Archives de Tag: gastronomie

7 bonnes raisons d’aller à l’Île-du-Prince-Édouard

CHARLOTTETOWN, Île-du-Prince-Édouard | Ce qu’elle est belle cette île ! Collines verdoyantes, falaises rouges déchiquetées, lupins colorés, dunes poudreuses, plages dorées ou rouges et mer bleue s’offrent sans pudeur à nos regards.

PHOTO LISE GIGUERE. Petites touches de couleur dans ces paysages bucoliques, les lupins sont partout

Pour ne rien manquer de ses paysages spectaculaires, on roule doucement en laissant nos yeux s’imprégner d’images que même les caméras les plus performantes peinent à rendre. Se rendre à l’Île-du-Prince-Édouard, c’est prendre rendez-vous avec la séduction et la gastronomie.

Voici sept choses à ne pas manquer.

1. La pêche au homard

Photo: Lobster Prince Edward Island – Les pêcheurs de homard au petit matin

Servi dans les restaurants de mille et une façons, le homard est une ressource importante pour les pêcheurs qui en prennent grand soin. En effet, depuis novembre 2014, le Marine Stewardship Council a certifié que la pêche au homard à l’Île-du-Prince-Édouard était durable et bien gérée conformément à sa norme scientifique, mondiale et officielle. Pour s’en assurer, on s’inscrit aux différentes excursions offertes par de véritables pêcheurs de homard. Experience PEI est un bon choix. On y apprend comment pêcher le homard, la cuisson et la bonne façon de le manger pour ne rien perdre de sa délicieuse chair.

experiencepei.ca


2. La gastronomie

PHOTO: Lise Giguere. Lobster Roll et bière au bord de la mer, au Chowder House de Point Prim

Les chefs bénéficient d’une véritable corne d’abondance pour leurs créations : homard, huîtres, poissons, pommes de terre et légumes divers. Voici quelques belles surprises de ce voyage : le Claddagh Oyster House de Charlottetown, le Blue Mussel Cafe de North Rustico, le Lobster Barn Pub & Eatery, sur le quai de Victoria, et le Point Prim Chowder House. Aussi, les samedis, arrêt au Charlottetown Farmers Market pour rencontrer les artisans et les producteurs.


3. Le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard

Photo Lise Giguere. Dans le Parc National de l’ile-du-Prince-Edouard, des falaises couleur de feu en raison en raison de l’oxyde de fer qu’elles renferment qui rouille lorsqu’il est exposé à l’air

Les parcs nationaux et provinciaux s’ingéniant à protéger les plus beaux sites et paysages de l’île, il faut obligatoirement se rendre au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard. Sur 40 km le long de la côte nord de l’île, des points d’observation sont aménagés, de même que des sites de camping et des lieux pour pique-niquer. Les pistes de randonnée et/ou de vélo y sont nombreuses (le Sentier de la Confédération, piste cyclable de 435 km, traverse l’île d’ouest en est.)

www.pc.gc.ca/fr/pn-np/pe/pei-ipe


4. La plage de Cavendish… et les autres

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Les dunes de Greenwich dans le parc national de l’île du Prince-Édouard.

Avec son sable blond, ses dunes et son accès à de belles falaises rouges, la plage de Cavendish est un must. Mais ce n’est pas la seule plage à découvrir sur l’île. Avec 1100 km de littoral, les plages y sont si nombreuses que même les insulaires n’arrivent pas à en préciser le nombre. De plus, les eaux de l’Île-du-Prince-Édouard sont les plus chaudes au nord de la Virginie. Plus chaudes que celles du Maine, eh oui !

cavendishbeachpei.com


5. Le phare de Point Prim

Photo Lise Giguere – Le phare de Point Prim

La plus petite province canadienne a beau ne mesurer que 224 km de long et 64 km de large, son rivage accidenté et ses dunes abritent 63 phares, dont seulement huit sont ouverts au public. Parmi ces derniers, il ne faut pas manquer le phare de Point Prim, le plus ancien de l’île (en service depuis 1845) et l’un des rares ouvrages de maçonnerie de forme circulaire au Canada.

