Archives de Tag: zoo

Activités gratuites à faire à San Diego

J’adore la ville de San Diego ! Séduisante à souhait, elle charme les visiteurs avec ses nombreuses plages, sa proximité avec le désert, son parc Balboa, son magnifique zoo, son parc Legoland, etc. Mais saviez-vous que vous pouvez également y trouver de nombreuses activités gratuites ? En voici quelques-unes.

1- 30 plages accessibles au public.

2- Au Balboa Park, le plus grand parc culturel urbain aux États-Unis, on célèbre un pays différent chaque dimanche, on y offre des concerts d’orgue dans le Spreckels Organ Pavilion, on y tient le Festival d’été international d’orgue du centenaire (août), etc.

@lisegiguere - Le parc Balboa

@lisegiguere – Le parc Balboa

3- Le quartier historique Gaslamp à l’architecture victorienne du début du XXe siècle, est aujourd’hui un endroit branché avec magasins, restaurants, discothèques et bars.

4- Old Town State Historic Park, lieu de naissance de la Californie perpétue la tradition mexicaine grâce à des sites historiques, des magasins, des restaurants, des musées, etc.

5- Leçons de pêche à la mouche par le San Diego Fly Fishers Club, les dimanches matins au lac Murray, à La Mesa. Possibilité de prêt de matériel gratuit.

6- Sur le rivage de La Jolla Cove, l’un des sites naturels les plus spectaculaires au monde, on admire les lions de mer qui s’amusent.

@lisegiguere - Admirer les lions de mer

@lisegiguere – Admirer les lions de mer

7- À marée basse, on explore la vie aquatique qui grouille dans les cuvettes d’eau claire et peu profonde de La Jolla Cove et de Point Loma.

8- Au sommet du mont Soledad, à La Jolla, on a une vue spectaculaire (360 degrés) de San Diego.

@lisegiguere - Vue spectaculaire sur San Diego

@lisegiguere – Vue spectaculaire sur San Diego

9- Au sommet du mont Helix, à La Mesa, vue sur tout l’Est du comté.

10- Visite du Centre d’information du Mission Trails Regional Park pour des informations sur les autochtones et les merveilles naturelles de cette région. Le parc offre plus de 64 km de sentiers de randonnée et de pistes cyclables.

11- À Mission Bay Park, 32 km de sentiers de vélos, randonnées ou jogging.

12- Oceanside Municipal Pier, la plus longue jetée en bois sur la côte ouest-américaine (566 mètres).

13- Vélo sur l’emblématique Bayshore Bikeway (39 km).

14- Le long du Waterfront Park, on admire les navires, les sculptures, les monuments et une fontaine d’eau de 253 mètres de long.

15- Promenade (5 km) panoramique de Mission Beach et Pacific Beach.

@lisegiguere - Mission Bay

@lisegiguere – Mission Bay

16- Randonnées dans les sentiers de Torrey Pines State Natural Reserve Park pour admirer les pins de Torrey, de nombreuses espèces animales et des plages vierges.

17- Route panoramique vers le mont Laguna pour des randonnées, du vélo ou un pique-nique.

18- Les chiens (sans laisse) sont les bienvenus sur les plages désignées comme Ocean Beach, Coronado et Del Mar. On peut même les inscrire au concours de frisbee ou, mieux encore, au Unleashed by Petco Surf Dog Competition qui a lieu en juillet à Imperial Beach!

DSC_0312

19- Les peintures murales Parc Chicano racontent l’histoire des luttes et les triomphes de la communauté hispanique locale.

20- Plongée sous-marine ou apnée au large des côtes.

21- Marchés quotidiens pour trouver quelque 200 variétés de produits frais cultivés à San Diego.

22- Le Musée d’art contemporain de San Diego offre l’entrée gratuite aux 25 ans et moins sur présentation d’une carte d’identité valide.

23- Pendant les week-ends d’été, au Flying Leatherneck Aviation Museum, d’anciens pilotes maritimes invitent à prendre place dans le cockpit.

24- Promenade le long de la Lagune Batiquitos à Carlsbad, l’une des rares zones humides restantes de marée sur la côte sud de la Californie. On y admire les oiseaux, les insectes, les plantes, les poissons et autres animaux.

25- Au Seaport Village, le site de l’ancien siège de la police de San Diego, devenu un petit musée, les cellules sont ouvertes au public.

Pour d’autres suggestions: www.sandiego.org

Publicités

Des ours qu’il faut sauver

PÉROU – Après notre visite au Machu Picchu, nous  sommes restés dans un hôtels appelé Machu Picchu Pueblo Hotel qui est opéré par Inkaterra qui s’occupe beaucoup d’environnement et de protection de la nature. C’est là que j’ai entendu parler du Bear Rescue & Conservation Program, une fondation sans but lucratif  qui protège des ours d’Amérique du Sud (Andean Bear) en danger d’extinction.

Ces ours ressemblent un peu aux ours noirs que l’on trouve chez nous, mais leur caractère est plus près de celui des Pandas.  Ce sont des herbivores qui ne mangent pas de viande. Ils sont timides et vivent uniquement dans ce que l’on appelle la Cloud Forest  qui est une forêt où pousse une importante végétation.

Si ces ours sont en danger, c’est en partie parce qu’ils sont mignons. Quand ils sont petits, les gens les adoptent comme s’ils étaient de petits chiens, mais quand ils deviennent grands, ça se complique un peu. Alors, les gens veulent les retourner à l’état sauvage, mais quand on a toujours vécu, mangé et dormi avec les humains, on ne peut pas retourner à la vie sauvage.

