Archives de Tag: oiseaux

Pour tout savoir sur les oiseaux!

Huntington, VT | L’an dernier, le Birds of Vermont Museum célébrait son 30e anniversaire. Si on n’a pas encore visité ce charmant petit musée, il serait peut-être temps de le mettre à son agenda.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
L’entrée du Birds of Vermont Museum.

En pleine nature se cache une modeste petite maison de bois entourée d’un jardin, que l’on atteint par un long pont en bois.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Observer les oiseaux d’une maison dans les arbres.

Ce dernier permet d’observer les magnifiques spécimens d’oiseaux qui vivent dans ces bois, de les voir voleter autour des mangeoires accrochées ici et là

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Des mangeoires sont installées un peu partout sur le site.

et de découvrir les sentiers de randonnée dans lesquels des bancs permettent de profiter de ce magnifique environnement

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Un oiseau-mouche à gorge rouge sculpté par Bob Spear.

 

Un peu d’histoire

Un jour de 1987, dans cette toute petite ville du Vermont, Bob Spear, naturaliste retraité, amoureux des oiseaux et maître sculpteur, décidait de réunir 231 de ses sculptures sur bois (il en avait près de 1000), dans un hall d’exposition non chauffé et recouvert de contreplaqué. Bien que l’endroit soit modeste, ses œuvres, grandeur nature et biologiquement exactes, ne tardèrent pas à attirer de nombreux amoureux de la faune ailée.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Tétras du Canada sculptée par Bob Spear.

Non seulement Bob Spear désirait présenter son travail, mais il voulait faire œuvre d’éducation, ses sculptures lui permettant d’expliquer le mode de vie des oiseaux. Pour leur plus grand plaisir, les visiteurs pouvaient le regarder travailler dans son atelier, alors qu’il sculptait délicatement les petites plumes, les becs, les œufs, etc.

Jusqu’à son décès en octobre 2014, à l’âge de 94 ans, Bob Spear aura consacré plus de 24 000 heures à sculpter ces oiseaux qu’il aimait tant.

L’avenir

Malgré son départ et grâce aux sculpteurs qui, au fil des années, se sont joints au fondateur, la mission d’éducation se poursuit, les expositions se sont développées, et bien entendu de nombreuses activités ont été ajoutées.

PHOTOS BIRDS OF VERMONT MUSEUM
Entrée de la Cabane dans les arbres où les visiteurs peuvent admirer les oiseaux et le ruisseau Sherman Hollow. À noter que la Cabane dans les arbres est une structure accessible aux personnes handicapées, construite sur une berge par des étudiants du Centre for Technology, Essex.

À ce jour, le Birds of Vermont Museum présente 511 sculptures d’oiseaux grandeur nature, plus de 540 sculptures d’œufs et 22 sculptures d’autres animaux comme les poissons, les tamias, les grenouilles (que les oiseaux mangent !). 490 d’entre elles ont été réalisées par Bob Spear et les autres sont les œuvres d’Ingrid Rhind, Dick Allen, David Tuttle et Jim Mitchell !

En 2009, le magazine Yankee (magazine consacré à la vie culturelle et quotidienne en Nouvelle-Angleterre) déclarait le Birds of Vermont Museum « meilleur Musée spécialisé de la Nouvelle-Angleterre (Best Specialty Museum) ».

► Ouvert du 1er mai au 31 octobre

► Info : birdsofvermont.org.

 

Ce texte a d’abort été publié le samedi 21 juillet, dans la chronique Est des USA du Journal de Montréal ICI et du Journal de Québec ICI

Publicités

Croisière-safari: découvrir le paradis

Partir en croisière et faire un safari sont des expériences qui figurent sur la « bucket list » de nombreux voyageurs. Une croisière-safari en Afrique australe combine ces deux rêves de magnifique façon.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Éléphants, impalas et ibis en liberté aperçus lors de cette croisière-safari.

