Archives de Tag: jaune

Célébration festive du printemps au Rhode Island

NEWPORT, Rhode Island  |  L’arrivée du printemps s’accompagne presque toujours d’une envie de balade en automobile vers le Sud et son bord de mer. Si on profitait de cette envie d’évasion pour prendre la direction de Newport, au Rhode Island, pour participer à son Newport Daffodil Days Festival, le grand festival de la jonquille ?

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Coucher de soleil sur le pont de Newport.

Depuis l e 14 et jusqu’au 22 avril, la ville aux somptueuses résidences et élégants manoirs, inspirés des palais italiens, des châteaux français et des manoirs élisabéthains, se pare de millions de jonquilles et transporte le visiteur dans le passé glorieux du plus petit État des États-Unis.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Le magnifique manoir Rough Point a été légué à Doris Duke en 1993 alors qu’elle n’avait que 13 ans. L’intérieur est un véritable musée.

Le but déclaré de cette activité est de célébrer le printemps, en incitant les touristes fatigués de l’hiver (on se reconnaît là, non ?) et les résidents locaux à sortir de l’hibernation !

Pendant neuf jours, cet événement annuel, qui célèbre cette année son 5e anniversaire, propose plus d’une vingtaine d’événements festifs et familiaux.

Du plaisir pour toute la famille

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Les jonquilles sont partout pour cette grande fête!

Le tout débute le samedi 14 avril sur les quais de Bowen et Bannister avec la cérémonie du ruban, de la musique et des jeux, sans oublier le couronnement de la Reine de la Jonquille.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Ce port de mer était l’un des plus prospères au XVIIIe siècle.

Célébrer sur ces quais de granit, aux promenades (boardwalk) en briques avec les bâtiments commerciaux du XVIIIe siècle, entraîne le visiteur dans le glorieux passé de ce port de mer qui était alors l’un des plus prospères en Nouvelle-Angleterre.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Même les chienssont de la fête!

Pendant toute la durée du festival, les visiteurs ont accès à certains des plus magnifiques jardins privés, à des promenades shopping, des activités pour enfants, un Daffy Doggies (défilé de chiens), des peintres à l’œuvre parmi les jonquilles, sans oublier le Driving Miss Daffodil, une grande parade de voitures classiques !

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
La couleur jaune est à l’honneur pour célébrer la jonquille.

Les collectionneurs de voitures anciennes sont invités à d’abord s’inscrire (info@audrainautomuseum.org), puis à porter un vêtement jaune (couleur de la jonquille), à décorer sa voiture de jonquilles et à apporter son panier de pique-niques sur la plage d’Easton où les gens de l’Audrain Automotive Museum les escorteront pour un grand défilé le long de la route pittoresque menant à Ocean Drive avec retour le long de l’avenue Bellevue, se terminant à Audrain.

PHOTO RHODE ISLAND COMMERCE
Des spectacles en tout genre sont offerts aux visiteurs pendant ce Festival.

Autre événement d’importance, le Daffodillion à l’hôtel Chanler at Cliff Walk (www.thechanler.com). Au programme : hors-d’œuvre, musique et un toast offert à dame Nature en admirant les centaines de jonquilles posées contre la baie d’Easton. Les profits réalisés lors de cette activité servent pour le don de bulbes remis en octobre et qui servent à l’embellissement de la ville.

Infos: newportdaffydays.com

Cet article a d’abord été publié, le samedi 31 mars 2018, dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Publicités

Désir d’un cannelé bordelais :-)

Hier, le Journal de Montréal et le Journal de Québec publiaient l’un de mes articles sur Bordeaux. En le relisant, j’ai eu l’impression de marcher encore dans les rues de cette ville magnifique. Et, tout à coup, j’ai eu le goût de m’arrêter dans un petit resto, le temps de boire un café et de déguster un délicieux Cannelé, ce petit gâteau à la croûte caramélisée dont le cœur tendre est parfumé au rhum et que l’on sert avec le thé ou le café.

Dans cette région, on le trouve partout, c’est cependant un peu plus difficile, ici au Québec.

Un cannelé bordelais

Un cannelé bordelais

Mais, pas folle la guêpe, j’avais prévu le coup et, bien entendu, rapporté la recette dans mes bagages.Ce matin, j’ai eu envie de vous la partager afin que, comme moi, vous puissiez vous offrir ce petit délice.

Recette du Canelés Bordelais – Pour 12 cannelés

½ litre de lait entier

230 gr de sucre

150 gr de farine

50 gr de beurre

1 gousse de vanille

2 c. à soupe de rhum brun,

2 jaunes d’œufs

Dans une casserole, verser le lait et le beurre puis porter à ébullition.

Retirer du feu. Battre les jaunes d’œufs et les incorporer au lait chaud en remuant.

Laisser refroidir puis ajouter la farine, le sucre, le rhum et la gousse de vanille.

Laisser reposer ce mélange jusqu’au lendemain puis passer au tamis (passoire).

Beurrer les moules à cannelés (ils ressemblent un peu aux moules à muffin, mais ils ont une petite cheminée dans leur centre). Vous pouvez en trouver dans certaines boutiques comme les Touilleurs. Voici un modèle en cuivre, tel qu’utilisé à Bordeaux.

Moule à cannelé en cuivre

Moule à cannelé en cuivre

Et un modèle en silicone, moins cher.

Moules à cannelés en silicone (moins cher)

Moules à cannelés en silicone (moins cher)

Verser la préparation jusqu’à environ 1 cm du bord.

Faire cuire à 180C (350F) pendant 1 h.

Démouler sur une grille lorsqu’ils sont encore chaud.

 NOTE: Cette recette m’a été donnée à Bordeaux. Cependant, en fouillant sur le site, j’en ai trouvé une autre, légèrement différente,  sur le site de Ricardo. Vous la trouverez en cliquant ICI

La petite histoire des Cannelés

Bien que les origines de ce petit gâteau soient incertaines, on sait qu’il provient du Sud Ouest de la France.. Selon la légende, des religieuses auraient créé cette pâtisserie, au XVIIIe siècle, afin d’utiliser le blé qu’elles récupéraient sur le port (tombé des cales des bateaux ou des sacs éventrés) et les nombreux jaunes d’œufs que les vignerons leur apportait. Il faut savoir qu’à cette époque, le blanc d’œuf était utilisé pour filtrer le vin. Et comme la région de Bordeaux a toujours produit beaucoup de vin, il y avait beaucoup de jaunes d’oeufs !

On  raconte que l’on en dégustait à la cour de Louis XIII et qu’ils étaient particulièrement appréciés par son épouse, Ste-Jeanne de France, fondatrice du Couvent des Annonciades que l’on surnommer « les filles en corset rouge » en raison de leurs élégants habits de cérémonie (une grande robe grise ornée d’une large ceinture rouge et un long manteau bleu).

Quand les Annonciades furent chassées de leur couvent en 1790, les cannelés vinrent bien près de disparaître, mais les Bordelais firent perdurer la tradition. La Révolution française faillit à nouveau jeter le cannelé dans l’oubli, mais quelques bourgeois gourmands continuèrent à le produire.

Au XIXe siècle, des professionnels améliorèrent la recette et redonnèrent aux cannelés leur place de choix dans les pâtisseries bordelaises. Ils en firent même l’emblème de la ville de Bordeaux. .