Archives de Tag: Miscou

Miscou ou Moscou ?

MISCOU – NOUVEAU-BRUNSWICK. L’histoire que je m’apprête à vous raconter est réelle, mais quand on l’entend, on se dit qu’une telle coïncidence relève du Miracle.

Imaginez un peu la tête des pilotes du  Moksva  (bombardier soviétique TsKB-30)   qui, partis de Moscou pour se rendre à New York afin d’assister à l’exposition universelle,  se voient déviés de leur course, en raison d’un brouillard au Labrador. Forcés d’atterrir, ils se  retrouvent plutôt, 24 heures plus tard, sur les plages de  Miscou.

Ne parlant ni français, ni anglais, les deux rescapés tentent bien de se faire comprendre, mais quand les habitants de Miscou tentent de leur indiquer où ils sont tombés: MISCOU, les pauvres pilotes croient qu’ils leur demandent en fait d’où ils viennent et leur répondent: NON, MOSCOU.

Il faudra du temps, des interprètes et bien des explications pour qu’enfin tout ce monde parvienne à se comprendre.

Cet événement qui a marqué l’histoire de l’aviation transatlantique a eu lieu le 29 avril 1939.

Si le Nouveau-Brunswick vous intéresse, voici d’autres textes:

Fred, le héron fidèle

L’église Sainte-Cécile, une petite église criante de couleurs

Le festival des bannières

Vous pouvez également lire le texte Plages et homards qui a été publié dans le Journal de Montréal

Vous pouvez également lire les aventures de Maurice, mon ourson voyageur : Maurice se la coule douce au Nouveau-Brunswick

Fred, le héron fidèle !

MISCOU- NOUVEAU-BRUNSWICK. L’île de Miscou est une véritable splendeur. Entourée d’eau salée, sa plage est spectaculaire et immense (35 km) puisqu’elle fait tout le tour de l’île. On y trouve près de , ses nombreux lacs, ses quelque 375 espèces d’oiseaux 400 lacs et on peut y observer jusqu’à 175 espèces d’oiseaux dont le pluvier siffleur, une espèce en voie de disparition. Ajoutons à cela son phare (1841),  ses sentiers fascinants  et, bien entendu, ses tourbières qui, lorsqu’arrive l’automne, transforment le visage de l’Île la colorant en rouge.

Miscou en automne

Mais ma récente visite de Miscou  m’a aussi permis d’y rencontrer un invité très particulier: Fred, le héron.

@lisegiguere – Fred, le héron

Apprivoiser un héron pourrait sembler chose impossible, mais c’est pourtant l’exploit réalisé par Steve, le propriétaire de  La Terrasse à Steve, un casse-croûte fort sympathique situé tout juste à l’entrée du pont. Devant mon intérêt pour Fred, Steve a bien voulu me raconter son histoire.

@lisegiguere –

En mai 2009, en prévision du Congrès Mondial Acadien qui devait s’y tenir à l’été, Steve, un grossiste en fruit de mer, décide d’ouvrir un casse-croûte.   Alors qu’il travaille sur son site, il aperçoit son chien Bear qui pourchasse un grand héron.

@lisegiguere – Bear

Blessé, le grand héron n’arrive pas à s’enfuir et le chien  se retrouve avec le grand héron dans la gueule. Le  berger allemand s’en va voir son maître avec de grands yeux en ayant l’air de lui demander:

– Qu’est-ce que je fais avec ça ?

Ce n’est pas dans la nature d’un berger allemand de chasser les oiseaux et, Bear n’en a jamais attrapé et s’il aimait bien courir après le héron, il n’aurait jamais cru l’attraper et là, il est tout embêté.

Steve prend les choses en main. Il n’a  aucun mal à retirer le héron de la gueule de Bear qui semble d’ailleurs faire attention à ne pas trop fermer sa gueule. Steve récupère l’oiseau et le nourrit.

En septembre 2009, après une saison bien occupée, il ferme sa cantine et oublie le héron qu’il a surnommé Fred. Mais au printemps, voilà qu’un grand héron se retrouve sur le toit de son commerce et semble vouloir s’incruster.  Il passe finalement tout  l’été avec lui  et Bear.

Finalement, chaque printemps depuis, Fred revient et s’installe près de la cantine pour le plus grand plaisir des visiteurs.

@lisegiguere – Fred

Tous les matins, il crie après Steve pour être nourri.

Quand j’ouvre au printemps, je le cherche, raconte Steve. Je regarde passer les hérons et je l’appelle. Un matin, il est là, fidèle au poste. 

Pendant toute notre conversation, Fred est resté là, bien tranquille et quand Steve s’est approché avec de la nourriture, il est venu manger dans sa main.

Un spectacle attendrissant et une belle histoire, comme je les aime !

Si le Nouveau-Brunswick vous intéresse, voici d’autres textes:

 L’église Sainte-Cécile, une petite église criante de couleurs

Le festival des bannières

Miscou ou Moscou ?

Vous pouvez également lire le texte Plages et homards qui a été publié dans le Journal de Montréal

Vous pouvez également lire les aventures de Maurice, mon ourson voyageur : Maurice se la coule douce au Nouveau-Brunswick