Il y a aussi le phare de Panmure Head (1853), le plus vieux phare de bois de la province ; le phare de West Point (1875), le plus élevé de l’île, sans oublier le phare de Cape Bear (1881), dont on dit qu’il aurait été la première station terrestre à capter les signaux de détresse du Titanic.

pointprimlighthouse.com


6. Le pont de la Confédération

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE, TOURISM PEI
Le pont de la Confédération relie le Nouveau-Brunswick à l’Île-du-Prince-Édouard.

Pour pénétrer sur l’île, il faut prendre l’avion, le traversier depuis la Nouvelle-Écosse ou alors emprunter le pont de la Confédération, qui la relie au Nouveau-Brunswick. D’une longueur de 12,9 km, ce chef-d’œuvre d’ingénierie est le plus long pont au monde à surplomber des eaux qui se couvrent de glace en hiver. Gratuit au moment d’entrer, il faut cependant débourser 47 $ pour en ressortir.

www.confederationbridge.com/fr


7. Le Dalvay-by-the-Sea

PHOTO LISE GIGUERE. Le magnifique Dalvay-by-the-Sea

L’histoire de certains endroits est fascinante. C’est le cas de Dalvay-by-the-Sea. Cette luxueuse demeure de style Queen Anne a été construite en 1895 comme résidence d’été d’Alexander MacDonald, un riche Américain associé aux Rockfeller. Cet endroit retiré, aux limites du parc national, abrite aujourd’hui un hôtel chic et un excellent restaurant. Si possible, on demande une table avec vue sur le lac et sur les centaines d’oies canadiennes qui ont fait de ce site leur lieu de prédilection. Une visite mémorable.

Chambres à compter de 219 $.

www.dalvaybythesea.com

D’autres bonnes adresses

  • À Charlottetown, on revisite l’histoire de la naissance du Canada et de la Confédération en parcourant le quartier patrimonial avec ses maisons historiques. Plusieurs sont aujourd’hui des auberges ou des restaurants. Si l’on aime les petites auberges, on loge au Hillhurst Inn.
  • PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
    Charlottetown.

  • North Rustico et Victoria-by-the-Sea sont deux villages de charme à découvrir.
  • PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
    Au village de charme Victoria-by-the-Sea.

  • Il y a quelques vignobles sur l’île. Les amateurs aimeront l’originalité des vins, comme celui à la rhubarbe et aux fraises proposé à la Rossignol Winery.
  • En savoir plus : tourismpei.com

(Ce voyage a été rendu possible grâce à Tourisme Île-du-Prince-Édouard.)

 

Ce texte a d’abord été publié le, mardi 24 juillet 2018, dans le Journal de Montreal ICI et le Journal de Québec ICI

Publicités

5 sorties à planifier

Tous les voyages commencent par une image, un rêve, une curiosité ou une opportunité. Voici cinq informations pouvant servir d’inspiration.

1. Quand on visite une ville, les petits livres CityPASS®, permettent de visiter de nombreuses attractions à prix réduit. Après des débuts à Seattle et San Francisco, le 11 juin 1997 CityPASS, célèbre aujourd’hui son 20e anniversaire et propose 12 destinations nord-américaines : Toronto, Atlanta, Boston, Chicago, Dallas, Houston, New York, Philadelphie, San Francisco, Seattle, Tampa Bay et la Californie du Sud (dont Disneyland, Disney California Adventure Park, SeaWorld San Diego et LEGOLAND Californie).

PHOTO COURTOISE, LEGOLAND

2. En 2015, la comédienne Geneviève Bilodeau et le plongeur professionnel Patrick R. Bourgeois présentaient le documentaire Québec profond – Splendeurs du fleuve-mer qu’ils avaient réalisé. Les revoilà avec un nouveau projet concocté après un été sur la Côte-Nord et ailleurs dans l’est du Québec pour prendre des images de la faune et la flore du fond marin. Leur film sera diffusé en primeur le 20 avril, en ouverture du Festival de Films pour l’Environnement de St-Casimir (du FFPE) dont Geneviève est marraine, et dont le président d’honneur est Jean Lemire ! Il y aura aussi une diffusion à Canal D par la suite, le 25 avril à l’émission Docu-D. http://www.quebecprofond.com

PHOTO COURTOISIE

3. Village Monde, Air Canada, Karavaniers et Lojiq invitent les jeunes du Québec, et de France, passionnés de voyages, intrépides et sensibles à la trace que l’on laisse sur la planète à partir à l’aventure et à s’impliquer grâce aux bourses d’explorations qu’ils offrent. Les inscriptions pour le défi Exploration en Terres Solidaires 2018, ont lieu jusqu’au 16 avril. 10 jeunes explorateurs se verront alors offrir l’occasion de parcourir un pays pendant un mois à la découverte d’initiatives de tourisme durable et solidaire dans des communautés éloignées et à partager leur découverte sur les réseaux sociaux.