Offert par CroisiEurope, chef de file de la croisière fluviale en Europe, ce périple de 9 jours et 10 nuits se présente comme un combo terre et eau comprenant une portion terrestre dans un magnifique « lodge » et une navigation à bord d’un luxueux navire. Les safaris quotidiens, se déroulant aussi sur la terre et sur l’eau, entraînent les passagers au cœur des merveilles et des mystères de l’Afrique du Sud, du Botswana, de la Namibie et du Zimbabwe.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
La Gorge de Sanyati.

Aventure paradisiaque

De nombreux moments de pure grâce nous attendent au cours de cette aventure. Comment décrire l’émotion ressentie quand, au détour d’un sentier, un éléphant surgit devant la Jeep ou quand un groupe d’impalas se regroupent pendant que le mâle rugit prévenant son troupeau qu’un prédateur les observe ? On aura beau chercher, on ne verra jamais ce dernier, mais les muscles frémissants des animaux magnifiques qui tressaillent de peur prouvent hors de tout doute qu’il est bien là, caché dans ces hautes herbes.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Lors de la croisière-safari, les sorties en Jeep permettent de s’approcher de très près des animaux.

Chaque jour, en Jeep ou en bateau, on reprendra la route vers des parcs, des rivières ou des lacs pour observer la nature, ses mystères, ses beautés, mais également ses cruautés. Qui a coupé la trompe de cet éléphant ? Le guide croit à un piège des braconniers ou à un crocodile l’ayant amputé alors qu’il se désaltérait. Quel est ce bruit étrange (« pfffffouuuumm ») passant au-dessus de nos têtes ? On ne saura jamais de quel type d’oiseau de proie il s’agissait, mais on apercevra l’affolement des ibis, dont l’un des leurs vient de se faire happer en plein vol.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
C’est à bord de ces petits bateaux que l’on explore les berges de la rivière Chobe et du fleuve Zambeze.

Heureusement, la beauté nous rattrape devant le spectacle d’une lionne endormie sur le dos, ses trois rejetons collés sur ses flancs alors que le papa, un peu à l’écart, ne dort que d’un œil, prêt à bondir. Autre moment de grâce devant ce léopard camouflé dans un arbre ou ce groupe d’éléphants, parmi lesquels plusieurs bébés venus s’abreuver dans la rivière Chobe ou ces éléphanteaux qui se chamaillent dans les eaux du Zambèze. Partout où le regard se pose, la magie s’empare de tous nos sens.

Des images inoubliables

Surtout, on savoure le bonheur que l’on a eu de pouvoir admirer des milliers d’oiseaux aux couleurs incroyables, d’assister aux bains des hippopotames, à la course des impalas, d’apprécier la robe des zèbres, des girafes ou du léopard, d’assister aux singeries des babouins ou à la marche des marabouts, d’observer l’immobilité du crocodile (et même d’y goûter), de voir s’abreuver un troupeau d’éléphants et de buffles et de croiser la route d’une famille de lions.

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Une famille d’éléphants venue s’abreuver dans la rivière Chobe.

Mais le plus grand bonheur demeure celui d’avoir eu l’impression constante, pendant neuf jours, d’évoluer au milieu de ce que devait être, autrefois, le paradis terrestre.

► Notre collaboratrice était l’invitée de CroisiEurope et Air France.

Le lodge Cascades

Il faudrait être bien difficile pour ne pas apprécier le luxe et le confort de ce « lodge » situé en Namibie, sur l’îlot privé Ntwala, face au fleuve Zambèze (deuxième plus long d’Afrique après le Nil). Entièrement réservé au groupe CroisiEurope, le lodge Cascades ne compte que huit bungalows, mais ces derniers suscitent le « wow » dès que l’on pousse la porte. Il comprend une très grande chambre avec fenêtre donnant sur le Zambèze, une immense salle de bain, un balcon avec douche extérieure, piscine privée et balançoire. Le bâtiment de la réception, décoré à l’africaine est confortable et chaleureux. On s’y sent comme à la maison et si le service se fait en anglais, un interprète français est toujours sur place pour la clientèle francophone. Ce sera d’ailleurs le cas tout au long du périple.

Le bateau African Dream

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
L’African Dream sur le lac Kariba.

