55e anniversaire des Four Season’s

Fondée par le Canadien Isadore «Issy» Sharp en 1960, la marque Four Season’s célèbre cette année son 55e anniversaire. Cette prestigieuse chaîne compte aujourd’hui près d’une centaine d’hôtels disséminés dans de nombreux pays sur tous les continents, sauf l’Antarctique. Une soixantaine de projets sont également en développement.

Récemment, lors d’un voyage à Dubaï, j’en ai profité pour visiter le plus récent le Four Season’s Jumeirah Beach. Un séjour inoubliable !

Four Season's Jumeirah Beach à Dubaï

Four Season’s Jumeirah Beach à Dubaï

Pour lire le texte paru dans le Journal de Montréal ICI

Pour lire le texte paru dans le Journal de Québec ICI

Un tout-inclus dans la neige

VAL THORENS | Récemment, Club Med inaugurait un tout nouveau village, le 15e Village en montagne du groupe en France. Construit en 17 mois, ce 4 Tridents a nécessité un investissent de 115 millions $! Mais le résultat fait… sensation!

@Courtoisie. Club Med Val Thorens

@Courtoisie. Club Med Val Thorens

Preuve que les tout-inclus ne sont pas uniquement le royaume des vacanciers à la recherche de sable blanc et de mer turquoise,  le Club Med Val Thorens Sensations  invite à s’amuser dans le plus grand domaine skiable du monde (…)

Cet article est paru dans le Journal de Montréal. À lire ICI

et

Dans le Journal de Québec, À lire ICI 

Une chronique diversifiée

Chaque semaine, je signe une chronique voyage dans le Journal de Montréal et Journal de Québec. J’y parle d’expériences vécues, je donne des informations, trucs, conseils ou je souligne des événements.

Cette semaine, les 25 ans de Crystal Cruise, le programme fidélité d’Expédia, la brochure Europe d’Air Transat, les conférences de Frédéric Dion, des sorties pour le Nouvel An chinois avec Tours Kaleidoscope, un nouveau guide Ulysse, le 350e du Cheval canadien, un gadget original  à l’Intercontinental de Toronto, un prix d’exception à l’Auberge Saint-Antoine etc.

À lire ICI 

Joyeux Carnaval

QUÉBEC. La 61 édition du  plus grand carnaval d’hiver au monde se tiendra entre le 30 janvier et le 15 février. De nombreux événements sont prévus pour l’occasion. Dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec, je vous propose un 42h afin de ne rien manquer de cette fête en plus de vous suggérer quelques activités hivernales à faire dans la ville de Québec. À tous ceux qui braveront le froid pour profiter pleinement de cette grande fête, je souhaite le plus joyeux des Carnavals.

  • En tout, plus de 300 activités dont le Brunch de bonhomme, le Couronnement de la reine (30 janvier), les deux défilés de nuit (7 février à Charlesbourg et 14 février à la Haute-ville).
  • Info: 1 866 4-CARNAVAL (1 866 422-7628) ou http://carnaval.qc.ca
Le sympathique Bonhomme dans son palais

Le sympathique Bonhomme dans son palais

Pour lire le texte paru dans le Journal de Montréal. Cliquer ICI

Pour lire le texte paru dans le Journal de Québec. Cliquer ICI

Le Centre des sciences de Montréal, une découverte fascinante

VIEUX PORT DE MONTRÉAL – Chaque dimanche, je cherche une activité pouvant séduire mon  petit-fils de 2 ans et demi. Que voulez-vous, j’aspire à créer chez lui de magnifiques souvenirs tout en éveillant son esprit en plus de passer du temps de qualité avec lui et sa mère.

Cette fois-ci, bien que l’endroit ne soit suggéré que pour les 4 ans et plus, j’ai suivi la suggestion de sa mère et  l’ai conduit au Centre des sciences de Montréal et au visionnement du film Pandas 3 D: retour à la nature. Le résultat a dépassé mes attentes les plus folles.

Même si la section Clic! La zone des petits curieux du Centre des sciences, suggérée pour 4 ans et plus , a retenu son attention (surtout les fausses briques nécessaires à la construction d’une maison),

@Centre des sciences de Montréal - Une petite maison qui nécessite la pose de briques

@Centre des sciences de Montréal – Une petite maison qui nécessite la pose de briques

c’est tout particulièrement dans la zone Science 26 qu’il a eu le plus de plaisir.

Bien sûr, il ne comprenait pas nécessairement le volet scientifique et le mode de fonctionnement des 26 différentes zones (selon les lettres de l’alphabet), mais il était fasciné par les sons, les lumières, les couleurs vives et tout ce que faisaient les autres enfants autour de lui. Il a passé des heures à jouer dans l’eau sur le module qui présente la manière dont fonctionne les barrages et comment l’eau libéré fait tourner la roue des moulins.

@centre des sciences de Montréal - Des heures de plaisir pour les esprits curieux

@centre des sciences de Montréal – Des heures de plaisir pour les esprits curieux

Panda 3 D

Sa mère et moi avions réservé la totale, c’est-à-dire le billet pour le Centre des sciences et celui du film Pandas 3 D: retour à la nature, lequel, j’ignore pourquoi, j’imaginais être une sorte de dessin animé.

Eh bien, pas du tout, c’est plutôt un documentaire tourné par une équipe britannique qui s’est rendue trois fois en Chine, sur une période de neuf mois, pour suivre l’évolution de Tau Tau un panda, né en captivité, dans un centre de reproduction spécialisé,

le Wolong Pandas Center. Sur place, une équipe de scientifiques chargés de la protection de cet animal menacé d’extinction l’éduque en vue de le rendre à la vie sauvage et ainsi assurer la survie de l’espèce.