4. La visite théâtrale Suivez le chef du Château Ramezay invite les épicuriens curieux à un circuit historico-alimentaire. Pendant 2 h, en compagnie d’un guide/comédien, ils découvriront les racines des traditions alimentaires montréalaises ! Jusqu’au 20 mai.

PHOTO BEN PELOSSE

5. Chaque année Les Grands Explorateurs permettent aux amoureux des voyages de revisiter une destination, de la rêver et d’en discuter avec le conférencier invité. Au programme 2018-2019 : la Corse, l’Alaska, la Cappadoce, la Martinique, la Guadeloupe, Jérusalem et la Chine, sans oublier les deux hors séries : la ville de Mexico et la Slovanie. Les nouveaux abonnés se voient, cette année, offrir la possibilité de gagner une croisière en Alaska. Pour voir la vidéo de présentation : https://vimeo.com/259361248

PHOTO FOTOLIA

Cet article a d’abord été publié dans la chronique Trucs pour voyageurs, du 14 avril 2018, du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Informations diverses pour voyageurs

Cet été, Via Rail apporte des améliorations à ses horaires, notamment entre Québec-Montréal-Ottawa, dont le nombre hebdomadaire de départs est passé de 10 à 40 avec des liaisons directes les fins de semaine.

Capture d’écran 2016-07-02 à 09.17.53

Augmentation du service également entre Toronto et Montréal, notamment le dimanche. De plus, deux nouveaux arrêts quotidiens ont été ajoutés entre Toronto et Oshawa, ce qui porte le nombre de départs à 12 dans chacune des deux directions.

Les voyageurs sont donc invités à consulter la page www.viarail.ca/nouvelhoraire pour éviter tous désagréments liés à ces changements.

Enfin, pour que les petites familles puissent découvrir ensemble les beautés du Canada, Via Rail propose un tarif enfant à 15 $ pour les 2 à 11 ans (20 juin au 31 août). À noter que les petits de 24 mois et moins voyagent gratuitement en tout temps.

Info: www.viarail.ca/fr/tarifs-et-forfaits/enfants

♦ Avec 4 vols/semaine au départ de Montréal et 6 au départ de Toronto, WOW Air offre aux voyageurs les liaisons les moins chères entre l’Europe et le Canada.

♦ Pour un troisième hiver, Air Canada Express offrira un service de quatre vols directs sans escale (du 23 déc. 2016 au 3 avril 2017) entre Toronto Pearson et l’Aéroport international de Mont-Tremblant, sur une base hebdomadaire. Un service de navette relie l’aéroport au centre de villégiature.

♦ Lufthansa commémorait récemment ses 60 ans de service au ­départ de Montréal. Aujourd’hui, Lufthansa exploite six routes sans escale du Canada vers l’Allemagne: Montréal-Munich, Toronto-Francfort, Toronto-Munich, Vancouver-­Francfort, Montréal-Francfort et Vancouver-Munich

♦ Avec des résultats très satisfaisants sur l’hiver 2015–2016, la Martinique et Air Canada poursuivent leur collaboration sur le marché québécois. La compagnie aérienne offre trois vols par semaine pour la pério­de estivale entre Montréal et Fort-de-France.

FAITES VITE !

Il ne reste que deux jours à la promotion Réservez super tôt de Tran­sat, qui invite à réserver maintenant pour les vacances hivernales dans le Sud et à ainsi s’assurer d’avoir les meilleurs choix tout en profitant des meilleures promotions.

