour plus d’information: la section «Voyager au féminin» du site officiel du Gouvernement du Canada.

À Lire: Le voyage pour les filles qui ont peur de tout, d’Ariane Arpin-Delorme et Marie-Julie Gagnon, chez Michel Lafon.

Ce texte est paru dans la Chronique Voyager sans souci du Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI

 

Bonne journée de la femme (8 mars)

Ce sera la journée de la femme, ce dimanche ! Si vous habitez Montréal ou si vous êtes de passage,  profitez-en pour  célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes qui ont joué un rôle extraordinaire dans l’histoire de Montréal et de leur communauté.

À cette occasion, Tours Kaléidoscope proposera deux visites guidées, à pied, présentant des femmes qui occupaient le devant de la scène ou travaillaient dans l’anonymat et, dont les actions et les gestes ont concouru à redéfinir le paysage féminin.

Vieux-Montréal au féminin à 11 h

Femmes pionnières, Marguerite Bourgeoys, Marguerite d’Youville, Jeanne Mance et d’autres plus contemporaines qui ont marqué le développement de Montréal. De plus, venez  jeter un coup d’oeil attentif aux différentes facettes de l’histoire et des richesses architecturales de l’arrondissement historique.

Durée : 2 heures

Départ : 350 rue Saint-Paul Est, porte du marché Bonsecours

Prix : 15 $

Quartier des spectacles au féminin à 14 h

Quartier des spectacles

Quartier des spectacles

Saviez-vous que l’actuel Quartier des spectacles n’est autre que l’Ancien Red Light ?  lBerceau des cabarets, des bars et des salles de spectacle de Montréal, de nombreux personnages féminins s’y sont produits:   Lili Saint-Cyr, Murielle Millard, etc.

Durée : 2 heures

Départ : devant le kiosque du service à la clientèle du Complexe Desjardins

Prix : 15 $

Les femmes chefs d’entreprise de la Tunisie se mobilisent

TUNISIE – Aujourd’hui, avait lieu la toute première édition de Notre Belle Tunisie organisée par la Chambre régionale des femmes chefs d’entreprises de l’Ariana. Cet événement qui devrait revenir chaque année, se tenait au Palais Abdellia de Marsa et  avait pour but d’encourager le tourisme et de rappeler que ce pays a beaucoup à offrir.

@lisegiguere - le Palais

@lisegiguere – le Palais Abdelia de Marsa

La Révolution et le marasme qui a suivi a lourdement touché le tourisme et, à plus forte raison l’économie. Cet  événement veut donner un peu d’espoir à tous ceux qui vivent de ce secteur (hôteliers, restaurateurs, artisans, etc.)  et qui ont vu  leurs entreprises stagner. En espérant tourner la page de cette morosité et dans l’espoir de  remettre le tourisme sur la voie du succès, on avait invité de nombreux intervenants.

Tous sans exception ont avoué que la Tunisie avait du retard à rattraper: manque d’infrastructures, sites mal exploitées, excursions mal organisées et surtout tourisme entièrement tourné vers la mer et la plage, etc. Pour tous, il semble évident qu’il faut remettre la découverte culturelle et le Patrimoine au coeur du secteur touristique. Après tout, la Tunisie est un pays où, depuis des millénaire, se sont succédés de nombreuses  civilisations ((Turque, Italienne, Romaine, etc) ) et qui en garde de nombreuses  traces (architectures, palaces, vestiges, etc. )

La formation d’un nouveau gouvernement et la signature d’une nouvelle constitution semblent apporter beaucoup d’espoir, particulièrement chez les femmes tunisiennes qui avaient organisé cet événement.

En signe de bienvenue, chaque invité(e) recevait un petit bouquet de jasmin à son arrivée.

@lisegiguere

@lisegiguere

Rappelant que leur pays est «accueillant, multiculturel et enfin démocratique» les organisatrices avaient  invité des artistes en tout genre à être présent sur le site. On a donc pu admirer les talents d’un graveur

DSC02254- graveur

@lisegiguere – graveur

d’un tisserand

DSC02244- artisan

@lisegiguere – tisserand

d’un calligraphe

DSC02268- calligraphe

@lisegiguere – calligraphe

de danseurs

DSC02275- danseurs

@lisegiguere – danseurs

de designers

DSC02258- costume traditionnel du Cap Bon

@lisegiguere- designers

de bijoutiers

@lisegiguere

@lisegiguere – bijoux

Admirer un défilé de costumes traditionnels de mariage. À noter la différence entre ceux de la ville (beaucoup de dorures) et ceux des régions)

DSC02284

@lisegiguere –

DSC02304

@lisegiguere

DSC02302

@lisegiguere

DSC02296

@lisegiguere

DSC02295

@lisegiguere

DSC02294

@lisegiguere

DSC02292

@lisegiguere

DSC02287

@lisegiguere

DSC02285

@lisegiguere

Et goûter à des mets traditionnels comme

DSC02303- Agneau à la Gargoulette

@lisegiguere – Agneau à la Gargoulette

L’agneau à la Gargoulette est un plat typique de la Tunisie. L’agneau, préparé la veille, est cuit dans une jarre dans la cheminée après avoir mariné dans l’ail, le safran, le clou de girofle, la coriandre, le thym, le romarin et l’huile d’olive. Complètement confit après cette cuisson à l’étouffée, l’agneau à la Gargoulette est servi avec du riz safrané. «Casser la Gargoulette» est signe de convivialité et, traditionnellement, on dit que ça chasse le «mauvais oeil»

@lisegiguere =

@lisegiguere = Madfouna

Le Madfouna est un plat d’origine juive qui a été adaptée et adoptée par les Tunisois. C’est de la viande hachée qui baignent dan des blettes aux épinards. C’est un plat de fête, mais son aspect est plutôt rébarbatif. Il faut un certain courage pour y goûter, mais c’est délicieux.

Bref, la Tunisie a encore beaucoup à faire pour ramener le tourisme, mais des vols directs devraient bientôt nous permettre de s’y rendre directement à partir de Montréal. Voilà qui devrait faire grimper le chiffre des visiteurs Canadiens qui, en 2013, n’ont été que 9 000 Canadiens à s’y rendre.

Qu’auriez-vous fait à ma place ?

Je pense avoir une grande ouverture d’esprit. Que les femmes et les hommes partagent les mêmes espaces ne me pose aucun problème. Qu’on y ajoute les personnes à mobilité réduite m’apparaît tout à fait normal, à vrai dire, ça m’apparaît tellement normal que je n’aurais même pas jugé utile de le préciser. Mais là, je vous avoue avoir eu un choc…EuhIMG_5323C’est vrai que nous étions dans la forêt, mais tout de même. Qu’auriez-vous fait à ma place ?