Archives de Tag: oeufs

Les incontournables de Pâques à New York

Pâques est l’une des belles périodes pour visiter New York. Au fil des décennies, de nombreuses traditions ont été créées pour faire de cette fête un événement des plus festifs. Voici quelques suggestions.

PHOTO FOTOLIA

1. Parade de chapeaux

PHOTO COURTOISIE PHIL KLINE
Pour la Parade des chapeaux, certains New-Yorkais se montrent très créatifs

Si vous possédez des chapeaux extra­vagants, apportez-les dans vos bagages et joignez-vous à la grande Parade des chapeaux qui se tient tous les dimanches de Pâques, entre 10 h et 16 h, sur la 5e Avenue, entre la 49e et la 57e Rue. Depuis 100 ans, cette Easter Parade réunit les New-Yorkais (adultes, enfants et animaux de compagnie) qui arborent des tenues extravagantes avec des chapeaux qui surprennent, étonnent et rappellent les traditions d’autrefois alors que l’achat d’un tout nouveau bibi marquait l’arrivée du printemps. Si vous n’avez pas de chapeau et ne pouvez vous joindre au défilé, le meilleur endroit pour n’en rien manquer est autour de la Cathédrale St. Patrick.

2. Le Macy’s Flower Show

MACYS
L’éblouissement est toujours au rendez-vous chez Macy’s. Ici, l’installation de l’année dernière

Incontournable de toute visite à New York, la virée chez Macy’s permet, au temps de Pâques, un accès privilégié au Macy’s Flower Show au rez-de-chaussée du magasin. Chaque année, l’endroit se transforme en un véritable jardin de rêves où les fleurs aux couleurs magnifiques créent des tableaux spectaculaires qui embaument. Du 25 mars au 8 avril.

3. Jardin de Pâques

PHOTO COURTOISIE TISHMAN SPEYER
Chaque année, des milliers de fleurs sont plantées dans le Channel Garden du Rockfeller Center. On peut, entre autres, y admirer une gigantesque sculpture végétale en forme de lapin de 4 mètres.

Le Jardin de Pâques du Rockefeller Center laisse sans voix. Partout de magnifiques sculptures de végétaux en forme de lapins et d’œufs géants de toutes les couleurs. Une promesse de nombreuses photos.

4. Pique-nique dans Central Park

Si le temps est clément, pourquoi ne pas s’offrir un pique-nique dans Sheep Meadow, là où les New-Yorkais aiment bien flâner ? On profite de son passage dans Central Park pour se rendre du côté est du parc, et admirer les cerisiers en fleurs.

5. Promenade sur High Line

L’ancienne voie ferrée devenue le High Line

Ce parc suspendu de 2,3 km, construit sur une ancienne voie ferrée datant des années 1930, dans le West Side de Manhattan, traverse de nombreux quartiers. En cette période, l’endroit est chargé de fleurs de toutes les couleurs. Accès gratuit de différents endroits du parcours. À l’extrémité sud du sentier, le Whitney Museum propose un spectacle d’art biennal, jusqu’au 11 juin.

6. Pont de Brooklyn

PHOTO COURTOISIE JULIENNE SCHAER
Une marche sur le Brooklyn Bridge offre des points de vue spectaculaires sur la ville.

Une marche sur le Brooklyn Bridge, icône de la culture pop, permet de découvrir Brooklyn, Manhattan et la statue de la Liberté. L’accès est offert 24 heures par jour, mais c’est tout particulièrement au coucher du soleil que la balade est la plus belle. Petit conseil : habillez­­­-vous chaudement.

7. Les cerisiers en fleurs

HOTO COURTOISIE JEN DAVIS
C’est le Hanani, la saison des cerisiers en fleurs

En cette période, c’est le Hanami, la saison des cerisiers en fleurs au Jardin botanique de Brooklyn. On peut y admirer plus de 200 cerisiers, une des plus importantes collections en dehors du Japon.

8. Luna Park

Rendez-vous avec la nostalgie au Luna Park

Pour un petit air de nostalgie, on se rend à Coney Island au Luna Park, un parc d’attractions avec de nombreux manèges historiques, dont le Cyclone, une montagne russe qui date de 1927 !

9. Brunch chic avec vue

Avec sa vue spectaculaire sur la ville, le restaurant The View, situé aux 47e et 48e étages du Marriott Marquis, pivote, et fait le tour de la ville en une heure ! On s’y rend pour son brunch du dimanche qui se surpasse encore pour la fête de Pâques. http://www.theviewnyc.com.

10. Brunch de Pâques en croisière

PHOTO COURTOISIE
La croisière-brunch pascal du Horn- blower’s permet d’admirer les beautés de New York tout en se délectant.

La croisière-brunch pascal du Horn- blower’s permet d’admirer les beautés de New York tout en se délectant.

