Archives de Tag: Temple

7 bonnes raisons d’aller à Phuket

PHUKET, Thaïlande | Phuket, la plus grande île thaïlandaise, figure aujourd’hui parmi les premières stations balnéaires tropicales du monde. Grâce à ses paysages époustouflants et aux infrastructures touristiques dont elle s’est dotée, cette petite ville de moins 500 000 habitants accueille chaque année près de 10 millions de visiteurs. Voici sept raisons de la visiter.

1. Les plages

@lisegiguere - La plage de Kata , une des plus belles de la côte

@lisegiguere – La plage de Kata , une des plus belles de la côte

Difficile de ne pas succomber à la splendeur de la côte de Phuket, qui alterne entre de jolies baies adossées à de vertes collines et des ­promontoires rocheux fouettés par les vagues. Bien que différentes les unes des autres, les plages ont la forme de grands croissants de ­sable blanc. Léchées par les eaux turquoise et cristallines de la mer d’Andaman, elles sont un véritable paradis pour la plongée et la ­baignade.

2. Le Gibbon Rehabilitation Project

Un petit Gibbon

Un petit Gibbon

À Phuket, de nombreux animaux deviennent des attractions touristiques: serpents, oiseaux, tours d’éléphants… On peut même se faire photographier avec des gibbons, des singes tout mignons. Si l’on se pose des questions sur cette exploitation des animaux (quelque 10 gibbons sauvages sont tués pour qu’un seul puisse devenir une attraction), il faut obligatoirement visiter le Gibbon Rehabilitation Project. La visite de ce centre nous apprend que ces singes sont enlevés très jeunes à leur milieu naturel. Comme de nombreux touristes s’amusent à leur donner des bonbons ou de l’alcool, ils développent des maladies comme l’alcoolisme ou le diabète et, bien entendu, n’ayant pas acquis les réflexes nécessaires pour combler leurs ­besoins primaires, ils ne peuvent survivre quand leur maître les remet dans la nature. Ce centre de réhabilitation met 10 ans à les ­reprogrammer. Une visite des plus intéressantes qui nous conscientise à l’exploitation des animaux.

3. L’île de James Bond

L'île de James Bond

L’île de James Bond

On l’appelle ainsi parce que c’est sur cette île qu’ont été tournées, en 1974, des scènes du film L’homme au pistolet d’or mettant en scène le célèbre espion de Sa Majesté. Son véritable nom est l’île Tapu, dans le Parc national d’Ao Phang Nga. C’est un endroit d’une grande beauté avec des caves, des falaises calcaires, des récifs coralliens, des plages de sable blanc, des forêts, etc. De nombreuses excursions y sont organisées.

4. Le marché du week-end

capture-decran-2017-01-03-a-10-24-26 capture-decran-2017-01-03-a-10-24-10

@lisegiguere - Marché du week end

@lisegiguere – Marché du week end

Dans ce marché de nuit, aux abords de la ville, on fait comme les Thaïlandais et, devant chaque stand, on fait son choix parmi les ­aliments frits, bouillis, cuits à la ­vapeur, écrasés, réfrigérés, laminés, coupés en tranches et fermentés. Il faut parfois se montrer audacieux! Une fois repu, on poursuit sa visite vers les objets de contrefaçon vendus de façon très ouverte: copies de cd, dvd, vêtements, chaussures, sacs, montres, parfums, etc. En délaissant ces interdits, on peut tout de même trouver quelques ­designers ou artisans locaux.

5. Le temple Wat Chalong

@lisegiguere - Le temple Chalong

@lisegiguere – Le temple Chalong

Construit au début du 19e siècle, ce temple qui abrite les statues des deux moines les plus vénérés de Phuket est le plus grand et le plus visité des temples bouddhistes de la ville. Il comprend plusieurs ­bâtiments, de nombreuses statues, de jolis jardins et un four dans ­lequel un préposé allume les ­guirlandes de pétards que les fidèles offrent pour montrer leur gratitude lorsque leur souhait a été réalisé. Comme ça pète souvent, c’est certainement un bon endroit pour demander des faveurs!

6. Le Grand Bouddha

@lisegiguere - Big Buddha

@lisegiguere – Big Buddha

Que l’on aime ou pas, c’est un ­incontournable. Dominant la ville, l’immense statue de Bouddha (45 mètres de hauteur) dont la construction a débuté en 2007 n’est toujours pas terminée. On pense qu’il faudra encore au moins 10 ans de travaux. Bien qu’on puisse la voir de n’importe où dans la partie sud de Phuket, une visite du site vaut la peine, ne serait-ce que pour les magnifiques panoramas sur la forêt tropicale (elle couvre près de 70 % de l’île). Sur place, on peut acheter de petites plaquettes sur lesquelles on grave son nom et ses demandes et qui deviennent des offrandes. Conseil: on y va très tôt le matin pour éviter la foule.