Construit en 2017 spécialement pour naviguer sur le lac Kariba, l’African Dream ne compte que huit cabines (six suites avec balcon à la française et deux suites avec balcon), toutes ouvertes sur l’extérieur, un « pont soleil », une terrasse intimiste, un restaurant et un salon. Ce bateau « 5 ancres » (luxe) est aménagé de façon fonctionnelle, moderne et luxueuse. C’est le petit havre de paix parfait au retour d’une excursion !

PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
Une cabine de l’African Dream.

En bref

  • Le type de croisière : Il s’agit en fait d’un combo terre et eau, en tout inclus, comprenant trois jours dans le lodge Cascades et trois jours sur l’African Dream.
  • Le plus : L’organisation réglée au quart de tour de CroisiEurope. Partout, quelqu’un nous attend pour nous guider, nous conduire, nous informer. Le stress est donc totalement absent de ce voyage.
  • Le moins : Les amoureux des croisières classiques pourraient être déçus par ce mélange terre et eau ainsi que les nombreux déplacements que cette formule impose. Pour d’autres, c’est plutôt un avantage.

Choses à savoir

  • Coût : À partir de 7500 $. À cela, il faut ajouter les taxes, les transferts, les vols et le vol en hélicoptère, si on le désire.
  • Les croisières ont lieu de mars à décembre. Chaque période a cependant ses atouts. De janvier à mai, c’est la saison des pluies, mais il y a moins de monde, la température est plus clémente (moins chaude) et c’est la période des naissances. De mai à décembre, c’est la haute saison, comme il a plu beaucoup et que les lacs et rivières sont gorgés d’eau, les animaux viennent s’y désaltérer. C’est plus chaud, plus sec et il y a plus de monde.
  • Il faut une certaine forme physique pour vivre cette aventure. Elle ne convient pas aux personnes à mobilité réduite.
  • Prévoir au moins cinq pages vierges dans le passeport (de nombreux allers-retours entre les différents pays, donc de nombreux passages aux frontières et une vingtaine de sceaux).
  • Depuis déjà 42 ans, CroisiEurope propose des croisières de 3 à 16 jours dans 29 pays, sur ses 55 bateaux. On y propose 170 itinéraires sur 30 fleuves, dont 20 en Europe, sept en Asie, Afrique australe et Amérique du Nord et deux croisières côtières sur la Méditerranée et l’Adriatique, sans oublier huit canaux de France.
  • Info : www.croisieurope.travel/fr
  • Les grands moments

  • PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
    Femme de la tribu sabia sur l’île d’Impalila, en Namibie.

  • Visite d’un petit village authentique sur l’île d’Impalila, en Namibie, où vit la tribu Subia.
  • Balade en bateau pour se rendre au seul endroit au monde où quatre pays se rencontrent : la Namibie, le Botswana, le Zimbabwe et la Zambie.
  • Navigation sur le lac Kariba, créé par la construction du grand barrage qui a fait sortir le Zambèze de son lit et inondé plaines, collines et forêt. Ce lac fait 200 km de long et 40 km de large.
  • Survol des chutes Victoria en hélicoptère.
  • Visite des mythiques chutes Victoria, l’une des plus spectaculaires chutes d’eau du monde.
  • PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
    Les chutes Victoria séparent la Zambie de la Namibie.

  • Safari terrestre et nautique dans le Parc national Chobe dans lequel vivraient entre 80 000 et 100 000 éléphants.
  • Découverte de Soweto, qui fut le lieu de départ de la révolte contre l’Apartheid, en Afrique du Sud.
  • Photo Lise Giguère. La maison-musée de Nelson Mandela à Soweto

  • Safari en 4×4 dans le parc Matusadona, au Zimbabwe. Plus sauvage et moins connu que le parc national de Chobe, il offre l’avantage que notre petit groupe soit seul dans la savane

    PHOTO AGENCE QMI, LISE GIGUÈRE
    Sur les pistes du parc national de Chobe.

    NOTE: Cet article a d’abord été publié en Une du cahier Voyage du samedi 2 juin du Journal de Montréal ICI, du Journal de Québec ICI. On a également pu le voir sur le site de TVA Nouvelles ICI et sur Canoe.ca ICI.