Croisière-brunch de Pâques au champagne et fontaine de chocolat avec musique de jazz, à bord du Hornblower’s sur le fleuve Hudson, au cours de laquelle on a l’occasion d’admirer plusieurs sites touristiques tels que la statue de la Liberté, l’Empire State Building et le Brooklyn Bridge. hornblowernewyork.com

 

AVEC DES ENFANTS

Chasse aux œufs dans les parcs : si des enfants vous accompagnent, emmenez-les dans les différents parcs new-yorkais pour des chasses aux œufs en chocolat. Le Brooklyn Children’s Museum et le Children’s Museum of Manhattan offrent aussi des chasses aux œufs de Pâques. Dans tous ces endroits, les enfants se font aussi maquiller, peuvent peindre des œufs, participer à des jeux, se faire prendre en photo en compagnie de gros lapins, etc. Il faut cependant apporter ses propres paniers.Pour un petit air de nostalgie, on se rend à Coney Island au Luna Park, un parc d’attractions avec de nombreux manèges historiques, dont le Cyclone, une montagne russe qui date de 1927 !

 Cet article a d’abord été publié dans la chronique Est des USA du Journal de Montreal du 17 mars 2018 ICI et du Journal de Québec ICI 

 

Désir d’un cannelé bordelais :-)

Hier, le Journal de Montréal et le Journal de Québec publiaient l’un de mes articles sur Bordeaux. En le relisant, j’ai eu l’impression de marcher encore dans les rues de cette ville magnifique. Et, tout à coup, j’ai eu le goût de m’arrêter dans un petit resto, le temps de boire un café et de déguster un délicieux Cannelé, ce petit gâteau à la croûte caramélisée dont le cœur tendre est parfumé au rhum et que l’on sert avec le thé ou le café.

Dans cette région, on le trouve partout, c’est cependant un peu plus difficile, ici au Québec.

Un cannelé bordelais

Un cannelé bordelais

Mais, pas folle la guêpe, j’avais prévu le coup et, bien entendu, rapporté la recette dans mes bagages.Ce matin, j’ai eu envie de vous la partager afin que, comme moi, vous puissiez vous offrir ce petit délice.

Recette du Canelés Bordelais – Pour 12 cannelés

½ litre de lait entier

230 gr de sucre

150 gr de farine

50 gr de beurre

1 gousse de vanille

2 c. à soupe de rhum brun,

2 jaunes d’œufs

Dans une casserole, verser le lait et le beurre puis porter à ébullition.

Retirer du feu. Battre les jaunes d’œufs et les incorporer au lait chaud en remuant.

Laisser refroidir puis ajouter la farine, le sucre, le rhum et la gousse de vanille.

Laisser reposer ce mélange jusqu’au lendemain puis passer au tamis (passoire).

Beurrer les moules à cannelés (ils ressemblent un peu aux moules à muffin, mais ils ont une petite cheminée dans leur centre). Vous pouvez en trouver dans certaines boutiques comme les Touilleurs. Voici un modèle en cuivre, tel qu’utilisé à Bordeaux.

Moule à cannelé en cuivre

Moule à cannelé en cuivre

Et un modèle en silicone, moins cher.

Moules à cannelés en silicone (moins cher)

Moules à cannelés en silicone (moins cher)

Verser la préparation jusqu’à environ 1 cm du bord.

Faire cuire à 180C (350F) pendant 1 h.

Démouler sur une grille lorsqu’ils sont encore chaud.

 NOTE: Cette recette m’a été donnée à Bordeaux. Cependant, en fouillant sur le site, j’en ai trouvé une autre, légèrement différente,  sur le site de Ricardo. Vous la trouverez en cliquant ICI

La petite histoire des Cannelés

Bien que les origines de ce petit gâteau soient incertaines, on sait qu’il provient du Sud Ouest de la France.. Selon la légende, des religieuses auraient créé cette pâtisserie, au XVIIIe siècle, afin d’utiliser le blé qu’elles récupéraient sur le port (tombé des cales des bateaux ou des sacs éventrés) et les nombreux jaunes d’œufs que les vignerons leur apportait. Il faut savoir qu’à cette époque, le blanc d’œuf était utilisé pour filtrer le vin. Et comme la région de Bordeaux a toujours produit beaucoup de vin, il y avait beaucoup de jaunes d’oeufs !

On  raconte que l’on en dégustait à la cour de Louis XIII et qu’ils étaient particulièrement appréciés par son épouse, Ste-Jeanne de France, fondatrice du Couvent des Annonciades que l’on surnommer « les filles en corset rouge » en raison de leurs élégants habits de cérémonie (une grande robe grise ornée d’une large ceinture rouge et un long manteau bleu).

Quand les Annonciades furent chassées de leur couvent en 1790, les cannelés vinrent bien près de disparaître, mais les Bordelais firent perdurer la tradition. La Révolution française faillit à nouveau jeter le cannelé dans l’oubli, mais quelques bourgeois gourmands continuèrent à le produire.

Au XIXe siècle, des professionnels améliorèrent la recette et redonnèrent aux cannelés leur place de choix dans les pâtisseries bordelaises. Ils en firent même l’emblème de la ville de Bordeaux. .