Archives de Tag: voyages

N’abandonnez pas la Tunisie

Il y a quelques semaines, j’avais préparé un texte qui devait être publié dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec. Dans ce dernier, je vous invitais  à visiter la Tunisie et même, pourquoi pas, à y prévoir de longs séjours pour l’hiver prochain. L’attentat contre le Musée du Bardo a relégué ce texte aux oubliettes.

Le magnifique Musée du Bardo

Le magnifique Musée du Bardo

J’ai donc décidé de le publier dans ce blogue, mais d’abord il fallait l’adapter. C’est la peine au cœur que j’ai effacé les informations contenues. Ce faisant, je me suis souvenu de mon voyage de l’an dernier où il semblait évident que la Tunisie peinait à se remettre de la Révolution du Jasmin. Les magnifiques hôtels étaient presque vides et le personnel qui y travaillait avait été réduit de moitié. Dans ce pays, comme dans plusieurs, le tourisme est l’un des principaux rouages de l’industrie.

Que va-t-il se passer maintenant dans ce pays reconnu, jusqu’à tout récemment, comme un modèle de stabilité et d’ouverture dans le monde arabe ? Les touristes oseront-ils confronter leur peur ? Déjà, plusieurs navires de croisière ont avisé qu’ils ne feraient plus escale à Tunis.

Au moment d’écrire ces lignes, l’avis du Ministère du tourisme du gouvernement du Canada ne se fait pas alarmant, mais mentionne toutefois qu’il faut faire preuve d’une grande prudence. Du côté de la Tunisie, on promet que l’armée sera désormais très présente pour sécuriser les villes et protéger les touristes, mais est-ce que ce sera suffisant ? Il est vrai que les terroristes semblent s’être déployés partout dans le monde et, jusqu’à maintenant, ne frappent pas deux fois au même endroit.

Un beau pays

Je souhaite de tout cœur que les touristes n’abandonnent pas la Tunisie et ses multiples beautés. Située au cœur de la Méditerranée, au carrefour de l’Asie, de l’Orient et de l’Europe, ce pays déploie 1 300 km de côtes avec des plages, des centres de thalassothérapie et une mer parfois douce, parfois plus agressive comme ici, à Mahdia.

@lisegiguere - Mahdia

@lisegiguere – Mahdia

Terre de contraste, elle offre des golfs, des sites archéologies rappelant la présence de nombreuses civilisations (Phéniciens, Romains, Byzantins, Arabes, Andalous et Turcs)

@lisegiguere. Ce colisée, construit dans la première moitié du 111 e siècle, est le monument romain le plus célèbre de la Tunisie et l’amphithéâtre le mieux conservé d’Afrique du Nord. Il a fait l’objet d’un classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979.

@lisegiguere. Ce colisée, construit dans la première moitié du 111 e siècle, est le monument romain le plus célèbre de la Tunisie et l’amphithéâtre le mieux conservé d’Afrique du Nord. Il a fait l’objet d’un classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 1979.

sans oublier son incroyable désert

DSCN5794

dans lequel on trouve toujours des maisons troglodytes habitées et des greniers devenus hôtels.

@lisegiguere - Certains greniers sont devenus des hôtels

@lisegiguere – Certains greniers sont devenus des hôtels

DSCN6072Voici quelques informations sur ce pays qui compte 3 000 ans d’histoire et qui accueille les touristes depuis 1970,

– On y trouve 9 sites classés au Patrimoine de l’Unesco et les Médinas les mieux conservées du monde arabe

– C’est la 2e destination au Monde (après la France) pour la Thalassothérapie. On y trouve, entre autres, des thermes dont plusieurs datent de l’époque romaine.

– Le pays compte 9 parcours de golf, 26 ports, 6 marinas, 9 aéroports intérieurs et plus de 859 hôtels dont certains sont vraiment spectaculaires.

– Chaque mois de mai, des pèlerins de partout dans le monde, se dirigent vers Djerba pour le pèlerinage annuel.

– Le Lézard rouge (train touristique) circule dans l’incroyable panorama des Gorges de Selja. On se croirait au cœur d’un western.

@lisegiguere - Le Lézard rouge

@lisegiguere – Le Lézard rouge

– Possibilité de tourisme sportif (trekking, randonnées, ski sur dunes, plongée sous marine, etc.), de tourisme écologique (parcs naturels et réserves), de tourisme bien être et même de tourisme médical.

– Meilleurs temps pour s’y rendre : septembre à mai

– Possibilité de longs séjours (15 jours et plus) pour les Snowbirds.

