Archives de Tag: pirates

Nassau, une symphonie de couleurs

Destination tropicale fétiche pour les mariages et les lunes de miel, Nassau donne l’illusion de pénétrer au cœur d’un arc-en-ciel. Pas étonnant que ce soit également une escale privilégiée pour les navires de croisière naviguant dans les Caraïbes.

capture-decran-2017-02-12-a-11-02-55

Le phare du port de Nassau avec, en arrière plan, L’Atlantis Paradise Island Resort and Casino

Capitale des Bahamas, l’ancien ­repaire de Barbe-Noire et de ses ­pirates occupe l’île de New Providence, la plus peuplée (250 000 habitants) et la plus visitée de cet archipel qui en compte 700, mais dont seulement 30 sont habitées.

Ville affairée et moderne, elle combine le charme vieillot de son passé britannique aux édifices modernes abritant les plus importantes firmes de la finance et les plus grandes banques du monde.

@lisegiguere - Les bâtiments coloniaux sont de couleur rose rappelant celle du flamand rose,

@lisegiguere – Les bâtiments coloniaux sont de couleur rose rappelant celle du flamand rose,

Destination populaire, elle offre aux touristes un climat agréable, une ­architecture coloniale, une histoire ­peuplée de forbans et une vie nocturne très active.

C’est également un véritable paradis tropical où les nombreuses nuances de bleu de l’océan et du ciel se mêlent au vert profond de la végétation, aux fleurs multicolores, au sable blanc des plages et au rose des édifices coloniaux du 19e siècle, dont plusieurs ont été convertis en musées.

@lisegiguere - Nuances de bleu, sable blanc et vert profond

@lisegiguere – Nuances de bleu, sable blanc et vert profond

Plongeon dans l’histoire

Il y a beaucoup à voir à Nassau et il est facile de s’y déplacer à pied, même si des minibus font la navette entre les principaux lieux touristiques. Pour mieux comprendre la ville et ses ­habitants, un premier arrêt au Musée Pompey rappelle que, jusqu’en 1834, cet archipel était essentiellement peuplé d’esclaves amenés pour travailler dans les plantations. Au Musée Roselawn, dans une maison du 19e siècle, on ­admire une collection d’artefacts tandis qu’au Junkanoo Expo, on présente des costumes et des chars allégoriques du Junkanoo, cette grande parade qui transforme les rues de Nassau chaque année, les 26 décembre et 1er janvier.

@lisegiguere - L’entrée du Junkanoo Expo donne une bonne idée des couleurs et de l’extravagance qui anime cette parade de rue annuelle qui a toujours lieu les 26 décembre et 1 janvier

@lisegiguere – L’entrée du Junkanoo Expo donne une bonne idée des couleurs et de l’extravagance qui anime cette parade de rue annuelle qui a toujours lieu les 26 décembre et 1 janvier

Ancienne république de pirates

Mais l’endroit qui enflamme notre ­imaginaire, c’est certainement le ­musée Pirates of Nassau, qui nous entraîne dans le passé mouvementé de cette île dont le port commercial, réalisé vers 1670, est devenu la capitale d’une ­république de pirates, de corsaires et de pilleurs d’épaves. Un millier d’entre eux s’y étaient établis, parmi lesquels ­Barbe-Noire et Calico Jack, mais aussi Anne Bonny et Mary Read, les deux plus célèbres femmes pirates de tous les temps. Pendant presque 40 ans, ils y ont fait la loi et ont dévalisé tellement de ­galions espagnols que les troupes de ce pays ont fini par détruire la ville.

@lisegiguere - Un ancien repaire de pirates

@lisegiguere – Un ancien repaire de pirates

Jeux d’eau

Enrichi de cette histoire, on se dirige vers les plages. Si les plus belles d’entre elles appartiennent aux grands hôtels, certains d’entre eux offrent des laissez-passer d’une journée. On peut également choisir les plages publiques comme Junkanoo Beach, opter pour une croisière thématique de quelques heures (épaves de bateaux, plongée, ­repas spectacle, etc.) ou s’offrir un tour de voilier, de traversier, de bateau à moteur, de kayak ou de bateau à fond de verre. On peut aussi prendre la ­direction de Paradise Island.