En donnant un dépôt de 100 $, la Garantie baisse de prix de Transat sur les forfaits tout-inclus permet de bénéficier des meilleurs prix de la saison. De plus, cela donne la possibilité de changer de dates jusqu’à trois heures avant le départ; un ­crédit-voyage de 50 $ pour de prochaines vacances et le surclassement à Option Plus pour les forfaits de la Collection Grand Luxe ou Distinction. Cette promotion se termine le 30 juin et s’applique à tous les départs entre le 1er novembre 2016 et le 30 avril 2017 sur les réservations faites au plus tard le 30 juin 2016.

DIVERS

Téo Taxi dédie désormais 10 véhicules de marque Tesla aux usagers souhaitant se rendre ou revenir de l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. Les véhicules peuvent être commandés en utilisant l’application mobile de Téo Taxi disponible sur Google Play et App Store.

♦ L’Auberge Saint-Gabriel, un restaurant de fine cuisine établi dans le Vieux-Montréal depuis 1688, a transporté sa ­gastronomie à l’aéroport. Situé dans la nouvelle zone commerciale de la jetée internationale ­récemment agrandie.

♦ Ceux qui aiment bien voyager avec leurs papilles auraient apprécié la soirée de Gastronomie dominicaine qui s’est tenu récemment au ­Manoir Hovey de North Hatley alors que le chef Giancula Re Fraschini du Relais & Châteaux 5 étoiles Eden Roc Cana (le premier établissement membre de cette prestigieuse association en ­République dominicaine) s’est joint au chef Francis Wolf du Manoir Hovey pour un échange gastronomique. Si, vous prévoyez un voyage en République dominicaine l’an prochain, il faudra bien surveiller cet hôtel puisque le chef du Manoir Hovey s’y rendra à son tour pour rendre la politesse à son collègue. Je vous en reparlerai.

♦ Suite à l’événement tragique qui s’est déroulé à son luxueux complexe hôtelier le Disney Grand Floridian, le parc d’attractions de Disney World en Floride va installer des pancartes informant de la présence possible ­d’alligators et invitant à la prudence.

 CLIA (Cruise Lines International Association) donnait récemment des chiffres confirmant ­l’immense popularité des croisières. En effet, en 2015, 23,2 millions de passagers ont été enregistrés à l’échelle mondiale, soit une augmentation de 4 % depuis 2014. CLIA prédit que ce chiffre grimpera à 24,2 millions en 2016. De plus, ­l’Organisation mondiale des Nations unies du ­tourisme, précise qu’en 10 ans (2004 à 2014), la popularité des vacances à bord d’un navire de croisières a augmenté plus rapidement que celle des vacances terrestres avec une marge de 20 %.

Cette chronique est parue dans le Journal de Montreal ICI

et dans le journal de Quebec ICI 

 

 

Hamburgers à destination !

 

Récemment, une demande étonnante tombait dans ma boite de courriels. Des lecteurs me demandaient de leur dresser une liste des lieux où ils seraient certains de trouver des McDonald. Pour eux, la proximité de ces établissements les rassure et, de plus, le prix étant similaire partout dans le monde, ça leur permet de prendre la mesure du coût de la vie dans le pays visité. Alors, j’ai pensé profiter du fait que, chez les Américains, le mois de mai a été consacré Mois du hamburger et que 2016 marque le Centenaire du pain à hamburger pour dédier cette chronique à ce populaire sandwich.

Capture d’écran 2016-05-03 à 14.35.49

Sans dresser une liste exhaustive, il faut savoir que McDonalds compte plus de 36 000 restaurants desservant plus de 69 millions de clients dans 
plus de 100 pays chaque jour (source : site de McDonald’s global). S’il n’existe pas un lien répertoriant toutes les adresses, le lien suivant répertorie les sites web des McDonald’s à travers le monde, cliquer ICI

Goût d’audace

S’il est vrai que, dans un pays exotique, certains recherchent la bannière affichant le grand M doré, nombreux sont ceux qui salivent à la perspective de découvrir les saveurs et les textures nouvelles de la gastronomie. Désireux de se confronter aux coutumes du pays, d’admirer les paysages, de visiter les palaces, ils souhaitent également que leur hamburger ait un goût d’exotisme.