À savoir

  • En octobre, Tunisair devait offrir des vols directs Montréal/Tunis, deux fois par semaine, les mercredi et samedi. Une bonne nouvelle pour les 25 000 Tunisiens vivant au Canada. Le gouvernement tunisien poursuivra-t-il ce projet ?
  • Voyages Traditours tient à rassurer ses clients qui ont déjà réservé l’un des deux circuits de 17 jours intitulés Séduction Tunisie en avril et en octobre. Ils sont en contact constant avec le Ministère des Affaires étrangères qui suit de près la situation. Info : http://www.traditours.com

Des endroits qui célèbrent ou se souviennent en 2015

C’est le début de l’année et partout, on peut lire des listes des pays, des villes, des attractions, des régions qu’il faut visiter. Souvent, l’on se base sur des anniversaires que l’on se doit de souligner et pour lesquels des forfaits ou des manifestations seront organisés.

Voici donc une liste de ces événements qui vous permettront de revivre des souvenirs ou de découvrir des moments marquants dans notre monde. que j’ai publiée dans le Journal de Québec et le Journal de Montréal:

► 2015 marque le 40e anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam. Une belle occasion de visiter ce magnifique pays qui conserve encore de nombreuses traditions avant qu’il ne bascule totalement dans la modernité.

@lisegiguere - 2015 marque le 40e anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam

@lisegiguere – 2015 marque le 40e anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam

► À partir du printemps, Disneyland Resort lancera une année de célébrations pour souligner ses 60 ans, rappelant que lorsque Walt Disney a ouvert Disneyland le 17 juillet 1955, le parc ne comprenait que 18 attractions et aucun hôtel! Depuis ses débuts, le parc à thème est devenu une destination de villégiature familiale de classe mondiale avec deux parcs renommés Disney, près de 100 attractions, trois hôtels et un quartier entier de magasinage, restaurants et divertissements connu sous le nom de Downtown Disney.

60e de Disneyland

60e de Disneyland

Pour lire l’intégralité de ce texte dans le Journal de Montréal,  cliquer ICI  et une deuxième partie ICI

Pour lire l’intégralité de ce texte dans le Journal de Québec, cliquer ICI et une seconde partie ICI

C’est la faute à Maurice

Le moins que l’on puisse dire, et écrire, c’est que je vous ai pas mal abandonnés ces derniers mois. Puisqu’il faut désigner un coupable,  le voici:

Il se nomme Maurice et depuis qu’il est entré dans ma vie, certaines choses ont changées et il m’a fallu m’ajuster. Je vous raconte.

Maurice est un ourson qui fait partie d’un programme extraordinaire mis sur pied par la SATW (Society of American Travel Writer) dont je suis membre. Il s’agit d’un programme offert aux étudiants du primaire. Les journalistes qui le désirent se voient offrir un ourson (brun pour les Américains et blancs pour les Canadiens) qui doit nous accompagner dans tous nos voyages. À destination, il écrit des cartes postales aux écoles avec lesquelles il est jumelé, on le prend en photo et, au retour, il écrit un blogue.

Tous ces contacts ont pour but d’attiser la curiosité des enfants sur les voyages, la géographie et différents thèmes qu’on y aborde. Ils peuvent ensuite en discuter avec leur professeur.

À notre dernier congrès, en Nouvelle-Zélande, on m’a offert Maurice et depuis, il fait partie intégrante de ma vie et de mes voyages. Vous pouvez lire quelques unes des aventures des oursons voyageurs en cliquant sur Polar Bear Blog.

Fait à noter, il est le seul à écrire en Français. On l’encourage !

Les ambiances de Caroline

Quand je pense à Carolyne Parent, c’est plus fort que moi, je revois le soleil se lever sur les dunes orangées du désert marocain. Nous étions quelques-uns qui admirions en silence cette immensité quand, tout à coup, mon regard s’est porté sur cette jolie blonde qui, légèrement en retrait s’adonnait au Taï-chi. Même si je ne connais pas cet art, je suppose qu’il s’agissait d’une sorte de Salut au Soleil !

C’était notre premier voyage ensemble. Je l’avais trouvée différente, allumée, curieuse, mais surtout respectueuse des gens qui croisaient notre route. Par la suite, il m’est arrivé à quelques reprises de me retrouver avec elle et, chaque fois, j’ai pu constater son immense curiosité qui la fait parfois s’éloigner du groupe pour partir seule à la recherche de sujets plus «pointus». Au moment du départ, elle est pourtant toujours fidèle au poste avec, de belles histoires et surtout de belles photos, dans son sac à malice.