Un second problème est que la population augmente et que les humains ont besoin de construire des maisons ce qui fait diminuer leur espace de vie. Surtout que ce sont des ours très territoriaux. Chassés par les feux de forêts, la construction ou parce que les autochtones continuent de croire que certaines parties de leurs corps peuvent servir pour les médicaments ou pour la chance, il ne reste plus que 3 000 invididus au Pérou et 6 000 dans toute l’Amérique du Sud.

Inkaterra travaille avec le gouvenement pour essayer de les sauver. Ils les prennent en captivité, les isolent, les soignent, puis après un certain temps, ils les mettent  en semi-captivité pour essayer deleur apprendre à se débrouiller seuls dans leur environnement pour ensuite les relâcher dans la jungle.

Depuis 10 ans que ça existe, un seul ours a été relâché et vit librement, une femelle. On le sait parce qu’on peut reconnaître les marques de leur visage qui sont aussi unique qu’une empreinte digitale.

Lors de ma visite, la guide Cecillia (photo) m’a emmenée rencontrer trois ours: Joggy, Coco et Pepe et m’a raconté leur triste histoire, triste comme toutes celles des animaux qu’on abandonne.

JOGGY

@lisegiguere. JOGGY

Tout bébé, Joggy  a été recueilli par un petit garçon qui a cru que c’était un petit chien. Quand il est devenu grand, il coûtait trop cher à nourrir et la famille était pauvre. On l’a donc installé dans une toute petite cage dans laquelle il pouvait à peine bouger.

@lisegiguere. Beaucoup trop petite pour un ours adulte, cette cage ne permettait aucun mouvement à Joggy.

Il était très maigre (45kg alors qu’il aurait du en peser 150 kg) et il faisait vraiment pitié. Sans Inkaterra, il est certain qu’il serait mort de faim, mais aussi de tristesse.

En 2001, Inkaterra l’a récupéré et l’a transporté en hélicoptère . L’année suivante, on a recueilli Paola, une femelle qui avait toujours vécu en forêt et qui s’était aventurée trop près de la ville.

Paola a pris Joggy sous son aile et lui a tout appris. Joggy la suivait partout, ainsi quand Paola a voulu avoir un bébé, elle s’est mise à chercher un vrai mâle. Pour elle Joggy était un bébé. Elle s’est donc enfuie et Joggy l’a suivie. Quelques mois plus tard, il est revenu sur le site, blessé et affamé. On l’a repris, l’a soigné et il a réintégré son espace, mais on sait depuis ce temps, qu’il ne pourra jamais recouvrer sa liberté.

Le problème est qu’il a  été élevé comme un chien et qu’il aime trop les humains. Mais heureusement, Joggy est maintenant utilisé par Inkaterra pour enseigner aux enfants qui viennent en visite et qui découvrent qu’il faut protéger les ours et ne pas les enlever de leur milieu naturel.

COCO

@lisegiguere. COCO

C’est plus jeune du trio. Il a été trouvé par un professeur alors qu’il errait tout seul. Sa maman venait d’être tuée par des chasseurs.  Le professeur connaissant les problèmes des oursons, l’a tout de suite apporté à la Fondation et de ce fait lui a sauvé la vie et a sauvé son avenir.

Coco va bien et, au moment de ma visite, on pensait le placer en semi-captivité pour l’observer quelques mois afin de  le remettre dans la jungle  cette année.

PEPE

@lisegiguere. PEPE

Pepe est ici depuis 2007. Il est né dans un Zoo et comme c’est le cas dans certains zoos on ne connaît pas vraiment les habitudes des animaux. Ignorant donc comment ils sont territoriaux, on a placé tous les ours dans la même cage. Comme Pepe était le plus petit, tous les ours le battaient constamment. Quand le zoo a fermé, le propriétaire voulait le tuer disant que de toute façon, était trop vieux et qu’il était à la veille de mourir. La biologiste de la fondation a demandé à ce qu’on lui donne. Elle l’a soigné et quelques mois plus tard, son poil est redevenu beau et on a pu réaliser qu’il n’avait en fait que 10 ans. Dix années de souffrance qui ont laissé des traces.

Pépé ne retrouvera jamais sa liberté, il ne saurait d’ailleurs pas quoi en faire surtout qu’il a gardé de ses années au zoo, une peur bleue des autres ours. Il vit donc en retrait dans une grande cage et on le gâte en lui donnant de beaux fruits. Il vieillira heureux et tranquille.

L’hôtel de glace est ouvert !

Hier soir, c’était soir d’ouverture du tout nouvel hôtel de glace de Québec, le seul de ce type en Amérique du Nord, situé cette année sur l’ancien site du Jardin zoologique de Québec .

crédit photo ©xdachez.com

Fabriqué entièrement de glace, il a nécessité une cinquantaine d’ouvriers et de sculpteurs qui ont transformé 15 000 tonnes de neige artificielle et 500 tonnes de glace en utilisant tous les outils imaginables : scie à chaine que le ciseau à bois et même… fer à repasser !

Résultat: cet hôtel éphémère a obtenu une classification 4 étoiles de la CITQ (Corporation de l’industrie touristique du Québec) et ce, même si aucune chambre ne possède de salles de bain. Mais, entre vous et moi, qui voudrait d’un bain et d’une toilette de glace.

Pour cela, il suffit de marcher quelques mètres à l’extérieur et de se rendre dans le bâtiment où habitait autrefois les singes. On y trouve un salon, les toilettes et un casse-croûte et… c’est chauffé !

Pour vous permettre de visiter cet endroit spectaculaire sans vous geler les pieds, j’ai mis la main sur cette petite vidéo mise en ligne  par Greenpot. Bonne visite !