Pour ces derniers, le guide Le Best of de 2016 du Lonely Planet consacre un chapitre entier aux burgers les plus originaux du monde. En voici quelques-uns :

  • Au Maroc, plus particulièrement à Fes et Marrakech. Le Café Clock propose des Burgers de dromadaire. www.cafeclock.com
  • À Whitehorse, capitale du Yukon, on trouve des burgers de caribou et de wapiti au Klondike Rib & Salmon.
  • À Inuvik en Arctique, le Tonimoes Restaurant du Mackenzie Hotel propose des hamburgers de bœuf musqué.
  • En Islande, le Grillmarkadurinn de Reykjavik sert des burgers de macareux, de renne ou de baleine (Minke). .
  • En Nouvelle-Zélande, au Fergburger on trouve un burger à la sauce kiwi, un burger d’agneau, de chevreuil, diverses variantes de bœuf et poisson et le combiné poulet/porc.
  • Au Cap, en Afrique du Sud, l’Old Biscuit Mill du Neighbourgoods Market sert, tous les samedis, des burgers à l’autruche.
  • À Singapour, le VeganBurg propose le Paleo burger, un burger végétarien qui ne comprend pas de viande bien sûr, mais dont le pain est remplacé par de la laitue fraîche et les frites sont salées aux algues.

Goût de luxe

Le hamburger, autrefois l’apanage des établissements de restauration rapide a trouvé ses lettres de noblesse auprès des grands chefs. Certains se vendent désormais à des prix incroyables.

  • Au Café de l’Emirates Palace de Abu Dhabi des hamburgers de chameau sont saupoudrés de feuilles d’or 24 K. Env 45 $. http://www.kempinski.com
  • Au Royaume Uni, le Glamburger du Honky Tonk se compose de truffes noires et d’une sorte de pâté de crabe importée du Japon. Sur ces deux ingrédients se superposent un peu de homard, du caviar de béluga, un peu de venaison (gibier) et un œuf de canne. Une feuille d’or recouvre le tout. Coût : 2 000 $
  • Au Ritz Carlton. Le WOW Burger est fait de boeuf Wagyu, de foie de canard, sauce à la truffe, oignon caramélisé, cèpes et shiitake (champignons) et de la mayonnaise à la truffe dans un petit pain au tofu créé par le chef Nobu Matsuhisa. Environ 165 $.
  • À Las Vegas, le chef Hubert Keller du restaurant Fleur du Mandalay Bay propose, le Fleurburger. La boulette de bœuf Wagyu est nappée de foie gras, de deux morceaux de truffes noires et d’une sauce à la truffe dans une brioche également à la truffe. En accompagnement, une bouteille de Château Petrus 1995 (2 500 $ la bouteille). Coût $ 5 000 $. À ce prix, le client peut repartir avec son verre Ichendorf dans lequel il a bu son vin et on lui remet un certificat d’authenticité ce qui permet de prouver que l’on a bel et bien mangé un hamburger à ce prix.

Goût de relever un défi ?

  • Au Royaume-Uni, plus précisément à Bristol, l’Atomic Fallout propose l’Atomic Burger, tellement pimenté que les clients doivent signer une exonération de responsabilité, porter des gants de protection, ou encore prouver qu’ils ont plus de 18 ans et sont sobres avant de se mettre à table.
  • À Hove, près de Brighton (Sussex), le XXX Hot Chilli Burger, proposé par le Burger Off, est crédité de 6 à 9 millions d’unités sur l’échelle de Scoville (le Tabasco se situant entre 2 500 et 5 000 unités). On dit que le sandwich aurait déjà expédié plusieurs personnes à l’hôpital. On ne donne pas d’adresse internet. On suggère plutôt de suivre les hurlements !
  • À Memphis, USA, au Kooky Kanuck, le propriétaire Shawn Danko propose de manger son Kookamonga Burger, un hamburger géant de 3,4 kg et 12 000 calories en moins d’une heure ? Env. 40 $ $, mais gratuit si vous relevez le défi.

À savoir

Pour ceux qui aiment se retrouver dans des chaines qu’ils connaissent bien, même si l’on n’y sert pas de hamburger, sachez que PFK compte 18 000 restaurants dans plus de 80 pays et Starbuck a plus de 19 000 établissements dans le monde !

Cet article est également paru dans le Journal de Montréal ICI et dans le Journal de Québec ICI.