Carolyne Parent lors d'un récent voyage au Sénégal - juin 2010

Pas étonnant que ses récits de voyage que l’on peut lire dans Le Devoir, le magazine Vita ou Elle Québec soient toujours aussi passionnants. Quant à ses  photos, trop nombreuses pour l’espace qu’on lui accorde, elle les présente sur son site internet www.tuktuk.ca

Depuis quelques années, Carolyne a ajouté une nouvelle corde à son arc ou plutôt un nouveau support pour partager ses aventures de globe-trotter. Mariant ses récits de voyage à ses photos et y ajoutant les recettes des bouchées ou des cocktails qu’elle a pu déguster au cours de ses  circuits, elle crée des ambiances savoureuses qui font saliver autant l’amateur de cuisine, que le sommelier en herbe ou le passionné de voyages.

Après Ambiances des Caraïbes

Elle nous a servi  Ambiances urbaines d’Europe

Et voilà son plus récent  Ambiances d’Asie Ce dernier nous entraine de la 
Corée du Sud à l’Inde, en passant par le Japon, les Philippines, Hong-Kong, la Chine, le Viêtnam, Singapour, la Malaisie et la Thaïlande. Encore une fois, on y trouve des recettes de bouchées gourmandes, des cocktails et des «mocktails» (sans alcool) issus des traditions locales que l’on déguste en imaginant que, par la magie de son écriture, elle nous entraine dans son sillage à la découverte de l’Asie et de ses mystères.

• Ambiances d’Asie, Carolyne Parent, Guy Saint-Jean éditeur.

Des auteurs qui voyagent et font voyager

La Reine du Suspense en croisière avec Silversea

La reine du suspense Mary Higgins Clark sera la conférencière invitée d’une croisière de 16 jours, entre Buenos Aires et Santiago, en janvier 2011, voyage #4102, à bord du  Silver Whisper, un navire de la compagnie de croisières de luxe Silversea Cruises.

@ Lise Giguère - Le Silver Whisper

Étant fan de polar, je ne dirais pas que Mary Higgins Clark , bien qu’elle ait été consacrée «Reine du Polar» soit celle qui nous offre les intrigues  les plus élaborées et les plus affolantes, mais ses histoires sont plutôt bien ficelés, ses personnages sont crédibles et l’on s’attache à eux.

Elle  a rédigé des dizaines de thrillers dont un qui parle de croisière : Santa Cruise, co-écrit avec sa fille Carol Higgins Clark. Ayant vendu plus de cent millions d’exemplaires aux États-Unis seulement  et plus de 20 millions en France, elle aura certainement plein d’anecdotes à raconter aux passagers.

Son dernier roman s’intitule L’Ombre de ton sourire est publié chez Albin-Michel.

Le voleur d’ombres

Il devait partir avec moi en voyage. Et puis, un jour de la semaine dernière, la balançoire a semblé hurler mon nom. C’est vrai que le soleil était resplendissant et que la perspective de me détendre au soleil était plus que tentante.

Je l’ai attrapé sans même regarder le titre et j’ai souri quand j’ai réalisé que, sous ce soleil éclatant, je m’apprêtais à lire Le voleur d’ombres, le dernier roman de Marc Lévy.

J’aime beaucoup les histoires simples et touchantes de Marc Lévy. Celle-ci ne fait pas exception. J’ai été rapidement séduite par l’extrême sensibilité de son personnage principal qu’il nous présente enfant. Trop petit pour son âge, victime des misères que lui font les grands, ce dernier se réfugie dans  son imaginaire  tandis que sa grande sensibilité lui donne accès à des secrets que les «ombres» lui révèlent.

La deuxième partie, c’est l’enfant devenu adulte. Étudiant en médecine, il possède toujours cette extrême sensibilité qui l’empêche même de tomber amoureux parce qu’il garde au fond de son coeur la magie de l’enfance.

Un livre empreint d’émotion qui se lit en quelques heures. De beaux moments de tendresse et de détente à glisser dans son sac de plage ou à lire dans la balançoire. :-)

Pour faire voyager ses papilles

Le chef Thierry Daraize est aujourd’hui un critique gastronomique dont on peut lire les chroniques ici et l’animateur  de Recettes en vedette sur les ondes de Canal Vie. Habituées aux cuisines de prestige, aux chefs de renom, il n’a pas peur de dire franchement ce qu’il pense des endroits qu’il visite. Avec  lui, pas question de juger autre chose que ce qui se trouve dans l’assiette.

C’est pourquoi son tout récent livre Top Gourmand qui se glisse facilement dans le sac à main ou dans le coffre à gant de l’auto, me suit partout.