7. Les massages

Un massage d’une heure, très professionnel et prodigué avec le sourire, coûte environ 400 bahts dans un chic complexe hôtelier (≈15 $) et environ 250 bahts/ heure (≈ 10 $) dans les petits salons. Les différents soins sont souvent prodigués sur la plage, près de la piscine, dans un sauna au feu de bois agrémenté d’herbes ou carrément sur le trottoir.


En savoir plus sur Phuket: ­na.tourismthailand.org

Cet article a été publié dans le Journal de Montréal, ICI
Dans le Journal de Québec ICI
Sur TVA Nouvelles, ICI
Ainsi que sur Canoe.ca ICI

Lecture : Invitation au voyage

Le temps plutôt gris et la menace constante de la pluie m’empêchant de partir à la recherche de beaux endroits à découvrir, j’ai soudain posé  les yeux sur deux très beaux livres. Souvent qualifiés de  «livres de table à café», ils trônent  justement sur  ma table de salon à portée de mains de mes invités(es).

De l’un comme de l’autre, j’adore feuilleter les pages, découvrir des endroits ou en revoir d’autres qui ont le pouvoir de me faire voyager dans mes souvenirs. Et si je les laisse à cet endroit, c’est que je veux m’assurer que les amis(es) qui me visitent succomberont eux-aussi à en tourner les pages.

Dans les deux cas, ce sont des livres magnifiques à offrir et à s’offrir. Ce sont également de belles occasions de rêver de voyages.

 Ruelles de Montréal

Saviez-vous que la ville de Montréal compterait 450 km de ruelles ? À travers les magnifiques photos prises au printemps, à l’été, à l’automne ou à l’hiver, je retourne en arrière, au moment de mon arrivée dans cette ville qui m’a tout de suite séduite. Je revois ces ruelles bien aménagées par des amoureux du jardinage, d ‘autres laissées totalement à l’abandon et envahies de poubelles, d’autres encore où les chiens font la chasse aux chats qui eux, poursuivent les oiseaux, certaines envahies de cordes à linge qui révèlent un peu du mode de vie et des goûts de nos voisins et enfin celles qui résonnent des cris de gamins qui en ont fait leur terrain de jeux.

J’ai souvent arpenté ces ruelles, même à la tombée du jour alors qu’elles s’auréolent de mystère. J’aimais imaginer les histoires se déroulant derrière ces portes closes ou s’échappant de ces balcons animés. Mais j’ignorais totalement que plusieurs d’entre elles menaient autrefois à des étables ou à des dépendances.

Ce livre magnifique permet de connaître l’histoire des ruelles qui sont apparues en 1846 lorsque les logements ont remplacé les grandes fermes bourgeoises.  À quand un «Circuit des ruelles» de Montréal ?

Ruelles de Montréal, Maxime Lefin et Nicole Lacelle, éditions Broquet.

Destinations mystiques et spirituelles

Vous est-il déjà arrivé, au cours d’un voyage, d’entrer dans un endroit et de ressentir une émotion particulière ? Je parie que oui. Certains lieux, que ce soit des temples, des sanctuaires, des ruines ou tout simplement un paysage grandiose ont le pouvoir de susciter d’étranges sensations. On frissonne, on est émus et il arrive même que des larmes s’écoulent sans qu’on en comprenne la raison.

Certains croient que c’est parce qu’on y aurait vécu dans une autre vie, certains autres croient plutôt que ce qui s’y est passé a imprégné l’atmosphère enfin, ceux qui réfutent ces croyances pensent plutôt que la beauté de ces lieux est telle qu’elle secoue notre capacité d’émerveillement.

Quoi qu’il en soit, vous retrouverez dans ce livre différentes destinations comme le Christ de Rio, les mégalithes de Carnac en Bretagne, le Temple du ciel de Pékin, le Mont Sinaï, Pétra en Jordanie et, plus près de nous, la Basilique Sainte-Anne-de-Beaupré et plusieurs autres. En tout 100 destinations choisies à travers le monde.

J’ai eu plaisir à admirer les magnifiques photos des endroits que j’avais visités et à lire les descriptions qu’en font les auteurs dont plusieurs sont des écrivains. Et, faut-il l’avouer, en en apprenant plus sur les merveilles que je n’ai pas encore vues, j’ai soudain eu envie de boucler mes valises.

Quelle belle idée et quel beau voyage à s’offrir dans le confort de son salon !

Destinations mytstiques et spirituelles,  collectif d’auteurs, éditions Broquet.