Le goût de l’Okanagan

COLOMBIE-BRITANNIQUE – Imaginez que partout où votre regard se pose, il n’y ait que vignobles chargés de grosses grappes et arbres fruitiers ployant sous les pommes, les pêches, les poires, les prunes ou les cerises joufflues.

Ajoutez à cela un paysage de montagne désertique et sauvage et une vallée au fond de laquelle scintille un immense lac d’un bleu azur. Serait-ce le paradis terrestre? Non, c’est la vallée de l’Okanagan!

C’est avec un brin de nostalgie que plusieurs Québécois reviennent dans cette région où, durant leur jeunesse, ils ont cueilli des fruits durant l’été pour payer leurs études. Il faut dire qu’il s’agit de l’une des plus belles de la Colombie-Britannique. Dotée d’un climat tempéré, protégée par les montagnes, bénéficiant de quelque 2000 heures d’ensoleillement annuel et abreuvée par le grand lac Okanagan, elle est l’une des plus chaudes régions du Canada, mais aussi l’une des plus fertiles.

@lisegiguere - Vignoble de la Vallée de l'Okanagan

@lisegiguere – Vignoble de la Vallée de l’Okanagan

Si ses lacs et ses montagnes offrent de multiples possibilités aux sportifs de tout acabit, c’est surtout en suivant les circuits vers les vignobles et les fermes, en rencontrant les producteurs et en goûtant les mets de chefs inspirés qui ont puisé dans cette corne d’abondance, que l’on prend vraiment la mesure de l’Okanagan.

Pour lire la suite de cet article, on va sur Canoe.ca en cliquant ICI

Dans le Journal de Montréal, cliquez ICI

Dans le Journal de Québec, cliquez ICI

Emmener vos papilles en voyage… dans Charlevoix

La Table Agro-Touristique de Charlevoix, l’organisme qui fait la promotion de l’agroalimentaire de la région de Charlevoix, et chapeaute la Route des Saveurs de Charlevoix et ses activités, tiendra son événement-bénéfice annuel la Fête des Saveurs, ce vendredi (27 mars) au Fairmont le Manoir Richelieu de La Malbaie.

@Fairmont Manoir Richelieu

@Fairmont Manoir Richelieu

À cette occasion, 9 chefs de cette région auront pour mandat de mettre en valeur les produits du terroir charlevoisien au cours d’un souper gastronomique sous la thématique Retour à nos origines.

@Fairmont Manoir Richelieu

@Fairmont Manoir Richelieu

Parmi ces derniers : Jean-François Deschamps du Saint-Pub, Sylvain Dervieux de l’Hôtel La Ferme, Gilles Bernard de l’Auberge des Peupliers, Patrick Vallé de l’Orange Bistro, Patrick Turcot du Fairmont Le Manoir Richelieu, Mario Chabot de l’Auberge des 3 Canards, Thierry Ferré du Mouton Noir, Alain Morel de l’Auberge des Falaises et Danye Simard de Chez Bouquet Éco-Bistro. Réservations : 418 435-3673 poste 6905.

 

Célébrons la gastronomie française !

Aujourd’hui, on fête la gastronomie française partout dans le monde. Cette première célébration internationale, intitulée Le goût de la France, fait suite à l’inscription du «repas gastronomique des Français» sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Cet événement, qui rassemblera plus de 1300 chefs sur 5 continents, s’inscrit dans l’esprit des Dîners d’Épicure, créés en 1912 par Auguste Escoffier alors que l’on trouvait le même menu, le même jour, dans plusieurs villes du monde et pour le plus grand nombre de convives.

Au Canada, 18 chefs et restaurants ont été retenus par le jury, présidé par le célèbre chef Alain Ducasse. De ce nombre, 16 restaurants sont situés au Québec (7 à Montréal, 8 à Québec et 1 dans Charlevoix)!

Le restaurant Le Panache de l'Auberge Saint-Antoine, Relais & Châteaux de Québec

Le restaurant Le Panache de l’Auberge Saint-Antoine, Relais & Châteaux de Québec

Pour lire la suite de cet article publié dans le Journal de Montréal, cliquer ICI

Pour lire la suite de cet article publié dans le Journal de Québec, cliquer ICI