@Centre des sciences de Montréal. Tau Tau et sa maman

@Centre des sciences de Montréal. Tau Tau et sa maman

Produit pour le National Geographic Entertainement, ce film montrant ce gros toutou tant aimé n’est pas tourné pour les enfants, mais tous ceux qui étaient présents se sont montrés sages comme des images à suivre l’histoire de Tau Tau.

C’est décidé. Le Centre des Sciences de Montréal figure désormais en place de choix sur ma liste. Alors qu’on croyait n’y passer qu’une heure ou deux à cet endroit, on y a passé toute la journée et il a quasiment fallu traîner de force notre petit homme qui, je vous le rappelle n’a que 2 ans et demie, pour l’en sortir.

C’est vraiment un endroit à mettre à votre agenda pour votre prochaine sortie en famille.

Les beautés du Bristol à Paris

C’est bien connu, les chats ont des talents de zoothérapeute plus que certain. Pas étonnant que le Café des chats de Paris ait maintenant ses émules au Québec. On trouve en effet le Café des Chats sur le rue Saint-Denis et aussi le Café Chat l’Heureux  sur la rue Duluth. Dans les deux cas, on peut prendre un café tout en admirant ou caressant ces nobles félins. Par contre, je n’ai pas encore entendu parler d’hôtels à Québec où habitent des chats. Oh, dans plusieurs endroits on les accepte lorsqu’ils accompagnent leur maître, comme on le fait pour les chiens, mais de là à habiter l’hôtel ? Pourtant, c’est le cas, dans le très chic et célèbre hôtel Bristol de Paris

Le Bristol de Paris

Le Bristol de Paris

et en demandant à rencontrer Kleopatre et Fa-Raon. La première est une petite chatte sacrée de Birmanie qui habite l’endroit depuis le 31 juillet de l’an dernier. Tendre, câline, joueuse et délicate, elle est vite devenue l’amie de Fa-Raon, autrefois le seul Pacha des lieux.

Kléopatre et Fa-Raon

Kléopatre et Fa-Raon

Kléopatre et Fa-Raon

Kléopatre et Fa-Raon

Les chances sont grandes que vous trouviez ces derniers au comptoir de la conciergerie. S’ils sont absents, c’est qu’ils se reposent peut-être dans leur appartement privé du Bristol qui a été spécialement décoré pour eux par Renk, un artiste Street Art.

Kléopâtre dans son décor

Kléopâtre dans son décor

Situé au cœur du triangle d’or parisien, Le Bristol est un icône de l’hôtellerie de luxe. On y propose des chambres confortables, un restaurant gastronomique (3 étoiles au Guide Michelin), une brasserie (1 étoile), une piscine sur les toits et un vaste jardin à la française. Capture d’écran 2015-01-24 à 09.33.12Si vous ne pouvez vous offrir le luxe d’une chambre dans ce magnifique hôtel 5 étoiles, je vous suggère de vous y rendre pour siroter un drink et en profiter pour faire une petite visite tout en offrant un câlin aux deux félins. Pourquoi pas ?

Au secours des chauve-souris

Que pensez-vous des chauve-souris ? Etes-vous de ceux qui considèrent ces animaux, qui ont servi d’inspiration pour les vampires suceurs de sang, comme nuisibles ? Eh bien, vous avez tort.

L’an dernier, dans le cadre de l’événement GOMedia qui réunit des journalistes d’un peu partout dans le monde, j’ai été invitée à visiter Okanagan Valley. Une tournée gourmande où l’on célébrait les vins, les fruits, les légumes et les bons restos de cette généreuse et fertile vallée. Mais que viennent faire les chauve-souris dans ce paradis terrestre, vous entends-je penser ?

C’est que lors de cette tournée, on a fait un arrêt au Peachland Historic Primary School, une ancienne école (1908) devenue école primaire, abandonnée en 2003 puis rachetée par la ville en 2007.

@lisegiguere - LPeachland Historic Primary School

@lisegiguere – LPeachland Historic Primary School

C’est au moment des rénovations que l’on a découvert qu’une colonie de quelque 2 000 chauve souris Yuma habitait le grenier. Il s’agirait sans doute de la plus importante colonie de Yuma Bats en Colombie Britannique.

Chauve-souris Yuma

Chauve-souris Yuma

On a donc choisi de les laisser en paix et même de les protéger. On a même fait une petite porte qui donne dans le grenier et qui permet aux biologistes d’aller parfois leur faire une petite visite.

@lisegiguere - La porte qui donne accès au grenier

@lisegiguere – La porte qui donne accès au grenier

Elles vivent donc paisiblement dans le grenier d’Avril à octobre. À ce moment, elles pour s’installer dans les rochers des montagnes de l’Okanagan. Elles ne sortent que la nuit. Les femelles qui ont des bébés restent quelque 3 heures à l’extérieur et reviennent nourrir leurs bébés pour ensuite repartir se nourrir. Quant aux mâles, ils sortent chasser les moustiques et restent ensuite dans les arbres pour digérer. Ils reviennent avant le lever du jour et s’endorment.

Quant à ce bâtiment historique, il est devenu un bureau d’accueil et un Centre de documentation où l’on apprend aux gens à se réconcilier avec ces animaux trop longtemps pourchassés, sans doute victimes de la tyrannie de la beauté. Saviez-vous qu’une chauve-souris mange 1000 moustiques à l’heure ?

Dans la salle qui leur est consacrée, une video permet de les regarder dormir, mais il est également possible, en été évidemment, d’apporter une couverture et de s’asseoir à l’extérieur pour assister à leur départ à la chasse. Si l’on ouvre grand les yeux et que l’on ne fait aucun bruit, on peut alors entendre un léger bruit, si léger que si on parle on ne l’entend pas. C’est la seule façon de les apercevoir.