Les incontournables de Pékin

Dans tous les pays, il y a bien sûr les monuments et les édifices qui racontent le passé. Avec huit siècles d’histoire, la Chine en a accumulé plusieurs. Voici quelques incontournables.

Place Tian’anmen,  la plus grande place urbaine au monde. Située en plein centre-ville, elle occupe 440 000 mètres carrés et mesure 880 mètres du Nord au Sud et 500 mètres de l’Est à l’Ouest.

@ Lise Giguère

La Cité interdite, ou Palais impérial, demanda 14 ans pour sa construction. Cet ensemble de palais impériaux, le plus grand dans le monde, fait partie du Patrimoine culturel mondial de l’Unesco.

@Lise Giguère - La cité interdite

La Grande muraille l’une des huit merveilles du monde. Ce chef d’œuvre de la dynastie des Mings construit en 1505 serpente à travers les montagnes sur une longueur d’environ 6 700 km.

@Lise Giguère - Grande Muraille de Chine

Le temple du ciel,  le plus grand temple de sacrifices au ciel de Chine. Il a été classé en 1998 sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’Unesco.

@ Lise Giguère - Le temple du ciel

Les 13 tombeaux des Ming. La nécropole impériale de 13 empereurs de la dynastie Ming est la plus dense du monde. En 2003, l’endroit a été classé dans la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco.

@ Lise Giguère - Les tombeaux des Ming

Le Palais d’été, le plus grand jardin impérial de Chine est l’un des jardins classiques les plus connus du monde. On y trouve de nombreux biens culturels de grande valeur et des arbres, des cèdres surtout, dont le plus vieux a 800 ans. Il a également été classé, en 1998, sur la liste du Patrimoine culturel mondial de l’Unesco.

@ Lise Giguère - Le palais d'été.

Le Temple des lamas,   le plus grand monastère de la secte des bonnets jaunes à Pékin. Des moines y habitent encore aujourd’hui.

@ Lise Giguère - Temple des Lamas

Le Temple de Confucius. Cet ancien lieu d’études est considéré comme le deuxième temple le plus important en Chine. Derrière le grand temple, une série de stèles reproduit les textes de Confucius tandis qu’une autre série montre les noms gravés des 51624 noms des élèves reçus à l’école.

@ Lise Giguère - Temple de Confucius

Le Musée national de Chine. Un incontournable pour mieux comprendre la riche histoire de la Chine.

@ Lise Giguère - Intérieur du Musée national de Chine

Le Parc Jingshan ou Colline de Charbon. Située derrière la Cité interdite, cette colline artificielle  a été créée en 1420 avec la terre retirée de la construction des immenses douves qui entourent la Cité Interdite afin de protéger la Cité Interdite des mauvais esprits.

@ Lise Giguère - La construction des 5 pavillons que l'on y trouve date de 1751 . Quatre sont placés de façon symétrique et le cinquième, le pavillon Wanchun, est situé au sommet de la Colline et permet une très belle vue sur Pékin

La maison de thé Lao She, du nom de l’écrivain et artiste qui a composé de nombreuses pièces de théâtre,  présente des ballades chantées pendant que l’on déguste le thé.

@ Lise Giguère - Dégustation de thé au Salon de thé Lao She

Peut-être un peu moins connu, mais tout aussi intéressant, le pont Lugou  (Lugouqiao) ou Pont Marco Polo en l’honneur du célèbre voyageur vénitien qui resta plusieurs années au service de l’empereur Kubilai Khan.

@ Lise Giguère - Le pont Marco Polo

Fini de construire en 1192, il est fait en granite avec des balustrades de marbre de chaque côté. Il  mesure 266 mètres par 9 mètres de largeur sur une largeur de 9 mètres et possède 281 piliers surmontés de 281 lions de pierre, portant eux-mêmes des lions de tailles plus petites.

@ Lise Giguère. Voyez le petit lion sous sa patte.

Et, bien entendu, le site des Jeux Olympiques de Pékin 2008.

@ Lise Giguère

En circulant dans de petites voiturettes électriques, on peut admirer  le Stade national de Pékin, surnommé « nid d’oiseau »

@ Lise Giguère - Le «nid d'oiseau» dans le brouillard de Pékin

et le Cube ou Centre national de natation .

@ Lise Giguère - Le Cube

À savoir:

• En tout, Beijing compte 200 sites ouverts au public, plus de 700 hôtels et des milliers d’auberges.

• Il est possible d’avoir les services d’un guide en 21 langues différentes.

• Pour éviter la canicule, il vaut mieux s’y rendre fin septembre ou début octobre.

• Sur place, on se procure de jolies ombrelles en dentelle. Une frivolité qui se révélera vite indispensable.

@ Lise Giguère

Air Canada offre un vol direct Toronto-Pékin.