@lisegiguere - Une rue de Paradise Island avec, en arrière plan, une partie de l’Atlantis Resort

@lisegiguere – Une rue de Paradise Island avec, en arrière plan, une partie de l’Atlantis Resort

Autrefois privée et peuplée de richissimes et ­extravagants propriétaires, cette île est maintenant reliée à Nassau par un pont. C’est un endroit charmant avec de jolies boutiques et c’est là que se trouve l’Atlantis Paradise Island Resort and Casino, qui abrite le plus grand parc aquatique des Caraïbes. À Paradise Island, on découvre aussi les Jardins Versailles, des jardins où se trouve un authentique monastère français du 14e siècle importé et reconstruit pierre par pierre par un homme riche et amoureux de l’histoire.

@lisegiguere - Le cloître des Jardins Versailles

@lisegiguere – Le cloître des Jardins Versailles

Couleurs locales

Pour découvrir encore davantage la culture bahamienne, on déambule non seulement dans le cœur historique, mais également sur Bay Street, une rue bordée de boutiques hors-taxes, pour entrer au Straw Market, où des ­artisans vendent leurs produits.

@lisegigure - Au Straw Market, on peut rencontrer les habitants

@lisegigure – Au Straw Market, on peut rencontrer les habitants

On peut aussi opter pour Potter’s Cay, où fermiers et pêcheurs proposent leurs fruits, légumes et poissons frais, ou ­encore pour Arawak Cay, mieux connu des résidents sous le nom de Fish Fry. Composé de petits restaurants, cet ­endroit est le meilleur pour déguster la nourriture locale et sympathiser avec les Bahamiens.

QUELQUES REPÈRES

Bien qu’il soit facile de louer une voiture, il faut savoir que la conduite se fait à gauche aux ­Bahamas. Le bus et le taxi ­demeurent les meilleurs moyens de transport et permettent le contact avec les gens.

Le meilleur moment pour se rendre à Nassau est de décembre à avril.

En savoir plus: www.bahamas.com

Cet article a été publié sur le site Canoe.ca, sous le titre Bahamas: Quoi faire à Nassau, ICI.

Aussi, sous le titre les Incontournables de Nassau, dans le Journal de Montréal, ICI et dans le Journal de Québec, ICI.

Histoire de pirates

ALASKA. Ce n’est pas que dans les Caraïbes qu’ont sévi les pirates. Il y en avait même en Alaska. En fait, ceux d’Alaska n’écumaient pas les mers pour attaquer les bateaux, non, il s’agissait plutôt d’opportunistes.

Dans les débuts de l’industrie de la pêche, ces hommes habillés de cirés jaunes et de  bottes de caoutchouc  mettaient des trappes dans l’eau pour voler les poissons déjà pris dans les pièges placés dans les eaux environnantes par les bateaux de pêche commerciaux.

Aujourd’hui, le Fish Pirate Saloon & Restaurant rappelle leur existence.

@lisegiguere

@lisegiguere

On y trouve même une boutique de souvenirs.

@lisegiguere

Située au cœur de la forêt nationale Tongass, la ville de Ketchikan a longtemps représenté l’image rustique et inhospitalière de l’Alaska.  Créée en 1900 par des pêcheurs des pêcheurs commerciaux, des travailleurs en forêt et des mineurs, ces derniers ont toujours été présents depuis la fondation.

Ketchikan

Construite sur le site d’un camp de pêche des  tlingit (prononcer Klinket), la ville de Ketchikan est reconnue comme étant la Capitale mondiale du saumon.  En 1883-1885 il y avait tellement de saumons que trois entreprises de mise en conserve fonctionnaient à plein régime. L’industrie a atteint son sommet en 1936 alors qu’il y avait 7 conserveries qui produisaient 1,5 millions de caisses de saumon en  conserve.

@lisegiguere – Une ancienne conserverie devenue Musée

Les rivières grouillant de saumons, de flétans et autres délices, il faut rouler lentement à Ketchikan et garder les yeux levés vers la cime des arbres. Vous pouvez y apercevoir de nombreux aigles à tête blanche guettant patiemment leur prochain repas. 

C’est aussi une ville où il pleut pratiquement toujours. Il tombe environ 13 pieds (396 cm) de pluie par année.  Oui, oui, il n’y a pas d’erreur.

Ketchikan est aussi le premier port Alaskan (ou le dernier) selon que les bateaux arrivent d’Anchorage ou de Vancouver. C’est aussi celle qui a la  plus grande collection de totems dans le monde.

* Ce voyage a été fait grâce à l’aimable invitation de Croisières Holland America