Et, jusqu’à maintenant, le bon goût de Thierry ne m’a pas trompée. Grâce à lui et à son livre, j’ai découvert de beaux et de bons endroits et mes papilles ont passé des soirées formidables. Elles lui en sont franchement très reconnaissantes. :-)

Un livre à s’offrir ou à offrir pour de belles escales gourmandes. Aux éditions Publistar.

Pour réduire le coût de ses vacances

Dans les différents articles que j’écris pour les magazines, on me demande souvent de suggérer un voyage à moins de 500$ ou à moins de 1 000$  (hôtels, restaurants, activités, etc). Inévitablement, je réponds la même chose : Je ne veux pas donner de prix.

@ Lise Giguère - Des vacances paisibles au bord du fleuve.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’aujourd’hui tous les hôtels (ou presque) appliquent ce qu’ils appellent le Yield management, c’est-à-dire que les prix varient selon l’heure de votre arrivée, la journée, l’achalandage et la durée de votre séjour. Il arrive souvent qu’en fouillant un peu, vous puissiez trouver des hôtels chics à coût moindre qu’un B & B. C’est notamment le cas des différents Fairmont (ex: Château Montebello à 80 $ pour célébrer son 80e anniversaire et Manoir Richelieu à 111 $ pour son 111e anniversaire, etc.). Bien entendu, ces prix sont assujettis à de nombreuses conditions (dates, nombre de personnes, etc), mais il suffit d’être alerte à toutes les offres et vous verrez que vous pourrez vous offrir de belles vacances à peu de frais.

@ Lise Giguère - Manoir Richelieu

Et les Fairmont ne sont pas les seuls. De nombreux hôtels préfèrent réduire le prix de leur chambre que de les voir vides, particulièrement lorsque vous vous présentez en semaine et en dehors des périodes d’achalandage.

Aussi:

• Plusieurs hôtels, restaurants et postes d’essence donnent un rabais si vous présentez la carte CAA/AAA. Surveillez leur sigle.

• Pendant l’année, collectionnez les points. Si vous possédez une carte Visa Or Desjardins, utilisez vos points accumulés pour rembourser les dépenses reliées à vos voyages à l’extérieur du pays. Chez Jean Coutu, payez avec vos points Air Miles (320 points pour 40$ d’achat), chez Pharmaprix, payez avec vos points Optimum, etc.

• Dès que vous arrivez à destination, rendez-vous au bureau de tourisme. Demandez-leur les différentes offres faites aux visiteurs : City Pass, guide de la ville, bonnes adresses, etc. Et surtout, faites main basse sur tous les journaux, dépliants et magazines qui s’y trouvent. Ils regorgent de coupons rabais pour les attractions, d’offres 2 pour 1 dans les restos, de suggestions de spectacles gratuits, etc.

• Soyez attentifs aux différentes promotions qui circulent sur internet ou mises à l’avant par des compagnies. La dernière en liste, celle de  Lays et son programme de récompense  Escapades d’ici de Lay’s qui offre des rabais dans plusieurs lieux (restaurants, festivals, parcs d’attractions, musées, hôtels, etc) d’intérêt à travers le Canada est particulièrement alléchante. Après tout, on mange tous des chips, alors pourquoi ne pas se déculpabiliser des calories ingérées en se disant qu’au moins, ça nous aidera pour nos vacances ? :-)

INVITATION:

Vous avez d’autres trucs à partager ? Ne vous gênez pas pour les inscrire dans les commentaires.

À quoi ça sert de bloguer?

Depuis l’avènement des médias sociaux, plusieurs amis(es) et collègues m’ont demandé pourquoi (sous-entendu à mon âge) je m’y intéressais : Ça ne paie pas, ça ne donne rien. C’est juste une perte de temps !

Mais bien que je n’aie plus 20 ans (ni même 30 d’ailleurs), il m’a toujours semblé de première importance de suivre le mouvement et de rester branchée. De toute façon, il est toujours plus facile de se réajuster en avouant que ce n’est pas fait pour nous que de se retrouver à devoir assimiler tout un tas de données parce qu’on a embarqué trop tard dans la parade. Alors, j’ai foncé !

Vous dire que ça a été facile ? Oh que non. Il y a d’abord eu Facebook qu’il m’a fallu comprendre. Bon, c’est assez simple et plutôt convivial et, comme dans le milieu des communications, les gens sont nombreux, ça a été relativement facile. Ensuite, Twitter… ouch, ça c’est autre chose. Bien que j’aime de plus en plus, il me faut bien avouer que je ne réagis pas toujours conformément et surtout aussi rapidement que les plus jeunes qui semblent avoir un téléphone greffé au bout du pouce. Mais qu’importe, j’essaie et la communauté m’a plutôt bien acceptée, m’a donné quelques trucs et finalement j’ose de plus en plus souvent. Et Dieu que j’y apprends des choses !

Puis ce fut le blogue. J’avoue l’avoir surtout fait pour voir si j’arriverais à construire moi-même une page. J’y suis arrivée. Quelle fierté. Je me suis inspirée de tous ces blogueurs et blogueuses qu’au fil des semaines et des mois j’avais commencé à suivre. Sur leurs blogues, j’ai enfin lu autre chose que ce que je retrouve dans tous les journaux. Un beau petit plus. Des opinions tranchantes, des suggestions amusantes, des discussions passionnées, etc. En général, des articles écrits par des gens vifs d’esprit, allumés et qui, je dois bien l’avouer, m’étourdissent par toute l’énergie qu’ils déploient.

Sans les imiter, j’ai tenté d’apprendre d’eux (et elles) et, encore une fois, j’avoue avoir été plutôt bien reçue. Et il s’est passé quelque chose que je ne croyais plus possible. J’ai retrouvé la passion  pour mon métier. Ce goût d’écrire sur tout, de partager, de faire connaître et ce, en toute liberté, sans aucune contrainte. Quel grand bonheur !

Les collègues qui me voient m’enfermer dans ma chambre pendant mes voyages ne comprennent pas ce besoin de trouver de petites anecdotes et de les écrire tout de suite: T’es malade, pourquoi tu fais cela ? Ça ne donne rien. Et surtout, ça ne t’apportera rien.

Eh bien, à ceux-ci, je répondais  : Peut-être, mais ça m’amuse. J’aime que les lecteurs me répondent, me questionnent, me partagent leurs opinions. Je le prends comme une carte de visite amusante.

Mais voilà que, cette semaine, une autre réponse m’était apportée sur un plateau d’argent. Oui, ça peut donner quelque chose quand le cœur et la passion sont là.

Trois filles en France

Cette semaine, on apprenait que le 24 avril prochain, trois blogueuses passionnées (et passionnantes) avaient été embauchées par la boite  Espresso Communication et invitées par Atout France, une agence de développement touristique (anciennement connue sous le nom de Maison de France) pour visiter sept villes françaises et bloguer en direct de là-bas.

Soyons franche. Je connaissais le projet depuis un certain temps, l’une d’elles étant ma fille Gina Desjardins qui m’avait fait jurer le silence sur tout ce qui était sacré dans mon esprit. Passionnée de voyages et de jeux vidéos, elle partira avec , Marie-Julie Gagnon, une autre passionnée de voyages et de gadgets.  Ces deux copines/collègues sont également très présentes à la télévision et à la radio de même que dans de nombreux journaux et magazines. Infatigables, je vous dis !

À leur côté, Karine Charbonneau, une Québécoise qui a vécu à Paris et que je ne connaissais pas mais que j’ai eu plaisir à découvrir .

Pendant quelques semaines, les 3 filles visiteront Paris, Versailles, Reims, Grenoble, Rennes, Le Havre et Lille. Vous croyez qu’elles seront biaisées dans leurs commentaires ?

Ce serait bien mal connaître ces trois tornades pleines de joie de vivre, avides de découvertes, prêtes à oser les expériences les plus folles et qui sont aussi, terriblement critiques. Depuis leur plus jeune âge, elles ont voyagé dans toutes les conditions possibles, se sont liées d’amitié avec des gens de partout dans le monde, ont visité les coins les plus reculés. Ce sont des citoyennes du monde qui ont l’œil aiguisé et qui sont très bien capables d’émettre des opinions parfois tranchantes.

Et pour être bien certaine de découvrir la France comme elles le désirent, elles sont en pleine période de recherches et demandent à tous ceux et celles qui ont de bonnes idées de leur en faire part. De plus, elles ont refusé d’être accompagnés et feront le voyage exactement comme elles en ont envie.

En plus d’animer leur blogue, elles produiront des capsules vidéo (Youtube) et seront ultra-présentes (elles le sont déjà) sur Facebook et Twitter.

Pour suivre leur voyage et découvrir la France comme  vous ne l’avez sans doute jamais imaginé, inscrivez cette adresse dans vos favoris. : www.espadrillesetchampagne.com

En fait, dans toute cette histoire, une seule chose m’inquiète: vont-elles réussir à fermer l’oeil ?

Bon voyage les filles et faites nous rêver !